Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

A la une

Ostéopathie

J’ai testé pour toi : l’ostéopathie pendant la grossesse !

Autant te le dire tout de suite, je suis une convaincue de l’ostéopathie. Cette médecine douce a « sauvé » mon moral et ma santé lorsque j’étais étudiante.

Quand je vais à une séance, c’est un véritable moment de détente. En effet, j’ai continué les séances deux à trois fois par an après cette mésaventure, car ça me fait beaucoup de bien et détend certaines parties de mon corps impactées par ma posture au travail (le bonheur de travailler sur ordinateur). Mais alors, quel intérêt pendant la grossesse ?

Femme enceinte détendue

Apprendre à lâcher prise pendant la grossesse

Bon, j’ai mis du temps à me décider à écrire cet article. Je l’ai appelé « Apprendre à lâcher prise pendant la grossesse » mais son propos est beaucoup plus large.

Si, comme moi, tu es un peu beaucoup maniaque du contrôle, que tu as du mal a déléguer et que tous les médecins que tu croises te répètent d’arrêter de vouloir tout planifier, cet article pourra peut être t’aider (ou te faire te sentir moins seule).

Femme déterminée

Mon choix de contraception, ma libération

Je suis prête à te parler de mon choix de contraception définitive. Je VEUX t’en parler, parce que c’est encore tabou dans notre société, et que je me suis battue pour pouvoir le faire respecter. J’écris ces lignes en tremblotant (c’est pour dire !), parce qu’on ne sait jamais quelles réactions on peut attiser avec ce genre d’articles. Mais j’assume.

Avec l’arrivée de ma fille, malgré toutes les difficultés qu’on rencontre avec elle, j’étais comblée. J’avais trois enfants, tous aussi beaux les uns que les autres. J’étais heureuse.

Mais l’idée d’un quatrième qui se pointerait l’air de rien me filait une frousse juste monumentale. Je ne VOULAIS PAS d’un enfant surprise. Je ne voulais plus d’enfant, tout court.

Marguerite triste

Notre parcours PMA : trois FIV, une grossesse naturelle, une fausse-couche

Nous voilà donc arrivés à l’étape FIV. Moi, je suis plutôt satisfaite car on m’envoie directement à ce que je considère comme la solution la plus efficace. Hop hop hop, ça va donc être rapide. Je fais ma première FIV début mars 2014.

Au final, j’aurai fait cette fameuse tentative en mars 2014, un transfert d’embryon congelé en octobre de la même année, une deuxième FIV en janvier 2015, et enfin une troisième FIV, réussie, en mai 2015.

Au milieu de tout ça, en mai 2014, je suis tombée enceinte, spontanément.

Bébé choqué

Mon bébé a un cancer

Par où commencer, lorsque l’on apprend que son bébé de 5 mois a un cancer ? Alors qu’il te regarde en gazouillant ? C’est bien la question que je me pose en écrivant ces lignes. Par où commencer, lorsque ce qui arrive n’est pas possible, car non, un bébé de 5 mois ne peut pas avoir un cancer ?

J’ai eu une grossesse gémellaire compliquée, que je t’ai racontée ici. Les premiers jours, puis semaines des minis ont été éprouvantes, avec six semaines d’hospitalisation en réanimation, puis en néonat. Mais nous nous en sommes sortis ! Moi avec une jolie dépression post-partum, les minis avec quelques complications. Malgré tout, nous étions tous réunis.

Je m’en sortais, Mr Nounours aussi, les minis avaient 4 mois, la roue commençait à tourner. Malheureusement, elle n’a pas tourné du bon côté…

Echographie 12 sa

L’échographie du troisième mois : dépister les anomalies pour un petit bout en pleine forme !

Toi qui attends ton premier bébé, sache que cette échographie permet de détecter certaines malformations ou anomalies physiques, notamment cardiaques.

Le médecin va certes regarder tous les organes déjà visibles, mais aussi mesurer la clarté nucale. Une clarté nucale trop élevée peut être synonyme de trisomie.

Attention, ce n’est pas parce que la clarté nucale est élevée que le bébé a quelque chose !

Once upon a time

L’histoire de l’enfant qui ne venait pas

Il était une fois une princesse adorable et pleine de tendresse mariée à un caractériel, mais non moins charmant, prince. Ils s’aimaient très fort et voulaient fonder une famille. Malheureusement pour eux, la sorcière Stérilité ne l’entendait pas de cette oreille…

Ok ok, je ne suis pas très douée pour les contes, mais avoue que c’est bien tenté non ?

C’est un peu étrange, mais à une période, l’homme et moi nous faisions à l’idée de ne pas avoir d’enfant biologique. Cette décision n’a pas du tout été une évidence pour notre couple, car nous partions tous deux avec des points de vue opposés (je t’ai déjà dit qu’on était rarement d’accord ?).

Enceinte 20 semaines

Maux de grossesse au premier trimestre : avantages, inconvénients, techniques de survie

J’ai pu te parler de mes symptômes de grossesse du premier trimestre dans mon article précédent. En tant que future maman, on se sent souvent très démunie par rapport à cela.

D’autant plus que les symptômes sont vraiment imprévisibles et que toi, tu n’as envie que d’une chose : les cacher. Sauf évidemment si tu fais partie des futures mamans qui n’ont pas besoin de l’écho du troisième mois pour être rassurées. Mais en général, de toute façon, tu ne tiens pas spécialement à ce que certains petits curieux X ou Y soient au courant de ta grossesse avant les futurs grands-parents.

Voici quelques pistes pour t’aider à mieux vivre tes maux, et à les dissimuler (tant bien que mal, hein…).

Manger à la fourchette

Vers l’autonomie à table : des premiers essais au refus de toute aide

Je ne me souviens plus bien quand ça a commencé. L’été dernier, il me semble. Mon fils devait donc avoir dans les 9-10 mois. Notre petit chéri, totalement dépendant de notre bon vouloir pour se nourrir, a voulu une cuillère dans sa main. Il ne s’en servait pas encore à ce moment-là, mais il lui fallait sa cuillère. Si on refusait, on avait droit aux cris et pleurs.

Puis il a voulu piocher dans son assiette, plus pour tester le mouvement, faire comme nous. On continuait à le nourrir entre deux cuillerées, mais il pouvait aussi s’exercer.

Ma grossesse sous haute surveillance : le dernier trimestre

Nous entamons ce dernier trimestre par une décision : cette fois-ci, je me repose à 200%. Je t’avais en effet laissée sur ta faim la dernière fois : la taille de notre Princesse Kate étant dans les normes très basses, inutile de te dire que nous n’en menons pas large au sortir du cabinet du médecin. En quittant son cabinet, le médecin me conseille de me « reposer ». Me reposer ? Mais je suis déjà arrêtée !

J’en déduis donc que j’en fais encore trop, compte tenu de la façon dont mon corps supporte (mal) cette grossesse. Avec l’accord de Jean-Mi, je ne fais donc plus rien. Plus de ménage, plus de lessives, plus de courses. RIEN.