Menu
A la une / Vie de maman

Reprendre le travail : à la recherche de la perle rare…

Qui dit reprise du travail, dit recherche d’un mode de garde pour Petit Prince ! Allez, viens, je t’emmène suivre nos péripéties pour t’expliquer comment les choses se sont passées chez nous.

Une auxiliaire parentale à domicile : un choix de cœur

Dans ma magnifique ville de région parisienne, il est quasi impossible d’avoir une place en crèche. À 4 mois de grossesse, je savais déjà que je n’aurais pas de place pour Petit Prince. Les assistantes maternelles sont aussi surbookées. Et pour être honnête, n’ayant pas de mode de garde collectif, nous préférions, Monsieur Étoile et moi, un mode de garde à domicile. Par conséquent, nous sommes partis sur le projet d’embaucher une auxiliaire parentale à domicile.

Nous voulions que bébé soit gardé chez lui, afin d’avoir une relation privilégiée avec une seule personne dans un environnement connu. Nous nous sommes vite orientés vers la garde partagée, qui était très pratique financièrement, mais qui permettait surtout de sociabiliser Petit Prince tout en douceur avec un autre enfant.

En outre, l’auxiliaire parentale à domicile a plusieurs avantages : la nounou, ne s’occupant que de deux bébés, a du temps pour chaque enfant, peut faire la cuisine avec des produits frais (pratique pour la diversification !), peut venir s’occuper de bébé même s’il est malade, sort les enfants tous les jours, gère les tâches ménagères relatives aux enfants…

Pour les parents, c’est un mode de garde très séduisant, flexible en termes d’horaires. Pas besoin de courir les matins pour préparer bébé, et idem le soir. C’est donc autant de temps en plus passé avec bébé !

C’était vraiment le mode de garde qui nous paraissait le plus « doux » pour bébé, et le plus pratique pour nous. Bref, nous étions complètement convaincus quand nous nous sommes lancés dans cette option, elle n’a pas été adoptée par défaut.

choisir une assistante maternelle à domicile

Crédits photo (creative commons) : Haylee Sherwood

La recherche de la co-famille : so easy !

Nous avons trouvé très rapidement une co-famille : domiciliée à proximité de chez nous, d’accord pour faire la garde exclusivement chez nous, pas compliquée, avec les mêmes valeurs… et un petit bout du même âge. Très honnêtement, nous avons eu une chance folle et nous sommes tombés sur des gens très bien. L’organisation a donc été très facile, et nous n’avons jamais eu de problèmes avec eux pendant la garde partagée.

Cerise sur le gâteau, ils étaient d’accord pour passer par une agence de chasseurs de nounous. Nous voulions tous une personne douce, patiente, très affectueuse et à l’écoute des enfants et de leurs besoins. Pas facile de gérer deux petits bébés. Ainsi, pour nous, il était important de recruter quelqu’un qui se sentait vraiment bien avec les enfants, quelqu’un pour qui s’occuper d’un enfant, c’était « naturel », même si ce n’était pas le sien.

Nous voyions l’auxiliaire comme un futur membre de la famille. Il était donc important pour nous de faire le bon choix.

Trouver la perle : un choix de raison ?

Pour mettre toutes les chances de notre côté, nous sommes passés par une agence de nounous « haut de gamme ». En effet, nous ne nous sentions pas de recruter quelqu’un par nous-mêmes. Passer par une agence, c’était la garantie d’avoir des profils de qualité, d’autant plus que nous ne cherchions pas pour septembre. Et il faut être réaliste : en cours d’année, c’est dur de trouver de bons profils. L’inconvénient de ce mode de garde, c’est qu’il nous oblige à devenir employeurs, avec toutes les contraintes qui vont avec !

L’agence nous a rapidement envoyé de jolis profils, des personnes ayant en moyenne sept ou huit ans d’expérience en garde partagée. Nous avons choisi une personne devenue maman récemment, la personne sans doute la plus douce que nous ayons rencontrée. Souriante, un peu effacée.

Je vais être honnête : nous n’avons pas eu de coup de cœur. Nous avons choisi la personne avec qui nous nous sommes sentis le mieux. L’un de nous quatre ne voulait pas l’embaucher, mais l’agence nous a fait comprendre que les bons profils partaient vite.

C’est vraiment la guerre en région parisienne pour trouver les perles, et je crois, avec du recul, que l’agence nous a mis la pression par rapport à ça. Par conséquent, nous avons décidé d’embaucher cette personne chaudement recommandée par l’agence.

Mais tout ne s’est pas passé comme prévu… Je reviens vite vers toi pour te parler de l’adaptation, et te dire si ce mode de garde a correspondu à nos attentes !

Et toi ? Pour quel mode de garde as-tu opté ? La recherche a-t-elle été compliquée également ? As-tu fait un choix de raison ? Viens nous raconter !

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !