Menu
A la une / Récit de grossesse

Bienvenue à Étoile, future maman de septembre 2015 !

Moi qui n’avais jamais osé devenir chroniqueuse chez Mademoiselle Dentelle, me voici maintenant Dans Ma Tribu ! Je suis ravie.

Oui, oui, je suis une grande fan de ces deux blogs et de Sous Notre Toit. C’est mon petit rituel journalier d’aller les lire. J’aime beaucoup le partage d’expériences. Chaque personne est différente, et c’est cette richesse que j’adore sur ces blogs. Pas d’a priori, pas de jugement… Je lis chaque témoignage, car je trouve qu’ils m’enrichissent et me permettent de me confronter à des réalités différentes.

Pourquoi je me suis décidée à devenir chroniqueuse ?

Tout d’abord, je suis très pudique, j’ai toujours peur de « trop parler », ou de ne pas intéresser… mais je me suis fait un peu violence, en me disant que partager ma grossesse pourrait être utile à d’autres. Et surtout, j’adore écrire !

Je n’avais pas candidaté pour être chroniqueuse dans la team Dentelle, certes par pudeur, mais surtout parce que mon mari ne voulait pas de photo de lui sur le blog. Comme je ne risque pas de mettre une photo de lui ici, je n’ai plus aucune excuse valable maintenant !

Quelques mots sur la future maman et le futur papa

Nous sommes un couple très réfléchi et très calme, et quand nous nous décidons à faire quelque chose, c’est parti ! Ainsi, en moins d’un an :

  • Nous nous sommes mariés,
  • Nous avons acheté et déménagé,
  • Nous attendons notre premier enfant.

Ça fait beaucoup de changements d’un coup !

Sinon, nous sommes un couple opposé. Mon mari a peur du changement, alors que j’aime lorsque les choses bougent. Autant dire que j’ai dû me montrer très persuasive pour le mariage, le déménagement… Heureusement, pour le bébé, tout s’est fait plus rapidement, ouf ! Mais je t’expliquerai tout ça un peu plus tard !

J’adore tout maîtriser, alors que mon homme est beaucoup plus cool. Je suis très indépendante, et je suis partie de chez mes parents avant d’être majeure, alors que lui, c’était plutôt un Tanguy.

C’est un parisien convaincu, alors que je suis une vraie provinciale. Mais bon, les contraires s’attirent, non ? C’est ce qui fait la richesse de notre couple, et je pense que notre bébé sera un joli mélange.

Chaussures de couple

Crédits photo (creative commons) : makunin

Autant vous dire qu’il faut beaucoup dialoguer ! Je trouve qu’on ne s’en sort pas trop mal : il s’avère que nous sommes un couple très complémentaire dans nos différences. En tout cas, je t’expliquerai un peu plus tard comment gérer ce type de différences, surtout quand on attend un enfant et que les hormones s’affolent !

Je te rassure, nous avons quand même quelques points communs. Par exemple, nous sommes foncièrement très (trop ?) gentils tous les deux, très sensibles. Nous voulons bien faire les choses. Et nous adorons tout ce qui touche à la musique et à l’art en général. D’ailleurs, je t’en montrerai un peu plus lorsque je te parlerai de la chambre de notre bébé.

Un contexte et un état d’esprit particuliers

J’ai aussi choisi de partager ma grossesse, car celle-ci est atypique. En effet, j’ai une grossesse dite « à risque », car je souffre d’une maladie qui, à ce jour, n’a pas d’influence sur mon quotidien, mais qui peut être problématique pendant une grossesse et créer des complications. Elle peut aussi, potentiellement, se transmettre à notre enfant.

Ainsi, nous n’avons pas pu, comme d’autres couples, nous dire du jour au lendemain : et si nous faisions un bébé ? Ma grossesse a été programmée avec les médecins.

