Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

En route pour le CP


Publié le 16 septembre 2019 par Camomille

Cette année, 2 tribulets sont rentrés dans la cour des grands : le CP. Alphonse et Princesse ont franchi ce cap symbolique et effrayant. On te propose donc de partager avec toi les différentes émotions que nos enfants ont du gérer (et – soyons honnêtes – nos angoisses de maman).

Crédit photo (creative commons) : Feliphe Schiarolli

Avant les grandes vacances d’été

[Alphonse] Tout au long de l’année de Grande Section les enfants sont préparés au CP. Imagine donc, ils passent d’un univers protégé (avec un(e) ATSEM entre autre) dans lequel ils peuvent bouger à un cadre bien plus scolaire où les enfants doivent être davantage autonomes et où, bien souvent, ils sont plus nombreux. Une préparation minutieuse s’impose donc ! Tout au long de l’année dernière, la maîtresse a donc expliqué le CP, les devoirs, le cycle de primaire… Alphonse était enthousiasmé par tant de nouveautés. Il répétait régulièrement qu’il avait hâte d’y être. 

[Princesse] Déjà avant les vacances le stress est arrivé. Pendant l’année scolaire ça allait. Puis fin juin, nous avons eu la liste des fournitures pour le CP. Partant en vacances au mois d’août et n’ayant pas envie d’être encore en retard, nous avons fait ces achats début juillet. Et puis Princesse était très très demandeuse. Nous sommes donc allées acheter sa panoplie. Cartable (avec une licorne), agenda, trousses, crayon, ardoise, … la totale. Nous avons aussi fait faire de jolies étiquettes personnalisées pour marquer ses affaires. Tous les jours durant le mois de juillet, elle ouvrait son cartable pour regarder ses affaires. Nous connaissons le caractère de Princesse, elle stresse beaucoup pour le moindre changement. C’est aussi pour la préparer que nous avons autant anticipé ses affaires de CP. Mais plus le mois de juillet avançait, plus elle se sentait mal … elle avait des maux de ventre le matin, elle ne voulait plus parler du CP, elle se refermait comme une huître dès que quelqu’un lui en parlait. Par peur qu’elle se gâche les vacances nous avons arrêté de lui en parler. Nous n’en parlions que lorsqu’elle amenait elle-même le sujet. 

Photos personnelles

Après les vacances – quelques jours avant la rentrée

[Alphonse] Panique à bord ! L’entrée en primaire est inéluctable. Pire : elle est réelle. Alphonse change brutalement de discours. Les vacances c’est vraiment trop chouette. La maternelle, ça va à peu près. Mais le CP ? Jamais ! Il ne veut pas y aller. Tout de suite je m’inquiète. A-t-il peur du regard des autres vis-à-vis de sa différence ? A-t-il peur de se sentir seul, encore une fois ? A-t-il peur de ne pas réussir à écrire ? J’essaye de le sonder de manière neutre, sans projeter toutes mes angoisses. Bien m’en prend : oui, il a peur. Du changement… Mon cœur s’allège subitement. Son angoisse demeure. Alors je lui parle de cette collègue qui stresse de changer de poste. De cette copine qui déménage à l’autre bout de la France. Je brode un peu pour lui faire comprendre que sa peur est normale. Que même les adultes ont peur du changement. Mais c’est ce changement qui nous aide à grandir, à évoluer. Et cet argument est un des meilleurs qui soit pour un petit garçon de 6 ans, tellement fier de grandir ! Je ne vais pas te mentir : lundi matin, Alphonse était terrorisé malgré tout (« je vais me cacher, tu ne me trouveras pas, comme ça je n’irai pas au CP ») Nous l’avons appâté avec le calcul : il adore ça. Il a suffi de lui dire qu’il en ferait pour qu’il mette avec entrain son cartable sur le dos.

