Menu
A la une / Vie de maman

La vie en crèche de Petit Prince et son mode de garde définitif (enfin !)

Dans mon dernier article, je t’avais laissée en te disant que nous nous étions finalement décidés pour la crèche d’entreprise, mais que compte tenu du coût, cette situation ne pouvait pas être pérenne.

Entre-temps, deux nouveaux éléments sont entrés dans la balance :

  • il est devenu possible pour nous de négocier un contrat employeur et donc de rester dans cette crèche sans que ce ne soit difficile financièrement,
  • nous avons appris que nous avions une place en micro-crèche pour septembre. Très honnêtement, cette place a été un coup de chance. Ils ont ouvert les candidatures pile quand je remuais ciel et terre parce que nous avions viré notre nounou. Il y a en moyenne cent candidatures pour dix places, et notre situation a sans doute joué en notre faveur (et surtout, j’étais tellement motivée que j’ai renvoyé le fichier de pré-inscription en un temps record !).

Pour t’expliquer notre choix définitif, pourquoi ne pas faire une sorte de comparatif grande crèche/petite crèche ?

La grande crèche, aka la crèche d’entreprise

Points forts :

  • section multi-âge en mode micro-crèche (dix-sept enfants pour deux sections : bébés et moyens/grands)
  • un grand jardin et de très belles infrastructures (Petit Prince est fan de la piscine à boules)
  • présence de personnel spécialisé : médecin, infirmière, musicien… ce qui est très sécurisant
  • structure et équipe pédagogique déjà connues et appréciées

Point négatif :

  • fermeture de la section de Petit Prince en septembre, remplacée par une section classique

La petite crèche, aka la micro-crèche

Points forts :

  • trois personnes pour dix enfants (contre cinq pour vingt en grosse structure)
  • structure totalement neuve avec une équipe jeune et dynamique
  • projet pédagogique cohérent avec l’éducation que nous donnons à Petit Prince

Points négatifs :

  • absence de jardin
  • petits locaux
  • équipe inconnue
  • coût élevé (oui, oui, même avec l’aide de la CAF)

On est d’accord, sur le papier, c’est la grande crèche qui gagne !

Micro-crèche Vs crèche d'entreprise

Crédits photo (creative commons) : Donnie Ray Jones

En septembre, il est temps de prendre la décision !

Après nos vacances, notre fils reprend la crèche dans sa crèche habituelle. Nous faisons donc connaissance avec sa nouvelle section : vingt enfants pour cinq professionnels. Difficile pour nous à appréhender, sachant que notre choix de garde de départ était quand même une nounou à domicile… Mais la bonne nouvelle, c’est que nous retrouvons la responsable pédagogique que nous adorons.

Sauf que Petit Prince passe dans une nouvelle section sans adaptation et, même s’il est heureux au début, les choses ne se passent pas si bien que ça. Petit Prince n’arrive plus du tout à faire des siestes en journée et s’endort dès qu’il rentre à la maison. Il est épuisé et irritable ! De plus, les personnes de l’équipe que nous ne connaissons pas se présentent à peine, ne vérifient pas notre identité quand nous venons récupérer notre fils, des parents nous passent devant tous les soirs, les échanges sur la journée sont plus que sommaires…

C’est devenu une usine par rapport à ce que nous avons connu dans l’ancienne section. Avec mon mari, nous nous sentons mal, mais nous continuons à nous dire que c’est la bonne solution, car nous connaissons les lieux, la responsable pédagogique.

Il aura fallu un incident pour me faire comprendre que notre place en micro-crèche était une chance énorme malgré son coût. Du moins, avec du recul, je le vis ainsi. J’ai retrouvé Petit Prince avec une pierre dans la bouche dans le jardin de la crèche, alors qu’il y avait trois filles autour de lui qui discutaient. Je ne sais pas s’il s’étouffait vraiment, l’idée n’est pas de dramatiser. Mais j’ai vu mon fils faire une drôle de tête, et j’ai retiré moi-même cette pierre. C’est ce jour-là que nous avons pris LA décision.

Winner : micro-crèche.

Et alors, cette micro-crèche ?

Tu te doutes que ça se passe bien, puisque c’est notre mode de garde définitif. Les personnes qui me lisent régulièrement et les chroniqueuses qui me connaissent savent que j’aurais été capable de remuer (encore) ciel et terre si ça se passait mal. Oui, je suis tenace.

Alors oui, c’est petit, il n’y a pas de jardin, on ne connaissait pas l’équipe pédagogique, mais ce que je vois aujourd’hui, c’est un bébé qui dort deux à trois heures et demi par jour à la crèche, qui est fan de ses jeux d’eau, qui fait des dessins, etc. et qui est tout fou le matin au moment d’y aller (et même parfois triste le soir d’en repartir). Les repas sont aussi plus équilibrés que dans l’ancienne crèche, avec pas mal de légumes verts. C’est bête, mais c’est important pour moi.

Et plus que tout, je suis fan du personnel. Les filles sont jeunes, douces et motivées. La référente de Petit Prince m’a mise en confiance tout de suite. On se sent vraiment en famille, et les enfants sont très entourés. Ils sont rarement dix, car il y a toujours des petits malades.

Normalement, les trois filles tournent dans la journée et ne sont pas trois à plein temps, mais la bonne surprise, c’est qu’il y a des stagiaires en plus. Petit Prince est devenu copain avec l’une d’entre elles. Elle s’occupe donc exclusivement de lui (il paraît que les stagiaires débutent ainsi, en ne s’occupant que d’un seul enfant), et ça se passe très bien. OK, on a eu une couche mal mise un jour et des fois, elle se trompe dans les vêtements, mais franchement, ce n’est rien du tout, ça ne va pas traumatiser mon fils.

Bref, nous sommes enfin sereins, et je peux enfin dire que nous ne sommes pas des « parents chiants », peut-être juste un peu plus exigeants que la moyenne ? Je pense aussi que nous n’avons pas eu de chance avec nos modes de garde précédents, et que nous n’avons pas voulu rester par défaut avec une garde qui ne nous satisfaisait pas pleinement.

Je ne te cache pas que cette crèche nous coûte cher, car elle est privée et sans participation employeur possible, mais nous ne regrettons pas ce sacrifice financier, au point que si on nous proposait une place en crèche communale pour la dernière année, nous savons déjà que nous la refuserions.

Bon, après, Petit Prince me manque toujours autant la journée, mais au moins, je sais qu’on s’occupe bien de lui !

Et toi ? Quel choix de garde as-tu fait pour ton enfant ? As-tu essayé beaucoup de choses ? Qu’est-ce qui t’a finalement convaincue ? Viens en parler !

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !