Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

A la une

Enfant difficile pour manger

Mon combat pour la faire manger : Princesse 1 – Maman 0

Avant la naissance de ma fille, je me répétais : « Pas d’écran avant 3 ans !! » Et bien que pendant un peu plus d’un an, j’aie réussi à m’y tenir (à peu près, car la télé est allumée assez régulièrement chez moi), les choses se sont compliquées le jour où elle a commencé à devenir (très) difficile pour manger…

Ma fille aime à peu près tout, elle n’est pas difficile à la base. Par contre, quand elle ne veut pas manger, c’est la cata…

Les difficultés psychologiques de mon début de grossesse

Un début de grossesse difficile psychologiquement

Physiquement, pendant les premiers mois, je me sens fatiguée, énervée, stressée et nauséeuse tout le temps. Je ne suis pas la personne la plus agréable du monde (pardon Chéri !). Tout n’est pas dû à la grossesse, bien entendu, mais elle contribue à ce mal-être général.

Psychologiquement, c’est très dur aussi : nous venions juste de nous retrouver en tant que couple quand on a dû se projeter en tant que parents. La situation, loin d’être idéale à nos yeux, n’aide en rien.

Le bonheur d'avoir un enfant

Fais des bébés

C’est vrai, il m’est plus facile de te parler de ma grossesse alitée, de mon allaitement raté et de mes problèmes éducatifs que de mon grand bonheur. Je ne sais pas pourquoi c’est comme ça. Peut-être parce que la joie est difficile à décrire. Peut-être aussi parce que, quand on écrit un blog, c’est avant tout pour chercher du soutien, et donc parler de ce qui ne va pas très bien.

Mais j’ai décidé de corriger le tir aujourd’hui. Et si le gouvernement veut relancer la natalité en France, je l’interpelle solennellement : mon article va déclencher le prochain baby boom à lui tout seul, c’est certain !

Congé maternité

Le début de notre vie à trois : mon congé maternité

La dernière fois, je t’ai laissée après mon séjour catastrophique à la maternité. Je venais juste de partir, et j’avais vraiment hâte de pouvoir retrouver mon chez-moi, mon lit, mes repères et mon chat.

Étant donné le petit mois d’avance de mon loulou sur la date prévue d’accouchement, j’ai eu la chance de profiter de lui dans le cadre de mon congé maternité jusqu’à ses 3 mois révolus.

Douleurs bébé RGO

Le RGO de Princesse

Toi future ou jeune maman, je suis sûre que tu sais ce qu’est un RGO. Le fameux Reflux Gastro-Œsophagien.

Plein de bébés y passent, pour la simple raison qu’à la naissance, leur système digestif n’est pas encore mature. Là où j’ai eu de la chance, c’est que Princesse a eu les symptômes classiques, et que deux de mes amies jeunes mamans m’avaient briefée sur ces symptômes.

Reconnaissance d'avoir évité la PMA

Merci !

Moi qui redoutais un parcours de PMA, me voilà finalement l’heureuse future maman d’un bébé couette.

J’ai vu beaucoup de parcours de PMA autour de moi, j’ai lu des dizaines de témoignages, et je sais à quel point ce sont des épreuves douloureuses. Je sais à quoi j’ai échappé. Alors merci. Merci qui ? Je ne sais pas. Je ne suis pas croyante, et « merci la vie », ça fait un peu cliché, non ? Mais en tout cas merci.

accouchement de jumeaux déclenché

Mon accouchement de jumeaux : l’attente

La dernière fois, je t’ai laissée avec un suspense insoutenable : mes petits boys allaient-ils se décider à sortir tout seuls avant la date fatidique du terme prévu ?

Réponse… non ! Absolument pas ! Malgré tous mes efforts (tisane de feuilles de framboisier toute la journée, homéopathie, acupuncture et toute la persuasion dont j’étais capable), ils n’ont pas bougé d’un poil avant la date limite. J’ai donc vécu le truc totalement improbable : je suis allée à la maternité en autolib… et c’était moi qui conduisais !

Allaiter longtemps ou pas

Pourquoi je n’allaiterai pas (longtemps !)

Pour mon premier bébé, je faisais partie de la team « hors de l’allaitement, point de salut ». Je ne comprenais pas qu’on n’allaite pas. Après tout, c’est plus pratique, économique et c’est fait pour ça. Pas de questions à se poser, un peu moins de matériel à acheter, et roule ma poule !

Après mes petits déboires, j’ai compris que la volonté ne pouvait pas tout faire. Que le physique et le psychologique pouvaient s’allier pour faire de cette expérience un cauchemar ! Et que ma santé mentale et physique primait sur le bien-être de mon petit.

Gestation pour autrui

La GPA : toute une histoire

Je suis gay. Je l’ai toujours été, je pense, et c’est loin d’être un choix. Je fais partie de ces gays invisibles, la partie immergée de l’iceberg, ceux pour qui ce n’est pas marqué sur le front. Je suis écolo, je ne suis pas efféminé, je me fiche de la mode et autres frivolités. Mes amis hétérosexuels ont certainement fait plus de conquêtes que moi durant leur folle jeunesse.

Pour moi, être gay, ça a été à la fois facile et difficile. Facile, car j’aime quelqu’un depuis quinze ans. J’ai la chance de connaître cet amour parfait, celui qui transcende tout et qui rend heureux. Difficile, parce que depuis toujours, j’ai un désir d’enfant vissé au cerveau, et qu’homosexualité masculine est trop souvent synonyme de deuil de la paternité.

Terreurs nocturnes cododo

Les terreurs nocturnes, notre difficulté à calmer bébé et le cododo

Petite Chouette a 9 mois. Depuis qu’elle a 1 mois, elle fait des nuits de sept à douze heures. Le rêve ! Mais depuis environ un mois, c’est devenu un cauchemar. Les fameuses terreurs nocturnes ont fait leur apparition !

D’abord, elle met beaucoup de temps à s’endormir. Elle qui s’endormait en moins de cinq minutes met plusieurs dizaines de minutes, voire plusieurs heures, pour s’endormir. Elle se débat, crie, hurle, pleure et les larmes inondent son matelas en moins de dix secondes. Et quand enfin, elle s’endort profondément, elle se réveille en hurlant.