Menu
A la une / Témoignage

5 ans plus tard

Voilà longtemps que je ne t’ai pas donné de nouvelles chère lectrice. Nous sommes aujourd’hui 5 ans et quelques après la parution de mon premier article sur ce blog.

Cet article tu ne t’en souviens surement pas. Il date d’avant mon statut de « chroniqueuse« . Cet article est en fait à l’origine de tout.

Sans cet article je ne serais pas là entrain de te parler (de me parler?). J’ai pensé à t’écrire en août. Au moment de cet anniversaire douloureux et puis… et puis la vie.

Le best-of a fait ressortir un de mes articles, je vois encore des commentaires réguliers sur « ma grossesse d’après » et je me suis dit que je ne pouvais pas te « laisser comme ça ».

La GEU et moi

Alors cinq ans après que reste t’il de cet événement.

Des cicatrices sur le ventre. Que moi je vois, je les connais par cœur. Mais toi qui me croiserais en maillot de bain tu n’y verrais rien. Mon corps s’est « réparé » en apparence.

Des adhérences internes qui compliquent un peu mes cycles mais sont gérées par la prise de contraceptif (et ma pilule miracle qui me permet de n’avoir mes règles que tous les 3 mois!). Au final peu de choses à côté des souffrances d’une endométriose.

Une nouvelle moi. Et oui à toi qui passe par là. On s’en remet. J’arrive à en parler sans pleurer (bon il ne faut pas me faire parler de mes émotions mais je peux évoquer cette partie de ma vie sans m’effondrer). Une nouvelle façon de voir la vie.

Des amis. De façon inattendue la GEU m’a appris à prendre soin de moi. J’ai décidé de vivre pour qui je suis et non plus pour ce qu’on attend de moi. De prendre soin de qui je suis. Et j’ai atterri ici, entière. Et je suis tombée sur des filles formidables qui m’ont énormément apporté!

S’accrocher aux belles choses

Peu de temps après la découverte de ma GEU, l’opération, la douleur de la perte, j’étais détruite. Je t’ai dit avoir eu de mal à réaliser que ma vie avait été en jeu. La seule chose qui m’obnubilait était la perte de mon bébé.

Et puis la vie.

La vie n’est pas tendre, mais c’est la vie.

Et c’est bien ce que m’a appris la GEU. A m’accrocher aux belles choses.

Je ne te dis pas que c’est facile. Je ne te dis pas que parfois tu n’ hurleras pas en pleurant dans ta voiture.

Mais au final ce que j’en retiens c’est que la vie est courte. Et je veux profiter de mes fils le plus intensément possible.

Crédit photo : photo personnelle

Quand la vie gagne

C’est pour ça que je ne suis plus présente activement.

Je voulais te remercier toi lectrice pour avoir été là dans mes moments difficiles. Ma GEU, mes MAP, la suspicion de toxoplasmose…

Merci de m’avoir permis d’écrire, de m’avoir soutenu dans les commentaires, de m’avoir lu.

J’espère que tu m’excuseras de ne plus venir te raconter ma vie, nos vies aux enfants et moi. Pour le moment elles sont intenses et j’ai décidé de les vivre pour ne pas le regretter.

Ce n’est pas un adieu (je vais rester dans le coin) mais un au revoir.

Petit Habitant et Petit Excité grandissent. Ils s’aiment et se chamaillent. Ils nous rendent fous d’amour et fous tout court, Monsieur Génial et moi. Et j’en profite à fond.

Je te souhaite un bonheur aussi grand. Les épreuves passent. On ne les oublie jamais. On se reconstruit avec. Sans la GEU je ne serais pas là ou je suis aujourd’hui. Sans la GEU ça ne serait pas mes merveilleux petits garçons à mes côtés.

Prends soin de toi.

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !