Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon bébé pas du tout écolo…


Publié le 19 avril 2020 par Onedaymaybe

Cela fait trois mois que Cyprien est avec nous. Et le moins que l’on puisse dire c’est que, depuis sa naissance, on est très très loin du zéro déchet…

Crédit photo (creative commons) : The Honest Company

À la maternité

Bon, au moment de l’accouchement, on n’y peut pas grand chose, mais tous ces éléments à usage unique utilisés remplissent très largement une grosse poubelle 50 L… Enfin si, on peut accoucher plus naturellement. Ou chez soi.

Ensuite, pendant le séjour (et après hélas), les lochies et les suites de couches imposent des serviettes hygiéniques (MAXI absorbantes) et des slips jetables, car leur état ne leur permettra plus d’être portés à postériori. Après quoi, il y a aussi les coussinets d’allaitement jetables parce que les lavables ne sont pas en nombre suffisant avec un réflexe d’éjection fort. Là aussi, la poubelle se remplit. J’évoquerai aussi mes douches longues et quotidiennes à la maternité pour soulager toutes les douleurs liées à l’épreuve physique qu’est la naissance…ainsi que les douchettes aux toilettes pour soulager la douleur des points post déchirure.

Bien évidemment il y a aussi les couches et les cotons jetables pour bébé.

Crédit photo (creative commons) : Annca

Retour à la maison

J’avais bien envie de tester les couches lavables sauf que…sauf que je ne m’en sors pas avec la masse de linge qui équivaut à quatre personnes dont un bébé régurgitant ! En plus, franchement, je ne comprends RIEN aux différents types de lavables. Sans compter qu’un nourrisson à besoin d’être TRÈS SOUVENT changé dans les premières semaines. J’essaierai peut être plus tard le service de location qui s’est créé il y a peu à Caen… donc bon, pour le moment, on en reste aux jetables.

Pour les cotons, soyons honnêtes, j’ai de très jolis cotons lavables avec des renards (merci Madame Fleur !) mais pour les caca, ce n’est juste pas possible ! Il me faut au moins 3 à 4 cotons à chaque fois. Je n’ai pas assez de stock, et puis les odeurs, merci bien… du coup, j’utilise les lavables pour les pipi et la toilette.

Parlons liniment tiens : je sais le faire moi même. Sauf que c’est ultra gras, et que je n’ai plus de lave vaisselle depuis novembre. C’est irrécupérable à la main ! Et je n’arrive pas à le faire suffisamment fluide pour que ça « coule » sans problème dans mon flacon pompe. Là aussi, j’en achète tout fait (le moins cracra possible mais ça reste une bouteille en plastique…).

On peut aussi parler du sérum physiologique en pipette jetable unique pour les nettoyages de nez et pour les yeux qui coulent beaucoup chez mon tout petit (les canaux lacrymaux ne sont pas bien ouverts…). Et les mouche-bébés tiens, en voilà une invention bien utile mais TELLEMENT productrice de déchets !

Enfin, le lait en poudre. J’ai allaité 9 semaines. Si j’avais su dans ma boule de cristal que j’allais changer de poste aux 10 semaines de mon fils, et que le confinement interviendrait 10 jours après ma reprise, je n’aurais pas arrêté. Mais c’est comme ça. Par conséquent on se retrouve avec environ une boîte de lait pour 8 jours, avec à chaque fois sa cuillère doseuse en plastique, et son opercule en alu.

Pour le bain, au départ, je pensais au savon doux. Comme pour moi et sa sœur. Mais lorsque mon mari est allé à la pharmacie faire les achats de sortie de maternité, la pharmacienne lui a offert un sac contenant des lingettes et un gel corps et cheveux de chez Gifrer. Bon. On va pas gâcher, hein, donc on les utilisera…mais c’est pas vraiment très écolo cette affaire !

Ça me rend folle.

J’aimerais faire mieux. Je n’y arrive pas. La planète ne me remerciera pas…et mon fils encore moins.

Heureusement qu’en parallèle nous n’achetons rien de neuf -lit repris de sa sœur (et avant elle de mes neveux), armoire de sa sœur, table à langer de mon filleul, jouets de sa sœur ou faits main par des petites fées du crochet ou de la couture, vêtements récupérés de droite et de gauche ou achetés en seconde main, écharpe de portage trouvée sur Leboncoin (et toujours pas utilisée car cours de portage annulés suite au confinement…)…

A ma petite échelle, j’essaie de faire ce que je peux, mais clairement, je vois ici les limites de mes capacités.


 


Commentaires

18   Commentaires Laisser un commentaire ?

Aurore

Eh oui, c’est bcp de déchets mais on finit par réussir à réduire. Pour le lavage de nez, on peut avoir le sérum physiologique par 500mL en pharmacie, si on a une ordonnance du médecin on peut même avoir la version en verre avec le septum, le tout avec une aiguille et une seringue qui sont réutilisables, ça évite pas mal de déchets. Je réserve les pipettes à usage unique pour les yeux, car le stérile reste nécessaire.

le 19/04/2020 à 09h01 |

Claire

Ici, pendant ma grossesse, je me renseignais à fond pour produire le moins de déchet possible, etc. Et puis… on a fait comme on a pu !! On est passé tranquillement au lavable petit à petit, sans pression et en les utilisant que la journée, et même pas toute la journée (en fonction des fuites, on apprend hein…). Pareil pour les cotons lavables. On a pris un mouche bébé lavable, hyper simple d’utilisation et qui ne produit que très très peu de déchet (il y a une sorte de disque pour que tout n’arrive pas dans la bouche…(merci bonsoir))…
Mais tout en relax. Et en se disant que c’est déjà bien!

le 19/04/2020 à 10h44 |

Virg

En résumé je dirai que, si chacun fait ce qu’il peut à sa petite échelle, le cumul fait déjà beaucoup.

le 19/04/2020 à 11h53 |

Ewina

Coucou ! Nous en mouche bébé on a le nuk, avec des filtres lavables. On en est bien contents (et sinon on valide tout ce que tu dis… Les déchets avec un bébé c’est déprimant)

le 19/04/2020 à 12h05 |

Lucie en ville (voir son site)

J’ai fait le même constat que toi et connu la même frustration ! Je rebondis juste sur le mouche bébé lavable, utilisé pour mes deux enfants, 0 déchet et vraiment efficace et hygiénique. Ça avait dû me coûter 8€ et c’est un des achats que j’ai le plus utilisé !
Je compatis en tout cas ; tu en as conscience et tu essaie de faire mieux c’est déjà ça !

le 19/04/2020 à 13h04 |

Mélinda

J’aime ton article qui met en lumière la quantité de déchets générée par un bébé et la difficulté de les réduire même avec de la bonne volonté. Je rejoins les filles au-dessus : le constat que tu fais est déprimant mais ça va s’arranger avec au fil des mois. Par exemple : on est passés au lavable en journée à 8 mois. On utilise plus de lingettes lavables (débarbouillage, change même selles vu que ça va avec les couches). Et on garde les boîtes de lait pour en faire du stockage, des pots de fleurs, un chamboule-tout… (c’est sur que c’est plus facile quand on a de la place pour stocker ces dizaines de boîtes…). Toutes les actions que vous mettez en place comptent 🙂

le 19/04/2020 à 13h13 |

Madame Fleur (voir son site)

Comme dit dans les autres commentaires, je trouve déjà que tu en fais pas mal.
Pour ma part, je suis loin derrière.
C’est important de ne pas se mettre trop de pression non plus, tu fais les gestes qui te paraissent accessibles et c’est déjà bien.

le 19/04/2020 à 14h20 |

Mélinda

C’est vrai que ce n’est pas le moment de se mettre la pression quand on a un petit bébé, c’est bien de le rappeler !

le 20/04/2020 à 09h52 |

Maye

J’ajouterais que les déchets produits a la maternité sont peanuts ! Ce sont des déchets médicaux, et si on ne produisaient que ceux là le monde s’en porterais très bien. Franchement l’accouchement est si… si… Je n’ai pas les mots mais on va pas se flageller pour les déchets qui y sont produits.

le 19/04/2020 à 16h56 |

Madame Grenouille

Nous sommes passés aux couches lavables au 1 mois de notre fille justement car on ne supportait pas le volume de déchets ! Donc dans la poubelle, seulement les pipettes de sérum physiologique, et les boîtes de lait après l’arrêt de l’allaitement.
Comme indiqué dans d’autres commentaires, le mouche bébé lavable est nickel, on utilise le même depuis 2 ans, 0 déchets associés.
Pour la toilette et le change, lingettes lavables eau et savon. Elle ne supportait pas le liniment donc pas de déchet associé !

