Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

A la une

Difficultés à être mère

Moi, maman ? La mère fantasmée

On a tous dans un coin de notre tête une image de ce que l’on pensait être notre futur, cet idéal qui date de l’enfance, et qui revient parfois nous titiller la mémoire. Souvent, on s’est imaginé une vie merveilleuse et parfaite, dans laquelle nos angoisses du moment auraient disparu, se seraient évanouies et auraient fait place à des sentiments de bonheur et de confiance en soi exacerbés.

Et voilà que je me retrouve vingt-cinq ans après, dans un petit 60m² étriqué ! Je ne suis ni voyageuse ni aventurière, et cette belle indépendance, cette immense confiance en moi que j’imaginais enfant, je les cherche encore. C’est comme ça, c’est la vie, et je n’ai pas de regret particulier avec ma vie actuelle : je crois qu’en grandissant, on réalise la différence entre l’idéal et la vraie vie. Mais alors, pourquoi ne peut-on pas s’empêcher de s’imaginer en mère idéale ?

grossesse gémellaire

Ma grossesse gémellaire, le bilan

Je me rends compte que depuis que je t’ai parlé du choix de ma maternité, mes articles étaient thématiques, mais plus chronologiques. Du coup, je t’ai laissée au tout début de ma grossesse, et elle est maintenant quasi terminée !

Je te fais donc un petit résumé accéléré. Tu vas voir, une grossesse double, ça peut être éprouvant physiquement, mais pour autant super bien se passer.

Laisser pleurer bébé

De la question de laisser pleurer bébé

Entendons-nous bien : non, je ne laisse jamais pleurer Petite Patate sans avoir vérifié que ses besoins de base (nourriture, propreté, chaleur, câlins) étaient comblés. Et non, je ne la laisse pas non plus pleurer des heures et des heures en me faisant dorer la pilule à l’autre bout de mon appartement.

Mais oui, il m’arrive tous les jours de laisser pleurer Petite Patate sur des périodes de cinq à quinze minutes. Et tu sais quoi ? Elle ne semble pas s’en porter plus mal !

Accouchement naissance

Mon accouchement long mais serein : une jolie parenthèse

Une semaine avant d’accoucher, j’ai fait faux travail sur faux travail. Je commençais à avoir des contractions douloureuses pendant deux-trois heures, et ensuite, plus rien… Perturbant, non ? Ma sage-femme m’a conseillé de marcher et de prendre des bains chauds pour me soulager.

Paradoxalement, ces techniques qui soulagent peuvent aussi provoquer le travail, si ton corps est prêt. En fait, mon petit bout ne savait pas ce qu’il voulait…

Homme peur de la grossesse

Préparer son conjoint au glamour de la grossesse

Ah, la grossesse, c’est merveilleux ! On porte la vie, on devient le réceptacle du bonheur de l’union de deux personnes. Notre conjoint nous couve amoureusement du regard pendant qu’on s’arrondit élégamment, un sourire béat sur le visage… Euh… STOP !

Rassure-toi, je n’ai pas perdu la tête. Non, j’ai juste envie de faire un article pour dédramatiser ce qu’on expérimente, ou pas (il y a toujours des petites chanceuses), pendant la grossesse. Et pour t’informer de certains petits détails qui peuvent un peu impressionner le mâle qui partage ta vie et ta grossesse.

Envie d'un deuxième enfant

Et le deuxième, c’est pour quand ?

Notre fille est merveilleuse. Bah oui, c’est notre fille ! Elle marche, cavale… Elle ne parle pas encore, mais ça ne saurait tarder.

Elle a encore des tas de choses à découvrir, et pour nous aussi, en tant que parents, l’aventure ne fait que commencer. Voilà, on peut dire qu’on est heureux. Mais ce bonheur, j’ai envie de le partager encore plus ! Et mon corps de trentenaire semble me réclamer depuis quelques mois… une seconde grossesse !

Attendre bébé

L’impatience des dernières semaines : que faire en attendant bébé ?

Au moment où je rédige cet article, j’en suis à 40 SA. Oui, oui… Tu as bien lu. Moi qui avais une grossesse à risque et donc un risque de prématurité, je suis toujours là ! Malgré ma légère menace d’accouchement prématuré à 32 SA, avec un col déjà bien modifié, et l’éventualité d’un déclenchement à 37 SA à cause du petit poids de mon bébé, je suis encore là !

Sincèrement, je ne vais pas m’en plaindre. Je suis contente de garder mon bébé aussi longtemps. Mais bon, je t’avoue que j’aimerais quand même bien qu’il arrive…

Arrêt pilule santé

Post-accouchement : ma contraception non choisie

« On n’a pas bien le choix. »

Tels sont les mots de mon gynécologue-obstétricien lors de ma dernière consultation, pour évoquer la contraception après mon accouchement. Je reste abasourdie : la contraception, c’est un choix, justement ! Le choix de ce qui est mieux pour moi et pour mon corps, non ? D’ailleurs, il n’y a pas un site qui s’appelle choisirsacontraception.fr ? Petit flash-back !

Suivi médical grossesse

Ma grossesse par don d’ovocyte : le suivi médical

Très rapidement après l’échographie montrant un joli petit embryon de 3 semaines bien accroché, j’ai pris rendez-vous avec ma gynécologue. Celle-ci m’a prescrit les premiers examens, prises de sang, échographies du premier trimestre, etc.

Elle m’a aussi informée qu’elle n’était pas obstétricienne et qu’elle ne pourrait donc pas suivre ma grossesse au-delà de six mois. Elle m’a donc demandé si je souhaitais continuer le suivi avec elle pour le moment ou aller directement à l’hôpital dans lequel j’accoucherais. J’ai choisi d’aller directement à la maternité.

Mère bébé principes

Avant, j’avais des principes. Maintenant, j’ai un enfant.

C’est en lisant l’article d’Urbanie sur son premier mois avec sa Princesse Kate que j’ai repensé aux grands principes auxquels nous tenions, mon mari et moi, avant l’arrivée de notre Croquette.

Et si je dois faire un bilan, huit mois après sa naissance, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est… mitigé. À toutes les mamans qui avaient déterminé à l’avance leur ligne de conduite, qui étaient persuadées qu’elles allaient tenir bon, ceci est pour vous.