Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Et si on parlait des papas ?


Publié le 18 février 2016 par Doupiou

J’ai essayé de convaincre mon mari d’écrire cet article, mais il n’en a ni le temps, ni l’envie (pudeur, quand tu nous tiens !).

Monsieur est chef d’entreprise. Ses horaires ressemblent à 7h – 20h du lundi au samedi, et lorsque nous avons choisi de mettre bébé en route, je savais que je passerais beaucoup de temps seule.

La place du père

Crédits photo (creative commons) : Kate Williams

Pendant la grossesse

J’ai beaucoup de mal à me projeter « future maman » pendant les quatre premiers mois de ma grossesse. Et du coup, mon mari aussi ! Mais lorsque nous sentons notre bébé bouger, au début du cinquième mois, tout change ! C’est en posant sa main sur mon ventre que Monsieur le sent pour la première fois, et moi aussi ! Un super moment de partage, qui nous ouvre les yeux sur l’aventure que nous vivons !

Au début de ma grossesse, mon mari scrute dans les moindres détails ce qui entre dans ma bouche. C’est de l’espionnage alimentaire ! Même si c’est rassurant, ça me gonfle rapidement, surtout lorsqu’il s’en prend au pizzaïolo, qui n’a pas de fromage pasteurisé pour ma pizza ! Et à Noël, il insulte toute sa famille, qui trouve que je fais beaucoup trop attention parce qu’avant-on-ne-se-prenait-pas-la-tête-comme-ça-et-nos-bébés-allaient-bien.

J’en viens à me demander qui est enceinte ! Monsieur fait clairement une couvade, et m’accompagne joyeusement dans ma grosse prise de poids.

Au cinquième mois, je chute violemment sur une plaque de verglas en allant faire ma petite prise de sang mensuelle. Je file aux urgences, complètement sous le choc, et lorsque j’appelle Monsieur pour l’en informer, je minimise les faits pour ne pas le faire paniquer. Bien m’en prend ! Il me pourrit, me gronde comme une gamine, m’insulte, me dit que je ne suis pas capable de prendre soin de notre bébé in utero ! Au septième mois, nouvelle chute, toujours sans gravité, et toujours les mêmes représailles ! Comme si j’avais besoin de ses réflexions en plus de ma culpabilité…

La découverte du sexe de bébé le touche beaucoup. Nous étions persuadés d’attendre un petit mec, tant ça gigotait dans mon ventre (une fille, c’est plus calme, non ?). Lorsque le gynécologue annonce une « petite puce » (ce sont ses mots), Monsieur est ravi ! Une petite crevette à son papa !

Ma grossesse se passe comme prévu, finalement : très seule ! Monsieur rechigne à faire le ménage, car il est fatigué de la semaine, et il m’emmène faire les courses pour pouvoir passer à la caisse prioritaire !

Je vois qu’il essaie de faire des efforts, mais malheureusement, rien n’est suffisant pour une femme enceinte ! J’adorerais qu’il me masse les poteaux qui me servent de jambes, ou mon dos tout engourdi, mais rien à faire, il n’aime pas faire les massages !

L’accouchement

Pendant le travail, Monsieur se métamorphose, tel une petite chenille qui devient un majestueux papillon ! Il m’emmène très sereinement à la maternité, reste calme, m’aide dans mes exercices de respiration.

Lui qui rouspétait quand la sage-femme a annoncé un travail d’environ dix heures pour un premier bébé (« C’est hyper long ! Je fais quoi pendant ce temps-là, moi ? ») déchante vite avec mon accouchement de trente-sept heures !

Mais pendant tout ce très très très long accouchement, il reste d’un calme implacable, rassurant. Qui atteint son apogée lorsqu’il me masse le dos dans le bain de la maternité à chaque contraction ! Je dis souvent que ce jour-là, nous avons été deux à accoucher. Il me voyait souffrir sans paniquer, et je l’encourageais à se dégourdir les jambes, et surtout à se changer les idées, toutes les deux heures !

Après ma césarienne, il doit prendre en charge seul notre PetitePerle. Comme un grand. Pendant les trois heures où je suis dans la salle de réveil, je ne m’inquiète jamais, je sais qu’il va gérer. Je pense qu’à ce moment-là, un lien très fort se crée avec sa fille, je ne suis plus au milieu d’eux. Ce sont deux êtres qui se connaissent sans se connaître et qui s’apprivoisent.

