Menu
A la une / Récit de grossesse

Quand je vis une grossesse… idéale !

J’aurais aimé faire durer un peu les choses, et te parler de mes différents trimestres de grossesse dans trois articles bien séparés, comme l’ont fait de nombreuses Tribulettes. Mais non. Ma grossesse a été tellement… banale qu’en fait, il n’y aurait pas grand-chose à lire…

Mon premier trimestre

Alors que c’est souvent celui du « secret », ici, on en était bien loin ! Les collègues, mes amis, et la majeure partie de ma famille étaient au courant depuis le premier mois que « ça avait marché ». Nous avons juste attendu l’échographie des 12SA pour l’annoncer sur Facebook au « reste du monde », et recevoir les félicitations en bonne et due forme des superstitieux !

D’un point de vue santé et physique, ça a donné quoi, ce premier trimestre ?

Je dois te dire que durant toute cette attente avant la grossesse, je m’étais fait une image idéale de la femme enceinte. Celle qu’on voit à la télé, dans les magazines… tout en étant bien consciente que ce n’était pas une promenade de santé, et qu’il y avait donc de nombreux à-côtés. J’avais hâte de les vivre aussi, car ça rendrait concret ma future maternité. Moi qui suis sujette aux malaises et aux nausées, j’étais sûre que je serais très très sensible à ces symptômes. Comme en plus, je suis assez ronde, je comptais presque sur les nausées pour me faire perdre du poids lors de ce premier trimestre.

Eh bien non. Je n’ai pas eu UNE SEULE nausée de toute ma grossesse. Pas de dégoût particulier pour X ou Y aliment (de toute façon, entre la listériose et la toxoplasmose, j’étais très limitée dans mes possibilités alimentaires). Aucun inconfort, pas de douleurs aux seins, rien. Juste une ÉNORME fatigue. Et faim, tout le temps. Pendant trois mois, j’ai été un vrai bébé : je me réveillais, je mangeais, j’avais sommeil, je dormais, je me levais, j’avais faim, etc. Ça a été dur de tenir au travail sans faire la sieste !

Je passais mon temps à me caresser le ventre, ce qui faisait râler ma maman : « C’est bon, y’a rien, pour l’instant ! »

Et psychologiquement ?

Alors que dans mon parcours un peu acrobatique, il ne se déroulait pas une semaine sans que j’aille voir un docteur ou faire un prélèvement, depuis mon +, plus rien. Je me sentais complètement abandonnée, livrée à moi-même.

Jusqu’à ce que je reçoive l’appel d’une infirmière de l’hôpital Royal, qui m’a dit : « Ben ? On a reçu vos deux premières prises de sang, mais pas la troisième ! » Bravo Chaperon Rouge, qui ne lit pas les papiers jusqu’en bas : si les deux premiers prélèvements étaient positifs, il fallait confirmer avec un troisième une semaine après.

Je me suis dépêchée d’y retourner (youpiiii, mon taux grimpait tout à fait correctement !), et j’ai rappelé l’infirmière, qui m’a donné un rendez-vous pour une écho ! ENFIN, j’allais savoir…

J’y suis allée toute seule, et j’ai vu cette merveilleuse petite chose s’afficher sur l’écran :

coeur gif

La petite chose que tu vois scintiller en blanc au milieu de la tache noire, c’est le cœur de mon bébé ! Voilà, j’étais à 6SA, et je découvrais que l’embryon que je portais était déjà vivant… Ce clignotement m’a tiré des larmes, évidemment, et j’ai d’office baptisé mon bébé « la Lueur ». Pour ce scintillement, mais aussi pour l’espoir qu’il nous apportait.

Toute chamboulée par ces belles images, j’ai demandé si je pouvais être suivie dans ce même hôpital. Réponse : « Oui, bien sûr, mais à partir du troisième mois seulement ! » Euh… oui, et je fais quoi, en attendant ? « Vous allez voir votre gynéco, pour la déclaration de grossesse ! »

Bon, autant te dire qu’aller payer 85€ chez le Dr Géniale pour recevoir un papier, ça me gonflait un peu. Je suis allée voir mon médecin traitant, qui m’a fait ce fameux papier, et m’a prescrit les prises de sang pour la toxoplasmose et je ne sais plus quoi.

Puis, on a fait l’écho des 12SA, avec Mr Loup, et là, on a découvert ça :

20150603_093715

Déjà, on a été bêtement surpris par un truc : ça bougeait !! Oui, on est habitués à voir plein de photos de bébés à ce stade… mais pas à les voir nager, traverser l’écran, sursauter, taper du pied, etc. Bref. On était super émus, mais on souriait comme des perdus, on s’émerveillait du moindre morceau que nous montrait la sage-femme. Tout a été mesuré, et bilan : bébé en bonne santé, dans les normes, risques de trisomie minimes.

Bref, ce premier trimestre s’est passé comme sur des roulettes, et voici ce à quoi je ressemblais à ce moment-là :

FB3mois

Le deuxième trimestre

Wouhouuuuu, gros regain d’énergie ! Je ne ressentais plus un énorme besoin de dormir après manger… mais je me couchais entre 20h et 21h, parce que quand même, ça épuise, tout ça…

Les grandes vacances étaient là, et comme ma meilleure amie avait eu la bonne idée de tomber enceinte exactement en même temps que moi (oui oui, nous avions la même date de conception !), on en a profité pour partir en Bretagne et comparer nos ventres.

Les vacances avec deux femmes enceintes sur trois, ça n’a pas dû être facile pour ces messieurs : on ne pouvait pas manger n’importe quoi, on ne pouvait pas faire n’importe quelle activité (on se promenait sous les arbres pendant qu’ils faisaient les singes à l’accrobranche), et on ne pouvait pas traîner n’importe où (vu les risques de masque de grossesse, on limitait l’exposition au soleil !). Mais on a réussi à bien s’amuser quand même ! La sieste était plus simple à gérer pendant les vacances, et je me suis fait chouchouter par mon mari.

Ce deuxième trimestre a été l’occasion de voir mes vergetures s’étendre (j’en avais déjà suite à l’hystérosalpingographie), et donc de commencer le tartouillage intensif de beurre de karité matin et soir. Ça n’a pas changé grand-chose, mais qui sait ce que ça aurait donné sans ?

À part ça, AUCUN SOUCI ! J’ai vécu une grossesse é-pa-nouie ! Je ne compte plus le nombre de gens qui me trouvaient « radieuse », « lumineuse » et « en pleine forme ». Je lavais mes cheveux une fois par semaine (et encore, c’était juste pour qu’ils reprennent les boucles), ma peau était super, et je devais me couper les ongles très souvent tellement ils poussaient !

Ah si ! À 12SA + 2 jours, j’ai senti mon bébé bouger ! De petites vagues très discrètes qui sont devenues très rapidement des petits coups sur le côté. J’adorais ces moments-là ! Je m’arrêtais, fermais les yeux, et discutais dans ma tête avec mon bébé, les mains sur le ventre.

Dès le début du quatrième mois, j’ai commencé à perdre du colostrum. Pas abondamment, mais dès que j’ôtais mon soutien-gorge, je tachais mon pyjama… et ça n’allait pas s’arranger d’ici la fin de la grossesse !

Mon ventre s’arrondissait, je savourais mon reflet dans le miroir. Cerise sur le gâteau : je restais à + 3 kg sur la balance, alors que je n’avais pas franchement l’impression de me priver. Les sages-femmes me félicitaient !

Nous avons déménagé de Paris à la banlieue proche, afin de nous rapprocher de mes parents (et d’obtenir une pièce en plus !), et nous avons donc changé de maternité. J’ai aussi commencé les cours de préparation à l’accouchement.

2016-02-16_0001

FB6mois

On a appris à l’écho du cinquième mois que, comme prévu (et comme parié par environ 95% de notre entourage), la Lueur était une fille ! Et elle était belle, en plus. Mais bon, l’écho 3D est souvent obscure sans explications, donc je ne te la montrerai pas ici…

Le dernier trimestre

Alors que Monsieur Loup bouillait d’impatience à l’idée de voir débarquer son bébé chéri, moi, je freinais plutôt des quatre fers… Non pas que je ne voulais pas la voir, non pas que l’accouchement me faisait peur, non, c’était juste que… J’ADORAIS être enceinte ! Je ne voulais pas que ça se termiiiiiiine !!!

Mr Loup se pliait en douze à la moindre de mes volontés, ma maman était aux petits soins TOUT LE TEMPS, et en plus, les transports étant épuisants, j’ai été arrêtée avec quinze jours d’avance sur le congé pathologique. Je passais mes journées à coudre, tricoter, me promener, déjeuner avec mes parents, et bon, quand même, à faire à manger pour l’homme, qui rentrait fourbu le soir.

Le gros bémol : depuis le début du trimestre, j’avais d’horriiiiiiiibles remontées acides. Tout le temps. Seul remède efficace : boire du lait. J’en consommais presque un litre par jour. Mais vraiment, ça a été le seul désagrément que j’ai eu dans ma grossesse.

À ma dernière visite médicale, j’affichais un + 7 kg tout à fait honorable, mais j’inquiétais tout de même la sage-femme, à cause du petit poids de la Lueur : 2,8 kg prévus au terme. Surveillance de poids tous les quinze jours, youpi ! J’ai vu ma fille super souvent le dernier mois, du coup !

La valise pour la maternité ? Euh, non… ça attendrait !

La chambre de ma puce ? Bof… un mois avant sa date prévue de débarquement, elle n’avait qu’un lit et des cartons de fringues à disposition.

Les démarches administratives ? … Bon d’accord, il allait falloir s’y mettre ! Crèche, nounous, CPAM, ça a été le branle-bas de combat. Tout ça en dormant deux heures le matin après le p’tit dej’ et deux heures l’après-midi après le goûter (oui, les coups de pompe sont revenus au dernier trimestre).

J’ai fini par mettre un bon coup de collier, et après une visite chez le géant suédois et quelques derniers achats, ma valise était prête et la chambre de ma Lueur aussi ! Ouf ! Elle pouvait venir quand elle voulait !

Enfin, pas trop vite, quand même. J’avais un marché de Noël à honorer le 12 décembre, alors qu’elle devait arriver le 20… En fait, si elle voulait bien débarquer le 13, ce serait parfait !

2016-02-16_0002

Tous montages, gifs, photos : Créations personnelles

Et toi ? Comment s’est passée ta grossesse ? Tu étais aussi super épanouie ? Quels désagréments as-tu tout de même rencontrés ? Viens nous raconter !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Bretonne de cœur, Normande de racines, Parisienne d'adoption. Mariée à Monsieur Loup, mon prince Charmant, depuis juin 2012, et maman d'une petite Lueur depuis décembre 2015. Dessinatrice, fan de Disney, gamine dans l'âme, je suis une éternelle positive... et c'est pas toujours facile ! Tu peux désormais me retrouver sur www.bribesdevies.fr, et me suivre sur instagram @chaperonrouge_et_cie