Menu
Témoignage

Les aventures de Pépette à la crèche

Je t’ai déjà parlé de la förskola suédoise, et de comment c’était supposé se passer. Il est temps maintenant de te raconter les folles aventures de Pépette au dagis, pour que tu voies ce que la théorie donne en pratique !

Un mois avant

Nous avons inscrit Pépette dans le système en avril, pour avoir une réponse en juin (ce qui est assez rapide, sachant que nous demandions des lieux dans le centre ville, zone très demandée dans notre ville): Pépette allait intégrer une crèche à 10 minutes de chez nous début septembre !

Nous étions ravis d’avoir obtenu cette crèche-là… Mais c’était une de celles que nous n’avions pas visité (évidemment). Qu’à cela ne tienne, un mois avant son intégration, nous avons pris rendez-vous avec Ingrid, la pédagogue de sa future classe, pour une visite et une discussion.

Crédit photo (creative commons): Amy Hirschi / Unsplash

J’ai été agréablement surprise de voir à quelle point cette discussion était poussée. Elle voulait vraiment apprendre à connaître notre Pépette, et n’arrêtait pas de nous répéter que l’important c’était qu’elle se sente bien dans son environnement. Elle nous a expliqué les principes et horaires, fait rencontrer tout le personnel, et posé des milliards de questions. A part les évidentes (est-ce qu’elle est allergique, a un handicap, ce genre de choses), elle voulait savoir ce que Pépette préférait faire, son livre préféré, ce qui la faisait se sentir à l’aise, ce qu’elle pouvait faire pour l’aider. Elle s’est montrée très intriguée quand nous lui avons demandé de continuer la langue des signes avec elle, et s’est tout de suite renseigné sur les différences entre les signes français et les signes suédois. Bref, j’étais rassurée de voir que Pépette ne serait pas juste un enfant de plus, mais qu’on considérerait ses besoins, ses qualités et ses défauts à part entière.

Petit à petit, avant son entrée au dagis, nous avons mis Pépette aux horaires de la crèche: pas de sieste le matin, et déjeuner à 11h. Elle n’a eu aucun problème à s’y faire … C’est plutôt moi qui ait mal vécu cette transition ! (qui a faim à 11h?)

L’adaptation

L’adaptation se fait en douceur. Comme je l’ai déjà expliqué, il est conseillé de prendre deux semaines pour être certains que tout se passe bien. Notre programme pour la première semaine était:

Lundi : 9h-11h. Départ avant le repas.
Mardi: 9h-12h. Repas, puis départ avant la sieste.
Mercredi: 9h-14h. Première tentative de sieste, puis départ avant le goûter.
Jeudi: 9h-14h. Rebelote !
Vendredi: 9h-15h, soit une journée complète.

Ingrid a bien précisé que selon comment ça se passait, je ne serais pas forcement présente tout le temps, et que ces horaires pouvaient changer. Ma présence complète n’était requise de manière sûre que les deux premiers jours.

Nous nous sommes donc présentées le premier jour pleines d’attentes et un peu excitées. J’ai beaucoup de chance d’avoir une Pépette très sociale, et qui vit plutôt bien les changements. Dès le premier jour, elle a commencé à faire des câlins à tout le monde, à explorer son nouveau lieu, et à essayer de tout mettre à la bouche (ah, les dents qui pointent…). Comme sur des roulettes, donc. Le deuxième jour, elle a pris sa place à table, et a mangé à côté de moi avec sa cuillère comme une grande (en évitant d’en mettre la moitié par terre, j’étais fière).

C’est le troisième jour et l’introduction de la sieste que je craignais le plus. Pépette dort d’habitude dans son lit à barreaux, toute seule. Aucun problème pour l’endormissement à la maison, mais je ne savais pas comment elle allait réagir dans un endroit où elle serait entourée d’autres enfants (ce qui, pour elle, veut dire qu’elle va jouer). Heureusement, ne pas faire de sieste le matin signifie qu’elle est très fatiguée après manger. Mais la curiosité l’a tout de même piqué, et après avoir passé trois secondes bien allongée sur son petit matelas, elle a évidemment voulu voir ce que faisait les copains. Il a fallu que je la tienne dans mes bras et la berce 5 minutes pour qu’elle s’endorme.

Crédit photo (creative commons): fujikama

Une fois endormie, Ingrid m’a invité à prendre un café dans la salle de repos du personnel…. Et à y rester. Comme Pépette n’avait pas l’air angoissée du tout, elle me suggérait de ne ré-apparaître qu’à 14h.. Mais de rester dans les parages s’il y avait besoin.

Il n’y a pas eu besoin: après une heure de sieste, Pépette s’est réveillée, souriante, et est allé jouer dans l’autre salle pendant que je patientais tranquillement dans la pièce d’à côté. Rassurée par sa capacité d’adaptation, c’est avec soulagement que le lendemain, j’ai accepté de partir avant le repas pour ne revenir qu’à 14h. Il fallait que Pépette apprenne à s’endormir toute seule !

Je suis donc revenue et tout s’était bien passé. Rebelote le lendemain, où j’ai laissé mon bébé dans les bras d’Ingrid le matin et ne suis revenue que l’après-midi. Adaptation finie en une semaine!

Une semaine ordinaire

Généralement, la semaine se découpe comme suit : lundi, sortie au bac à sable, mardi activités manuelles, mercredi dédié aux livres et aux activités libres, jeudi il y a toujours une expédition et vendredi activités manuelles. Bien sûr quelques changements peuvent survenir mais même une averse de grêle n’empêche pas les enfants de sortir (oui, c’est du vécu ! Cela dit ils sont rentrés rapidement …)

Un mois est centré sur un thème. En Octobre, par exemple, les pédagogues ont centré les activités sur l’automne. C’est l’occasion pour les petits bouts d’aller dans la forêt récupérer des châtaignes, d’apprendre les couleurs, de faire une jolie fresque avec les feuilles mortes… À cette thématique mensuelle s’ajoute un focus annuel dicté par la commune, qui pour 2019 est le langage! Du coup, pendant chaque rassemblement de début de journée Ingrid et sa comparse apprennent des nouveaux mots aux enfants ou leur demandent quels mots sont nouveaux pour eux. J’y reviendrais plus tard, mais même à 14 mois et malgré une langue maternelle différente j’ai trouvé que ça aidait beaucoup le vocabulaire de Pépette.

Crédit photo (creative commons): Design_Miss_C

Entretiens et suivi

Je suis très contente et satisfaite de ma relation avec les pédagogues et surtout Ingrid, qui est la personne qui a le plus de contact avec Pépette. Tous les matins, je raconte brièvement comment s’est passé la nuit et tous les après-midis elle me raconte comment s’est déroulée la journée. Si le temps manque (parce que d’autres parents sont présents, ou que je suis pressée), elle me donne les informations principales (elle a bien mangé, elle a bien dormi, il faut remplir son stock de couches, ce genre de choses), et profite d’un moment calme le lendemain pour rentrer plus dans les détails. Et si vraiment je n’ai pas eu l’occasion de papoter discuter, sur un tableau à l’entrée de sa section je peux lire les activités de la veille.

Chaque renseignement sur Pépette et chaque photo sont insérées dans un petit classeur à son nom, que je peux consulter quand je veux. Et tous les mois, les parents reçoivent une newsletter décrivant les enjeux du mois et les nouveautés pour le prochain mois, ainsi que quelques images de son enfant en pleine activité!

Crédit photo (creative commons): Nicole Honeywill / Sincerely Media

Deux mois après l’adaptation est prévu un entretien de suivi. Le nôtre est prévu pour bientôt, et j’en suis bien contente car j’ai beaucoup de questions à poser pour lesquelles ni moi ni Ingrid n’avons le temps dans la journée. Tous les ans, parent et pédagogue programment un entretien de « développement », qui d’après les rumeurs dure près de deux heures et permet le suivi régulier et en profondeur de l’enfant. Cela me paraît un peu long mais je verrais bien comment Pépette évolue!

Que penses-tu de l’adaptation à la förskola? Était-ce facile pour toi ou bien au contraire difficile?

A propos de l’auteur

32 ans et toutes mes dents, maman depuis août 2018 d'une fabuleuse Pépette, et expatriée en Suède depuis 5 ans, je suis une vraie geek, désorganisée (un peu), créative (beaucoup), mais surtout passionnée (de films, de livres, de jeux vidéos...) C'est maintenant avant tout ma petite famille qui déchaîne ma passion!