Il donne le premier bain, change la première couche (huuum, le méconium tout collant !) et même s’il a l’habitude avec ses neveux, il paraît tout empoté avec sa propre fille ! Il est aussi présent pour la tétée d’accueil, très ému !

Avec son travail, je sais qu’il ne sera pas beaucoup disponible. Mais je reste hospitalisée pendant huit jours, et il fait le trajet au moins deux fois par jour pour venir nous voir. Et puis, dès le retour à la maison, je suis de nouveau seule avec ma fille.

Les mois qui suivent

Il n’est pas plus présent maintenant, mais le moindre petit moment à la maison, il le passe avec PetitePerle. Que ce soit le temps d’un bain ou d’un biberon. Enfin, ça, il le fait tous les quinze jours environ, car le dimanche, il rénove l’appartement que nous venons d’acheter. Mais je sais que ce n’est pas par choix.

Il regrette de ne pas avoir assisté à son premier sourire, ses premiers gazouillis, son premier éclat de rire. La plupart du temps, PetitePerle dort quand il part et quand il rentre. Il est très triste de voir qu’il y a des moments où sa fille semble ne pas le reconnaître.

Du coup, il est incapable de prendre des décisions concernant notre fille. C’est moi qui gère presque tout, et lorsque je lui demande son avis ou un conseil, sa réponse toute faite sort à chaque fois : « C’est toi qui sais, c’est toi la maman. » Il cherche à se déresponsabiliser, pensant probablement que rester seule à la maison à s’occuper d’un enfant, c’est de la tarte ! Il essaie de me motiver à mettre un second bébé en route, mais il ne se rend malheureusement pas compte du boulot que c’est !

Des fois, la maman, elle a besoin de souffler et de laisser un peu de responsabilité au papa…

Et chez toi ? Quelle est la place du papa ? Est-il assez présent pour son enfant ? Arrivez-vous à prendre les décisions à deux ? Viens nous raconter…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

40   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Je trouve ton article très juste !
Ce n’est jamais facile d’écrire ce genre d’article sans être dans la plainte, mais je trouve qu’il se dégage beaucoup d’amour, de tendresse et de pragmatisme de ton témoignage.
Je comprends tes doutes pour un second enfant. Pas facile de se projeter quand on est seule aussi souvent pour s’occuper de son enfant.

le 18/02/2016 à 07h57 | Répondre

Doupiou

Effectivement il est très tentant de se plaindre ! Mais je dois avouer que malgré son temps de présence très restreint, il essaie de faire le mieux qu’il peut pour sa fille.
C’est simplement aux niveaux des responsabilités que c’est compliqué ! Il a toujours de peur de mal faire alors que moi qui suis la maman, je dois être irréprochable

le 18/02/2016 à 10h03 | Répondre

Madame D

Comme je te comprend… J’ai eu un peu plus de chance que toi car mon mari a été assez présent pendant la grossesse et les premiers mois avec Princesse. La ou c’est dur c’est que depuis presque 1 an il est en deplacement du mardi au jeudi. Et sa fille lui fait bien payé …Et moi j’en bave par la même occasion car je suis seule a bravé la dur phase du terrible two … Ou les rhumes ! Comme aujourd’hui ou je suis coincé a la maison car je n’ai personne pour la gardé …

le 18/02/2016 à 09h02 | Répondre

Doupiou

Pas évident de ne pouvoir compter sur personne !
J’ai encore la chance d’avoir ma famille a proximité si besoin en urgence d’une garde !

le 18/02/2016 à 10h06 | Répondre

Madame Vélo

Outch ça ne doit pas être facile : ni pour lui qui doit souffrir de ne pas profiter de son bébé, ni pour toi qui doit tout assumer seule.
Chez nous j’ai de la chance, le papa est quand même bien présent – en plus il rentre manger à la maison le midi donc ça « coupe » la journée. Malgré tout, j’ai l’impression parfois qu’il ne se rend pas compte de ce que c’est que de passer la journée entière avec un bébé. Ton chéri aurait-il la possibilité de prendre un journée, ou même une demi-journée, pour être à la maison avec votre fille pendant que toi tu vas faire autre chose ? En tout cas chapeau pour son attitude lors de l’accouchement !

le 18/02/2016 à 09h10 | Répondre

Doupiou

Non malheureusement, il est seul à gérer son entreprise donc personne ne peux prendre la relève le temps d’une journée ou même d’une demie-journée !
Et le dimanche, il est constamment épuisé et en mode visite dans la famille

le 18/02/2016 à 10h10 | Répondre

Miss Chat

C’est dur ce que tu dis… Vous n’avez jamais essayé de discuter du temps qu’il peut consacrer à votre PetitePerle ? Bon je ne veux pas insister mais la vie d’un enfant, elle n’arrive qu’une fois, il risque de regretter de plus en plus, surtout quand tu dis que votre fille ne le reconnaît pas toujours !
Je suis la maman, pas le papa, donc la relation est peut-être différente mais j’ai fini par changer de boulot pour pouvoir voir ma fille plus souvent. C’était la seule solution car il y a des choses qu’on ne peut pas rattraper !
Je trouve en tout cas qu’il a assuré pour l’accouchement, c’est chouette !
Sinon, non une fille n’est pas plus calme dans le ventre haha ! Ma fille a bougé comme un zouave pendant 5 mois non-stop 😉

le 18/02/2016 à 09h25 | Répondre

Doupiou

Pour être honnête, il lui arrive de plus en plus à penser à arrêter son entreprise car il souffre vraiment de ne pas voir sa fille.
Son entreprise c’est vraiment sa vie, il l’a ouverte très jeune et se tue au travail.
Mais je suis satisfaite de voir que ses priorités changent petit à petit

le 18/02/2016 à 10h29 | Répondre

Miss Chat

Je me dis que dans un premier temps, peut-être essayer de limiter son travail serait déjà un grand pas en avant ! Je comprends qu’il ait envie de garder ça pour lui aussi 🙂 Passer de chef d’entreprise à simple employé, ce n’est quand même pas simple après tout !

le 18/02/2016 à 10h44 | Répondre

Étoile (voir son site)

J’ai été dans la situation où je voyais à peine mon papa enfant (car il travaillait beaucoup), mais je te rassure, j’ai quand même un lien très fort avec lui. Quant à mon mari, son père s’est désintéressé de son éducation et il en a beaucoup souffert. Nous avons tous les deux convenus de mettre un frein à nos carrières respectives (surtout mon mari) pour que nous puissions être disponibles au maximum pour notre fils. Il ne sort presque plus aussi les soirs alors que c’était un gros fêtard. C’est déjà dur de le confier à quelqu’un d’autre en journée, donc nous ne voulons pas avoir de regrets sur les moments où nous pouvons être disponibles 🙂 En tout cas, c’est courageux de gérer aussi bien sans papa ! Ma mère l’a fait pendant des années. Cela n’a pas été évident mais elle s’en est sortie.

le 18/02/2016 à 09h38 | Répondre

Doupiou

Je t’avoue que j’aimerais qu’il reconnaisse que ce n’est pas tous les jours évident de s’occuper d’un bébé.
Pour lui c’est que du bonheur car il ne voit pas sa fille souvent !
Par exemple j’étais malade la semaine dernière et pas facile de s’occuper d’un bébé, même de 7 mois 1/2, avec 39° de fièvre. Et bien pour mon mari, je suis la maman donc je dois assurer à 200% 24h24 !

le 18/02/2016 à 10h35 | Répondre

Hermy

Mon mari est très présent pour le choupi mais par contre quand il s’agit de logistique, ben c’est tout pour moi et il y a des moments où je sature.
Le fait de passer de 2 à 3 n’a absolument rien changer à ses activités personnelles (et je trouve que cela revient souvent même s’il dit que non) et du coup je me retrouve très souvent seule. J’aimerais un 2e enfant mais pas sans changement de son rythme. Je sais que je ne pourrai pas gérer.

le 18/02/2016 à 09h40 | Répondre

Doupiou

Tout pareil ! Je te comprends tellement !
Des fois, j’entends mon mari dire : un bébé ? ça ne change pas la vie tant que ça ! Tu m’étones…. !