Alors, je te rassure, « programmée » ne veut pas dire qu’il fallait faire le bébé à tel moment, et avertir tout de suite mon gynécologue et les spécialistes. « Oui, bonjour, c’est Étoile, je commence les essais bébé… »

En fait, les essais bébé ont eu lieu sans pression, et sans penser à la maladie, avec, étrangement, une grande prise de recul. Je t’en parlerai dans le prochain article. Ça rend quand même le projet moins « spontané », moins en mode « petits cœurs partout ». Dans cette aventure, nous sommes très réalistes et lucides.

Quoiqu’il en soit, notre petit miracle est bien là ! Pourquoi un petit miracle ? Parce que, pour beaucoup de couples, faire un enfant, c’est facile, naturel… La suite logique. Pour ma part, je ne le pense pas du tout. Au contraire, c’est quelque chose de précieux et d’unique, un petit être dont il faut prendre soin, que ce soit avant la conception, mais aussi pendant la grossesse, et encore plus après, j’imagine !

Chaque jour, je ne peux m’empêcher de me dire à quel point nous avons de la chance que ce petit bout soit là. Chaque semaine en plus, c’est aussi une semaine de gagnée où mon bébé grandit et prend des forces.

Tout n’est pas toujours évident et facile. Je ne parle pas forcément que de notre couple. Nous connaissons tous des femmes ayant vécu une grossesse où il y a eu des difficultés, des couples qui ont des soucis pour avoir un enfant… C’est sans doute pour ça que je suis si réfléchie sur ma grossesse : je me rends compte que c’est une vraie chance.

Qu’est-ce que j’ai envie de partager  ?

Tellement de choses ! Attendre un enfant reste un événement très personnel, que chaque personne va vivre différemment. Même mon mari ne la vit pas comme moi, cette grossesse.

J’aimerais en tout cas, dans les prochains mois :

  • Évidemment aborder avec toi le déroulement de ma grossesse : suivi médical, imprévus, préparation à l’accouchement…
  • Démontrer qu’une grossesse à risque peut bien se dérouler, malgré quelques inconvénients (bon, il n’est pas encore là, ce bébé, mais pour le moment, les choses se passent plutôt bien),
  • Essayer de te faire relativiser, toi lectrice, sur les petits maux de la grossesse,
  • Essayer de te faire relativiser par rapport au regard des autres : famille, amis qui ne comprennent rien à ce que tu vis… Oui, parce que j’entends tous les jours qu’ « être enceinte, ce n’est pas une maladie ». Je suis d’accord, mais il faut quand même y aller doucement, parfois ! Le corps d’une femme enceinte travaille pour deux, non ?
  • Te faire aussi relativiser sur ton homme qui, des fois, est complètement à l’ouest et ne comprend rien à ta poussée d’hormones. Il faut être réaliste, ils sont certes à l’ouest, mais aussi (parfois) totalement maladroits dans leurs propos (voire immatures), ou juste complètement angoissés. (Monsieur Étoile, quoi que tu penses, tu assures !)
  • Te donner quelques pistes pour créer un kit de survie spécial grossesse, surtout si tu vis dans une grande ville. Paris, son métro et ses douces effluves, ses gens avenants… Même pas peur ! Bon, si, j’avoue que je craque parfois. Ceci dit, j’ai des anecdotes d’incivilités notables en province aussi, donc il faut que j’essaye d’éviter de stigmatiser notre jolie capitale quand même !
  • Évoquer notre préparation pour la venue de bébé : la galère de la recherche du prénom (eh oui, ce n’est pas toujours une évidence !), les photos de grossesse, la chambre, etc.
  • Et pour finir : parler de l’après-grossesse.

Et sans doute d’autres sujets, qui viendront au gré de mes envies.

À très vite !

Et toi ? Tu es aussi très différente de ton conjoint ? Tu as une grossesse un peu compliquée ? Tu penses aussi que les bébés sont des miracles ? Dis-nous !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !