Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Témoignage

Mère bébé principes

Avant, j’avais des principes. Maintenant, j’ai un enfant.

C’est en lisant l’article d’Urbanie sur son premier mois avec sa Princesse Kate que j’ai repensé aux grands principes auxquels nous tenions, mon mari et moi, avant l’arrivée de notre Croquette.

Et si je dois faire un bilan, huit mois après sa naissance, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est… mitigé. À toutes les mamans qui avaient déterminé à l’avance leur ligne de conduite, qui étaient persuadées qu’elles allaient tenir bon, ceci est pour vous.

Dentistes et grossesse

Dent 1 – Maman 0

Au début de mon quatrième mois, je reçois un courrier de la sécurité sociale, qui m’indique que je dois faire un contrôle dentaire. En bonne primipare que je suis, je suis les conseils de la sécurité sociale, et je prends un rendez-vous pour faire un contrôle.

Pour m’éviter des problèmes, je prends un dentiste proche de mon boulot (tu verras que j’ai plus ou moins bien fait !).

Nouveau-né et allaitement

L’allaitement : du doute au cauchemar !

Pendant toute ma grossesse, j’ai bien évidemment réfléchi au sujet : allaitement ou biberon ? À vrai dire, l’allaitement me faisait peur, donc je me suis dit que j’opterais immédiatement pour le biberon à la naissance.

Mais ma mère, très branchée « nature et bio » (et m’ayant elle-même allaitée un temps), a su me convaincre des bienfaits de l’allaitement. Je me suis donc résolue à tenter l’allaitement dès sa naissance. J’ai bien dit « tenter », car pour moi, il était acquis que si c’était trop compliqué et/ou douloureux, j’arrêterais illico.

FIV PMA

Quand j’ai vécu ma première FIV

Finalement, ma ponction est programmée le vendredi 20 mars. N’ayant jamais subi d’opération, je ne sais pas comment je réagirai à l’anesthésie. Le Docteur Pire m’a dit que la majorité des patientes choisissaient l’anesthésie locale. Allons-y pour ça (oui, moi non plus, je ne sais pas comment je fais pour lui faire encore confiance…).

Le jour J, je suis en fait la seule qui ne suis pas sous anesthésie générale, et je passe donc la première.

Dessin famille homoparentale

L’inscription de notre fils sur notre livret de famille

Je t’ai laissée le 12 mai 2015, quand je croyais avoir obtenu l’adoption plénière de mon fils (biologique, mais que ma compagne a porté)… Il nous restait à faire inscrire notre fils sur notre livret de famille commun, après avoir reçu son nouvel acte de naissance. Cet acte de naissance peut encore être modifié après la demande de changement des informations à la mairie de naissance et les quinze jours de rétractation octroyés au parent adoptant.

Et de fait, les rebondissements ne se sont pas arrêtés une fois le jugement rendu.

Bébé 3 mois

Notre troisième mois ensemble

Jusqu’ici, à part quelques pleurs nocturnes, Kate nous a plutôt épargnés : pas de visite en urgence chez le pédiatre, pas de souci particulier. Depuis son retour de la maternité, on peut même dire qu’elle dort plutôt bien, vu son âge : de minuit à 5h du matin, d’une traite. Je jubile : je fais partie des parents chanceux !

Jusqu’à ce que la machine se grippe, au début de ses 2 mois.

Mère et bébé

Notre deuxième semaine à trois : baby blues et frein de langue

La dernière fois, je t’ai laissée à la fin de notre première semaine à trois. Une période à la fois magique et stressante.

Mais nos fabuleuses aventures avec notre cher coloc’ ne se sont pas arrêtées là : le spectre de la jaunisse rôdait toujours dans un coin obscur…

Mère déprimée

Le cauchemar des suites de mon accouchement

Je vais partir aujourd’hui sur une note un peu moins rose que la dernière fois. Je n’avais jamais imaginé un seul instant qu’il serait si dur de passer ces premières semaines avec un bébé. Après une grossesse idyllique et un accouchement rapide, rien n’indiquait que j’allais vivre un petit enfer intérieur et extérieur.

Croquette était enfin née, à J+9, elle était en parfaite santé, j’allais bien : que demander de plus ?

Allaiter en public

Allaiter mon fils : toute une aventure !

Ça fait maintenant cinq mois que j’allaite exclusivement mon fils. Je suis fière d’avoir réussi à surmonter les difficultés du début et d’être en mesure de nourrir mon enfant avec du lait produit par mon corps (quand on y pense, c’est quand même incroyable !).

Il m’a fallu trois semaines pour que les choses aillent mieux, et un bon mois pour être à l’aise avec l’allaitement. Et depuis, tout roule comme sur des roulettes !

Couple triste

Le couple face à l’annonce de l’infertilité

Nous rentrons de l’hôpital en voiture. Il est tard. Je pense que nous essayons tous deux individuellement de digérer ce que nous venons d’entendre et de vivre.

Ma préoccupation première n’est bizarrement pas le fait de ne pas pouvoir tomber enceinte naturellement. Je crois qu’au fond de moi, je le savais et l’avais compris depuis longtemps. Mais j’ai peur. Je sens Philippe très distant. À ce moment-là, je me dis qu’il va me quitter. Ça me paraît tellement logique, finalement. Je ne pourrai peut-être jamais lui donner d’enfant.