le 18/02/2016 à 10h37 | Répondre

Lisa

Ton témoignage est très touchant, c’est vraiment difficile de tout concilier vie professionnelle et personnelle et nos petits bouts grandissent tellement vite. Ton mari doit être très embêté de ne pas pouvoir passer plus de temps avec sa fille, j’espère qu’il va se rendre compte de tout ce que ça implique comme travail pour toi de t’occuper de bébé à temps plein. ça serait super qu’il puisse te relayer un peu plus ne serait-ce que le week-end et que tu puisses prendre du temps pour toi au moins une fois par semaine. De mon côté, j’ai l’inverse à la maison, mon mari est indépendant et travail chez nous, donc il était présent à mes côtés pendant tout mon congé maternité et depuis que j’ai repris le travail il garde bébé les mercredis. Il en fait beaucoup, pendant ma grossesse j’avais le droit de rien faire, pas de ménage… Du coup, il se rend compte à quel point c’est du travail et de mon côté, parfois j’aimerais qu’il en fasse moins car ça me donne l’impression de ne pas en faire assez. Il me dit aussi que c’est trop avec son travail à gérer à côté. J’envisage de prendre un 80 % pour pouvoir passer plus de temps avec bébé et être plus présente à la maison. Je sais que j’ai énormément de chance d’avoir un mari très présent mais parfois j’aimerais qu’il travaille à l’exterieur et que les rôles soient inversés.

le 18/02/2016 à 10h07 | Répondre

Doupiou

En fait avec mon mari c’était ou tout ou rien pendant ma grossesse : hyper pénible pour la bouffe mais hyper feignant pour le ménage !
C’est vrai que la découverte du sexe nous a permis de projeter plus facilement ma grossesse !

le 18/02/2016 à 10h43 | Répondre

Mam' Agrume

Evidemment je n’ai qu’un aspect des choses mais ton mari me parait un poil antipathique (c’est mon côté féministe qui parle).
Genre ultra-concerné pour que TU te tapes les contraintes, mais absolument pas résolu à prendre sa part des contraintes lui-même.
Comme si la société elle-même ne faisait pas assez peser de diktats sur les femmes enceintes et les mères.

le 18/02/2016 à 15h16 | Répondre

Doupiou

Quand je lui disais que j’étais fatiguée par la grossesse ou les nausées, il ne comprenait pas du tout en quoi mon état était fatiguant ! C’est un homme! Jamais il ne pourra ressentir tout cela !
Ce n’est pas non plus un ours bourru 😉 il lui a juste fallu le temps de l’accouchement pour se révéler être le coéquipier idéal !

le 18/02/2016 à 17h47 | Répondre

Freesia

T’entendre parler de la découverte du sexe de votre bébé me donne (presque) envie de savoir aussi si c’est une petite puce 🙂 et d’avoir ce genre de relation avec le papa du coup 🙂

Je pense que ça doit être difficile de devenir papa (et ce malgré une couvade :D); de faire face à la fois à cette petite chose qui chamboule tout dans nos vies mais aussi de garder le cap avec ma vie extérieure (carrière, famille, …). On doit culpabiliser aussi de ne pas pouvoir être plus présent dans l’éducation de bébé/dans ma vie familiale/de louper tous les moments importants comme tu dis.

Sinon, je trouve que DMT est super synchro avec les Maternelles : le sujet du jour « comment devient papa d’un prématuré ? ».

le 18/02/2016 à 10h20 | Répondre

Doupiou

La découverte du sexe lui a clairement permis de se projeter en tant que père !

le 18/02/2016 à 17h48 | Répondre

Camomille (voir son site)

Déjà que je trouve que le mien rentre tard (entre 19h et 19h30)… Chapeau pour être une maman presque solo. Après, comme dit dans tous les autres commentaires, c’est vrai que c’est dommage pour tous les 3 réunis

le 18/02/2016 à 11h55 | Répondre

Doupiou

Alors oui je me considère presque comme une maman solo ! Disons que le peu d’instants de famille que nous avons, nous essayons d’en profiter pleinement

le 18/02/2016 à 17h50 | Répondre

Mister Fahrenheit (voir son site)

