Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Un deuxième trimestre comme déjà vu


Publié le 25 février 2017 par MamBat

A l’heure à laquelle je t’écris, PetitChou est née depuis 3 mois, et elle est en pleine santé.

Je t’ai laissée sur un premier trimestre en demi-teinte et ma difficulté à investir cette grossesse. Tu verras que le deuxième trimestre n’a pas été forcément beaucoup plus simple.

Une fois la première écho passée, on a enfin annoncé la grossesse à nos proches et moins proches. Ce qui est sûr c’est que les réactions n’ont pas été unanimes… il y a bien sûr ceux qui se réjouissent pour nous, ce qui m’aide à petit à petit me réjouir de cette grossesse, et ceux qui nous annoncent déjà les difficultés que nous aurons à élever deux enfants aussi proches, ceux qui trouvent que 15 mois d’écart c’est bien trop peu, et tous ceux qui veulent savoir si l’arrivée de PetitChou est un accident de parcours, comme si cela les regardait, si c’était une calamité, si on n’était pas capables de s’occuper de nos enfants… Et finalement ce sont ces réflexions franchement déplacées (surtout de la part du corps médical) qui m’ont permis de m’accrocher viscéralement à cet enfant : « ah ouais ? Ils ne se réjouissent pas de ta venue ? Moi en tous cas, je t’aime ! »

Après cette petite remontée de moral, vient la deuxième écho avec un léger goût de déjà vu… Et oui, Biquette avait eu un retard de croissance assez important jusqu’à 37 sa, et voilà que le médecin qui me fait passer cette écho m’annonce exactement le même retard de croissance pour PetitChou… non mais sérieusement là ? On ne peut pas nous laisser un peu tranquilles ? Je suis furieuse et dépitée plus qu’inquiète. Heureusement, je suis suivie dans le même hôpital que pour la naissance de Biquette, et le médecin connaît le dossier. J’échapperais donc aux 10 échographies auxquelles j’ai eu droit pour Biquette. C’est le moment où j’ai décidé de disparaître des radars… le compte rendu d’échographie me demande de passer un examen de contrôle que j’ai refusé de passer : toutes les filles de la famille ont eu ce souci, tout le monde va bien, et j’en ai marre, marre, marre de passer ma grossesse entre écho et monito, alors c’est décidé, je m’offre deux mois de vacances d’hôpital, on verra ce qu’il en sera à la fin de mes vacances. Cependant cette deuxième échographie représente un tournant dans ma grossesse : tout devient plus concret, et pour la première fois je m’inquiète pour ce bébé, ce vrai bébé, PetitChou n’est pas juste une idée, c’est bien un bébé, un vrai bébé qui grandit à l’intérieur de mon ventre. C’est une deuxième grossesse, mais je trouve ça toujours très difficile de l’incarner, de trouver les choses concrètes tant qu’on n’a pas un bébé dans les bras.

Crédits photo (creative commons) : Skitterphoto

Protocole hospitalier oblige, je passe également le test de dépistage du diabète gestationnel. Là aussi, je le fais de mauvaise grâce, j’ai l’impression d’une grande incohérence du corps médical : d’un côté on m’explique que le diabète gestationnel peut entraîner une macrosomie du bébé, et de l’autre on m’inquiète parce que PetitChou est trop petit… de qui se moque-t-on ? Je finis par rentrer à la maison un soir et annoncer à mon mari que pour une prochaine grossesse je n’irai pas voir les médecins, je refuserai les prises de sang, et je ne mettrai les pieds dans un hôpital que le jour de la naissance. C’est faux bien sûr, mais cette histoire de retard de croissance me mine un peu. Heureusement, le résultat du test de diabète gestationnel est négatif : à moi les dragibus et les m&m’s pour les mois restant !

Dernière péripétie de ce deuxième trimestre avant mon départ en vacances puis en congé maternité, il y a des licenciements économiques dans mon entreprise, et des collègues desquelles je suis assez proches sont touchées. Gros gros coup dur, mais je tâche de me concentrer sur l’essentiel : nous avons enfin déménagé dans un appartement qui nous permettra d’accueillir PetitChou sans stress, nous n’avons pas eu besoin de changer de ville, et Biquette et PetitChou vont bien malgré tout.

Et toi ? As-tu été inquiétée par les médecins pendant ta grossesse ? As tu refusé des examens médicaux ? Viens nous raconter !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Oui si quelqu’un peut m’expliquer la logique de faire un test du diabète alors que le bébé peut avoir un retard de croissance.
Sinon moi aussi, la maternité m’a stressé avec ma Choupette en bas des courbes. Et pourtant la gynéco avait été ultra rassurante et pas du tout inquiète. Du coup j’attends mon écho de contrôle avec un mélange d’appréhension et d’excitation.

le 25/02/2017 à 09h58 | Répondre

Claire

Si je peux me permettre une réponse (je suis médecin ;)). Le dépistage du diabète gestationnel ne se fait pas sur les caractéristiques du bébé mais de la maman, et de toute manière, il est de plus en plus généralisé vu la proportion de diabétiques grandissante dans la population générale. On pourrait se dire qu’un RCIU « annule » le risque de macrosomie à la naissance mais le principal risque du diabète gestationnel c’est quand même l’hypoglycémie à la naissance et le risque pour l’enfant de développer un diabète type 2 plus tard. Mais c’est toujours stressant comme test, je dois le faire bientôt, je croise fort les doigts !

le 25/02/2017 à 10h37 | Répondre

MamBat

merci Claire pour les infos sur le test de diabète gesta ! Sur le coup on ne nous explique pas vraiment, à part le risque de macrosomie, et comme en plus en fonction des hôpitaux et des femmes ce n’est pas obligatoire (ma gynéco de ville m’avait dit que je n’étais pas dans une population à risque et que mes bébés étaient petits donc pas de raison de le faire, mais à l’hôpital la sage femme a insisté pour que je le passe) ça donne parfois un peu l’impression de se faire prendre pour des idiotes.
J’espère que ton test s’est bien passé en tous cas, et que les résultats sont bons ! Le mien m’a rendu malade pour 24h à chaque fois, heureusement qu’il était négatif !

le 02/03/2017 à 17h03 | Répondre

MamBat

pour les deux louloutes la maternité m’a stressée avec des histoires de courbes, et les deux sont nées à plus de 3 kilos, avec une taille correcte… Pas beaucoup plus de 3 kilos, mais largement plus que les 2 kilos maximum que donnaient leurs estimations. C’est pour ça aussi que j’ai tout fait pour disparaitre des radar tant que je pouvais : j’ai eu une fin de première grossesse tellement stressante pour rien finalement, que j’ai refusé de me laisser polluer pour celle ci.

le 02/03/2017 à 16h59 | Répondre

Doupiou

Je trouve ça très cavalier de la part du corps médical de faire des réflexions sur une seconde grossesse rapprochée. Si encore il pouvait y avoir un problème pour toi ou ton bébé d’accord, mais là il me semble que ça ne soit pas le cas.
Contrairement à toi, j’adorais aller à l’hôpital, discuter et me faire rassurer par mon gynéco. C’est vrai que c’est étrange un potentiel retard de croissance et le test du diabète gesta. Mais je crois que cela entre dans le « protocole » des hôpitaux (c’était le cas pour moi)

le 25/02/2017 à 10h07 | Répondre

MamBat

Disons que j’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital pour ma première grossesse pour le même problème exactement, j’ai passé 10 échographies en tout, dont 9 en 6 mois, j’avais rendez vous entre 2 et 3 fois par semaine, pour que finalement à la naissance Biquette soit en pleine santé avec un poids et une taille normaux… Donc là, rempiler moins d’un an après c’était vraiment beaucoup demander. Et comme en plus à la base je n’aime pas tellement aller chez le médecin, je crois que ça a juste été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
Quant aux réflexions déplacées des médecins, je dois avouer que sur le coup, heureusement que mon mari était là pour les entendre avec moi, sans quoi j’aurais sans doute très mal réagi

le 02/03/2017 à 16h56 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?