Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon troisième trimestre : douleurs, déprime et bébé en siège


Publié le 21 décembre 2015 par Chacha d'avril

Me voilà arrivée à la fin de cette grossesse, mais pas à la fin de mes surprises !!

Le troisième trimestre commence en ressemblant en tous points au deuxième. Mais petit à petit, des différences font leur apparition :

  • Mon ventre est de plus en plus proéminent : je ne peux plus ramasser des objets par terre, sauf avec les pieds (comme un petit singe), et si je m’accroupis, je dois m’aider d’un meuble pour me relever.
  • Je ne peux plus dormir sur le côté, et si je dors à plat sur le dos, j’ai mal au dos au bout de quelques heures. Le coussin d’allaitement devient mon meilleur allié ! Heureusement, mon mari l’accepte bien, et il dort aussi dessus parfois.
  • J’ai de fortes douleurs ligamentaires dans le bas du ventre, certains mouvements me sont devenus impossibles. Par exemple, aujourd’hui, je ne peux plus monter en voiture en levant la jambe : je dois m’asseoir sur le siège, et ensuite pivoter. Je crois que ça reste le problème le plus handicapant de toute ma grossesse (en dehors de la fatigue du premier trimestre).

Et du côté psychique ?

Je pleure, tout le temps, et souvent sans raison. J’en suis bien consciente, et j’en ris avec mon mari, qui s’amuse parfois à me taquiner juste pour voir les larmes me monter aux yeux. Ça l’éclate, il est super fier de lui et a l’impression de gagner un défi. Je prends ça plutôt sous l’angle de la rigolade, bien consciente que ce sont les hormones qui me jouent des tours.

Par contre, quand je suis seule, il m’arrive d’avoir des moments de profond désarroi. Je pense avoir approché l’état dépressif à plusieurs reprises.

Enceinte et déprimée

Crédits photo (creative commons) : Meagan

Il faut que tu saches que j’ai une histoire très compliquée avec ma mère, et que la maternité me fait me poser beaucoup de questions sur ma propre capacité à être une bonne mère, ou au moins une mère correcte. Il m’est arrivé dans mes moments de déprime passagers d’espérer mourir durant l’accouchement pour que ma fille n’ait pas à subir la mère affreuse que j’avais peur d’être à mon tour… Je n’en revenais pas moi-même d’arriver à de telles pensées !! Et pourtant, ça m’est venu naturellement.

Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux, ces moments sont derrière moi. Bien sûr, je me pose toujours beaucoup de questions, mais de façon plus rationnelle.

Venons-en à des choses plus réjouissantes : et le bébé dans tout ça ? Elle bouge toujours autant, donne de grands coups de pied dans mes côtes et pousse ma peau. Elle va bien, et c’est une vraie tornade ! C’est toujours un pur bonheur de la sentir.

À l’échographie du troisième trimestre, on découvre qu’elle est toujours en siège, et bien installée, en plus !! L’échographiste me rassure en m’expliquant qu’elle a encore largement le temps de se retourner. Je croise les doigts : la césarienne, très peu pour moi !

Au rendez-vous suivant, le gynéco constate qu’elle est toujours en siège et me prescrit alors un scanner du bassin et une radio du contenu utérin (autant dire du bébé), à faire un mois avant le terme.

Pour la radio, on me fait prendre une de ces positions ! Je dois me mettre à genoux sur la table et me reposer sur les coudes, de façon à ce que mon ventre touche la table. Tu imagines bien à quel point c’est drôle de faire ces acrobaties avec mes douleurs ligamentaires…

Sur la radio, on voit ma colonne vertébrale, mes côtes, mon bassin, et au milieu, un petit squelette (beaucoup plus grand que je ne l’imaginais), assis confortablement dans mon bassin, la tête sous mes côtes et les pieds remontés au niveau du visage. Mouais… c’est pas trop ce que j’espérais…

Nous voyons le gynéco le lendemain, qui nous explique que puisque je suis une primipare, mon utérus n’est pas très élastique. En plus, la petite est très grande, donc c’est maintenant quasi impossible qu’elle se retourne… Déception… S’offrent alors deux possibilités : l’accouchement par voie basse ou la césarienne. Il nous explique les détails des deux procédures afin qu’on ait toutes les cartes en main pour faire notre choix.

Bon, la césarienne, je connaissais déjà les grandes lignes, mais je suis étonnée de la violence de l’accouchement par le siège tel qu’il le décrit : on sort les pieds du bébé, on les remonte sur le ventre de la mère, on tourne le bébé pour faire passer les épaules, on tourne dans l’autre sens pour faire passer la tête, et on finit aux forceps si nécessaire. Je te laisse imaginer la scène… En plus, une fois sur deux, cet accouchement par voie basse finit en césarienne parce qu’il ne se déroule pas comme prévu…

Le gynéco me donne rendez-vous la semaine suivante pour fixer les modalités précises de l’accouchement, afin que j’aie le temps de bien réfléchir. Mais arrivée à la voiture, mon choix est déjà fait !!

Une semaine plus tard, je revois donc le gynéco. Il m’examine : col ouvert à deux. Il me donne la date de la césarienne, mais me prévient qu’au vu de mon col, la petite pourrait arriver plus tôt. Je sors de là toute chamboulée : je vais être maman d’ici une semaine ! C’est vraiment étrange de connaître en avance la date de naissance de son enfant…

Ça, c’était aujourd’hui, et je suis encore très retournée par toutes ces nouvelles. J’attends le retour de mon homme travailleur avec impatience, pour pouvoir lui parler de tout ça et avoir un gros câlin. Un de ceux qui font tant de bien au moral.

Et toi ? As-tu eu des moments de déprime pendant ta grossesse ? Ton bébé était-il en siège ? As-tu eu à choisir ta façon d’accoucher ? Viens nous raconter…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Vélo

Eh bah décidément, il y en a des bébés en siège !! Et c’est dingue ce qu’on peut avoir comme explications différentes selon les personnes qui nous suivent : personne ne m’a jamais « découragée » de l’accouchement par voie basse en me décrivant une scène comme celle-ci. D’ailleurs on m’a toujours dit que bébé en siège = pas de forceps ni ventouses. Et là où j’ai accouché on est loin de la statistique que tu écris comme quoi un sur deux finit en césarienne.
Sinon je vois qu’on est aussi plusieurs à avoir du mal à se projeter en tant que maman à cause d’une relation particulière avec notre propre mère…
Le prochain récit est celui de l’accouchement alors 🙂

le 21/12/2015 à 11h51 | Répondre

Chacha d'avril

Oui j’ai lu tes articles, les bébés en siège sont légion dernièrement.
Je pense, avec le recul, que mon médecin préférait pratiquer une césarienne il m’a donc fait peur vis à vis de l’accouchement par voie basse.
Oui bientôt l’accouchement, je suis en train de l’écrire. Je suis pressée de lire le tien !

le 22/12/2015 à 15h18 | Répondre

Alex

Je me retrouve énormément dans cet article !!
Je ne suis pas une fan de l’état de grossesse mais là je crois que c’est le pompon …
Enceinte pour la 3eme fois (des jumeaux et une cesarienne en 1er, un 3eme en voie basse puis là ma mini miss) je crois que c’est la pire …

Sentir bébé bouger ouais c’est cool mais c’est le seul point positif pour moi à être enceinte. Car à côté je cumule les douleurs constantes, et plus j’avançais dans la grossesse et plus mon corps me faisait souffrir. Prisonnière de mon corps … Incapable de pouvoir soulager ce qui me fait tant mal.Et là je ne parle même plus de douleurs ligamentaires, car c’est au delà, douleurs osseuses, viscérales, mal être, morale, tout y passe.

