Menu
A la une / Récit de grossesse

Une deuxième grossesse au pas de course

Je suis actuellement dans mon huitième mois de grossesse, mon congé maternité a débuté depuis cinq jours.

Comment ? Pardon ? J’accouche dans 5 semaines ?

Mais non. Nooooon. Non, non. C’est pas possible.

Photo personnelle

Je n’ai absolument pas vu le temps passer. J’ai vécu cette grossesse comme si… comme si je n’étais pas enceinte. C’est terrible à dire mais en fait, il y a eu tellement d’événements, de changements, de démarches, de choses à gérer pour l’aînée que cette étape unique, ces neuf mois (enfin 8), sont passés terriblement vite.

Je me suis raccrochée aux rendez vous médicaux, aux échographies, et depuis peu la préparation à la naissance pour me concentrer sur cet enfant. Cette fois, je suis allée jusqu’au bout, jusqu’à mon congé maternité, sans congé pathologique (il faut dire que quitter le boulot était difficile car je savais que je ne serais pas remplacée pendant mon congé…). Du coup, j’ai fait de grandes journées, je n’ai pas eu le temps de me poser au contact de ce bébé, comme j’ai pu le faire avec Charlotte… pas de natation prénatale cette fois, pas d’acupuncture pour m’aider. Cette fois, je n’ai aucune photo de moi enceinte ! Je prenais chaque semaine des photos avec mon téléphone pour Charlotte… Nous allons essayer de remédier à cela dans les semaines à venir avec une séance prévue avec la talentueuse Céline Gosswiller ainsi qu’avec une amie, passionnée de photo.

Nous avons déménagé, il y a de nombreux travaux à mener. Je suis très frustrée par « mon état » car je ne peux pas faire grand chose, ni en termes de travaux ni en termes de déco. Claude est donc très sollicité, c’est lui qui fait tout, ou presque, seul. Lui non plus n’a pas pu trouver de temps pour penser et projeter ce bébé. Comme à son habitude, il philosophe et se dit que tout ira pour le mieux ! Nous avons à nouveau choisi de ne pas connaître le sexe de cet enfant, et à ce jour, nous avons encore deux prénoms en lice pour chaque sexe !

Et puis il y a Charlotte. Le terrible two. Les frustrations. Les apprentissages. La préférence toujours très marquée pour maman. La parole, de plus en plus développée. La propreté qu’elle a acquise en quelques mois. Tout cela fait que je ne peux véritablement me poser au contact de de bébé que le soir, dans mon lit.

Je suis donc un peu frustrée, d’autant que ce sera très probablement ma dernière grossesse, sauf kinder surprise. Et en même temps rien n’aurait pu être différent je crois. Cela devait se vivre comme ça ! Mis à part un diabète gestationnel (encore…), et une sciatique un peu pénible, je suis en bonne santé. Bébé pousse et grandit bien. Charlotte est ravie de devenir grande sœur et me demande tous les jours si Minipousse arrive aujourd’hui. N’est ce pas mignon ?

Ce qui doit arriver arrivera. Et quoi qu’il en soit, ce bébé sera aimé !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)