Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Tu es une fille – Lettre ouverte à PetitePerle


Publié le 17 mai 2017 par Doupiou

PetitePerle,

J’ai eu tellement de mal à écrire cet article. A être juste sans te faire peur. Je voulais destiner ce billet aux lectrices mais les premiers mots qui me viennent te sont adressés.

Source : Pexels

Je me rappellerais toute ma vie de ce jour où Docteur Gynécologue nous a annoncé « une petite puce ». J’étais ravie, le prénom était déjà choisi bien avant que tu ne te retrouve au chaud dans mon ventre.

Et puis j’ai réfléchi à la relation que nous allions avoir toutes les deux. Tout le monde me disait qu’une petite fille était collée à son papa, était dans la rivalité avec sa maman. J’ai souvent été bien plus proche de mon papa que de ma maman mais je n’ai jamais eu de rivalité pour elle. Elle est ma mère, je suis sa fille. Point. J’ai toujours adoré sa façon de s’habiller, si féminine et élégante. Elle était pour moi un modèle.

Ma maman

Elle me parle souvent de la relation qu’elle avait avec sa mère, à une époque où, dans une famille nombreuse de dix enfants, sa mère lui apprenait à être une bonne femme de maison. Elle sait récurer à la perfection une cuisine, repasser une chemise délicate ou cuire un filet mignon. Jamais elle n’a eu de relation privilégiée ou tendre avec sa maman.

Elle me raconte souvent comment un jour, jeune adolescente, elle est arrivée en pleurant chez ses parents sur son vélo, le pantalon blanc tâché de sang et qu’elle hurlait qu’elle allait mourir. Sa mère lui a ri au nez en lui disant que c’était des trucs de femme, sans lui en expliquer plus.

Ma maman n’a pas été très câline avec moi. Avec le recul, comment lui en vouloir avec des triplées ? Mais elle a toujours été très prévenante. Elle m’a parlé rapidement des règles, des changements que mon corps allait subir. Je savais que je pouvais lui confier beaucoup de choses et que c’est ce qu’elle attendait. Ma première visite chez le gynécologue pour prendre la pilule, c’était avec elle à mes côtés.

Ma maman s’est secrètement élevée contre le modèle patriarcal et sexiste dans lequel elle a grandi. Elle m’a toujours dit de ne JAMAIS dépendre d’un homme. Elle m’a toujours poussée à être une femme accomplie, épanouie et indépendante.

Je ne me sens pas féministe car pour moi, cela est non-sens. Je ne m’étendrais pas car ce n’est pas ici le sujet.

Papa vs. Maman

Papa est un peu bourrin. Il pense que si tu te prends une claque, tu dois la rendre en plus fort. Je ne partage pas cette idée, mais soit ! Il admire beaucoup ton indépendance et ton caractère affirmé. Pour ça, tu lui ressemble énormément. Mais vous n’avez pas du tout la relation utlra-fusionnelle que tout le monde m’annonçait.

Je suis plutôt dans la pédagogie bienveillante. J’essaie de te donner confiance en toi, valoriser des réussites et te prouver que rien ne t’es impossible. Je pense qu’on apprend beaucoup de nos échecs ou de nos erreurs.

La relation fusionnelle c’est avec moi. Est-ce que l’accouchement difficile nous a rapprochées ? Certainement. Nous nous sommes apprivoisées l’une et l’autre et je suis persuadée que ce temps de connaissance et de rencontre a créé un lien particulier entre nous.

Tout ce que je veux te dire

Je suis terrorisée par tout ce que tu devras subir, ma fille. Je ne pourrais pas te protéger de tout et cela me rend malade. Je ne pourrais pas t’empêcher d’avoir peur quand tu rentrera seule soir, je ne pourrais pas t’empêcher d’avoir des peines de cœur ou des amitiés difficile.

Mais je pourrais te donner les billes pour être plus forte dans cette société machiste et sexiste. Et accessoirement péter les genoux de celui ou celle qui te fera du mal.

