Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Un deuxième enfant ?


Publié le 19 octobre 2018 par Étoile

Petit Prince va sur ses trois ans maintenant. Oui, déjà ! Forcément, on ne peut que songer et réfléchir à un petit deuxième. Mais comment est venue la réflexion ? Autant, cela a été une envie naturelle et incompressible pour mon petit garçon, autant les choses sont différentes aujourd’hui. La décision me parait plus « rationnelle » bizarrement. Je te dresse un petit peu les pour & contre dans notre foyer.

Contre un petit deuxième

  1. La fatigue: Certes notre fils est plus indépendant, les couches se terminent avec l’entrée en maternelle… mais nous sommes toujours aussi épuisés. Je pense que nous sommes des parents « notre enfant d’abord », et qu’on ne s’arrête jamais. Et surtout, nous n’avons aucun relais. Sauf que deux, trois heures à deux, ce serait quand même bien parfois ! Un petit deuxième va forcément amener plus de fatigue.
  2. L’organisation : Deux postes de cadre, un poste de direction pour moi & un poste avec beaucoup de déplacements pour mon mari. On est d’accord : pas besoin de vous faire un dessin pour savoir qui va aller chercher les enfants le soir 🙁 Bref, c’est sport comme beaucoup de famille.
  3. L’impact sur la carrière : Argument refusé. Bizarrement, c’est très très secondaire pour moi cette fois-ci alors que je suis sur mon poste actuel depuis peu de temps.

Pour être honnête, au delà de ces aspects, il n’y a pas vraiment d’autres objections.

La fatigue, ça se gère et puis les enfants pourront jouer entre eux. Quant à l’organisation, cela me forcera à lever le pied ? Je suis optimiste.

Photo : Pixabay – Sathyatripodi

Pour un petit deuxième

  1. La relation fraternelle : impensable pour nous que notre enfant soit unique. C’est l’ARGUMENT de poids.
  2. La fin de l’exclusivité pour Petit Prince : Je pense que cela fera du bien à Petit Prince de ne plus être seul et équilibrera d’une certaine manière nos relations. Je trouve qu’il est moins aisé de véhiculer des valeurs telles que le partage, la patience lorsque l’enfant est seul – valeurs que l’on doit rapidement comprendre lorsqu’on est plusieurs. Certes, il côtoie plus aisément ses valeurs à la crèche, à l’école, mais c’est important que ce soit aussi le cas dans l’environnement familial.
  3. L’envie de prendre à nouveau soin d’un petit bébé : Cet argument provient plus de mon mari à voir ses yeux briller dès que nous croisons un tout petit bébé. Quant à moi, je ne me pose pas la question. J’en suis plutôt au stade  : « apprécier d’être enceinte malgré les maux de la grossesse ». Il va falloir que je révise mes anciens articles, ah, ah.
  4. Compléter notre famille : Difficile pour moi d’envisager n’avoir qu’un seul enfant (=> cela renvoie au premier argument finalement).
  5. L’excitation de savoir si c’est une fille ou un garçon : C’est bien si c’est une fille car nous avons déjà un petit mec, mais ce sera très bien un garçon aussi !
  6. Préparer son arrivée avec son grand frère
  7. Le bon timing: On voulait profiter des premières années de Petit Prince. Maintenant qu’il rentre à l’école, nous n’avons plus d’excuses pour attendre !

J’avoue que mes arguments sont un peu brouillons et j’ai sans doute oublié des choses, mais je pense que tu as compris : le POUR gagne par KO.

Le cheminement est venu tout doucement, naturellement… Certes de manière moins spontanée & viscérale que pour Petit Prince de mon côté, mais d’une manière plus apaisée et réfléchie. D’une part, je me pose moins de questions sur mon corps, sur le déroulement d’un grossesse, et d’autre part, mon mari est aujourd’hui un papa épanoui (alors qu’il était à l’époque plutôt stressé pour notre premier…). Pour résumer, notre maturité, nos évolutions depuis la naissance de Petit Prince rendent la perspective différente, mais pas moins belle. Bien au contraire.

