Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon séjour à la maternité : au secours, sortez-moi de là !


Publié le 19 mars 2016 par Melimelanie

Comme le titre de l’article le laisse penser, mon passage à la maternité n’a pas été un moment de félicité pour moi. J’étais bien loin de demander à rester un peu plus longtemps, et ceci pour plusieurs raisons.

Durant ma grossesse : ce que j’imaginais

Je te l’ai déjà raconté : pendant mon troisième trimestre, j’ai été hospitalisée deux fois pour menace d’accouchement prématuré.

Je pense que beaucoup de monde est dans le même cas que moi : à la base, je ne supporte pas les hôpitaux. L’ambiance qui y règne, les odeurs caractéristiques de désinfectant, vraiment, ça me donne juste envie de fuir loin, très très très loin.

En plus, mon cerveau a la capacité de m’aider à faire des rapprochements top dans les meilleurs moments. Et j’ai décidé d’accoucher là où j’avais précédemment été opérée pour ma grossesse extra-utérine.

Non pas pour le plaisir de souffrir en facilitant cette capacité bien nulle de mon cerveau, mais juste parce que c’était la meilleure maternité de la région et qu’elle était à cinq minutes de chez moi en voiture. J’aurais été bête de l’exclure de mes choix, alors que je pouvais y accéder super facilement en transports en commun, en moins de dix minutes.

Bref, j’avais prévu que j’aurais quelques difficultés à rester à la maternité après l’accouchement, et que j’atteindrais vite le moment où j’aurais envie de m’enfuir en pyjama avec mon fils sous le bras.

Du coup, prévoyante, je m’étais inscrite au service de retour rapide à la maison proposé par la Sécurité Sociale. Il permet de rentrer un peu plus vite en cas de suites de couches sans problèmes, sous réserve de bénéficier d’un suivi à domicile avec une sage-femme libérale.

L’après-accouchement : la réalité

Je te l’ai aussi raconté, mon accouchement n’a pas été idyllique. La fin a été un peu sportive, et mon petit habitant a dû être sorti très rapidement : il ne supportait plus la longueur du travail. Du coup, je n’ai pas eu de moment magique à sa sortie : je n’ai pas pu faire de peau-à-peau et je n’ai pas pu le mettre au sein.

En effet, quand j’ai enfin revu mon fils, trois heures après sa venue au monde, on m’a tout naturellement annoncé qu’on lui avait donné une seringue de lait artificiel, parce qu’il avait faim et que son taux glycémique était limite.

Pour celles qui se demanderaient : oui, j’avais bien précisé maintes et maintes fois que je souhaitais allaiter. Mais apparemment, personne n’a jugé bon de venir me le mettre au sein, au lieu de lui donner une seringue. Première déconvenue. Raté pour la tétée de bienvenue : mon fils dormait comme un bienheureux quand je l’ai enfin eu contre moi.

Après un temps interminable dans cette salle d’accouchement, on m’a enfin montée dans ma chambre. Je me disais que j’allais enfin respirer et pouvoir profiter de mon fils, de mon mari et de ce nouveau bonheur à trois.

Un début d’allaitement très compliqué

Lors de mon accouchement, pendant le pré-travail et le travail, j’étais tombée sur des sages-femmes top, vraiment gentilles et à l’écoute. Je me sentais bien, l’encadrement me convenait.

Mais une fois l’accouchement terminé, j’ai été mise dans une des chambres du service de néonatalogie (à cause de ma fin d’accouchement sportive et de la nécessité qu’il y avait eu d’aider petit habitant à respirer les deux heures suivant sa naissance).

Et les équipes du service de néonatalogie ont malheureusement affaire à des bébés pas forcément faciles à gérer, je pense. Pas de temps à perdre avec une mise au sein trop longue ! Mon fils allant très bien, il n’était pas une priorité.

En fonction des équipes, j’ai parfois été « jetée avec l’eau du bain ». Les visites étaient expéditives, on ne prenait pas vraiment le temps de m’expliquer ce qu’on faisait. De plus, ce service étant plus médicalisé, avec des protocoles plus stricts, on persistait à vouloir nourrir mon fils avec du lait artificiel enrichi, au lieu de me laisser le mettre au sein.

J’ai quand même eu droit à cette réflexion de la part d’une sage-femme de l’équipe de nuit : « Si on continue à le gaver toutes les deux heures avec du lait enrichi, il ne va jamais réclamer et se fatiguer à prendre le sein ! » Sans blague ? Mais alors pourquoi à chaque fois, l’équipe de jour recommençait à lui donner du lait à la seringue avant même de tenter une mise au sein ??!! Grrr…

Bref, j’étais très défaitiste quant à la réussite de mon allaitement, et je pleurais souvent à cause de ça.

Un peu de rab ??

J’avais donc très envie de rentrer chez moi, afin de pouvoir enfin lancer mon allaitement correctement (j’avais réussi à le commencer laborieusement à J3, grâce à la visite d’une animatrice de la Leche League) et dormir à nouveau avec mon mari, qui me manquait énormément (c’était systématique : à chaque fois qu’il partait le soir, je fondais en larmes) !

Mais surprise ! À J3, une auxiliaire a trouvé mon fils un peu jaune… Le verdict est tombé : il faisait une jaunisse et avait besoin de faire un tour dans le tunnel pour la soigner.

dans le tunnel

Crédits photo : Photo personnelle

Bon… J’avais accouché samedi matin, on était lundi matin, et j’ai donc compris que je ne sortirais pas le soir même. Du coup, j’espérais pouvoir sortir le mardi, et je m’accrochais à cette idée pour tenir.

Comment te décrire mon état d’esprit quand, le mardi à 11h, on m’a dit sans ménagement et avec un ton super détaché : « Bon, vu qu’il a fait du tunnel hier, vous savez que vous ne pourrez pas sortir aujourd’hui ? » Euh, non, comment aurais-je pu le savoir ? (Je pense que si ma vie était un dessin animé, à ce moment-là, on aurait vu ma mâchoire tomber sur le sol.)

Bon, il fallait se reprendre. Plus qu’un tout petit jour à manger du poisson au court-bouillon et du riz (oui, les plateaux-repas de l’hôpital quand on est intolérante au blé et au lait font rêver…).

2015-11-10 18.32.25.Modif

Crédits photo : Photo personnelle

Avis d’expulsion

J’ai vu arriver le mercredi avec bonheur !! Chouette chouette chouette, normalement, aujourd’hui, on sortait !

Oui, « normalement », parce qu’à la visite de 8h, on m’a bien précisé au moins quatre fois que ma sortie dépendait de trois choses :

  • le taux de sucre de Monsieur,
  • son taux de bilirubine (pour savoir si la jaunisse était bien contrôlée),
  • et l’examen physique du pédiatre…

(Je pense que vu ma tête de mardi quand elle m’avait annoncé que je ne sortais pas, la sage-femme avait décidé de parer à toute éventualité, pour éviter que je ne pète un plomb si je ne sortais pas le jour même !)

À 10h, j’ai eu le go, avec en prime cette petite phrase magique de la sage-femme (quand je lui ai dit que je partirais dès l’arrivée de mon mari) : « Ce serait bien si vous pouviez être partie avant midi, parce que le service est surchargé… » Voilà voilà. Comment te dire… Dès que mon mari est arrivé, on est partis en dix secondes chrono.

Nouvelle vie à trois, nous voilà !!

Et toi ? Tu n’aimes pas les hôpitaux non plus ? Tu désirais une sortie anticipée ? Est-ce que tu as dû te résoudre à faire du rab ? Raconte !


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

28   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

Pffff ma pauvre, entre l’accouchement difficile et ce séjour tout pourri…
Mon bébé a aussi reçu une seringue de lait artificiel le temps que je puisse monter en néonat. Mais quand je suis arrivée 3h plus tard, il ne dormait pas du tout mais semblait au contraire tout perdu. Il a donc eu sa tétée d’accueil à ce moment là puis n’a plus reçu aucun compément sans notre accord. Quant au fait que persoone n’ait pris le temps de t’aider pour l’allaitement, j’ai fait l’expérience inverse : toute l’équipe soutenait à fond l’allaitement et venait m’aider dès que j’en avais besoin. Le lait maternel est d’autant plus important pour des bébés qui ont des soucis !!!

le 19/03/2016 à 08h34 | Répondre

Melimelanie

Je pense que malheureusement c’était vraiment du à une surcharge du service. Donner une seringue est toujours plus simple que d’épuiser le bébé au sein… Mais c’est vrai que pour la prochaine fois si on me le prends juste après l’accouchement j’appellerai régulièrement pour vérifier qu’on me l’apporte pour la tétée d’accueil. Enfin j’espère que je n’aurai pas à faire ça!

le 22/03/2016 à 09h28 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je te rejoins, je déteste les hôpitaux !!!
Cela me stress et je n’ai pas envie d’y être plus que nécessaire.
Je comprends que tu es été déçue de ton séjour. J’espère que le retour à l maison en a été que meilleur 🙂

le 19/03/2016 à 09h19 | Répondre

Melimelanie

Petit teasing : oui le retour a la maison a été top grâce à mon mari!!!

le 22/03/2016 à 09h29 | Répondre

Étoile (voir son site)

Cela me rappelle aussi mon séjour à l’hôpital 🙁 Je suis désolée pour toi. J’ai ressenti la même chose. Comme bébé allait bien, pas la peine de se prendre la tête sur l’allaitement… J’avais aussi le sentiment que cela les arrangeait de donner des biberons pour être tranquille 🙁 🙁 Je ne sais pas si c’est propre à Paris, mais en allaitant trois mois, je suis une super warrior. Toutes mes amies / connaissances n’ont allaité qu’une semaine ou deux pour la plus part.

le 19/03/2016 à 10h39 | Répondre

Melimelanie

Oui j’ai lu ton article et je pense qu’effectivement nos séjours sont semblables malheureusement. Et tu l’as ressenti comme moi : « le biberon on se fait moins chier avec la mise au sein »

Ici aussi continuer l’allaitement jusqu’à et après 3 mois c’est très rare surtout depuis que j’ai repris le boulot. Tout le monde me dit : « Ha mais tu continues? C’est pas trop galère? ». J’ai même eu le droit à : « Après la première semaine d’allaitement quand ce n’est plus du colostrum ça ne sert plus à rien. De la bouffe c’est de la bouffe. Avoue tu continues juste parce que tu veux te faire téter les seins! »(je précise que c’est mon oncle et il a un humour particulier. Mais je l’adore, bref)
Après oui je me faciliterai la vie à donner du lait en poudre mais j’aime ces moments d’allaitements avec mon bébé et je pense vu ses sourires qu’il aime aussi ça. Après je me suis mis la limite des 6 mois. J’en ai marre des sous-vêtements/vêtements spécial allaitement loool.

le 22/03/2016 à 09h36 | Répondre

Marmotte

Et bien pour ma part on verra la semaine prochaine ! Césarienne lundi … Les équipes rencontrées pour le moment m’ont bien plu et la maternité est pro allaitement donc j’espère y être écoutée et aidée !

le 19/03/2016 à 11h26 | Répondre

Melimelanie

Tu dois maintenant avoir ton bébé avec toi! Toutes mes félicitations. J’espère que tout s’est bien passé et que ton séjour à la maternité se déroule bien :-).

le 22/03/2016 à 09h38 | Répondre

Nilith lutine

Mais les seringues de lait, maaaaaaaaais nooooooooon ! *se cogne la tête contre les murs* Ils m’énervent, mais ils m’énervent ! J’aurais tapé un de ces scandales !

J’étais complètement larguée sur toutes les formalités, je n’ai même pas pensé à la sortie anticipée… -_- Pour le prochain par contre, je n’y manquerais pas !

le 19/03/2016 à 12h26 | Répondre

Melimelanie

Ça me rendait folle aussi ces seringues mais bon… Difficile de s’affirmer face au « monde médical » quand on est jeune maman fatiguée par son accouchement… Pour le prochain je serai plus armée.

Pour le retour anticipée à la maison je n’ai pas trouvé que c’était si anticipée que ça. En tout cas en haute garonne c’est juste un suivi plus poussée au retour à la maison (ce qui est appréciable surtout que c’était avec ma super sage femme) mais ça ne changeait pas la durée du séjour en maternité :-/.

le 22/03/2016 à 09h42 | Répondre

Chaperon Rouge

Oh lala ca me désole de lire ce genre de témoignage… certaines équipes sont vraiment très très connes… comme Lutine, j’aurais gueulé je pense… Quelle bande d’imbéciles!!! de quoi te gâcher un allaitement! j’espère que la suite s’est mieux passée… 🙂 (j’en reviens pas de cette solution de facilité « hop, bib de lait industriel avant que ca chouine,e t on est tranquille pour 2/3 h de digestion!!! »)

le 19/03/2016 à 13h03 | Répondre

Melimelanie

Teasing : la suite (tu la connais lol) s’est très bien passée vu que bébé a maintenant 3 mois passés et est encore allaité :-). Grâce au tire lait que j’avais réussi à récupérer durant mon séjour j’ai pu avoir ma montée de lait a J5 et avec l’aide de bouts de seins au début j’ai pu mettre en place l’allaitement exclusif sans bout de sein/sans tire lait en 10 jours!

le 22/03/2016 à 09h45 | Répondre

Weena (voir son site)

Arf, pas cool le séjour … je suis outrée pour la seringue de lait artificiel, sérieux, ils pouvaient pas te le ramener !!!
Moi, je n’ai rien contre les hôpitaux (même si moins j’y vais, mieux je me porte, hein), par contre, j’ai aussi trouvé le séjour très dur : même si l’accouchement n’a posé aucun problème, le service était débordé … donc je me suis retrouvée toute seule, avec mon mari et mon fils au sein pendant 4h, à attendre que quelqu’un puisse me monter dans une chambre … Et je ne supportais pas de passer ma journée seule quand mon mari était au travail (heureusement que j’ai accouché juste avant le week-end) et encore moins de le laisser partir le soir. J’aurais pu sortir le dimanche, je le faisais, mais il n’y a pas de visite J3 le dimanche … ‘-_-
D’ailleurs, pour mon deuxième, j’ai déjà vu avec la sage-femme, si tout ce passe aussi bien, je fais une demande pour un protocole de sorti à J1 ^^

le 19/03/2016 à 15h10 | Répondre

Melimelanie

Cette seringue énerve beaucoup de monde :-). Maintenant je le vis mieux car j’ai pu mettre en place mon allaitement derrière mais c’est vraie que sur le moment ça m’avais mis un gros coup au moral.

Pour les hôpitaux on est pareil je pense. En gros on sait que (à part pour une naissance) quand on y va ce n’est pas forcément pour des bonnes nouvelles donc moi on y va mieux c’est 🙂

le 22/03/2016 à 09h49 | Répondre

elewan

Halala ça me rappel mon séjour … j’en pouvais plus non plus ! je fondais en larme tout les soir quand mon ainé et son papa partait le soir ( moi ils ns jamais voulus que mon mari reste, même le soir de la naissance de notre fille !). Le choc était d’autant plus rude que j’ai accouché de mon grand chez moi ( prévu avec une sf : quelle bonheur d’être tout les 3 dans le lit conjugal, à peine mon fils né ^^), et que j’avais tout prévu pour une sortie précoce ( ma sf libérale m’attendait ) et que je voulais rentrer chez moi qqs heures après la naissance. J’ai eu un bel accouchement et des pro top mais ma fille aussi à fait une jaunisse … 3 x 4h sous les uv … naissance mardi soir …. départ de la maternité e lundi matin avec du forcing et une obligation de revenir le lendemain pour faire vérifier le taux de bilirubine de mademoiselle, qui avait du mal à rester bas … Et avec menace de réhospitalisation si le taux été mauvais le lendemain youpi !! Quand j’ai vu ma petite toute jaune le lendemain à la maison, je suis allez à l’éxamen avec mes valises et en pleurant …. ne sachant pas si je rentrerait chez moi … heureusement c’été bon et même si on a été suivie encore qqs jours en externe plus d’hospitalisation c’est tout ce qui comptait pour moi ^^