Je sais que tu devras lutter pour gagner autant qu’un homme, que tu devras être sans pitié car tu seras moins crédible qu’un homme.

Je veux que tu sois une guerrière ma chérie.

Je ne veux pas forcément que tu fasse de longues études, juste que tu sois heureuse dans ton travail. Je ne veux pas forcément que tu gagne des millions (quoique pour payer la retraite de ta vieille maman…) mais que tu puisse vivre convenablement sans compter les euros à la fin du mois.

Je ne veux pas que porter cette jupe te fasse craindre des jugements.

Je ne veux pas que tu aies peur de ton corps. Ton père a été élevé dans le secret des menstruations : avec deux grandes sœurs à la maison, il n’avait jamais vu un tampon de sa vie. Il estime que c’est sale. Alors que j’hurle au scandale quand, dans les publicités, on nous montre le joli liquide bleu remplaçant le sang des règles. Je t’apprendrais à utiliser une coupe menstruelle si te le souhaite (c’est grâce à mes copines chroniqueuses que j’ai dis adieu aux tampons !). Tu verras qu’il n’y a AUCUN tabou sur ton corps de fille. D’ailleurs, tu as eu des mini-règles le lendemain de ta naissance, et même une montée de lait. J’avais regardé avec étonnement ces petites gouttes perler de ton petit téton légèrement gonflé !

J’ai parfois regretté que tu ne naisse pas avec une paire de testicules. Voilà c’est dit. Et ça me fait mal au cœur. Même ton père s’accorde à dire que tout est souvent plus facile pour un garçon… Mais c’est à toi de changer la société de demain ! C’est ton futur devoir de citoyenne !

 

C’est terrible car en écrivant cet article, j’ai l’impression de préparer un champion pour un combat de boxe. Je me sens comme le vieil entraîneur expérimenté qui va lâcher son poulain sur le ring de la vie (punaise c’est magnifique ce que j’écris…)

J’espère ne pas t’avoir fait trop peur, et sache que maman et papa seront toujours là pour toi.

Source : Pexels

Et toi ? Pense-tu qu’il est difficile d’élever une petite fille dans notre société ? Est-ce vraiment plus facile avec un garçon ? Quelle image de la femme veux-tu donner à ton enfant ?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

33   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Lune

Très bel article !

le 17/05/2017 à 07h09 | Répondre

Gwen

Article très touchant même si je ne suis pas d’accord sur le fait que ce soit plus facile d’élever un garçon .. J’ai un petit bonhomme de 5 mois et moi aussi je m’inquiéte pour son avenir. Fera-t-il les études qu’il souhaite, aura-t-il un travail et une famille qui le comble? Aura-t-il un caractère affirmé, des copains pour sortir ou sera-t-il timide ou bagarreur? (Ou macho, l’horreur!!) Et non je n’aurais pas besoin de lui expliquer ce que sont les règles mais les préservatifs oui ! Je pense que l’éducation d’un enfant n’a rien à voir avec son sexe et ce n’est pas plus facile ou compliqué suivant celui-ci. Bien sûr ce n’est que ce que je pense car je n’ai pas de fille pour comparer!

le 17/05/2017 à 07h47 | Répondre

Doupiou

Super d’avoir ton retour ! J’attendais justement les commentaires de mamans de garçons pour contrer mon propos ! Effectivement je n’avais pas pensé qu’avoir un garçon pouvait se faire poser la question : et si mon fils devient un macho sexiste ?

le 17/05/2017 à 10h29 | Répondre

Marjolie

Est-ce qu’il ne faudrait pas AUSSI expliquer aux garçons ce que sont les règles et aux filles ce que sont les préservatifs??
(bon, je dis ça et bon courage, hein, pas facile pour beaucoup de monde de mener ce genre de conversation avec ses enfants, je pense!)

le 17/05/2017 à 11h51 | Répondre

Emmy

Hello Gwen,

je comprends tes inquiétudes et les partage. En effet, les mamans de garçons sont amenées à partager et à s’inquiéter de choses totalement différentes mais tout aussi importantes !
Cependant, une phrase me chagrine dans ton message : ne crois-tu pas qu’enseigner ce que sont les règles à ton garçon (à un moment ou un autre) ne puisse en faire rien d’autre qu’un homme meilleur ? Qui comprendra les femmes et, potentiellement, n’en sera que plus respectueux ? Je rebondis sur ce que nous raconte Doupiou, son mari qui trouve ça sale … C’est tellement dommage ! Je pense que le mieux-vivre des filles passe aussi par l’éducation des garçons ! (Sur ce sujet et sur bien d’autres …
Amicalement,
Emmy.

le 17/05/2017 à 13h56 | Répondre

ANAIS

J’ai deux petits garçons et les règles ici ne sont pas un tabou….Le plus grand a 5 ans et sait que les femmes ont des saignements « du minou » de temps en temps quand elles ne vont pas avoir de bébé…et finalement, si jamais il voit un tampon ou une serviette (oui je vais me mettre a la cup bientot 😉 ) au moins il saura que tout va bien ! Je me dis aussi que souvent on a peur de l’inconnu, et que si mes garçons comprennent mieux les femmes au sens large, alors ils les respecteront d’autant plus…Je ne suis pas spécialement féministe, j’aurais plutôt tendance à reproduire un schéma traditionnel…mais mes parents forment vraiment le couple plus égalitaire que je connaisse…mon père n’aide pas…il programme et FAIT : même cette fameuse charge mentale est partagée 😉 …C’est un modèle dont j’aimerais que mes enfants s’inspirent. Pour en revenir aux peurs que tu as de voir ta fille grandir et évoluer dans un monde difficile…Fille ou garçon…les peurs aux fond sont les mêmes je pense…l’échec, le regard des autres, la difficulté à s’adapter a un monde qui sombre a une vitesse folle, les drogues, la violence…à nous de faire de notre mieux pour leurs donner un maximum de confiance en eux, et de courage…socialement on se dit que les filles sont plus fragiles, ce qui selon moi est faux.Pour autant c’est vrai qu’elles peuvent être méprisées par certain..Nous sommes dans un monde dur, mais plein d’espoir puisque nous apprendre nos valeurs a nos enfants…peut etre que c’est cette génération justement qui arrivera a stopper ce qui nous fait peur actuellement 😉
Encore une chose : j’aurais voulu des filles, car j’avais peur de ne pas savoir élever des garçons…j’attends l’adolescence mais pour le moment ca va lol et bien qu’ils puissent être câlins avec moi…ils adorent être avec leurs père. LA relation avec les parents, une fois l’œdipe passé, je pense que ça vient des caractères de chacun et des moments partagés….

le 17/05/2017 à 15h09 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ce bel article ! Forcément comme je suis maman d’un garçon et que je me prépare à en accueillir un deuxième il y a beaucoup de questions que je ne me pose pas. Et je me suis rendue compte en discutant avec d’autres mamans que peut être encore aujourd’hui sur certains aspects il est un peu plus compliqué d’être la maman d’une petite fille, c’est vrai. Mais bon vous avez le droit d’acheter des barrettes roses ça compense 😉 (ceci est bien sûr une plaisanterie hein).

le 17/05/2017 à 09h13 | Répondre

Doupiou

Je pense que chaque sexe a ses problématiques d’éducation mais que, par rapport à la société dans laquelle nous vivons, ça me fait plus peur d’avoir une fille qu’un garçon

le 17/05/2017 à 10h35 | Répondre

ANAIS

c’est vrai que les barrettes et le rose et les futilités en tout genre ca me manque un peu quand même! c purement un cliché…mais j’adore ! heureusement j’ai des nièces lol

le 17/05/2017 à 15h13 | Répondre

Céline

Magnifiqe article!! Tu m’as donné des frissons et fait monter les larmes aux yeux, par la force que tu transmets (je ne me fais pas trop de souci poir PetitePerle qui seras aussi prête qu’on peut l’être grâce à toi et à ce qui tu lui donnes) et aussi par la tristesse et la violence du monde que tu décris (vision que je partage maheureusement, tout en gardant beaucoup d’espoir car nous sommes nombreuses – et nombreux – à vouloir offrir mieux à nos enfants…)
Merci et bonne route à toi et surtout à PetitePerle… WE CAN DO IT!!!

