Menu
A la une / Conseils

Préparer son conjoint au glamour de la grossesse

Ah, la grossesse, c’est merveilleux ! On porte la vie, on devient le réceptacle du bonheur de l’union de deux personnes. Notre conjoint nous couve amoureusement du regard pendant qu’on s’arrondit élégamment, un sourire béat sur le visage… Euh… STOP !

Là, tu te dis : mais qu’est-ce qui lui prend, à Melimelanie ? Elle nous a bien dit qu’elle avait eu un premier trimestre de me**e, la suite a été ce qu’elle a été, et maintenant, elle divague sur l’état de grâce que c’est d’être enceinte. Elle plane ou quoi ?!

Rassure-toi, je n’ai pas perdu la tête, et je ne suis pas non plus sous morphine (bien qu’à l’approche de mon accouchement, je me dis que ça peut être une possibilité pour gérer la douleur). Non, j’ai juste envie de faire un article pour dédramatiser ce qu’on expérimente, ou pas (il y a toujours des petites chanceuses), pendant la grossesse. Et pour t’informer de certains petits détails qui peuvent un peu impressionner le mâle qui partage ta vie et ta grossesse.

Homme peur de la grossesse

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

Je n’ai pas forcément connu tout ce dont je vais te parler (quand même, faut pas déconner) : parfois, ce sont des copines de gros ventre qui m’en ont parlé. Et je ne vais pas non plus trop entrer dans les détails, pour ne pas dégoûter celles qui hésitent à lancer une grossesse (les détails, je les garde pour ma sœur, hi hi hi – rire diabolique) (après, c’est elle qui demande, et je sais qu’elle veut tellement un enfant que ce n’est pas ce que je lui raconterai qui va remettre en question sa grossesse).

Les nausées

Ah, les séries télé, où les femmes enceintes sont toutes pomponnées, avec un joli teint frais, et ont juste de temps en temps quelques dégoûts… Ou, au pire, vont vomir discrètement dans le buisson d’à côté, pour revenir aussi fraîches. Oui… On y croit toutes.

Mais sache que pour ton cher et tendre, qui ne t’a jamais vue vomir (ou peut-être en soirée, mais vu son état à lui, ça ne comptait pas vraiment), te voir te précipiter dans les toilettes (ou l’évier de la cuisine quand tu n’as pas le temps… c’est tellement plus sympa à nettoyer) et t’entendre (oui, t’entendre…) vomir, c’est un peu un tue-l’amour. En plus, quand tu ressors, tu as plus souvent le teint vert et l’haleine approximative que la tête de nos chères héroïnes télé.

Donc, préviens-le : « Mon chéri, pas mal de femmes ne sont vraiment pas bien les premiers mois de la grossesse. Peut-être que j’y échapperai, mais je ne sais pas. Sinon, dis-toi que j’ai pris une grosse cuite la veille, et que ça va passer. »

Essaye aussi de ne pas l’obliger à se retrouver face à ton petit sac à vomi (que tu gardes précieusement avec toi quand tu sors, au cas où…) PLEIN, sans l’avoir prévenu au préalable.

Les problèmes digestifs

Les filles, ça ne fait pas caca, ça ne pète pas, ça ne rote pas… ou alors des paillettes, parce qu’on est des princesses. Mouais…

Avec la grossesse, certains rêves peuvent être brisés. Il faut dire que nos intestins sont un peu mis à rude épreuve, avec le petit habitant qu’on a sous le nombril.

Selon les grossesses, d’une femme à l’autre, les symptômes vont être variables. Certaines vont avoir un transit accéléré, d’autres un transit ralenti, des gaz ou non (certaines ont tout : c’est ce qui s’appelle avoir la poisse). C’est un peu la loterie. Et malheureusement, ça peut être difficile à cacher à la personne avec qui on vit, surtout quand bébé a décidé d’appuyer de toutes ses forces sur son meilleur ami : notre côlon.

