Menu
A la une / Témoignage

Le confinement m’empêche de préparer l’arrivée de bébé

Le confinement a totalement chamboulé nos plans d’organisation pour l’arrivée de ce bébé, je vais t’expliquer pourquoi.

La situation de base

Quand Petite Fleur est arrivée dans nos vies, nous vivions dans un tout petit appartement en Île-de-France. Nous n’avions pas la place de stocker quoi que ce soit chez nous et dès que quelque chose n’était plus ou pas encore utilisé, on le mettait chez mes beaux-parents qui vivaient à trois kilomètres de chez nous.

Tout était à portée de main. On allait chez eux tous les week-ends ou on pouvait s’y rendre vite fait un soir pour récupérer une gigoteuse ou le lit parapluie.

Au fur et à mesure que Petite Fleur grandissait, nous stockions toutes les affaires chez eux. Absolument tout puisqu’il a toujours été question d’avoir un deuxième enfant.

Puis nous avons déménagé en Dordogne, à 500 km de là en emportant avec nous les quelques trucs qui nous étaient utiles avec une enfant de deux ans et demi. Autant dire, absolument rien d’exploitable pour un nouveau-né.

Et le bébé s’est annoncé

En novembre j’apprends que je suis (enfin) enceinte. Toutes les affaires sont toujours en Île-de-France mais ce n’est pas très grave, Beau-Papa nous les descendra au fur et à mesure de ses visites dans les mois à venir.

Durant le premier trimestre, je préfère qu’il ne nous apporte rien, au cas où je fasse à nouveau une fausse-couche, je n’ai pas envie d’avoir les bodys et le cosy sous les yeux.

Au second trimestre, on lui demande de rassembler les affaires rangées un peu partout dans la maison (surtout dans l’ancienne chambre de l’Homme et au sous-sol).

Etant adjoint au maire de sa commune, il nous dit qu’il s’en occupera après la folie des élections municipales et nous apportera le tout durant les vacances de printemps en avril. Il en profitera pour passer quelques jours à la maison et profiter de Petite Fleur. Ça nous convient parfaitement, j’en serais alors à cinq mois/cinq mois et demi de grossesse. On aura largement le temps de laver les vêtements et préparer la chambre d’ici la naissance.

Ah Ah Ah

Le confinement a tout rendu incertain

Et oui, ce cher Covid a décidé de pointer le bout de son nez en France, nous avons tous été confinés sans savoir jusqu’à quand cela durerait.

Et toutes les affaires du bébé (lit, matelas, cosy, poussette, siège auto, vêtements, transat, gigoteuses,…) se retrouvent totalement inaccessibles jusqu’à une date indéterminée.

Crédit photo (creative commons) : aitoff

Commence alors le grand questionnement : aura-t-on les affaires à temps ? Et si j’accouchais prématurément ? Et si on a les affaires juste avant le terme, prévu fin juillet? Et si on n’a ni chambre pour accueillir le bébé ni siège auto pour sortir bébé de la maternité ?

Comment déplacer le bébé ? Comment habiller le bébé ? Ou faire dormir le bébé ? Comment nourrir le bébé si je ne peux pas l’allaiter ?

Moi qui suis un grande angoissée, je me suis fais de sacrés nœuds au cerveau, je te le dis.

Le point sur la situation actuelle

A l’heure où je t’écris, nous ne savons qu’une chose : le déconfinement est prévu pour le 11 mai, soit deux mois et demi avant le terme. Mais cela peut encore changer. Et nous ne savons pas si nous aurons le droit de sortir tout de suite de notre département ou de notre région, et si les déplacements seront soumis à des contrôles. Qui nous dit que « j’amène des affaires pour la naissance de mon petit-enfant » serait une raison acceptable de déplacement inter-régional aux yeux des autorités ?

Crédit photo (creative commons) : Victoria_Borodinova

Ce n’est pas parce qu’une date a été annoncée qu’elle sera synonyme de fin de nos soucis. Et cette date peut très bien être encore repoussée, selon l’avancement de l’épidémie.

Mon mari et mon beau-père essaient de me rassurer avec plusieurs scénarios possibles :

  • Tout ira bien, Beau-Papa arrivera à temps avec toutes les affaires, souffle un coup Chacha !
  • Mais t’inquiète Chacha, on trouvera toujours une solution : des amis nous prêterons des affaires (ah bon ? Et qui ? Les seuls amis du coin ayant des affaires de puériculture en ont toujours besoin)
  • Mais t’inquiète Chacha, on trouvera une solution : on achètera les choses essentielles qui nous manquent (Non mais totalement hors de question ! On a déjà ces affaires ! On ne va pas dépenser une seconde fois des sommes folles pour avoir tout en double d’ici quelques mois !!)
  • Si Beau-Papa ne peut pas se déplacer d’ici mi-juin (la date limite selon moi), on fera appel à un transporteur type TNT pour tout amener en Dordogne, quitte à ce que ça nous coûte un peu cher, souffle un coup Chacha !

Tu l’auras compris, je suis complètement perdue face à cette situation alors que mon entourage relativise totalement.

Il ne me reste plus qu’à espérer que tout se passe bien et commencer à faire des comparatifs de transporteurs, au cas où.

Et toi ? Le confinement a-t-il des conséquences malheureuses sur ta grossesse, ta parentalité ou ton organisation quotidienne ? Raconte !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.