le 19/04/2020 à 21h22 |

Die Franzoesin (voir son site)

Faute avouée à demi pardonnée – on me disait toujours ça quand j’étais petite 😉 . Plus sérieusement j’ai eu la même « confrontation au réel » notamment pour ce qui concerne les couches lavables. Ici il n’y a pas de service de location et je ne comprends pas comment je vais faire à trouver les bonnes sans essayer 50 modèles avant.

le 19/04/2020 à 22h29 |

Virg

Est-ce une annonce ???? 😉

le 20/04/2020 à 07h35 |

Die Franzoesin (voir son site)

J´ai recu plein de messages curieux ce matin vous me faites bien rire 🙂 !! Alors désolée de vous décevoir mais alors pas du tout. Je me suis rendue compte après coup que j avais choisi une concordance des temps bizarre hier mais j´avais la flemme de me reconnecter pour corriger. Voilà comment on lance des fake news 😉 .

le 20/04/2020 à 10h08 |

Mélinda

Oh Virg quel oeil !!! Excellente question !

le 20/04/2020 à 09h39 |

Elodie

Pour le liniment je n’ai pas de lave-vaisselle et je nettoie mes ustensiles sans souci avec du vinaigre blanc et de l’eau bien chaude. Moi je le fais avec 5gr de cire d’abeilles et 125ml d’eau de chaud et 125ml d huile d’olives aucun souci.
Apres pour le reste on a toujours été au lavable: couches cotons et serviettes hygiéniques. On est 5, bientôt 6 à la maison donc ça fait un gros volume de linge mais j’ai ma routine.
Tu pourras passer au lavable petit à petit sans te mettre la pression

le 20/04/2020 à 10h24 |

Mélanie

Je suis d’accord aussi avec tout ce qui a été écrit au-dessus. Il y a tellement de gens qui ne font aucun effort justement (la majorité) que chaque petit effort est gagnant pour la planète (et pour bébé). J’été aussi très motivée pour les couches lavables au début, mais après des premiers mois de post-partum difficiles, j’ai laissé tomber. Aujourd’hui mon bébé a 8 mois, j’ai essayé avec une autre marque: juste une couche lavable par jour! Je me suis dis allez, une couche par jour, c’est ça de pris. Au final ça m’a tellement plu que j’en ai 3 de plus et mon bébé n’est quasiment qu’en lavable la journée. Mais pas de pression! Si je n’ai plus de lavable je ne fais pas une machine exprès, et je lui mets une jetable. Je te donne l’exemple des couches, mais je fais pareil pour tout le reste (il n’a que du fait maison le midi, mais le soir petit pot). En m’enlevant cette pression énorme d’essayer de tout faire parfaitement (bio, zéro déchet) je me suis enlevée du stress qui me permets au final d’agir dans le bon sens, étape par étape. Les réseaux sociaux et certains livres sont aussi très culpabilisants, j’essaie aussi de m’en détacher au maximum. Ton article est vraiment super car il reflète je pense ce que vivent la majorité des gens « vraies » dans leur contrainte du quotidien. Donc pour résumer je dirais qu’il ne faut pas avoir peur de se laisser du temps, et de prendre chaque « challenge » zéro déchet un à un, et puis si pour certains tu restes en jetable (le petit pot ou la couche ou je sais pas quoi), tant pis!

le 20/04/2020 à 12h34 |

Madame Grenouille

👍

le 20/04/2020 à 22h30 |

Croco

Nous sommes passés aux couches lavables vers les deux mois de chaque enfant (pour le premier un peu plus tard le temps de prendre conscience du problème, de tester un premier type de couche puis de trouver celles qui nous convenaient). Je crois que ce qui nous a bien aidé à réduire les machines, c’est d’être passés aux body en laine (et aussi d’arrêter de mettre les vêtements au sale de manière systématique).
Un truc aussi pour éviter les dosettes de sérum physiologique, même si c’est trop tard pour toi, c’est d’utiliser du lait maternel dans une poire de lavage.

le 21/04/2020 à 20h55 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.