Là encore, essaye de la jouer fine, glisse à ton cher et tendre, mine de rien, en lisant une publication typique de femme enceinte (livre/magazine/blog… tout support est utilisable) : « Dis mon amour, tu savais que pendant la grossesse, une femme pouvait expérimenter quelques soucis digestifs ? Si ça m’arrive un jour, je m’excuse par avance. »

Sachant qu’en cas de gaz inopiné, un petit « C’est le bébé » permet toujours de dédramatiser la situation avec un bon fou rire.

Les échographies endo-vaginales

Mais qu’est-ce qu’elle nous raconte, encore ! Les échographies, c’est cool, il n’y a pas besoin de prévenir le papa qu’il va voir le résultat de son « travail acharné » sur un écran et qu’il va être tout ému.

Oui, effectivement, une échographie, c’est top. Mais attention, il existe deux types d’échographies : celle qu’on nous montre dans les séries, où on a le capteur sur le ventre et où tout va bien, et l’autre : l’échographie endo-vaginale. Certaines y échappent (chanceuses !), mais en cas d’échographie précoce de datation, voire pour l’échographie du premier trimestre, ou en fin de grossesse pour vérifier un col capricieux, tu peux te retrouver à avoir ce genre d’échographie.

Comme son nom l’indique, l’échographie endo-vaginale signifie qu’on passe par le vagin pour observer l’utérus (ou le col)… et la sonde ressemble à un très grand sex toy. De plus, pour être sûr que la sonde ne puisse pas être contaminée lors d’un examen, on la prépare en déroulant un préservatif dessus et en ajoutant beaucoup de gel…

Pour éviter que Monsieur (ne comprenant pas ce qu’il se passe) ne frappe l’échographiste, il peut donc être utile de le prévenir de l’existence de ce type d’examen. Profites-en pour le rassurer dans sa virilité avec un petit « J’ai rien senti » à la fin : c’est toujours bien de flatter un peu leur orgueil.

Les touchers vaginaux et la position des poings sous les fesses

Non mais elle est neuneu, celle-là ! Elle pense que les hommes ne se doutent pas que pendant une grossesse, on va avoir des touchers vaginaux ? Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas de vagin qu’ils n’y connaissent rien !

Loin de moi l’idée de tenir ce discours, je pense que certains hommes sont tout à fait au courant, parce qu’ils s’impliquent à fond et vont lire plein de choses sur internet. Mais entre savoir et voir, il y a un… gouffre.

Pendant un rendez-vous avec la sage-femme ou le gynécologue qui suit la grossesse, il est possible que soit réalisé un toucher vaginal, pour vérifier que le col est toujours bien fermé et que la grossesse se déroule correctement. Il n’est donc pas inutile de prévenir Chéri que quelqu’un va examiner ton intimité : « Oui mon amour, il est possible qu’il/elle me mette deux doigts dans le vagin pour m’examiner. T’inquiète pas, pour moi, c’est juste un moment très désagréable, rien d’autre. »

Et, chose qu’on ne sait pas toujours, en plus d’être à moitié nue (on retire tout le bas, oui oui), on peut te demander de mettre tes poings sous tes fesses pour atteindre plus facilement le col pendant l’examen. Je pense que cette position, c’est un peu le comble de l’inconfort. Tu n’as qu’une envie : que ça passe au plus vite ! N’hésite pas à demander à ton homme de se retourner, voire de sortir de la pièce le temps de l’examen si c’est possible. Il ne ratera rien.

Les jambes lourdes

Alors, ça, encore… Ça arrive à beaucoup d’entre nous, d’avoir les jambes lourdes en été, et ce n’est pas pour autant que c’est un tue-l’amour (l’odeur des gels pour rafraîchir nos jambes peut dégoûter Monsieur, mais si c’est une petite nature, aussi…). Mais pendant la grossesse, si tu es prédisposée à ce problème, on va très vite te prescrire (ou pas, ça dépend des médecins) de magnifiques chaussettes de contention.

Autant te dire que la nuisette sexy perd tout son charme avec des chaussettes de contention. Donc deux solutions :

  • tente les bas ou les collants, qui peuvent être moins ridicules,
  • sinon, prends le parti d’en rire avec Monsieur !