La paternité, et nos réactions pendant la grossesse, c’est aussi le résultats de notre vie de famille plus jeune, et la pudeur dans les sentiments d’être père, ca doit concerner plus d’un homme je suppose.
Concernant l’attitude de ton mari pendant la grossesse, il faut aussi prendre en compte qu’on a aucune idée du ressenti. Ma femme était très zen pendant cette période répétant « tout va bien se passer je le sens ». Effectivement tout s’est bien passé, mais nous on est sans moyen de sentir ce lien. Si on rajoute des éléments extérieurs comme du temps avant d’enfin apprendre qu’on allait être papa, une fausse couche dans l’histoire familiale dans ma petite enfance qui n’avait jamais été abordé, alors oui j’ai du être un ayatollah du régime alimentaire. (La pauvre, on venait de booker les billets pour le Japon quand c’est arrivé, adieu sushi et alcool…)
Ensuite, on a appris que cela serait une césarienne programmée, donc pour l’accouchement, je ne peux pas en parler. Mais passer d’un stade de « je sens rien, je suis à part » à 2 heures avec une Crevette dans les bras sans la maman, a se regarder avec l’autre nouveau papa aussi empoté que moi par l’absence de nos compagnes, on passe de tout à tout.
Concernant la vie à la maison, 2 semaines après la naissance on a appris que j’obtenais le poste pour lequel je me battais depuis des mois. Alors les nouveaux horaires ont compliqué les choses, et le déplacement (la maman travaille chez nous, mais cumule 2 jobs, donc pouvoir enfin mettre la petite chez la nounou a été du bonheur). Donc sa proximité géographique fait que c’est elle qui gère les tracas du quotidien (aller chercher en urgence, moi il me faut 1heure minimum pour rentrer, les médecins…)
Ensuite comme tu peux voir l’agencement de ce commentaire, je ne suis pas du tout organisé, donc pour le bien commun, il vaut mieux éviter que je fasse les valises (malgré toute la bonne volonté du monde). Elle fait une très grosse partie du travail, moi j’essaye d’être la le plus possible, et ensuite, on s’aménage parfois des week ends chacun de notre coté pour respirer, ou pour les absences en voyage à l’étranger, on arrive à se relayer pour que l’un ne soit pas lésé par rapport à l’autre.
Ah et la Crevette est un vrai petit pot de glu à sa maman, malgré tous mes efforts 🙂 (et sa maman est consciente que cela peut être très blessant)

le 18/02/2016 à 12h06 | Répondre

Doupiou

J’ai moi aussi eu une césarienne (pas programmée pour le coup) et ce que mon mari et toi avez du vivre est très difficile.
Jamais je n’aurais pensé mon mari capable d’autant de self-contrôle même quand le rythme cardiaque du bébé a chuté. Il m’a avoué avoir complètement craqué une fois que je suis rentrée au bloc mais jamais pendant les 37 longues heures de travail.
ça fait plaisir d’avoir un avis de papa 😉

le 18/02/2016 à 17h54 | Répondre

Melimelanie

Alors je te trouve très courageuse!! Moi je râle dès que mon mari rentre après 18h et je suis bien contente de le voir rentrer pour m’aider à gérer bébé.
Je ne sais pas si tu as des gens autour de toi pour t’aider mais étant éloigné de ma famille je ne me vois pas tenir sans mon mari.

Pour ce qui est de son comportement pendant la grossesse sur ce que tu mangeais ça me fait penser à mon mari.Je l’appelais sergent instructeur. Avec ma menace d’accouchement prématuré il est devenu pire que tout. Mais après par contre il a assuré niveau entretien de la maison. Il a tout géré de front pour que je sois dans les meilleures conditions possibles.

Mais c’est vrai qu’on a tendance à les oublier les pauvres. Eux aussi vivent un bouleversement et ne sont pas aussi bien pris en charge que nous.

le 18/02/2016 à 12h07 | Répondre

Doupiou

Nous avons nos deux familles à proximité immédiates (moins de 20km). Mais par choix je préfère ne pas trop leur demander de l’aide, car ils sont vite très intrusifs !
Je dois quand même demander un coup de main quand je suis de permanence le samedi, donc pas de nounou !

le 18/02/2016 à 17h57 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oh mais dis donc Doupiou on n´a vraiment beaucoup de points communs (sauf l´age si j´ai bien suivi 😉 ). Moi aussi je suis presque maman solo à cause du travail de mon mari. C´est vrai que c´est dure, cette responsabilité. C´est vrai aussi que parfois j´ai l´impression qu´il ne se rend pas compte du travail que c´est. Mais bon je n´ai pas vraiment de solution. Et ce qui me console pour mon fils, c´est que le peu de moments qu´il partage avec son père son vraiment super (mon mari en est gaga).

le 18/02/2016 à 12h11 | Répondre

Doupiou

Ce que je trouve le plus déstabilisant c’est cette responsabilité en permanence lors des décisions !Mon mari n’a jamais pris de décision pour notre fille (même si je ne sais pas s’il faut lui préparer du poulet ou de la dinde…).
Il me dit avoir assez de responsabilités au boulot (argument justifiable…)

le 18/02/2016 à 18h00 | Répondre

Jahanara

Je me retrouve un peu comme toi à gérer pas mal toute seule. Mon mari est aussi à son compte et fait du 6h-19h(30) + 1 weekend sur 2, mais il rentre manger le midi. Du coup je gère bébé quasi seule tout le temps, sauf durant nos repas et le soir lors de l’endormissement quand je suis sous la douche. Mon mari a dû changer la couche une seule fois depuis que nous sommes rentrés de la maternité et n’a pas donné un seul bain (bébé a presque 8 semaines…). Après il fait d’autres choses pour m’aider comme les courses ou la cuisine. Mais comme j’allaite c’est forcément moi qui me relève la nuit et quand la nuit a été très entrecoupée et que bébé pleure bcp la journée, j’aimerais parfois un peu plus de soutien. Mon mari a horreur des pleurs, mais quand ça fait des heures que je gère comme je peux, j’apprécie de pouvoir lui laisser bébé ne serait-ce que brièvement !! J’avoue que quand on parle d’avoir un 2e bébé rapidement ça ma fait un peu peur. Je ne me vois pas gérer un nouveau-né qui pleure bcp + un enfant de 18 mois en parallèle… Et encore, là je ne travaille pas …

le 18/02/2016 à 12h28 | Répondre

Doupiou

Punaise tu as beaucoup de courage ! J’ai eu la chance d’avoir un bébé super calme je n’ai allaité qu’un mois et demi.
Mais pareil, la nuit c’était à moi de me lever, à moi de donner le bain, faire le biberon… Des fois on est tellement épuisées qu’on se demande comment on tient encore debout !
J’ai repris le travail aux 6 mois de ma fille pour ma part

le 18/02/2016 à 18h03 | Répondre

virginie

En tant que chef d’entreprise moi – même, je suis choquée par l’attitude de ton mari : il ne sait pas déléguer ? Je ne comprends pas pourquoi il devrait faire un choix entre des horaires plus raisonnables et sa vie professionnelle
En plus, sans parler de votre vie de famille, je m’inquiéterai pour sa santé, quelqu’un qui ne sait pas décrocher et faire la part des choses de cette manière me semble un peu dangereux… avant tout pour lui même.

le 18/02/2016 à 13h12 | Répondre

Doupiou

Non il ne sait pas déléguer ! Il a eu tellement de pépins qu’il préfère faire tout lui-même ! Quitte à y laisser sa santé en effet…
Moi je ne peux pas comprendre, je fais mes 35 heures tout simplement ! Mais lorsque je lui propose de s’occuper de sa fille, ne serait-ce qu’un repas le dimanche midi, il me dit avoir besoin de se reposer de sa semaine (chose que je conçois !). Donc moi j’ai 0 répit sauf quand ma fille dort (heureusement c’est une grosse dormeuse !)

le 18/02/2016 à 18h06 | Répondre

virginie

Ecoute, je ne veux pas faire de commentaire deplacé, te vexer ou autre mais je me permets d’insister :
1. Personne n’est indispensable
2. Ce n’est pas parce qu’on est chef d’entreprise qu’on ne participe pas à la vie de famille… sinon on n’en fait pas
3. Ce n’est pas parce que tu fais tes 35 heures et c’est tout que tu ne peux pas comprendre, tu le vois bien au quotidien, non ?
4. Il doit absolument s’impliquer sinon c’est réellement malsain.