le 20/03/2016 à 11h14 | Répondre

Melimelanie

Ho ma pauvre. Pas facile après ta première expérience ça a du te faire un choc ce changement!! La jaunisse c’est finalement assez fréquent mais c’est vrai que je ne pensais pas que ça pouvait autant bouleverser la sortie… Comme toi le dimanche on a trouvé que bébé redevenait jaune (j’étais sorti le mercredi donc) et on a eu super peur mais la maternité nous avait rassuré en disant que à ce stade c’était surement une jaunisse « physiologique » et qu’il fallait juste qu’on vérifie le lendemain avec notre sage femme et ouf ce n’était rien.

le 22/03/2016 à 09h53 | Répondre

Marguerite

Ah la sortie à midi ! Moi aussi on m’a mis la pression là dessus et le jour de la sortie, les aides soignantes sont venues à plusieurs reprises me rappeler de manière « très délicate » qu’à midi il fallait que je libère ma chambre. Sauf qu’à 11h30, la sage femme ne m’avait pas encore enlevé mes agrafes (j’ai eu une césarienne) alors que le médecin lui en avait fait la demande à 8h du mat. A 11h30, je me décide donc à aller au bureau des sages-femmes pour voir ce qu’il en est et pour que mon mari puisse s’organiser pour aller chercher la voiture etc… Je trouve la dite sage-femme en train de papoter dans un couloir. Je lui explique très gentiment que j’ai juste besoin de m’organiser et que j’ai donc besoin de savoir à quelle heure elle compte m’enlever les agrafes. Je me suis faite remettre à ma place car elle est surbookée et en gros il faut que j’attende sagement dans ma chambre qu’elle se décide à venir. Résultat : nous avons quitté la maternité après 12h et j’ai eu droit au regard courroucé de la personne que j’ai retardé dans le nettoyage de ma chambre …

le 20/03/2016 à 11h17 | Répondre

Melimelanie

Un peu la même que toi. On m’a demandé de partir avant 12h sauf que on ne me l’avait pas confirmé. A 11h j’appelle pour savoir si je peux faire mes sacs. On me dit « oui oui » d’un air entendu puis a 12h30 mon mari est arrivé et on ne peux toujours pas partir car nous n’avons toujours pas les papiers de sorti… Du coup on m’a servi mon plateau repas et j’ai enfin pu partir a 13h30.

le 22/03/2016 à 10h09 | Répondre

Madame Vélo

Paradoxalement j’aurais bien aimé accoucher à la maison mais j’ai été rassurée de rester à la maternité. J’ai même demandé à rester 1 jour de plus pour être sure que l’allaitement était bien démarré et que je savais mettre mon fils au sein. Mon séjour s’est très bien passé, tout le monde était adorable, sauf une aide soignante qui m’a un peu gavée. Mais c’est vrai qu’une fois arrivée à la maison, même si ça me faisait peur de me retrouver « toute seule » pour gérer mon bébé (car c’est quand même rassurant de se dire qu’au moindre soucis ou inquiétude il suffit d’appuyer sur un bouton et un professionnel vient répondre à tes questions et t’aider !) je me suis rendue compte que j’étais quand même mieux à la maison.

le 21/03/2016 à 09h20 | Répondre

Melimelanie

Je comprends aussi très bien qu’on aime ce côté coocooning qu’on peut trouver dans certaines maternité.
Heureusement que l’on a pas toutes eux des séjours catastrophique 🙂

le 22/03/2016 à 11h42 | Répondre

Hermy

Comme toi j’ai eu 2 hospitalisations pour cause de MAP et la deuxième fois j’ai du rester hospitalisée jusqu’à l’accouchement. Par contre pour ma part, le séjour en neonat s’est très bien passé et l’équipe a été parfaite. Les filles ont pris énormément de temps pour m’aider avec l’allaitement et bien nous expliquer les différents soins à faire au choupi. Même pour mon moral, elles ont été au top. Comme quoi une bonne équipe cela fait toute la différence.

le 21/03/2016 à 10h05 | Répondre

Melimelanie

Oui l’équipe joue beaucoup, comme la charge de travail je pense… D’ailleurs j’ai essayé de le faire passer en filigrane dans mon article j’ai eu plusieurs équipes et celles de nuit étaient souvent plus agréable que celle que j’ai eu 3 jours sur 5… Mais on ne choisi pas…

le 22/03/2016 à 11h44 | Répondre

Marina

Pour mon 1er je n’avais pas envie de partie de la maternité parce que je faisais un gros baby blues et j’avais très peur de mon bébé 😀
Je pleurais tout le temps, une auxi m’avait refusé de le garder en nurserie quelques heures et de me le ramener pour la tétée, ben oui « elle n’avait pas que çà à faire de me le ramener », si je voulais leur confier je devais accepter le bib de lait artificiel, et çà je refusais catégoriquement. « t’es pas contente, et bien tu te le gardes ton gosse, même si t’es au bout du rouleau ».
Quel cauchemar…
Du coup pour le 2ème j’ai décampé très vite 😀

le 21/03/2016 à 12h16 | Répondre

Melimelanie

C’est quand même malheureux comme façon de réagir : si vous voulez vous reposez vous acceptez le lait artificiel… surtout face à une jeune mère désemparée.
Ma sage femme a eu une phrase qui m’a marquée quand je lui ai raconté mon séjour : « Elles ont beaux être surchargées si tu ne veux pas t’occuper des mères et des bébés tu ne fais pas ce métier ». Venant d’une sage femme qui parfois sacrifie ses fêtes de famille pour aider une future ou jeune maman dans le besoin donc elle parle en connaissance de cause quoi… (oui j’ai trouvé une perle mais j’ai peur qu’elle s’épuise avec la sécu qui lui refuse de prendre une associée…)

le 22/03/2016 à 11h49 | Répondre

Madame D

Ton plateau repas a l’air ignoble …
C’est pour ça que j’avais choisit une maternité. Pour casser le coté trop hopital/médical. Mais ça n’a pas été très efficace.
Pour un deuxième je demanderais la sortie anticipé !

le 21/03/2016 à 13h50 | Répondre

Melimelanie

C’était effectivement pas le meilleur plateau repas du monde. Et le pire c’est que c’était TOUJOURS le même (a 1 ou 2 mini variation près). En rentrant chez moi je me suis jetée sur le foie gras et la charcuterie!!!lol

Pour le deuxième du coup j’en parlais dans mon autre article on va voir pour aller dans une maternité privée voir si ça se passe mieux. Et puis je me dis au pire (vu qu’on ne veut que 2 enfants) encore 5 jours à serrer les dents et on en parlera plus ;-p

le 22/03/2016 à 11h51 | Répondre

Wermelinger

Je me presente; Cynthia. 23ans. Qu’es que je te comprend quand tu dit que tu était presser de rentrer chez toi et que tu fondait en larmes le soir des que ton mari s’en allais. J’ai vécu exactement la même chose avec ma première (qui a aujourd’hui 3ans et 3 mois). La je suis enceinte du 2eme bout de chouki. Je ne suis qu’au 4eme mois mais j’angoisse déjà énormément rien qu’à cose de sa. Bonne continuation a toute et tous.

le 24/03/2016 à 20h18 | Répondre

Melimelanie

Heureusement tous les séjours ne se passent pas comme le mien. Et je pense que dans la majorité des cas ils se passent mieux. N’appréhende pas maintenant c’est dommage.
Honnêtement mon séjour a été ce qu’il est mais maintenant j’en rigole tellement certaines situations étaient irréelles.

Au final le plus important c’est qu’on sorte en pleine forme avec bébé.

Félicitations pour ta grossesse je te souhaite qu’elle soit bonne 🙂

le 25/03/2016 à 08h17 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?