Menu
A la une / Témoignage

Ces choses géniales quand ton enfant grandit

Quand PetitePerle est née il y a trois ans et demi maintenant, je ne voulais pas qu’elle grandisse. Je me sentais complètement en phase avec cette étape « nourrisson » et de la voir passer du stade bébé au stade enfant me faisait un peu peur.

Et puis quand elle a eu un an, j’ai commencé à apprécier la croissance, la relative autonomie. Ensuite, sont venus les deux ans et je trouvais que c’était une période géniale !

Barbouille nous a rejoint deux ans et neuf mois après sa grande sœur. Même si le voir grandir me montre que le temps passe très vite, j’ai vraiment hâte qu’il devienne autonome.

On a souvent le discours de ceux à qui la période « bébé » manque : cette petite respiration quand ton nouveau-né s’endort sur toi, ce parfum si caractéristique, les petits chouinements de chaton…

Mais voici, pour moi, ces choses géniales qui font que ton enfant grandit (et c’est cool !)

La propreté

Ce merveilleux moment où tu ne finis plus à découvert à cause des paquets de couches, où tu ne vides plus ta poubelle tous les deux jours. Alors oui, le chemin pour arriver à la propreté est parfois long et difficile mais c’est vraiment appréciable de pouvoir enfin sortir de ces couches.

La maintenance

J’avais apprécié de pouvoir sorti faire quelques courses sans mon sac à langer d’une demie-tonne avec le starter pack : vêtements de rechange, couches, liniment, lingettes, médicaments de première nécessité, mouchoirs, couverture, chauffe-biberon, eau, biberon, dosettes de lait… Je ne peux pas encore m’en séparer pour Barbouille mais je suis bien pressée de ne pouvoir sortir qu’avec le strict minimum.

En plus il y a toujours cette terrible angoisse du moment où tu décide à vadrouiller et que tu te demande si tu as bien pris, ça ou ça…!

Quand j’ai enfin remisé ma grosse poussette avec la nacelle ça m’a fait un bien fou ! De pouvoir disposer du coffre de ma voiture avec ma poussette-canne de compétition mais sans avoir ma trois roues qui prend une place monstrueuse !

Les repas

Quel bonheur de pouvoir aller manger chez la famille, les amis, au restaurant avec un enfant qui mange de tout ! Sans avoir à anticiper le petit pot que le serveur fera trop chauffer ou demander une chaise haute !

Même si j’ai toujours un paquet de biscuits avec moi en cas de grosse fringale, c’est un peu plus contraignant de devoir penser à la compote de Barbouille + son yaourt + une cuillère + un bavoir !

Les bobos

Je ne sais pas toi mais moi j’ai toujours la frousse des premières maladies ou des premiers bobos. Les bébés sont bien entendu incapables de dire là où ils ont mal. Alors avec l’habitude et les consultations répétées chez ton médecin, tu deviens progressivement pédiatre.

Force est de constater qu’une fois que l’enfant grandit, tu peux plus facilement cerner les problèmes parce qu’ils te disent où est la douleur. Bon à prendre avec précaution car PetitePerle est la pro pour dire « j’ai mal au ventre » au lieu de « je n’ai plus faim », ou « j’ai mal au genou » au lieu de « tu peux me porter ? ».

Les jeux

Tu as déjà essayé de t’amuser plusieurs longues minutes avec un hochet ? C’est chiant hein ? Par contre faire de la pâte à modeler ou du dessin, ça peut m’occuper des heures entières !

Idem pour les comptines. Bien sûr tu peux chanter des comptines à ton tout petit, mais quelle joie de crier « petit escargot » dans la voiture en duo avec PetitePerle ! J’ai hâte que Barbouille se mêle au chœur !

Les discussions

Bon, là-dessus je nuance : il est parfois impossible d’avoir une conversation avec Mari Barbu à table tant PetitePerle monopolise la parole ! A part ça, c’est quand même génial d’avoir une vraie discussion avec ton enfant, que ce soit pour des questions existentielles ou par simple curiosité !

C’est la même chose à la crèche ou à l’école : voir ton enfant interagir avec ses copains, devenir sociable. J’aime beaucoup !

crédit photo : Bess-Hamiti

 

Au final, c’est quand même sympa de sortir de la période « nourrisson ». Je n’aime pas entendre les réflexions du genre  » mon enfant grandit, il m’échappe ». Non, il ne t’échappe pas. Il vit sa vie d’individu propre. Je peux tout à fait comprendre que la période du nouveau-né, manque à certains parents. Cette nostalgie de la vulnérabilité. Et bien moi c’est cette même vulnérabilité qui m’angoisse un peu…

Les câlins, les bisous, j’en ai toujours autant depuis que mes enfants grandissent. Et puis il peuvent me les rendre maintenant !

Et toi ? Es-tu pressée que tes enfants grandissent ? Ou au contraire, tu préfères les bébés ? Dis-nous tout ?

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !