Menu
A la une / Vie de maman

Dix jours sans papa, partie 1

Tu l’as peut-être lu sur Sous Notre Toit, nous voulons déménager en province. Et nous nous en donnons les moyens (enfin on essaie en tout cas) : l’Homme va partir 10 jours dans le département de nos rêves pour chercher du travail sur place.

Cela veut donc dire que je vais passer 10 jours sans lui et surtout que Petite Fleur va devoir se passer de son papa pendant 10 jours… Comment te dire que ça m’angoisse légèrement… Et si l’Homme trouve un travail là bas, la situation va devenir récurrente pour les deux prochains mois, le temps que je finisse mon CDD. S’il ne trouve pas, il y retournera plus tard pour chercher dans une autre branche.

Son papa et moi avons expliqué à Petite Fleur plusieurs jours à l’avance que Papa allait partir pour le travail et qu’il n’allait pas dormir à la maison pendant plusieurs nuits, qu’il n’y aurait que Maman, Griotte et Petite Fleur. A chaque fois, on avait l’impression qu’elle nous entendait, qu’elle comprenait mais que ça ne l’intéressait pas.

Deux scénarios se montent doucement dans ma tête :

  • Elle va très bien vivre la situation, manger correctement, dormir profondément, jouer, rire et lire normalement et elle parlera à son papa tous les soirs aussi longtemps qu’elle le voudra.
  • Ca va être un carnage, elle refusera de s’alimenter, ne voudra pas dormir, se réveillera la nuit en hurlant « Papaaaa », pleurera en permanence et me rejettera.

Ou alors, peut-être que ce sera un peu des deux. Je ne sais pas ce qui m’attends… Je ne sais pas si elle va bien le vivre ou non et ça m’inquiète vraiment beaucoup.

Crédit photo (creative commons) : Max Pixel

Alors, comment ça s’est passé finalement ?

Jour 1

Je suis partie au travail, l’Homme a emmené Petite Fleur chez la nourrice comme tous les matins en lui expliquant encore une fois qu’il ne serait pas là ce soir. Après l’avoir déposée, il a pris la route. Je suis allée chercher ma fille chez la nourrice après le travail.

On est rentrées à la maison, on a peu joué, on a mangé et encore un peu joué. J’ai fait la vaisselle et tout ce qui pourrait potentiellement faire du bruit.

Puis j’ai mis Petite Fleur en pyjama, je lui ai lu deux histoires. Elle a refusé de se coucher. Elle a négocié une troisième histoire. Après la troisième histoire, je l’ai bordé et lui ai fait un gros bisous. Elle a un peu râlé mais s’est endormie des que j’ai fermé la porte.

J’ai passé la soirée tranquillement puis je me suis couchée. Impossible de m’endormi,r je tournais en rond dans mon lit. Et à 1h du matin, ma fille s’est réveillée…

Je lui ai fait un gros câlin et lui ai dit de se recoucher, elle a pleuré. Je lui ai donc chanté sa comptine en boucle. Quand je ne l’ai plus entendue bouger, j’ai arrêter de chanter et tenter de sortir de la chambre. Et là, ma fille a dit tout doucement «encore chant maman»…

Alors j’ai recommencé le même cycle. Plusieurs fois. Pendant une heure et demi. Elle ne dormait toujours pas (mais n’a pas réclamé une seule fois son père). J’en avais marre, j’étais fatiguée alors je l’ai prise au lit avec moi pour enfin dormir.

Jour 2

Jour férié, nous nous réveillons tranquillement à 8h30. Petite Fleur cherche son papa, je lui explique qu’il est parti pour le travail. Elle passe à autre chose.

La journée s’est très bien passée : promenade au parc avec marraine, confection de gâteaux, puis gommettes, dessin et pâte à modeler. Après la sieste, nous sommes allées prendre le goûter chez ses grands-parents. En rentrant, on a pris le bain.

Après le bain, le rituel du soir a recommencé : jouer, manger, jouer, pyjama, histoires, bisous, dodo.

Après ma soirée en solo, je me suis endormie comme une souche après cette longue journée.

Petite Fleur s’est réveillée à 3h (plus tard que la nuit précédente donc). J’ai lutté 45 minutes pour l’endormir puis je l’ai ramené dans mon lit. On se levait tôt le lendemain, on avait toutes les deux besoin de dormir.

Jour 3

Sept heures moins dix, le réveil sonne. 7h35, nous sommes dans la voiture, habillées et nourries. Direction la nounou.

D’habitude c’est papa qui l’emmène chez nounou, une heure plus tard. Mais le réveil matinal a l’air de ne pas la déranger.

Après le bisou, je pars prendre mon train pour une bonne journée de travail.

Le soir, après avoir récupéré ma fille, on rentre et on joue puis je prépare à manger. Le repas se passe très bien, Petite Fleur a même le droit à l’un de ses péchés mignons en dessert. Elle retourne jouer le temps que je fasse la vaisselle et que je prépare tout pour la nuit.

A 21h, je la couche comme tous les soirs. C’est d’ailleurs plus simple que les deux soirs précédents. J’appelle l’Homme pour lui raconter la soirée. Et là, c’est le drame.

Petite Fleur ne dormait pas encore vraiment et le son de ma voix l’a «réactivée» (oui dans ces cas là, je peux la comparer à Terminator). Je retourne la voir, lui faire un bisou. Je ferme la porte, elle hurle. J’attend un peu, elle ne se calme pas. J’y retourne. Je lui lis une histoire, deux histoires.

Je la laisse avec un livre et je vais prendre ma douche. Quand je reviens, elle joue sur son lit. J’ai l’impression qu’elle est de moins en moins fatiguée alors que moi je commence à m’éteindre.

Je me fâche et la couche de force. C’est la cata, elle hurle. Je suis fatiguée. Il est 22h45, elle ne dort toujours pas. Elle n’a pas sommeil. Elle finit par descendre de son lit et saute partout en faisant la grenouille…

Je suis désespérée. Je me fâche très fort. Ça n’a plus aucun effet.

Alors, en désespoir de cause, a 23h, je lui dis qu’elle peut dormir avec moi. Elle part chercher toutes ses peluches pour les amener dans mon lit. Elle chante en même temps. J’hésite entre les rires et les larmes.

A 23h30, tout le monde dort. Je n’ai pas eu une seconde de tranquillité. La nuit est ponctuée de deux réveils en pleurs malgré ma présence à ses côtés.

Jour 4

Ce matin, Petite Fleur a du mal à se réveiller (forcément avec 2h de sommeil en moins…). Elle ne veut pas aller chez nounou.

Elle pleure quand je l’habille, elle pleure quand elle monte dans la voiture. Je lui explique qu’il le faut et que demain c’est le weekend, on va passer deux jours ensemble. Mais rien n’y fait.

Je dépose une petite fille en pleurs chez la nourrice. Celle-ci m’envoie un sms 10 minutes plus tard pour me dire qu’elle s’est calmée et qu’elle joue.

Le soir, je récupère une petite fille qui a chouiné toute la journée, s’est fait une belle bosse et a fait caca dans le pot pour la première fois !

La soirée se passe très bien. Je la couche un peu plus tard qu’en semaine et je me couche presque tout de suite après, je suis épuisée.

Elle se réveille à 2h. Je ne lutte même pas et la prend avec moi dans le lit pour le reste de la nuit.

Jour 5

Petite Fleur se réveille à 7h45. On se lève tranquillement et on se rend chez le pédiatre pour le rendez vous des deux ans. Conclusion : Petite Fleur va très bien mais c’est une géante !

On passe le reste de la journée chez ses grands parents. Ma machine à laver est en panne, j’y fais mes lessives et Petite Fleur profite de ses grands parents. Belle maman m’a gâté avec une bonne pâtisserie au dessert, miam. Et ma fille m’a gâté avec un énorme caca débordant jusqu’au milieu du dos, beurk.

Après la sieste, je pars faire des courses et laisse Petite Fleur seule avec ses grands parents. Je viens ensuite la chercher.

On rentre, on se fait un petit apéro puis un bon repas à base de courgettes. Petite Fleur va au lit après avoir bien joué avec le chat.

Elle ne se réveillera qu’à 6h cette nuit. Première nuit complète depuis le départ de son papa !!

Ça y est la moitié de ce périple est passée. Est ce que la seconde moitié se passera mieux, comme cette nuit ? La suite au prochain épisode !

As tu dû toi aussi vivre un temps sans le papa ? Ou le papa sans la maman ? Comment ça s’est passé ? Raconte !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.