La grossesse est censé être magique mais pour moi c’est un calvaire … emmener mes aînés à l’école me demande un effort surhumain, porter mon dernier de même pas 2 ans me tire des larmes.
Et quand je vois l’incapacité dans lequel je m’enfonce mon psychique en prend un coup. Je pleure finalement chaque fois que je fais un malaise, chaque fois que j’ai mal, chaque fois que je me retrouve seule à réfléchir, chaque fois que je suis obligée de dire à mes enfants « désolée maman ne peut pas » …

Y a 1 mois et demi échographie du 3eme trimestre. Ma fille qui était tête en bas depuis 2 mois est en position transversale, c’est à dire qu’elle s’est mise à l’horizontale, une position qui exclue totalement la naissance par voie naturelle ! Tout le monde me dit « ne t’inquiète pas elle a le temps et la place pour se retourner ». Je suis à 39sa et la miss est toujours en transverse et une cesarienne est donc programmée pour dans 1 semaine. Pas le choix c’est bien la seule position dans laquel bébé ne peut pas naître et une version n’est même pas envisageable car j’ai un uterus cicatriciel du à une précédente césarienne !
Et bien ça aussi ça fou un grand coup au moral !! Se dire que rien ne sera spontané, que c’est tout « programmé », je me pointe à la maternité, on m’ouvre, on sort bébé.

Bref pas toujours simple de gérer une grossesse. Mais maintenant à moins de 7j de l’arrivée de ma puce je ne vois plus (enfin presque hein) que le positif, ma princesse sera bientôt parmi nous et au final on est enceinte pour cette seule finalité : notre enfant dans nos bras !!!

le 21/12/2015 à 16h37 | Répondre

Chacha d'avril

Je suis désolée pour toi, cette position de bébé ne doit pas être facile à vivre.
Moi aussi je n’ai pas vraiment apprécié être enceinte bien que ma grossesse se soit bien passée. Je préfère largement avoir mon bébé dans les bras.

le 22/12/2015 à 15h21 | Répondre

Clem

Pour ma deuxième grossesse j’avais l’impresdion d’être un poids pour mon mari.
J’étais tellement concentré sur les problèmes de santé de mon premier bébé que je ne me suis aperçu de ma grossesse que à la 15ème semaine… Et à la 17ème semaine semaine mon col a commencé à s’ouvrir… Du coup pas facile avec un bébé de 10 mois à la maison… J’avais des sautes d’humeur… Je pleurais tout le temps ou alors j’étais très joyeuse. Mais la plupart du temps je ne pouvais rien faire parce que j’avais mal tout le temps.
Pas facile pour le conjoint aussi de savoir où on en est…

le 21/12/2015 à 17h35 | Répondre

Chacha d'avril

Ca n’a pas du être facile pour toi et ton mari ! Le mien aussi a beaucoup souffert de mes problèmes d’humeur.

le 22/12/2015 à 15h22 | Répondre

Solange

Pour tes douleurs ligamentaires on ne t’a proposé l’acupuncture ? Moi ça m’a bien soulagé…que de tourments pour un moment si précieux…ce serait bien que tu trouves quelqu’un pour t’aider…plein de bonnes ondes pour toi…

le 21/12/2015 à 19h33 | Répondre

Alex

pour moi un osteopathe ca marche plutôt pas mal 5j, les 25 autres je prenais mon mal en patience avant d y retourner.

le 21/12/2015 à 21h36 | Répondre

Chacha d'avril

Non, on ne m’a rien proposé mais en même temps je n’en ai pas parlé à mon médecin. C’était ma première grossesse et je pensais que c’était normal de souffrir au dernier trimestre.

le 22/12/2015 à 15h23 | Répondre

solange

J’étais suivie à l’hôpital avec des consultations d’acupuncture pour les femmes enceintes. Il ne faut pas hésiter à se plaindre même quand on est enceinte, il existe des solutions plus ou moins efficaces selon les personnes…

le 22/12/2015 à 16h38 | Répondre

Madame D

Décidement il y en a des bébés en siège oui. Ton medecin m’a tué en decrivant la scene de l’accouchement …
Hate de lire la suite !

le 04/01/2016 à 11h29 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?