le 17/05/2017 à 09h29 | Répondre

Doupiou

Merci pour ton commentaire qui m’a beaucoup ému

le 17/05/2017 à 11h55 | Répondre

Lilicorne

Merci pour cet article si touchant. Il m’a beaucoup parlé-
J’avoue que lorsque j’étais enceinte et que j’ai appris que c’était un garçon, une de mes première réaction a été « Ouf, au moins sa vie sera plus facile ! »
Néanmoins je pense qu’autant on a envie d’élever nos filles en guerrière, autant nos garçons doivent être élevés pour devenir des hommes bienveillants, respectueux et sensibilisés à la cause des femmes. Et ce n’est pas évident non plus !
Ce sont nos enfants qui feront la société de demain, nous pouvons contribuer à la faire progresser à travers eux 🙂

le 17/05/2017 à 09h33 | Répondre

Doupiou

Merci pour cet éclairage ! Je te rejoins complètement ! Si j’ai un fils un jour, ce sera à moi de l’élever dans le respect de la femme !

le 17/05/2017 à 10h38 | Répondre

Aliénor

Belle lettre à ta fille. J’ai un garçon et une fille maintenant, et j’avoue que je me fais aussi du souci pour ma fille, dans ce monde où elles ne son pas en sécurité. Mais je m’en fais aussi pour mon fils, qui est sensible, mais moins en l’imaginant sortir avec des copains dans quelques années.

le 17/05/2017 à 10h33 | Répondre

Doupiou

C’est ce que ma mère disait : à l’adolescence les garçons sont moins inquiétés que les filles. Idem pour leur parents !

le 17/05/2017 à 10h39 | Répondre

Lisa

Je ne sais pas si c’est plus compliqué d’élever une petite fille qu’un petit garçon. Une maman s’inquiète toujours pour ses enfants mais c’est vrai que pour une fille, certaines questions se posent plus. Je suppose également que les parents auront plus d’inquiétudes lorsque leur fille sortira le soir par exemple… Je trouve ça bien d’avoir une relation de confiance où l’enfant puisse se confier si besoin sans tabou. Et puis, cela dépend de tellement de facteurs aussi, la personnalité de l’enfant, des rencontres qu’il fera… Je trouve également important qu’il puisse avoir confiance en lui, qu’on puisse lui donner les armes pour se défendre tout en lui inculquant le respect des autres. Je suis maman d’un garçon et j’ai également des inquiétudes, issu d’un couple mixte, avec un nom de famille à connotation étrangère, j’ai peur pour sa future recherche d’emploi par exemple ou qu’il ait à subir quelconque discrimination. J’aimerais que mes enfants soient fiers de qui ils sont et de leurs racines. j’ai aussi envie d’être optimiste, d’imaginer un monde meilleur, où chacun aurait ses chances peut importe qu’il soit fille ou garçon, peu importe ses origines, ses orientations…

le 17/05/2017 à 10h55 | Répondre

Doupiou

Merci pour ce commentaire plein d’optimisme. PetitePerle a aussi un nom à consonance étrangère et je me suis même posé la question de lui transmettre mon nom bien-français-comme-il-faut. Heureusement que je me suis mise à me détester de penser ça !

le 17/05/2017 à 11h59 | Répondre

ANAIS

Mais c’est une question sociale malheureusement. Mes enfants n’ont pas d’origine particulière…Mais des prénoms basque, très peu courant, et juste au cas ou un jour, j’ai préférais donner un deuxième et troisième prénoms bien bien »français », pour qu’ils puissent changer….

