Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Ninette

Maman trentenaire de deux fistons nés en 2015 et 2017 qui font déborder mon cœur d’amour et ma tête de questions.

Ses contributions

Voilà, c’est fini

J’aurais voulu que ça se termine autrement entre nous. J’aurais voulu te quitter en loucedé, sans un au revoir, sans même qu’on se rende compte, ni toi, ni moi. J’aurais juste écrit de moins en moins et puis un jour plus du tout. Et comme j’aurais été une vieille chroniqueuse et que d’autres chroniqueuses super seraient apparues, je n’aurais manqué à personne.

Mes grossesses, mon corps et moi

Je n’ai jamais été une grande complexée vis-à-vis de mon corps. Non que j’aie une silhouette parfaite, loin s’en faut, mais je crois que j’ai la chance d’avoir été éduquée dans l’idée qu’il faut savoir accepter ce qu’on ne peut changer. Et en ce qui concerne l’apparence physique, cela se traduit par l’idée que le plus important n’est pas tant d’être belle et mince, mais de se sentir bien. Ceci dit, on ne va pas se mentir : je me serais bien passée des quelques kilos que j’ai pris ces dernières années…

Le chevauchement d’orteils de Bibou

Je ne sais pas toi mais moi j’adore les petits pieds de mes fils. Je me suis découvert cette passion à la naissance de Bibou. Et tout de suite j’ai repéré une particularité : sur chacun de ses pieds, son deuxième orteil était implanté plus haut que les autres et chevauchait légèrement le troisième.

Être une maman moins présente que le papa

Je n’ai jamais eu pour rêve de m’arrêter de bosser pour élever mes enfants (d’ailleurs, les enfants n’étaient même pas dans mes rêves). En revanche, Mamour se verrait bien homme au foyer si on en avait les moyens. Je travaille à temps plein, lui non. J’aime mon métier, lui se cherche encore un peu. C’est donc évidemment lui qui passe le plus de temps avec nos fils.

L’histoire de ma GEU ou comment j’ai failli mourir (et comment Mamour m’a sauvé la vie) : l’attente

La principale spécificité de mon expérience c’est que j’ignorais que j’étais enceinte avant de me retrouver aux urgences et que je n’ai rien vu venir. C’est comme ça que j’ai appris que la GEU est une cause de mortalité importante dans les pays industrialisé et qu’elle y est même la première cause de mortalité liée à la grossesse.

Que penserait la Ninette de 2010 de la Ninette maman de 2020 ?

Il faut le savoir, je n’ai pas toujours voulu avoir des enfants. Quelques mois seulement avant de tomber enceinte, j’étais même très loin de l’envisager. Pourtant, mes deux grossesses étaient désirées. Ces petites blagounettes que nous fait la vie ! J’aurais donc retourné ma veste… ? Pas si simple…

Rituel des couchers… sauce aigre-douce

Je viens te parler aujourd’hui d’un moment clé dans la journée des parents de jeunes enfants (et dans la journée de l’enfant aussi d’ailleurs ne soyons pas adultocentristes) : le coucher.

Le premier je t’aime et autres petits bonheurs de maman

Je viens te parler aujourd’hui des tout petits trucs maman/enfant qui me donnent encore et toujours des papillons dans le ventre, des larmes aux yeux et des boum-boum dans mon cœur… C’est parti pour une chronique 100% bisounours ! (ou 99% peut-être…)

Une belle complicité

Bibou et Titou ont un peu plus de deux ans de différence. Et, ça n’a pas toujours été le cas, mais, depuis quelques mois, ils développent une jolie complicité pour notre plus grand bonheur (ou à nos dépens parfois…)

Quitter son chez-soi… pour mieux se confiner

Nous leur avons expliqué les choses au fur et à mesure de toute façon. A l’école aussi, Bibou (5 ans) a eu les explications adaptées à son âge. Il semblait comprendre ce qu’il avait besoin de comprendre mais pas être angoissé. Plus difficile à dire pour Titou évidemment (2 ans et demi).

J’adore jouer à cache-cache avec mes enfants !

J’ai envie de parler de quelque chose que j’ai découvert en devenant maman : j’aime beaucoup jouer avec mes enfants. Et surtout de quelque chose que j’ai découvert plus récemment : j’adooooore jouer à cache-cache avec mes fils.

Bienvenue à Ninette, maman depuis 2015 !

Une chose est sûre, je voudrais commencer cette chronique de présentation par des remerciements (non, ne t’inquiète pas, je ne me crois pas à une cérémonie de remise de prix).