Menu
A la une / Conseils

Techniques de survie en cas de séparation parents/bébé

Ça y est, ton bébé est né. Félicitations ! Maintenant, il va falloir partager ! « Euh, quoi ? Non, je ne veux pas ! » « Ah mais si, Madame, vous l’avez eu pour vous toute seule pendant neuf mois, il est temps de couper le cordon ! »

Je vais tenter aujourd’hui de te donner quelques trucs et astuces tirés de mon expérience et de celle de mes copines chroniqueuses pour ta survie et celle de ton(/ta) conjoint(e) au moment fatidique où on va t’arracher ton bébé des bras tu vas laisser ton bébé.

Séparation maman bébé

Crédits photo (creative commons) : Jason Pratt

Les premières fois

Juste après la naissance

Ton bébé à peine né, il faut le peser, le mesurer, lui faire les premiers soins. Si tu as de la chance, ça se passera dans la même salle et tu pourras garder ta progéniture à portée de vue. Sinon, envoie le papa suivre ton bébé !

Madame Lucette : « Mon astuce : faire les enfants par deux. Je te jure que pousser pour le second fait particulièrement diversion pendant les soins du premier. »

Voilà, la machine est lancée, ce bébé que tu as porté n’est plus exclusivement le tien… Oui, je sais, c’est dur, mais tu vas voir, tu vas t’en remettre.

Après, tu auras la pression familiale : ta mère, belle-mère, cousine de 6 ans (si si, j’te jure !) qui, dès la naissance, vont vouloir s’approprier ton enfant. « Mais si, tu n’as qu’à me le laisser quelques jours, comme ça, tu peux te reposer… » « JAMAIS !!!! Non, c’est gentil, merci ! » (Oui, jeune mère, range tes hormones : personne ne te veut du mal, ni t’enlever ton bébé, ni remettre en cause ta façon de faire, ce sont juste des conseils, ces gens veulent t’aider.)

Puis vient le jour où tu dois vraiment laisser ton bébé (sous-entendu : un peu plus longtemps que pour prendre une douche ou pour aller aux toilettes ! Ne rigole pas, je sais que tu vas aux toilettes avec ton bébé !).

Les rendez-vous médicaux

Allez, pense à ton périnée, et va faire ta rééducation ! Laisse ton bébé à sa grand-mère ! Tu vas t’en sortir, promis ! Et puis, tu seras assez occupée avec tes exercices pour ne pas trop y penser (ouh la menteuse).

(Ou alors, autre solution : demande à une sage-femme libérale de venir faire ta rééducation chez toi. Comme ça, tu ne lâches pas ton bébé ! – hé hé.)

Bon, passons aux choses sérieuses…

Au boulot, Maman !

Aïe… Comment faire ?

Tu as trouvé un mode de garde ? C’est bon ? Tu es prête ? (Ou peut-être que tu n’as juste pas le choix ?) Alors go !

L’adaptation

Contrairement à ce que tu crois, ce moment n’est pas fait pour que bébé s’adapte à son nouveau mode de garde, mais plutôt pour que Maman/Papa s’adaptent à la séparation !

Nos conseils :

  • Essayer de se préparer psychologiquement en amont (genre beaucoup !).
  • Prendre des rendez-vous pour soi pendant ces moments d’adaptation, car rester à la maison à tourner en rond, ce n’est vraiment pas une bonne idée. Melimelanie : « Je cherche encore comment survivre, mais je m’occupe : le massage et le coiffeur m’ont bien aidée. » Mais oui : après trois mois avec ton bébé et la chute de cheveux qui commence, tu vas l’aimer, ton coiffeur !
  • Chacha d’avril : « Me mettre à jour dans mes séries. » Et tu verras que deux heures d’adaptation, c’est en fait trop court quand tu as une saison entière de Game of Thrones à rattraper !
  • Anne Delacour : « Éventuellement, confier le moment de la séparation au papa, pour éviter de transmettre son stress. »
  • Pivoiline : « Faire du shopping (pour ma fille)… » et pour soi !!

La reprise du travail

  • Mélimelanie : « Mettre des photos partouuut ! » Sur l’ordinateur, le téléphone, ton bureau… Et si ton mode de garde le permet, te faire envoyer une petite photo dans la journée peut être super chouette pour le moral !
  • Doupiou : « Se dire que c’est bien d’avoir des conversations d’adultes pour son épanouissement personnel ! Parce que les biberons et les couches, y’en a marre ! » Bon, je ne te cache pas qu’en vrai, tu vas chercher des gens dans des situations similaires à la tienne, et que les discussions couches, morve, bave et varicelle (je m’égare, là…) vont revenir ! Mais c’est bien aussi de discuter avec des collègues sans enfant (ou avec des enfants grands), pour aborder de vrais sujets d’adultes (si si, ça existe encore).
  • Chaperon Rouge : « S’occuper l’esprit avec le travail, c’est encore le meilleur moyen de ne pas trop penser à bébé (par contre, le soir des premiers jours, je rentrais presque en courant). »

Les déplacements

Peut-être que toi ou ton mari, vous avez un travail qui nécessite de faire des déplacements. Et la première nuit peut être très dure.

Ma technique de survie : Facetime ou Skype sont tes meilleurs amis ! Surtout quand bébé ne parle pas (comment ça « quand bébé parle, ce n’est plus un bébé » ?? Non, ce n’est pas vrai !).

(Petit teasing : bientôt, nos chroniqueuses spécialistes du déplacement vont te faire un reportage complet sur le sujet !)

Attention, next level…

Quand bébé découche…

Le weekend

Laisser bébé TOUT UN WEEKEND à quelqu’un : ouh la ! Deux jours sans travail, seule, sans bébé… C’est à ce moment-là que tu trouves ta maison bien silencieuse et toute vide !

Allez allez, ne te laisse pas abattre ! Occupe-toi ! Je suis sûre que tu as une tonne de trucs en retard à faire (si si, ne mens pas), comme :

  • ranger les papiers,
  • faire un album photo,
  • aller chez le coiffeur (oui, encore),
  • te mettre du vernis,
  • regarder un film d’action avec le son à fond,
  • faire du ménage,
  • sortir au ciné (nan ?? Si, je te jure, tu peux y aller !),
  • se faire un restaurant en amoureux,
  • voire (truc de fou) partir carrément en weekend avec l’amoureux !!

Mme Irbis : « Je saute de joie dès que je peux le laisser ! »

Les conseils des chroniqueuses :

  • Melle Mora : « Laisser bébé uniquement si on en a vraiment envie : ça peut faire du bien une grasse mat’ ! »
  • Anne Delacour : « Ne pas se laisser convaincre que c’est essentiel si on n’en ressent pas le besoin. »

Je plussoie totalement ! Princesse a 29 mois (okaaaay, elle a 2 ans et demi – presque), et nous n’avons pas du tout envie de la laisser. On aime passer du temps avec elle et on travaille toute la semaine pour profiter de ce moment, alors à moins de ne pas pouvoir faire autrement, on la garde le weekend ! Na ! Mais, comme tu le sais, Madame Irbis est mère au foyer, et pour l’avoir experimenté pendant huit mois, je comprends l’envie de souffler de temps en temps.

Une semaine

Puis vient enfin le pire : laisser bébé plus de deux jours (« Non, pas possible ?! » Si si)… Là, je t’avoue que ce n’est franchement pas évident. Laisser son bébé et se dire qu’il va se passer au moins cinq jours (quatre dodos !) avant que tu puisses le revoir en vrai (le sniffer, le bisouter, le câliner, etc.), c’est très dur…

Tu as intérêt à te faire un programme de compète :

  • la dernière saison de ta série préférée (en intégralité !),
  • les derniers films Marvel (avec le volume de la télé à fond),
  • des livres (et on oublie Tchoupi et Petit Ours Brun !),
  • des horaires de boulot dignes de ta collègue de 25 ans célibataire (10h-20h)…

Et on se fait au moins une pause par heure pour zieuter les photos de bébé ! On appelle bébé en vidéo tous les soirs ! Et on demande des photos toutes les deux heures !

(Sinon, désolée, mes copines chroniqueuses n’en sont pas encore à ce stade et n’ont pas d’astuces supplémentaires.)

Je n’aborderai pas le moment où tu laisses ton bébé (ok, enfant) pendant de longues vacances scolaires, parce que je n’en suis pas encore là et que mon petit cerveau n’est pas encore capable de l’imaginer.

Bon, allez, maintenant, je vais te dire la vérité : la vraie grosse angoisse de séparation, c’est surtout la tienne. La plupart du temps, c’est parce que tu stresses toi que ton bébé vit mal cette séparation. Même si je ne nie pas que chaque bébé est différent.

Pour ne rien te cacher, si la rentrée à la crèche a été très dure pour moi, Princesse, elle, s’y est très bien faite.

Et nous l’avons laissée pour la première fois une semaine complète il y a quelque temps, près de deux ans et demi après sa naissance. Et en fait, je l’ai plutôt bien vécu (ouh la mauvaise mère) !

Passé le cap de la mettre dans la voiture de mes parents et de la voir partir, ainsi que les premières heures à nous regarder avec mon mari en ne sachant pas trop quoi faire, la semaine a été très agréable (je te vois choquée derrière ton écran). Pas de réveil nocturne, pas de bain à donner (mieux : j’ai pu en prendre un moi-même !), pas de lever aux aurores, pas de bagarre à l’heure des repas, pas de dessin animé, de livre pour bébé…

Une petite semaine pour mon mari (même s’il était en déplacement…) et moi. J’ai même poussé le vice jusqu’à n’aller la récupérer que le samedi après-midi, histoire de faire une grasse matinée le matin ! (Bon, je te rassure, j’étais quand même impatiente de la récupérer !!)

Allez, courage !

Et toi ? Tu as déjà laissé ton enfant ? Une journée ? Un weekend ? Une semaine ? Plus ? Comment ça s’est passé ? Quelles sont tes propres astuces ? Raconte !

A propos de l’auteur

Madame D depuis septembre 2015, je suis la maman (comblé) de Princesse, 5 ans et de PetitLion 1 an et demi (à peu près). Absente par ici depuis quelques temps, je reviens te raconter cette seconde grossesse et notre nouvelle vie à 4 (oui je te raconte ma vie quoi !)