Et toi, comment est venue l’envie du petit deuxième ? Comment avez-vous pris cette décision avec le papa ?


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

La Comtesse Bleue (voir son site)

Ton article tombe tellement à pic ! C’est exactement nos réflexion du moment ! Pour nous j’aurais mis « la fin de l’exclusivité » dans les contre ahah ! Je suis enfant unique et j’ai l’impression de trahir petit Miracle en lui faisant un petit frère ou une petite soeur même si, moi-même enfant unique (mariée à un aîné de fratrie nombreuse) je suis persuadée qu’il y a des avantages et inconvénients dans les deux situations ! En revanche, je me retrouve dans le côté plus « rationnel » de cette envie du petit deuz, clairement après avoir attendu petit Miracle 3 ans l’envie était plus « viscérale », c’est le moins qu’on puisse dire !

le 19/10/2018 à 10h19 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

Pour nous aussi l’argument n°1 pour un petit troisième (nous avons eu des jumeaux en premier) était de pouvoir créer une grande famille avec beaucoup de liens entre eux. Etant fille unique, je ne me voyais pas du tout avec un seul enfant. Peut être pour ça que j’ai eu des jumeaux ?

le 19/10/2018 à 10h44 | Répondre

Lily

Ouiii super projet !
En effet les enfants jouent entre eux. honnêtement la première année est difficile, mais ensuite c’est plus facile avec deux enfants qu’avec un seul car ils s’occupent mutuellement 🙂 (on arrive même à faire des semi-grasses matinées le week-end maintenant : à 2 ans et 4 ans ils jouent tous les deux hyper gentiment pendant une heure ou deux le temps qu’on émerge, on a juste à tendre une oreille de temps en temps (et sans télé hein, sinon c’est de la triche)… J’adore !)

le 19/10/2018 à 11h26 | Répondre

Doupiou

C’est marrant j’ai eu ces mêmes réflexions avant de tomber enceinte de Barbouille ! Je suis tout à fait d’accord avec toi : le choix du deuxième se fait de manière plus rationnelle. C’est mon ressenti du moins !

le 19/10/2018 à 12h16 | Répondre

Darras Ludivine

Merci pour ton article. C’est une question qui me tiraille beaucoup. Je ne me vois pas avoir qu’un seul enfant.
Cependant j’ai peur. L’apres bébé 1 a été tres dur pour le couple et j’ai même fait une depression. Pour moi c’est encore une periode tres difficile. Un jour j’en ai envie car j’ai envie de revivre une grossesse et d’avoir un 2eme enfant mais le lendemain je me dis que je ne suis pas bien dans ma peau et que j’ai peur d’etre à nouveau dans cette periode infernale et j’ai peur de replonger.
Mon fils va sur ses 2 ans j’ai 31 ans j’ai encore le temps d’y songer. je reste tirailler car j’ai tellement envie d’etre epanouie et de me dire que c’est possible de bien vivre l’apres naissance de bébé 😉

j’espere avoir cette chance de revivre une grossesse et d’etre une maman épanouie.

le 19/10/2018 à 14h28 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

On s’est posé un peu les mêmes questions ici aussi pour ce deuxième. Et puis finalement, c’est venu naturellement quand on s’est décidé.
Aujourd’hui, ça fait 1 an qu’on essaie et que ça ne marche pas… Et je peux te dire que finalement, ce bébé est autant attendu que sa grande sœur!

le 19/10/2018 à 14h42 | Répondre

Léa

J’aurais pu écrire exactement la même chose, sauf que dans les contres on rajoute que la maman a repris des études… et que le papa n’est pas DU TOUT facile à convaincre que c’est INDISPENSABLE d’avoir un deuxième (pour que le premier ne soit pas fils unique). Comme pour toi, ce n’est pas tellement pour moi que je veux un deuxième mais pour mon petit garçon, qu’il connaisse la joie d’une fratrie et qu’il soit un peu moins « enfant roi ».

le 19/10/2018 à 14h47 | Répondre

Marie B

alors pour le coup j’ai l’impression d’etre une extra-terrestre!
Mon envie de 2e était presque plus viscérale que pour ma 1ere, en fait dès que ma grande est née, j’avais l’impression d’être incomplète et qu’il me manquait un bébé!
Au final la petite 2e s’est invitée avant même qu’on décide de se lancer (merci le bébé retour de couche…heureusement avec un allaitement loooooong ma 1ere avait 1 an à mon retour de couche).

Là j’ai envie d’un 3ème, mais d’un point de vue raisonnable je sais qu’il ne viendra pas…

Mais je me retiens parfois de parler de ce 3e comme s’il existait.

le 19/10/2018 à 15h51 | Répondre

Charivari (voir son site)

Moi ça me rassure de lire ton témoignage Marie! Car comme toi, l’envie du deuxième était là dès la fin de mes suites de couches un peu gratinées (le lendemain de l’accouchement c’était plutôt du genre « plus jamais »). Mais je ressens cette envie du plus profond de mes tripes (ça me fait d’ailleurs un peu peur… je me demande si ça s’arrête un jour… parce que partie comme ça j’en voudrais 8!)… J’ai dû attendre un an pour tomber enceinte de ma 1ère et je redoute un peu l’attente pour le second… J’ai peur qu’elle soit finalement tout aussi dure, voire pire … Advienne que pourra!

le 20/10/2018 à 19h00 | Répondre

Weena (voir son site)

Alors moi, je suis plutôt comme Marie B … le deuxième, le troisième, (le quatrième), on en parlait avant même la naissance du premier, c’était tellement une évidence 😍. J’ai même dit à mon mari que je faisais le deuxième quand il voulait quand on m’a posé FeuFolet sur le ventre…😅
D’ailleurs, mes deux premiers ont 20 mois d’écart. Actuellement, je suis enceinte de mon troisième enfants et j’attends avec impatience de le ou la rencontrer. Je me rends compte que chacun de mes enfants a été chéri et attendu avant même sa conception (et celle des précédants) et je ne ferme pas encore la porte à un éventuel quatrième 😉

le 19/10/2018 à 17h11 | Répondre

Sandrine

Ton article me parle. Mon fils vient d’avoir 2 ans et tout le monde nous demande à quand le deuxième… sauf que des milliers de questions m’assaillent et que pour l’instant l’envie n’y ai pas. Mon mari commence à en avoir envie, il adore voir notre fils heureux et il sait que nous sommes capable d’apporter ce bonheur a un 2eme enfant et moi je lui répond “sera t’on nous heureux avec 2 enfants? » Nous sommes tous les 2 enfants uniques, nous avons tous les 2 eu une enfance heureuse c’est peut être une des raisons pour lesquelles je n’arrive pas à me projeter à 4. Le temps aussi me fait peur, nous avons tous les 2 des métiers prenants, intenses et qui nous passionnent et sans être carriéristes je ne sais pas comment je pourrai sur mon temps libre profiter de mes enfants mon mari et de prendre soins de moi… pour l’instant les contres l’emportent mais je suis incapable de prendre une décision définitive je me laisse du temps. Ce qui est une évidence pour moi (et j’espère ne froisser personne avec mes propos, ce n’est que mon opinion) je ne ferai pas un deuxième enfant juste pour que mon fils ne soit pas enfant unique, je veux le désirer pour lui-même et si mes interrogations et peurs sont trop nombreuses je ne prendrai pas le risque de mettre en péril l’équilibre de notre famille « juste » pour offrir un compagnon de jeu à mon fils, je préfère adapter mon éducation pour lui apprendre les valeurs que la société pense être absentes chez les enfants unique. Je tiens sûrement ce discours de part l’expérience de mon enfance. En tout cas j’espère que ce 2eme bébé que vous désirez tous les 2 arrivera vite. Merci

le 19/10/2018 à 17h23 | Répondre

Lea

Ton message m’interpelle et me rassure en même temps. A l’inverse de toi, je ne connais pas ce que c’est être enfant unique, mon mari non plus, et pour moi c’est limite interdit lol ! Je n’ai eu qu’une copine fille unique et ça m’a toujours fait de la peine de la voir seule. C’est bête hein ! Mais ça fait plaisir de voir « l’autre côté » et finalement tu n’as pas l’air d’avoir été triste ou traumatisée 😉

le 19/10/2018 à 18h55 | Répondre

Sandrine

Merci à toi d’être compréhensive ^^ je pense sincèrement que le modèle familiale dans lequel nous avons grandi influence notre vision de la famille! Mes parents sont formidables ce n’était pas un choix pour eux d’avour qu’un seul enfant mais ils ont tout fait pour que je n’en souffre pas et m’ont transmis les valeurs de partage et de patience. Les souvenirs douloureux de mon enfance sont liés aux fratries de mes parents…

le 20/10/2018 à 10h30 | Répondre

Elodie

Je suis exactement dans la même optique que toi. Fille unique également je déteste cette image que la société veut nous coller. Je pense que nous ferons un 2eme enfant mais parce que nous le desirerons pas pour tenir compagnie à notre aîné. J’ai très bien vécu mon enfance de fille unique. Mes parents travaillaient beaucoup mais je ne me suis jamais sentie seule ou isolée. C’était la maison du bonheur chez nous tous les copains du quartier venaient jouer. Par contre maintenant que je suis adulte que mes parents vieillissent j’appréhende le moment où ils seront dépendants et que je serai seule à les gérer. C’est le seul point noir pour moi

le 20/10/2018 à 21h07 | Répondre

Sarah

Je savais dès le départ que je voulais avoir deux enfants, je ne me voyais pas avec un seul. Et puis j’ai eu des difficultés pour avoir ma fille. Une fois là, on nous a conseillé de ne pas trop attendre pour le 2ème mais je ne me voyais pas enchaîner tout de suite avec une 2ème grossesse, ayant mal vécu les suites de couche et la fatigue. Finalement quand notre fille a eu 2 ans, on a décidé de se lancer, en sachant que ce serait certainement la galère. Effectivement, 18 mois et plusieurs traitements après, toujours rien. Du coup je me prépare au fait que ma fille sera enfant unique et au deuil d’un 2ème, même s’il reste encore un peu d’espoir. En tout ca me rassure de lire le témoignage de Sandrine.

le 20/10/2018 à 14h02 | Répondre

La Piu

Pour moi l’envie d’un 2ème a été plus intense que pour ma prems et irréfléchie pour ma part 😉

Ça a commencé aux 5mois de ma fille. Je sentais notre foyer incomplet. Je me sentais davantage « couple avec 1 enfant » que « famille ».

Cette envie du deuz est venue progressivement mais de plus en plus forte. Ça devenait viscéral. Ça m’obsédait de plus en plus, au point ou l’attente du oui de mon mari est devenue une souffrance pour moi… Cette attente a engendré des peurs: peur que ma fille n’ait jamais de frère ou de soeur. Peur que monsieur ne se décide pas, peur de ne plus réussir à tomber enceinte…

J’ai rongé mon frein jusqu’au fameux « Oui » de monsieur. Un bébé apparemment tout aussi pressé que moi de nous rejoindre… puisque ça a « marché du 1er coup ». Enceinte de 7 mois actuellement, nos enfants auront 20mois d’écart.

J’ai hâte de (re)faire famille. J’espère juste que l’envie d’un 3ème ne sera pas aussi pressante et pesante car niveau logistique ça demandera davantage de remaniements.

le 21/10/2018 à 03h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?