Menu
A la une / Témoignage

L’émerveillement

Un jour, mon directeur de master nous a fait la folle surprise de nous envoyer une journée à Londres alors que nous étions censés être en examen toute la journée. Il nous a dit qu’il était important de s’émerveiller, toute sa vie. Cet épisode et cette phrase m’ont marqués et j’essaie de suivre son conseil.

Depuis que ma fille est née, c’est devenu tellement facile.

Crédits : Marie-Charlotte photographie 

Ça fait bientôt 20 mois que nous l’avons rencontrée et que nous subissons son charme de plein fouet.

Elle, comme tous les enfants, voit tout avec ses yeux neufs et s’extasie pour un rien. Les camions-poubelles, les chiens et les chats la fascinent. Elle se plonge avec délices dans ses livres. Elle passe de longs moments à entasser des cartes dans une boîte. Elle est attirée par des objets qui nous semblent tellement anodins. Elle se concentre pour des gestes qui nous paraissent si simples. Un nouveau jouet la met en joie. Elle éprouve de l’affection pour ses doudous et les personnes qui la gardent. Elle aime danser, se baigner, observer la rue depuis nos épaules.

Et nous, ses parents, nous la voyons être heureuse. Nous découvrons au quotidien mille et raisons de s’émerveiller.

Observer ses petites mimiques, remarquer ses nouvelles acquisitions, voir sa joie et ses yeux qui brillent. La regarder courir vers nous en criant lorsque nous rentrons à la maison. La prendre dans nos bras, lui faire un câlin, la réconforter, la regarder s’endormir contre nous. Etre admiratifs de sa patience, sa capacité d’adaptation, son calme, son autonomie. Essayer de ne pas rire lorsqu’elle pleure parce que les coins de sa bouche qui partent vers le bas sont vraiment trop drôles. S’émouvoir lorsqu’elle touche mon ventre de femme enceinte quand on lui parle de Tibou. Adorer embrasser ses belles joues rondes et sentir son odeur. Lui dire que nous l’aimons.

Elle commence à s’affirmer, à marquer son indépendance à grands renforts de « nan ». J’aime voir sa fierté, même si parfois son comportement me casse les pieds. Je fonds de la voir se transformer, grandir, apprendre qui elle est.

Vivre avec elle nous rend profondément heureux. Nous avons l’impression d’avoir une chance folle. Indépendamment de notre relation de couple, elle nous fait nous dire que nous ne voudrions surtout pas nous séparer, de peur de briser cet amour si fort.

Cette petite fille est un formidable vecteur d’émerveillement. Nous lui sommes reconnaissants pour tout le bonheur qu’elle répand autour d’elle.

Il y a le nôtre bien sûr. Et puis, il y a celui de nos proches, de notre famille. Celui de ses grands-parents, de ses arrières-grands parents, de ses oncles. Elle sourit, elle joue, elle rit, elle accepte d’aller dans les bras. Oh, pas tout le temps, parfois elle a peur ou elle ne veut pas, mais elle leur offre à tous quelques moments de confiance et de joie partagée.

 » Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais uniquement par manque d’émerveillement. « 

Gilbert Keith Chesterton

Voilà, nous avons un enfant et elle rend notre vie plus belle, plus intense, plus profonde.

A propos de l’auteur

Maman de la loupinette née en mai 2017 et de Tibou né en février 2019. J'adore me poser des questions ("me prendre la tête" pourrait-on dire) et chercher des réponses. Dans ma tribu est une de mes sources préférées !