Menu
A la une / Conseils

Sensibiliser les jeunes enfants à une ou plusieurs langues étrangères

Je ne vais pas te faire ici l’apologie de l’apprentissage des langues étrangères, pas plus que je ne vais faire une critique de l’enseignement des langues en France (j’aurais beaucoup à dire…).

Ce dont je veux te parler aujourd’hui, c’est des attentes que tu peux raisonnablement avoir concernant un apprentissage extensif d’une ou plusieurs langues étrangères à ton enfant. Je voudrais aussi te donner mes pistes pour le faire de manière intéressante.

Si je me permets de venir partager avec toi mes opinions à ce sujet, c’est que c’est un sujet sur lequel je me suis beaucoup penchée. Je suis professeur de français langue étrangère, et l’enseignement du français aux enfants est une de mes spécialités. Je l’ai fait dans beaucoup de contextes différents, avec des enfants ayant des profils variés. « Enseignement précoce du français » était aussi une de mes options de master, et j’ai beaucoup beaucoup lu par moi-même (notamment pour développer les cours de niveau maternelle, car ce n’est pas commun).

Ceci dit, je ne prétends pas tout savoir, ni que mes avis soient indiscutables (on peut donc en discuter dans les commentaires).

Alors, c’est trop facile pour un enfant d’apprendre une autre langue ?

« Un enfant apprend beaucoup plus vite une langue étrangère qu’un adulte » : c’est ce qu’on entend partout…
Est-ce que c’est vrai ? Je serais un peu plus nuancée.

Dans un apprentissage intensif, oui, les circuits neuronaux de l’enfant lui permettent d’assimiler beaucoup plus rapidement qu’un adulte. Mais dans un apprentissage extensif de, par exemple, une heure et demi par semaine de cours, je peux te certifier qu’un enfant avance bien moins vite qu’un adulte. Il va d’ailleurs beaucoup stagner.

L’enfant oublie très vite entre deux leçons, alors que l’adulte peut conceptualiser beaucoup plus facilement le fonctionnement de la langue et pratiquer entre deux cours. Ce qui fait que généralement, si tu souhaites donner des cours de langue étrangère à ton petit enfant, le résultat concret au bout de quelques mois peut te décevoir… Au début, on est tout content de l’entendre dire des choses en langue étrangère si rapidement. Et puis après, on se dit que vraiment, ça n’avance pas beaucoup, au-delà de l’apprentissage du lexique de base (couleurs, nombres, animaux, nourriture, famille…).

Est-ce que ça veut dire que ça ne vaut pas le coup d’inscrire ton enfant à un cours d’anglais, d’allemand, de chinois ou d’arabe ? Ce serait ironique pour moi de dire ça, sachant que je vends par ailleurs des cours de français pour des enfants non francophones. Ça peut être super intéressant pour les enfants de suivre ce type d’ateliers une fois par semaine dès le plus jeune âge.

Pourquoi ? J’y vois deux raisons principales :

  • Une raison d’oreille : le crible phonétique (c’est-à-dire, en gros, la passoire qui te fait entendre plus ou moins bien les sons) se spécialise avec l’âge. Un enfant peut donc entendre beaucoup plus de sons qu’un adulte, et les reproduire beaucoup plus facilement.
  • Une raison d’audace : la capacité à oser tenter de communiquer dans une langue étrangère nous manque bien souvent à nous, adultes. L’absence d’inhibition, fréquente chez le petit enfant, est un vrai plus pour l’apprentissage des langues. Ça peut donner confiance à l’adulte en devenir : l’enfant aura cette expérience positive d’avoir pu « être » en langue étrangère jeune, et aura donc plus de chances d’avoir une image positive de ses capacités à apprendre et à parler dans une autre langue, quelle qu’elle soit (à condition, bien sûr, que l’apprentissage précoce ait été vécu de manière positive).

S’y s’ajoute un autre effet kiss-cool : le développement de la flexibilité intellectuelle du cerveau. Les enfants ayant été exposés jeunes à une langue étrangère, même de manière peu soutenue, ont conscience bien plus rapidement du caractère arbitraire du signe (le mot « chien » n’a rien à voir avec ce qu’est un chien) et comprendraient mieux les mécanismes de référence, du type comparaisons et métaphores.

(Si cette question scientifique t’intéresse, je te conseille de lire la thèse de Frédéric Bablon : Apprentissage précoce d’une langue étrangère en milieu institutionnel, influence sur le développement cognitif de l’enfant et ses activités métalinguistiques.)

Et pourquoi pas une démarche d’éveil aux langues ?

Résumons : tu ne peux/veux pas proposer une situation de bilinguisme à ton enfant. (On m’a aussi posé des questions là-dessus et ça vaudrait un article… Il y a beaucoup de peurs, d’idées reçues. Je reviendrai sans doute une autre fois pour te parler de ça, donc.)

Mais tu as bien envie de sensibiliser son oreille à des sons différents, de développer ses circuits neuronaux propres à l’aire du langage, et de lui faire connaître une autre langue… Et si tu lui proposais un éveil aux langues/à la diversité linguistique ?

éveil aux langues

Crédits photo (creative commons) : artistlike

Qu’est-ce que c’est ? C’est la découverte active de l’existence d’autres langues, par des activités qui mettent les enfants en contact avec elles.

Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et de tout mélanger, mais de découvrir qu’il existe plusieurs langues. C’est faire prendre conscience aux enfants qu’on ne parle pas tous la même langue, qu’il y a différentes langues parlées dans le monde.

Pourquoi se contenter de leur en faire découvrir une, alors que de toute façon, ce n’est pas le peu de vocabulaire appris (et souvent vite oublié) qui leur apportera un vrai plus pour l’avenir ? Pourquoi ne pas voguer entre plusieurs univers linguistiques pour se familiariser avec cette vraie richesse ? C’est l’occasion de faire aussi de l’interculturel, de la géographie et de s’ouvrir à l’autre…

Comment faire découvrir à ton enfant une ou plusieurs langues ?

Bref, il y a beaucoup de blabla théorique dans cet article, mais toi, ce qui t’intéresse, ce sont sans doute des idées d’activités pour mettre tout ça en pratique. Alors voilà quelques pistes !

Découvrir des livres en langue étrangère

Il peut être intéressant de raconter (en faisant attention à sa prononciation : n’oublions pas que les enfants sont des éponges phonétiques) la même histoire dans plusieurs langues (Mimi la souris, Les Barbapapas, La chasse à l’ours… ils sont nombreux, les albums préférés des enfants qui sont traduits en plusieurs langues). Ou de raconter des histoires qui suivent le même principe, mais qui sont différentes suivant les langues, et de les comparer (un exemple : Roule Galette en français/The ginger breadman en anglais).

Lire des imagiers

Certains enfants aiment beaucoup les imagiers. Il en existe pour toutes les langues, et même des plurilingues. Et pourquoi ne pas créer le tien à partir de mots découverts par d’autres biais ?

Faire des jeux de société

Des jeux comme les 7 familles, le memory (en disant le mot ou la phrase en retournant la carte) ou le loto peuvent se jouer en langue étrangère, ou permettre de faire le rapprochement entre les différentes traductions d’un mot. (Je sais qu’il existe aussi des jeux sur tablette, mais je n’en ai pas testé personnellement.)

Regarder des vidéos, des dessins animés, etc.

C’est assez déconcertant de voir avec quel naturel les enfants peuvent regarder une vidéo en langue étrangère inconnue quand ils sont petits… Alors pourquoi ne pas en profiter ? Ça marche d’autant mieux si c’est son dessin animé préféré. Ou si les seules vidéos sur youtube parlant de son sujet préféré sont en langue étrangère (j’ai une amie dont le fils regarde de petites vidéos en russe parce que ça parle de tractopelles !).

Écouter/chanter des chansons ou des comptines

Les enfants n’ont pas de mal à répéter des choses qu’ils ne comprennent pas forcément si ça sonne bien. Alors pourquoi ne pas essayer en langue étrangère ? Avec des gestes, c’est encore mieux : ça donne un premier accès au sens.

Amener les langues étrangères dans le quotidien

Et si, en s’habillant, on s’amusait à dire les vêtements en langue étrangère ? Ou pourquoi ne pas faire une recette d’une autre culture et en profiter pour voir le vocabulaire ?

Participer à des ateliers

Il existe des écoles de langues qui font des initiations pour les enfants, parfois même très petits. Ce n’est pas toujours donné (parce que c’est un métier !), mais tu peux aussi essayer de voir s’il n’y a pas des associations dans ton coin, comme les comités de jumelage. Je me rappelle avoir appris petite mes premiers mots d’allemand en allant faire du bricolage, grâce au comité de jumelage de ma ville.

Mettre en place une correspondance

Une super expérience pour les plus grands !

Accueillir des étrangers chez soi

Invite ta voisine d’origine allemande à prendre le thé, et profites-en pour dérouiller un peu tes compétences dans sa langue. Inscris-toi sur CouchSurfing. Ou prends un(e) au pair… Parce qu’une langue, c’est avant tout un outil de communication réel, et que c’est important de le montrer aux enfants !

Partir à l’étranger

Et si tu prévoyais de petits weekends européens en famille ? Ou des vacances à l’étranger ? Après, il est facile de trouver des prétextes pour faire découvrir la langue à ton petit : jouer au parc avec les autres enfants, participer au club de plage, apprendre ensemble à dire bonjour, merci et au revoir quand on entre dans les magasins…

J’espère que tout ça t’aidera !

Mais attention, il y a une règle à respecter absolument selon moi : ça doit rester un amusement ! Ça ne sert à rien de forcer un enfant et de lui répéter : « C’est bon pour ton avenir ! » Il ne le comprendra pas, et en plus, il risque de se bloquer : le résultat sera donc totalement l’inverse de ce que tu espérais ! Si l’enfant se braque, on n’insiste pas. On pourra essayer de revenir dessus plus tard, par un autre biais.

De la même manière, si toi tu ne le sens pas, laisse tomber : c’est difficile de partager du plaisir autour de quelque chose quand on n’est pas à l’aise !

Alors, ça te tente, de faire découvrir des langues étrangères à ton enfant ? Ou pas du tout ? Tu le fais déjà ? Comment ? Raconte !

A propos de l’auteur

Maman d'une petite fille merveilleuse née en novembre 2017 et d'un petit garçon fantastique né en juillet 2019, j'habite aux Pays-Bas avec mon amoureux, j'ai été prof de FLE et directrice d'une école de langue que j'avais co-créée... Aujourd'hui, j'explore de nouveaux horizons et si tu veux continuer à me lire, ça se passe sur www.claire-schepers.com