Menu
A la une / Témoignage

Choisir le parrain et la marraine de son enfant

Je reviens sur un sujet beaucoup plus léger (quoique…) et qui remonte à quelques temps déjà ! Cependant, je suis régulièrement interrogée par des amies sur ce sujet, alors je me suis dit que ça valait le coup de partager notre réflexion avec toi !

Crédit photo : Pixabay

Le rôle du parrain et de la marraine

Charlotte a été baptisée le 28 octobre 2017, à l’âge de 8 mois donc. Dès la grossesse, nous avions pourtant commencé à réfléchir sur le choix du parrain et de la marraine de notre fille, car il était important pour nous qu’elle soit baptisée. Nous sommes croyants, chrétiens catholiques, et nous avons à cœur de transmettre notre religion à notre fille. Elle fera son propre chemin de foi, prendra ses propres décisions plus tard, croira ou non, mais quoiqu’il arrive nous l’aurons accompagnée dans la découverte de la religion que nous connaissons, qui nous est familière et qui nous accompagne tout au long de nos jours.

Pour mon mari et moi, le rôle du parrain et de la marraine est donc primordial. S’il n’a aucun sens juridique, il est, d’un point de vue sentimental, religieux et éducatif très important. Il s’agit pour nous de désigner des personnes dont nous sommes proches et qui pourront accompagner notre fille tout au long de sa vie. L’accompagner comment? En étant là aux différentes étapes de son chemin dans la foi, mais pas seulement ! Chez nous, les parrain et marraine sont amenés à accueillir l’enfant sur des temps de vacances, à partager des moments privilégiés avec eux, à être en contact régulièrement et à être d’autres adultes référents et de confiance dans la vie de l’enfant… de l’adolescent… puis du jeune adulte. Dans notre famille nombreuse, ce sont également les seuls à offrir un cadeau à Noël à l’enfant (avec les parents et grands parents).

Le choix du parrain et de la marraine

En théorie, dans notre religion, les parrain/marraine doivent avoir été baptisés et confirmés. Dans la pratique c’est peu souvent le cas, car la confirmation n’est pas très fréquente… ça l’est, néanmoins, pour ceux de Charlotte !

Nous avions à cœur de privilégier des personnes de nos familles proches, avec qui nous nous entendons bien, avec qui nous partageons des valeurs et qui ont un peu la même vision que nous du baptême. Nous voulions en même temps que ce soit des personnes différentes de nous, avec d’autres opinions, d’autres modes de vie, qui puissent apporter une ouverture d’esprit à notre fille. Notre souhait était que l’un, au moins, soit (encore) dans une démarche de pratique religieuse.

Nous avons donc choisi l’un de mes deux frères, M. (mon autre frère ayant été mon témoin de mariage) et l’une des sœurs de mon mari, V. Mon frère a quelque peu abandonné la religion, même s’il a été confirmé, et s’il est plutôt athée aujourd’hui, il n’est pas jugeant sur notre croyance et nos pratiques. Ma belle-sœur quant à elle est toujours pratiquante.

Nous avons choisi de leur demander s’ils acceptaient ce rôle après la naissance de notre fille. Nous voulions qu’ils s’engagent en toute connaissance de cause, après l’avoir rencontrée. Je crois que, même avec un nouveau né, il y a une histoire de rencontre. Nous avons souhaité qu’ils aient la possibilité de dire « non » s’ils ne se sentaient pas à la hauteur.

Au quotidien aujourd’hui

Charlotte a désormais deux ans. Elle n’a encore jamais passé de vacances avec ses parrain/marraine seule, mais nous les voyons régulièrement, malgré les distances qui nous séparent (vive les moyens de communications modernes !). Nous sommes pour le moment les personnes qui garantissent ce lien particulier, en leur envoyant des photos, des cartes postales, en les nommant sur les photos auprès de Charlotte. Ils remplissent leurs devoirs « religieux » en fêtant la Sainte Charlotte, en lui offrant des petits livres religieux adaptés aux enfants (sur le baptême, la messe, Noël…). Nous espérons très fort que ce lien grandira et continuera au-delà de nous.

Mais ça, c’est entre leurs mains et celles de Charlotte !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)