le 17/05/2017 à 15h20 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

C’est une très belle lettre pour ta petite fille! Je suis moi-même maman d’une princesse et je n’avais pas encore réfléchis à tout ça. Peut-être parce que malgré que je sois une fille, je n’ai pas l’impression de devoir me battre plus qu’un homme? Peut-être que je me trompe mais en tout cas, je vais réfléchir à chacun de tes mots.

le 17/05/2017 à 11h15 | Répondre

Doupiou

C’est super si tu ne t’étais jamais posé ces questions pour ta fille. Je trouve ça plutôt rassurant même !

le 17/05/2017 à 12h01 | Répondre

Littlefrog

Maman d’un petit garçon j’ai beaucoup d’inquiétude justement… À moi de lui apprendre le respect, les émotions et le non machisme (3 sujets pas présent dans la famille du papa),et je m’inquiète du fait qu’il puisse être bouc émissaire comme un de mes neveux qui subit des violences… Et je crains qu’il soit influençable et qu’il touche à la drogue, ou qu’il fasse des petits délits en bande.. Car oui je vais lui apprendre des choses mais l’adolescence est sensible et il peut changer du tout au tout ! Et un garçon se confie bcp moins à ses parents… Osera t il nous dire si dans sa vie il y a des difficultés ?! Et sera t il en harmonie avec ses ressentis? (mais j’avoue que je suis terrorisée sur le fait que ma fille future puisse avoir des problèmes et subir des abus… )

le 17/05/2017 à 12h42 | Répondre

Doupiou

On aura toujours des inquiétudes quel que soit le sexe! C’est la vie de maman!

le 17/05/2017 à 13h59 | Répondre

Elo (voir son site)

Je suis d’accord avec toi. Avoir une fille implique de lui transmettre certaines « armes » pour qu’elle puisse avoir confiance en elle et surtout qu’elle n’ait jamais honte de qui elle est. C’est bien sûr pareil pour un garçon mais je pense que la vie est quand même plus facile à vivre en tant que garçon ou en tout cas qu’ils ont plus de facilités à avancer dans certains domaines. Concernant la relation fusionnelle avec son papa, ce n’est pas du tout le cas ici aussi. Ma fille a deux ans et demi et en ce moment elle repousse mon mari et me sollicite énormément. Cela changera peut-être un peu plus tard, vers 3-4 ans. En tout cas j’espère qu’elle ne sera pas trop dure avec moi! lol

le 17/05/2017 à 12h48 | Répondre

Doupiou

Concernant la relation, je pense que l’âge entre en compte et aussi la composition générale de la famille. Mon mari ne voit sa fille qu’un jour par semaine et le lui fait payer en le rejetant systématiquement

le 17/05/2017 à 13h27 | Répondre

CupCake

Oui j’allais dire que je compte énormément sur les mamans de garçons pour leur apprendre le consentement 🙂
Et je ne pense pas que ce soit plus dur d’élever une fille qu’un garçon !
Les grandes problématiques restent les mêmes, et la difficulté dépend plus du caractère de l’enfant que de son sexe !
Si j’ai un garçon aprés ma petite fille, je le ferais bien participer aux tâches ménagères et je mettrais la notion de consentement à l’honneur !!!!

le 17/05/2017 à 12h53 | Répondre

Doupiou

Complètement d’accord avec toi !

le 17/05/2017 à 13h27 | Répondre

Flora (voir son site)

Je n’ai pas trop compris ton problème avec le féminisme, mais il me semble que beaucoup de tes questionnements par rapport à ta fille s’inscrivent dans cette problématique.
Je n’ai pas d’enfants donc c’est sans doute plus facile à dire, mais j’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi ta fille aurait besoin d’être élevée dans la peur de ce qui pourrait éventuellement lui arriver. Non une fille n’est pas une petite chose fragile, et oui la vie est un combat de tous les jours pour tout le monde fille comme garçon. Je ne suis pas en train de nier le sexisme dans notre société, je dis juste qu’il y a autant d’effort à faire des deux côtés pour arriver à une société harmonieuse. Je trouve qu’en ce qui concerne l’égalité, les parents des garçons ont une plus grande responsabilité parce qu’il s’agit de leur apprendre à aller à contre courant.
Mes parents m’ont dit que j’étais forte, ils m’ont dit que mon avis comptait et qu’il ne fallait laisser personne me dicter ma conduite. Ils m’ont appris à ne dépendre de personne et que personne à part moi ne pouvait m’empêcher de devenir ce que je voulais. Ils m’ont aussi appris qu’une paire de testicules ne servait qu’à fabriquer des spermatozoïdes et c’est tout ! Et si j’ai une fille un jour, c’est exactement ce que je lui dirais.

le 17/05/2017 à 14h25 | Répondre

Doupiou

Pour répondre à ton commentaire, je n’ai aucun problème avec le féminisme, simplement que l’idée qui est parfois véhiculée ne me convient pas. C’est pour cela je dis ne pas souhaiter m’étendre sur le sujet car ce n’était pas le but premier de mon article.
D’autre part, je ne dis pas que ma fille doit être élevée dans la peur de ce qui pourrait lui arriver. Au contraire. Je fais juste part de mes inquiétudes de maman d’une petite fille qui grandie dans une société encore trop sexiste. Évidemment que les mamans de garçons doivent aussi éduquer leur(s) enfant(s) dans le respect des deux sexes. C’est la base de l’égalité et du bien vivre ensemble.
Tu as beaucoup de chance que tes parents t’aient soutenu et fais devenir la femme forte que tu semble être aujourd’hui. Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde et j’ai des connaissances proches qui élèvent leurs filles comme des petites princesses toutes fragiles. Ce n’est pas ma façon de voir les choses!

le 17/05/2017 à 15h00 | Répondre

Jubijoba

Ton article me parle, car j’ai un petit garçon, et lorsque le Gygy m’a annoncé à l’écho le sexe, j’ai été un peu soulagée ! C’est bête mais je me suis dit qu’il serait plus libre, où qu’il vive, et que contrairement à une femme il ne serait pas tout le temps obligé de faire le double pour prouver qu’il mérite un job/une qualification/un salaire … C’est un peu bizarre mais c’était vraiment un sentiment en moi. Par contre je veux vraiment l’éduquer dans la vision de l’égalité, son papa et moi faisons le même métier,autant d’heures de travail par semaine, et des tâches équivalentes à la maison. Je veux lui apprendre à la fois le respect des femmes, mais aussi comment les gâter et bien s’en occuper !! Pour que ce soit un homme bien et puis si il aime les femmes ça sera plus cool pour sa future compagne 😁

le 17/05/2017 à 16h00 | Répondre

Doupiou

C’est tout à ton honneur d’éduquer ton fils comme ça !

le 17/05/2017 à 18h51 | Répondre

Weena (voir son site)

Je vois que tu as déjà eu pas mal de réponse de maman de garçons. À chaque fois que je vois un article sur ce thème, je me fais la même réflexion : je pense que si j’ai une fille, j’aurais les mêmes inquiétudes, les même « ambitions » pour elle. Mais éduquer deux petits garçons dans une société machisme et sexiste comme la notre m’angoisse autant 😥 Comment les aider à être eux-mêmes sans se soumettre aux regards des autres, exprimer leur sensibilité, etc. pour en faire des hommes respectueux de tous et donc respectable !!!
Est-ce que nos parents se posaient autant de questions ou est-ce que nous sommes (enfin? en particulier?) une génération qui se remet/remet en question l’ordre établi 😊

le 17/05/2017 à 20h02 | Répondre

Doupiou

C’est une super ouverture que tu fais (style BAC de philo !) ! Est-ce que nos parents se posaient les mêmes questions ? Je pense que certains oui mais ça devait être assez tabou. Comme je l’expliquais, ma mère me disait s’élevait secrètement contre le sexisme. Comme si le fait d’affirmer haut et fort que d’éduquer ses enfants dans un modèle différent que celui qu’on a reçu était interdit…
Par contre leur parents ne se posaient surement pas la question !

le 18/05/2017 à 08h40 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?