[Princesse] Princesse a repris le centre de loisirs la semaine avant la rentrée. Tous les jours nous la sentions de plus en plus stressée par le sujet. Cette semaine-là elle en a beaucoup parlé et nous avons répondu du mieux que nous pouvions à ses questions. Sa crainte tournait beaucoup autour de la maîtresse. Elle quittait une maîtresse qu’elle adorait et avait peur d’avoir une maîtresse « méchante ». J’ai néanmoins réussi à la distraire en l’inscrivant à la natation (qui à l’heure où je t’écris n’est toujours pas effective, merci aux listes d’attente à rallonge). Le lundi matin, elle s’est très gentiment prêtée au jeu des photos de rentrée avec des beaux sourires. Ce qui m’a rassurée sur son état de stress. Puis nous avons pris le chemin de l’école. Nous sommes arrivés quasi les derniers mais c’est une chance car une fois Princesse accueillie par la maîtresse, ils sont quasi directement rentrés en classe. Princesse n’a pas eu à attendre 25 minutes en rang derrière la maîtresse. Au moment où les parents ont dû quitter la cour ça été le drame. Princesse s’est mise à pleurer et à s’accrocher à son père. Un autre petit garçon pleurait (dans la même classe en plus je t’avoue que j’ai légèrement plaint la maîtresse), mais la maîtresse a pris gentiment la main à Princesse et au petit garçon. Et nous avons quittés la cour. Princesse a arrêté de pleurer et nous a dit au revoir de la main en suivant la maîtresse.

Et alors, ça s’est bien passé ?

[Alphonse] Oui ! Une fois sur place, Alphonse a vite constaté que le CP avait de bons côtés. Il est un peu perdu, bien sûr. Mais lui qui est calme, qui adore les livres et le calcul, il est dans son élément. Passée la première journée, l’appréhension avait complètement disparu. Il aime son cartable, apprécie sa maîtresse et a soif d’apprendre. Tous les ingrédients sont là – je l’espère – pour qu’il s’épanouisse.

[Princesse] Évidemment ! Princesse aime beaucoup sa maîtresse et le travail. Pour l’instant elle me dit préférer l’écriture mais j’ai tellement hâte qu’elle lise, j’espère qu’elle héritera de ma passion pour la lecture.

Et côté maman ?

[Camomille] Plein d’émotions m’ont traversées. La joie bien sûr qu’Alphonse puisse faire sa rentrée comme tous les autres enfants.  La stupéfaction de le voir déjà si grand. (Mes premiers souvenirs précis sont à l’âge du CP). L’angoisse que sa différence l’empêche de suivre au rythme nécessaire.

[Madame D] C’est assez dur d’accepter le fait que mon si petit bébé soit déjà si grande.

Et que ça fait bizarre de le laisser à la porte de l’école, gérer seul l’accession à la classe !

Et quinze jours plus tard ?

Pour Alphonse comme pour Princesse, tout se passe bien ! De la lecture, de l’écriture, des maths… sans oublier l’EPS et la musique. La nouvelle aventure a commencé et nos tribulets se sont empressés de monter dans le train, pour notre plus grand bonheur ! Nos enfants grandissent, un nouveau chapitre s’ouvre pour eux.

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Workingmutti (voir son site)

Quitter la sécurité de la maternelle c’est vrai que c’est une sacrée étape ! Je sais que dans notre école, au mois de juin, les enfants en grande section vont quelques jours au CP, pendant que les CP viennent en maternelle pour lire des histoires et faire des activités avec les petits. Je trouve ce système vraiment pas mal.

le 16/09/2019 à 09h43 | Répondre

Weena (voir son site)

Pfiou… le coup de stress d’un seul coup 😱. Je me demande comment ça va se passer pour FeuFolet, sachant qu’on triche : il est en filière bilingue multi-niveau, mais comme elle vient d’ouvrir, il restera dans l’enceinte de la maternelle avant l’ouverture d’un CP-CE1 dans deux ans 😉
Mais qu’est-ce que j’ai hâte qu’il lise.

le 16/09/2019 à 13h59 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?