En fait, je suis outrée, excuse moi encore une fois, je n’ai sans doute pas tous les tenants et aboutissants mais on dirait vraiment qu’il ne prend pas du tout ses responsabilités de mari et de père, sous prétexte qu’il a trop de boulot ! Rassure- moi, il voulait être père ? Pourquoi a-t-il si peur ?

le 18/02/2016 à 19h23 | Répondre

LBck

Coucou les Mamans !
Vos messages sont touchants mais quand même un peu tristes. Merci Doupiou de nous avoir fait partager ces moments.
Je suis aussi maman (d un petit garçon de 2 mois 1/2 ) mais je n ai pas accouché car c est ma compagne qui a porté notre bb. J ai pu vivre la grossesse de l autre côté de la barrière… Je pense que le fait d être une femme a changé la donne. Je suis justement en train de créer mon blog pour les familles dans le cas de la notre mais aussi pour les autres mamans qui seraient curieuses de voir ce qu on ne dit pas toujours quand on est le 2ème parent…
Plein de pensées à tous les parents 🙂

le 18/02/2016 à 14h52 | Répondre

Freesia

C’est vrai qu’être « La » maman (aka celle qui porte l’enfant) permet de se projeter au mieux, de voir venir. On est celle qui ressent, qui entend les spécialistes, à qui on donne des conseils en priorité. Ce qui laisse peu de place au conjoint (que ce soit un homme ou une femme). Le médecin s’adresse à la femme et peut complètement occulter l’autre (sauf s’il s’impose). Quand on demande « avez vous des questions? », on s’attend à des questions de mamans (maman dans le sens « celle qui porte l’enfant » encore une fois). On pense pas forcément (mamans comme professionnels) à inviter les conjoints à tous nos rdv/séances d’information (et d’ailleurs, vu l’heure des rdv parfois, ce serait impossible …).

Je sais que j’essaye de faire participer mon amoureux le plus possible, de le tenir au courant de chaque rdv, de chaque conseils. Mais ça peut déstabiliser. Par exemple, il appréhende toujours le fait que je puisse lui cacher un détail qui peut me paraître insignifiant mais qui pour lui est important.

Et au final, c’est bien les détails qui font la différence…

Même à la maternité, en salle de naissance,j’imagine que l’autre peut se sentir laissé pour compte.

Pour la vie après, je pense que même si la maman a des congés (donc un accès à la parentalité peut être plus rapide/simple), il est impératif que l’autre fasse de son mieux pour être disponible le plus possible, pour décharger la maman (c’est du boulot quand même) mais aussi et surtout apprendre à être Parent en même temps que l’autre.

le 18/02/2016 à 17h26 | Répondre

LBck

J ai eu beaucoup chance car j ai assisté à quasi tous les rdv de l avant, pendant et après grossesse. Je ne voulais rien rater. Mais j ai été surprise car je voyais souvent les futures mamans toutes seules. C est qui m a le plus interloquer c etait à la visite de la maternité alors que c est quand même le 2eme parent qui va gérer l admission et choses dans le genre le Jour J. Je ne parlerai même pas des cours d accouchement… Je mets ça sur le dos de « je suis une fille et que ça m intéresse ».
Je voyais d autres couples pendant ce suivi de grossesse et ma compagne me laissait beaucoup de place et gérer la grande partie des choses. J avais aussi une envie viscérale d être présente à tout et pour tout, surement quelque chose à prouver…
En tout j ai trouvé et je le pense encore que les hommes ne se font pas confiance et n osent pas assez s imposer, d où la difficulté à trouver sa place. Ils se disent souvent que leur femme sait mieux et la laisse gérer… C est bien connu la maternité est une affaire de femme hein ?!
Bah pour en être une, je tiens à dire que non nous ne naissons pas avec la maternité innée et que nous doutons nous aussi. J ai remarqué aussi que certaines femmes ne laissent pas suffisemment de place à leur conjoint d’où un retrait de leur part.
Le congé mater n est pas optimum et les 2èmes parents devraient pouvoir prendre eux aussi un moment (plus que 11 jrs) pour profiter plutôt que de restreindre la mort dans l âme à aller bosser…

le 18/02/2016 à 18h56 | Répondre

Freesia

Je suis d’accord avec toi, c’est vrai que lors de beaucoup de séances d’information/visite de la maternité/rdv/prepa, beaucoup de pères ne sont pas la. Après, je ne veux pas faire de généralités en disant que c’est parce que tous ne se font pas confiance. Je prends exemple mon conjoint qui adorerait être là partout tout le temps ! Mais, la visite de la maternité c’est le mardi seulement (donc vraiment incompatible avec ses horaires), la prepa c’est le matin de 9h à 10h (avant, ça devait être entre midi et deux pour l’arranger mais j’ai appris hier que ce n’était plus possible) et le plus flagrant c’est … Une réunion d’information sur la place du père qui a lieu seulement un lundi par mois maxi de 14h à 16h. Autant dire que c’est là aussi impossible pour lui de se libérer. Et pourtant, il serait le premier à vouloir/devoir y être.
Je pense que ça dépend des couples, des hommes mais également de leurs femmes comme tu dis.
La maternité est un monde très féminin et même si ca devient courant que les hommes s’impliquent, il y a encore beaucoup de progrès à faire ! Que ce soit pendant la grossesse et après 🙂

le 18/02/2016 à 20h37 | Répondre

Doupiou

Ce que tu dis n’est pas complètement faux : mon mari avait peur que je sache quelque chose que je ne lui dise pas pendant ma grossesse. Je l’emmenais à toutes les échos, il a fait 3 RDV sage-femme et la dernière consultation.
Par contre pendant l’accouchement, il ne s’est jamais senti à l’écart ! En fait on a fait une super équipe à 3 ! Bon nos efforts n’ont pas été concluant puisque la césarienne à quand même eu lieu !
Mais je pense qu’être projeté seul avec un bébé pendant 3 heures (pendant que j’étais en salle de réveil) ça a du être éprouvant pour lui !

le 18/02/2016 à 18h11 | Répondre

Madame Irbis

Comme ton mari, le mien est chef d’entreprise. Avec les grosses journées (9h – 21h en général) et les soucis à gérer pendant les we, les vacances, les mails qui arrivent tout le temps.
Je vois beaucoup de lectrices qui se disent choquées ou outrées par le peu d’implication de ton mari, mais pour avoir le même à la maison, c’est très difficile de dire stop.
Cette entreprise est en fait son premier bébé, celle qui nous fait vivre (circonstance aggravante dans mon cas, je ne travaille pas !), celle pour laquelle il s’est battu des années, un projet qui devient enfin réel… Il y est très attaché et sera dévasté le jour hypothétique où il devra la fermer.
Alors, comment moi, en tant que conjointe, je peux lui dire de rentrer plus tôt ? pourquoi devrais je lui demander d’arrêter d’écrire un devis à 100.000€ pour donner le bain ou le petit pot à son fils ?
Certes, il n’y a pas que le travail et l’argent dans la vie. Mais sans ces deux là, pas de vie possible !
Je ne cache pas que c’est dur à gérer. Qu’il y a des jours, j’aimerai tellement qu’il redevienne salarié et rentre à 18h. Surtout quand je me rends compte qu’il n’a jamais donné un bain, ni même passé une journée entière à occuper de son fils sans que je sois là.
Mais, c’est un choix de vie, notre choix de vie. Et j’espère juste que d’ici quelques années, son entreprise fonctionnera bien et qu’il pourra enfin lâcher prise et profiter ! (je lui ai donné ma limite, il sait que si d’ici 1 à 3 ans on a toujours le même rythme, il devra la fermer…)

le 22/02/2016 à 17h02 | Répondre

Virginie

Je suis dans le cas de ton mari et je n’entends pas le même discours dans ton commentaire et dans l’article. J’entends ici que c’est votre choix alors que, dans l’article, cela semble subi. C’est hyper délicat comme sujet, je voulais donc juste rectifier mon propos s’il n’est pas clair.

le 22/02/2016 à 17h30 | Répondre

Doupiou

Ton expérience fait entièrement écho à la mienne ! J’ai toujours soutenu mon mari dans l’ouverture de sa boîte et je savais quel avenir on allait avoir. Moi non plus il n’a jamais passé une journée complète seul avec sa fille . Je connais trop bien les « vacances » et « week-end » où le mode déconnexion n’existe pas. Même pendant son congé parental il a du aller voir des clients et accessoirement un déplacement à l’autre bout de la France alors que notre fille avait à peine 3 semaines !
Je reste positive sur l’avenir et j’espère des jours où il sera plus disponible. En attendant, il est clairement impossible d’envisager une seconde grossesse !

le 23/02/2016 à 11h23 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?