Menu
A la une / Prénoms

Notre choix de prénoms

Youhou !! Je suis enceinte !!

Je crois que le jour-même où nous l’avons appris, nous avons commencé à chercher des prénoms ! Bon, ok, en vrai, ça faisait déjà plus de deux ans que nous les avions. Nous avions prévu deux prénoms de fille et deux prénoms de garçon : Sara, Lety, Timéo, Luca. Alors, naturellement, nous les avons ressortis lorsque je suis tombée enceinte !

Lettres-cubes

Crédits photo (creative commons) : tiffany terry

Nous avons abandonné Timéo car nous pensions (naïvement) l’avoir inventé. Ha ha… Et nous avons aussi abandonné Lety (mais je le garde sous le coude). Nous avons quand même regardé dans des livres, sur internet, dans les films… Mais Luca (oui, sans le S) était le seul prénom masculin sur lequel nous étions d’accord. Et Sara était de loin mon préféré (ça veut dire « princesse » en hébreux) !

Alors, quand nous sommes sortis du cabinet d’échographie où nous avons appris le sexe du bébé, il ne nous a fallu que deux minutes pour confirmer. Nous aurions une petite princesse Sara !

Pour moi, c’était très important de pouvoir donner un nom à ma fille le plus tôt possible dans la grossesse. Ça la rendait plus réelle. Et, c’est horrible à imaginer, mais s’il devait lui arriver quelque chose avant sa naissance, ce ne serait pas un fœtus, mais bien ma fille Sara.

Quand j’avais 10 ans, ma tante a perdu son bébé à la fin de sa grossesse. À l’époque, j’étais trop jeune pour comprendre que c’était grave. Pour moi, le bébé n’étant pas né, il n’avait pas vécu, ce n’était pas triste. En grandissant, j’ai compris mon erreur, et je suis reconnaissante à ma tante de lui avoir donné un prénom.

Reprenons plus gaiement le choix des prénoms. Car oui, je voulais que ma fille ait plusieurs prénoms.

Au début de la grossesse, nous avions décidé que si c’était une fille, elle porterait le prénom de ma grand-mère décédée, et que si c’était un garçon, le prénom du grand-père décédé de l’Homme.

Sauf que, finalement, cette idée me dérangeait. Pour que mes enfants aient le prénom de leurs arrières-grands-parents, il fallait donc que ceux-ci soient morts ? Je trouvais le truc nul. Et morbide. Pour ne rien arranger, la grand-mère de l’Homme est décédée pendant la grossesse. De toute façon, pour ma fille, ça ne signifierait pas grand-chose, car elle ne les aurait pas connus. Il fallait trouver une autre idée !

J’ai donc ramené une idée qui me tenait beaucoup à cœur : que ce soient mes parents et beaux-parents qui choisissent les prénoms de notre fille. Ainsi, s’ils voulaient donner un prénom d’un de leurs parents, ou quelque chose d’autre, ils feraient ce qu’ils voudraient.

Ça a plu à l’Homme, car c’est comme ça que mes parents ont fait pour moi. Mes parents ont choisi mon premier prénom, mes grands-parents maternels m’ont choisi le deuxième, et mes grands-parents paternels, le troisième. Et j’adore cette idée. Car maintenant qu’ils vieillissent et commencent à nous quitter, je suis heureuse de savoir que j’ai un prénom qu’ils m’ont choisi et que je garderai jusqu’à la fin de mes jours ! Je trouve l’idée encore plus sympa que d’avoir des prénoms d’éventuels arrières-grands-parents que je n’aurais pas connus.

C’est ainsi que dès le sixième mois de grossesse, nous avons demandé à nos parents respectifs de choisir un prénom pour notre fille. Ils ont pris beaucoup de plaisir à chercher des prénoms, comme de jeunes parents ! Quelques jours avant que j’accouche, nous avons fait un repas tous ensemble pour noter officiellement les prénoms avec la bonne orthographe, afin que l’Homme les enregistre à l’état civil après la naissance.

Mes parents ont choisi Loreleï. Sans raison particulière, si ce n’est qu’ils aimaient beaucoup. J’ai rigolé, car je me suis souvenue avant eux d’où ils connaissaient ce prénom. C’était dans une bande-dessinée que nous lisions (mon papa est fan de BD) : Yoko Tsuno ! Mes beaux-parents ont choisi Amélia : c’est en fait le second prénom de la grand-mère paternelle de l’Homme, celle qui est décédée pendant ma grossesse. Ils ne voulaient pas lui donner son premier prénom, qui n’était plus d’actualité. Ma fille s’appelle donc Sara Loreleï Amélia.

Restait le nom de famille ! Car nous ne sommes pas mariés !

Pour l’Homme, c’était évidemment le sien : il a donc été étonné quand je lui ai posé la question. Je lui ai simplement fait remarquer que je voulais (ce n’était pas négociable) avoir le même nom de famille que mes enfants ! Et que s’il ne voulait pas se marier, ok, mais nos enfants porteraient mon nom.

Et, non, les deux noms de familles ensemble, ce n’était pas possible. Trop long ! Faut pas abuser non plus : trois prénoms et deux noms de famille… Pour moi, c’était soit nos enfants portaient mon nom, soit on se mariait et on portait tous son nom ! Tu veux savoir qui a gagné ?

C’est moi !! On se marie en septembre !!

Et toi ? Tu avais tes prénoms favoris depuis longtemps ? Comment as-tu choisi les seconds prénoms (si tu en as donné) ? Tu connaissais cette tradition de laisser les grands-parents choisir ces fameux seconds prénoms ? Dis-nous !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Madame D depuis septembre 2015, je suis la maman (comblé) de Princesse, 5 ans et de PetitLion 1 an et demi (à peu près). Absente par ici depuis quelques temps, je reviens te raconter cette seconde grossesse et notre nouvelle vie à 4 (oui je te raconte ma vie quoi !)