Et vu le bien-être que ça va t’apporter, ton compagnon sera de toute façon content de ne plus te voir faire les cent pas devant le film du soir !

Le colostrum

Comme l’expliquait si bien Chacha d’avril dans son article sur les seins et la grossesse, il est effectivement possible que des fuites arrivent.

Ça ne va pas forcément inonder ton tee-shirt à chaque fois, mais si ça arrive, ça peut un peu perturber ton cher et tendre de voir ses camarades de jeu changer de rôle. Encore une fois, l’humour est la meilleure arme : renverse-toi un verre d’eau dessus et lance un joyeux : « Concours de tee-shirt mouillé ! »

Puis prévois des coussinets absorbants à mettre dans ton soutien-gorge, pour ne plus avoir ce genre de problème.

Les bouffées de chaleur

Bonheur des hormones (parfois associées à ta prise de poids) : enceinte, tu as chaud. Très chaud. Certaines y échappent (là encore, chanceuses !), mais ce n’est pas pour rien si on ne trouve pas beaucoup de robes-pulls de grossesse bien chaudes.

Bref, c’est assez borderline. Le « j’ai chaud, donc je me découvre » peut plaire à Monsieur. Mais le « j’ai chaud, donc je découvre que je peux suer à des endroits vraiment improbables de mon corps »… lui plaira probablement moins.

Et à part dire à Monsieur que porter sa progéniture, c’est du sport (d’où la sueur), le plus important, c’est de tout faire pour ne pas sentir trop fort et éviter de le dégoûter définitivement de dormir avec nous jusqu’à ce que bébé soit là.

La sexualité

Là encore, grosse loterie des hormones : ça peut être un top ou un flop ! Mais pour le coup, tu n’es pas toute seule ! Monsieur aussi peut réagir très bien ou moins bien.

Du coup, pour le préparer à ce qu’il peut se passer, ça va être difficile : tu ne peux pas savoir si ce sera calme plat sous les draps pendant neuf mois (voire plus, hein : après l’accouchement, on a apparemment d’autres choses à penser) ou si tu auras envie de lui sauter dessus H-24.

Et comme si ce n’était pas assez compliqué de gérer tes hormones, il va falloir en plus gérer ses envies à lui aussi. Il va peut-être passer outre les désagréments que tu subis et te trouver super attirante, toi qui portes le fruit de votre amour. Ou alors le fait que la vie grandisse en toi va le bloquer, il aura peur de faire mal au bébé ou il se sentira observé.

Bref, un conseil : profite de cette merveilleuse période des essais, avant de tomber enceinte. Je peux comprendre ton envie que ça fonctionne maintenant tout de suite, et bien sûr, si ça dure trop, n’hésite pas à voir un médecin. On ne tombe pas toutes enceintes du premier coup, on peut mettre jusqu’à un an, voire plus, malheureusement. Mais pendant ces premiers mois, cette première année où le spectre de la stérilité n’est pas encore trop présent, n’oublie pas de t’éclater avec Monsieur et fais-lui passer le message !

Bref, tu l’auras compris, cet article a clairement pour but de dédramatiser tout ce qu’on peut vivre pendant la grossesse. Non, on n’a pas toutes une grossesse idyllique. Oui, on la vit plus ou moins bien.

Mais au final, si on fait tout ça, c’est pour la bonne cause (= ne plus dormir la nuit, perdre toute intimité, se demander comment on va pouvoir acheter ce qu’essaient de nous vendre les magasins de puériculture…). On a toutes nos raisons de vouloir partir dans cette merveilleuse aventure qu’est avoir un enfant.

Et puis, soyons honnêtes deux minutes (rien que toi et moi), si cette période d’incertitude/de moins bien était si horrible, on serait tous fils et filles uniques. Donc c’est que ça doit valoir le coup !

Et ton conjoint, il en a pensé quoi, de ta grossesse ? Il a réussi à surmonter tous les obstacles pour te voir resplendissante ? Ou il a eu du mal ? Raconte !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !