Menu
A la une / Conseils

Acheter d’occasion pour ses enfants : mode d’emploi

Bourses aux vêtements, bourses aux jouets, dépôts-ventes, magasins de seconde main (d’associations caritatives ou non), brocantes, ressourceries, sites internet de mise en relation entre particuliers ou sites d’occasion professionnels, groupes d’échanges… Les lieux et façons pour acheter d’occasion ne manquent pas !

De plus en plus, j’essaye d’acheter d’occasion. Je développe le réflexe, avant la plupart de mes achats (pas seulement pour enfants !), de vérifier rapidement sur Le Bon Coin s’il n’y aurait pas l’équivalent à proximité (ou même loin, pour les choses qui peuvent s’envoyer facilement). Bien sûr, pour certains produits, je privilégie toutefois le neuf.

Selon si on cherche une chose très précise ou quelque chose de plus général, c’est plus ou moins facile. De toute évidence, si tu cherches « des jouets pour un enfant de 2 ans », avec juste quelques critère de style en tête, ce sera plus facile que de vouloir précisément « la moyenne cuisine en bois Hape ». (Laisse-moi te dire que celle-ci, on l’a finalement acheté neuve !)

Mais ça vaut le coup de vérifier. Certaines marques sont plus facilement trouvable que d’autres. Et on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise ! Ainsi, la draisienne Puky de Pimprenelle m’aura coûté 20€… Neuve, elle en vaut plus de 60. Je cherchais pourtant spécifiquement cette marque, le petit modèle. Et certaines couleurs ne me plaisaient pas. Mais elle était là, à 20min de la maison !

draisienne Puky

Photo personnelle

Avantages

  • Plus économique… voire quasiment donné, selon ce qu’on achète et où !
  • Un bon geste pour la planète : moins de production, moins de déchets à traiter, réutiliser plutôt que jeter, moins de transport de marchandises…
  • Un geste l’éthique : en supposant que si on n’achetait pas d’occasion, on achèterait très probablement du neuf, de marques dont la production n’est pas franchement labellisée fairtrade. Bien sûr, il est aussi possible d’acheter des vêtements issus du commerce équitable ou des jouets fabriqués en France (le tout sans passer par une plateforme qui exploite ses employés)… mais soyons honnêtes : qui a vraiment systématiquement ce réflexe-là ?
  • Moins polluant pour notre intérieur : qui dit objet qui a déjà été déballé, aéré, vêtement qui a déjà été lavé et relavé, dit COV moins présents !
  • Choix varié en un seul endroit : il y en a pour tous les goûts !
  • On peut se faire plaisir en culpabilisant moins : on n’avait peut-être absolument pas besoin de ce pyjama taille 12 mois (vu qu’on en a déjà une sacrée collection), ni de ce body en 3 mois (vu que le dernier né met déjà du 9 mois… mais bon, ce sera pour le prochain !), pas plus que de tel ou tel jouet… Mais comme on n’y laisse pas le budget bouffe du mois, ça passe !

Inconvénients

  • Pour les achats hors du net, il est impossible de savoir à l’avance ce que tu trouveras. Tu peux faire une bonne moisson, mais aussi rentrer bredouille, selon ce que tu cherches !
  • Si tu tombes sur un vêtement trop mignon mais pas à la bonne taille… tu ne trouveras pas le même dans la taille qui t’intéresse (sauf gros coup de bol !).
  • Grisée par les prix tout minis, on a vite fait d’acheter sans compter ! 1€ par ci, 3€ par là, 10€ ici… La facture peut finir par être élevée, mine de rien !
  • Quelques mauvaises surprises sont possibles : fragilisé par les utilisations précédentes, un jouet ou un vêtement peut parfois se déchirer ou casser plus facilement. Et on ne pourra pas les retourner au magasin !
  • L’odeur de lessive qui persiste : bon alors là, c’est assez personnel. Moi, j’ai besoin de sentir la vraie odeur de gens que j’aime. Aussi, je hais les odeurs de lessives classiques, qui se transfèrent aussi bien aux vêtements qui ne sentaient rien qu’à la peau… Et il faut plusieurs lessives neutres pour en venir à bout !

Quelques conseils généraux

  • Occasion ne rime pas toujours avec bonne affaire : vérifie les prix équivalents en neuf dans les boutiques que tu apprécies. Tu feras ainsi tes achats d’occasion en ayant un point de comparaison.
  • Fais une liste, et tiens-là à jour au fur et à mesure de tes trouvailles. Cela t’évitera de te retrouver avec 40 T-shirts taille 6 mois, ou de décider de ne plus rien acheter parce que tu as déjà pris plein de trucs (un peu au hasard), mais que tu n’as en fait trouvé aucune des choses les plus importantes. Tu pourras toujours t’écarter de ta liste en cas de coup de cœur !

Faut-il acheter à Emmaüs, la Croix-Rouge etc. alors qu’on n’est pas dans le besoin ?

Les associations répondent unanimement : OUI ! Elles ont besoin que leur stock se renouvelle (impossible de stocker indéfiniment), elles ont besoin d’entrées d’argent, aussi.

En plus, lorsqu’on fait un saut dans ces boutiques, il n’est pas rare qu’on en profite pour amener nos fonds de placards (quand ce n’est pas le placard lui-même), et donc de quoi alimenter leur stock.

Les personnes qui sont dans le besoin ne souhaitent pas toutes avoir recours à ces boutiques solidaires. Pour autant, elles peuvent bénéficier d’autres de leurs services – services rendus possibles grâce à l’argent récolté notamment en vendant des occasions.

Les vêtements

S’il y a bien une chose à acheter d’occasion, ce sont bien les vêtements, de bébés en particulier !

Il y a les nombreux cadeaux, les bébés qui grandissent super vite, les personnes qui avaient une garde-robe enfantine très sexuée et attendent un enfant d’un autre sexe (ou du moins sexuée d’après eux, car je t’avoue avoir vu souvent des vêtements, à mon sens on ne peut plus mixtes, vendus parce que le nouveau bébé était une fille)…

On n’a que l’embarras du choix, avec des vêtements souvent peu, voire jamais portés. Plus la taille est petite, plus c’est vrai.

Meubles et matériel de puériculture

Ici, il faut faire attention, car une question de sécurité se pose.

L’écartement des barreaux des lits et parcs ne doit pas excéder 6,5cm (risque de coincement !). Les dimensions d’anciens modèles ne sont pas forcément non plus celles d’un matelas standard… Il faudra trouver une solution sur-mesure, sans laisser d’espace où un bébé pourrait se coincer. Gare aussi à la hauteur de barrière, si tu souhaites te servir du lit au-delà des premiers mois de vie de ton bébé.

Je déconseille franchement tout achat de siège auto d’occasion. Un siège auto qui a subi un choc (même à allure réduite) perd considérablement de son efficacité. Mais les dégâts sont parfaitement invisibles, impossible donc de vérifier son état ! On ne peut guère que se fier à la bonne foi de la personne qui le vend d’occasion.

Autant je suis plutôt d’avis de généralement partir du principe qu’on ne me veut aucun mal, autant, pour un point comme celui-ci, je ne saurais que trop conseiller le principe de sécurité : pas de seconde main ! (Ou éventuellement de quelqu’un que tu connais très bien, dont tu aurais forcément été au courant s’il avait eu un accident, même petit.) Non pas que le vilain vendeur veuille forcément se faire du blé en te refourguant son siège au mépris des règles de sécurité, mais plutôt parce qu’il est fort possible qu’il ne se rende pas compte à quel point c’est vraiment dangereux. (Il n’y a qu’à voir les personnes qui se baladent le long de l’autoroute pour constater que tout le monde n’a pas la même conscience du danger !)

(Il y a beaucoup à dire sur le sujet des sièges auto, mais ça n’a plus de rapport avec l’occasion. Je te propose plutôt d’aller faire un tour sur l’incontournable site Sécurange.)

Les livres et jouets

Pense à vérifier le nombre de pièces pour tous les jeux de société, puzzles et assimilés ! (Oui OK, vérifier si un puzzle 20 pièces est complet, c’est facile. 1000 pièces, c’est plus compliqué.)

Pour les peluches et jouets en tissus, mieux vaut s’assurer de pouvoir les laver (ça vaut pour le neuf aussi, mais c’est encore plus vrai d’occasion !). Même s’il est indiqué qu’un jouet n’est pas lavable, il est souvent possible de le faire, soit à la main, soit en cycle court, froid et essorage léger à la machine… Mais forcément, c’est à nos risques et périls !

peluches acheter occasion enfants

Photo personnelle

J’espère que mes explications t’auront donné envie de te tourner vers le seconde main, au-delà des dons spontanés de la famille et amis. Des économies et la satisfaction d’avoir fait de belles découvertes en perspective !

Nous en tout cas, on achète de moins en moins neuf. À Noël, Pimprenelle a reçu plusieurs jouets d’occasion.

Pour compléter le stock d’habits nécessaires à l’arrivée d’un bébé de printemps après avoir eu un bébé d’été caniculaire (ceci est une annonce plus ou moins cachée), on n’a pas mis un orteil dans une boutique classique (même virtuelle)… Ce qui ne nous a pas empêché de dépenser environ 200€ !!! (Bon ce n’était pas que du 1 et 3 mois, ça va jusqu’à 12 mois… Mais quand même !) Autant dire qu’on se serait ruinés en neuf. Mais avouons-le aussi, c’est l’illustration de ce que je disais plus haut : à prix mini, on a facilement tendance à acheter beaucoup plus. Pour le minimalisme, j’ai encore quelques progrès à faire…

Et toi ? Tu as l’habitude d’acheter d’occasion ? Tu as « hérité » de beaucoup d’affaires des amis ou de la famille pour tes enfants ? Est-ce que tu as des craintes vis-à-vis des achats de seconde main ? Viens en discuter !

A propos de l’auteur

J'ai 27 ans et un mari super-chouette ! Notre fille "Pimprenelle" est née à l'été 2015 et nous régale de sa bonne humeur... "Ninette" nous a rejoint au printemps 2018. Je m'occupe d'elles à plein temps. Moi, je suis une lutine lunatique, mais généralement très joyeuse et espiègle. Écolo, féministe, non-violente, végane, cousette, fana de prénoms et de vieilles comédies musicales ! Tu peux aussi me retrouver sur le blog Sous Notre Toit et sur Instagram @danslamalledenilith