Menu
A la une / Témoignage

Prendre soin de soi pendant la grossesse

Je suis une personne assez angoissée en temps normal devant les situations que je ne maîtrise pas… autant dire qu’avec la grossesse, je suis servie !

Rapidement, il est apparu qu’il fallait que je fasse quelque chose si je ne voulais pas me laisser envahir par le stress et les angoisses. J’ai donc pris la résolution de prendre soin de moi, de mon corps, de ma tête, pour être plus sereine et avoir un bébé zen !

J’ai opté pour plusieurs approches, qui m’ont permis d’avancer, jour après jour, sur le chemin d’une grossesse apaisée.

Astuces pour une grossesse sereine

Crédits photo (creative commons) : Greyerbaby

Sur le plan médical

Je ne vais pas te parler du suivi classique de la grossesse, mais bien d’accompagnements complémentaires qui m’ont permis de me détendre.

Prendre rendez-vous chez le dentiste

Oui, bon, ok, le dentiste, ce n’est pas une partie de plaisir. Néanmoins, si on veut faire mentir le vieux dicton : « Une dent pour un enfant », il faut faire attention à ses dents et à son hygiène bucco-dentaire. Personnellement, depuis le début de la grossesse, mes gencives saignent et sont très sensibles. La bonne nouvelle, c’est que la CPAM offre à toutes les femmes enceintes une consultation de dépistage chez le dentiste, à partir du quatrième mois ! Alors profites-en !

Engager un suivi par une sage-femme

Mon gynécologue est débordé. Avoir un rendez-vous autre que les rendez-vous mensuels obligatoires relève du miracle. Autant dire que pour toutes mes petites questions, mes inquiétudes, mes demandes, je me sentais un peu seule…

J’ai profité de la possibilité de faire un entretien prénatal après le quatrième mois pour prendre rendez-vous chez une sage-femme et passer une heure avec elle pour discuter de mes appréhensions et poser des questions. Ça m’a aussi permis de me projeter un peu plus sur ce que je voulais pour l’accouchement et de choisir le type de préparation à la naissance que nous souhaitions.

Du coup, désormais, j’ai une interlocutrice privilégiée en cas de coups de flippe et de questionnements divers, et je peux tout lui dire !

Faire appel à l’acupuncture pour mes douleurs de grossesse

Le must du must avec cette sage-femme, c’est qu’elle est formée et diplômée en acupuncture ! Dès le troisième mois, j’ai commencé à souffrir terriblement du dos… puis j’ai connu de multiples réveils nocturnes.

À chaque fois, je suis allée consulter en acupuncture : ça a été une révélation et un soulagement immédiat ! En deux à trois séances, mes douleurs ont disparu, je ne me réveille plus qu’une seule fois par nuit (quand bébé décide de se réveiller, vers 5h !) et je parviens facilement à me rendormir.

Ça peut également aider à déclencher le travail, à faire se retourner les bébés en siège… bref, je te conseille l’acupuncture !

Aller voir des professionnels si le besoin s’en fait sentir

Comme un certain nombre de femmes, je n’ai pas échappé au diabète gestationnel, hélas ! Cependant, en suivant un régime alimentaire adapté, mes taux se sont rapidement stabilisés.

Mon gynéco m’a orientée vers une sage-femme spécialisée en diabétologie, qui me suit une fois par mois. J’aurai a priori également droit à des monitorings. Pour me rassurer, j’ai eu besoin d’aller voir la diététicienne de l’hôpital, qui a su m’apporter des réponses.

À un moment donné, j’ai fait également beaucoup de crises d’angoisse, et des cauchemars terribles où notre enfant mourait, où mon mari disparaissait… J’ai pu rencontrer la psychologue de la maternité, qui m’a beaucoup aidée à prendre les jours et les événements les uns après les autres.

Faire une préparation à la naissance

C’est peut-être bête à dire, mais la préparation à la naissance permet véritablement de prendre conscience de ce qui va se passer au moment de l’accouchement, et de se sentir en confiance face à cet événement. Ça permet aussi d’impliquer le futur papa dans son rôle ! Plusieurs préparations existent (haptonomie, chant prénatal, préparation classique, méthode Bonapace, préparation en piscine…). Une fois qu’on a trouvé celle qui nous convient, c’est une bulle de sérénité qui se crée !

Sur le plan sportif

Eh oui ! La grossesse peut être handicapante, fatigante, amener son lot de tracas… et le sport est un bon moyen d’évacuer les tensions, tout en préparant son corps à la grande étape de la naissance.

Pour ma part, je ne suis pas une grande sportive. Habituellement, je pratique la danse contemporaine. Très vite, ça n’a plus été possible. J’ai donc décidé de tester des sports doux : j’ai opté pour le yoga prénatal, tout simplement parce que l’horaire me convenait.

(FLASH INFO pour les associations sportives : ce n’est pas parce qu’on est enceinte qu’on ne travaille pas ! Alors les horaires genre de 10h à 11h, c’est un peu compliqué !)

Le yoga m’a donné des bases de respiration, des postures pour soulager les petits maux de la grossesse, et pour préparer le bassin à la naissance. Je continue à le pratiquer encore aujourd’hui.

Depuis que je suis en arrêt (au milieu du sixième mois, suite à des contractions), je peux désormais me rendre à la natation prénatale, le lundi matin. Ça me fait un bien fou. Je flotte, mon poids n’est plus un souci, mon corps bouge sereinement.

Le cours se déroule en deux parties, sur fond musical : d’abord des exercices « cardio », où l’on nage à son rythme dans le grand bain, aidées de grandes frites en mousse. Puis, dans le petit bassin, on fait des exercices de respiration, on muscle un peu nos bras et on travaille l’ouverture des hanches et du bassin.

Ensuite vient la seconde partie : la relaxation. Dans une eau bien chaude, on se laisse flotter avec une frite sous la nuque, une autre sous les genoux. La maître-nageur passe entre nous, nous promène dans le bassin, puis nous attache les unes aux autres. Régulièrement, on s’endort !

Il existe de nombreux autres sports (les Pilates, la gym douce, la marche…) qui peuvent te permettre de te délasser et de prendre soin de toi.

La prochaine fois, je te parle de bien-être en institut et chez toi !

Et toi ? La grossesse t’angoisse beaucoup ? As-tu trouvé des solutions pour mieux gérer ce stress ? Lesquelles ? Raconte !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)