Menu
A la une / Vie de maman

Un deuxième enfant : entre envie et raison

Il était une fois, mon histoire avec Madame Envie.

Quand Madame Envie arrive dans ma tête, ce n’est jamais de bonne augure pour mon entourage. Car je déteste contredire Madame Envie, et je fais tout pour la satisfaire, au risque d’être invivable pour mes proches. J’appelle ça « avoir des projets et être persévérante », mon mari appelle ça de la folie. Parce que des fois, ce sont de petites envies (chaussures ou pizzas), mais parfois, ce sont des envies plus importantes (mariage ou voiture).

Quand PetitePerle a eu 1 an, Madame Envie est arrivée avec l’idée d’un second bébé.

Envie d'un deuxième bébé

Crédits photo (creative commons) : Beverly

Au début, c’était une petite idée. Et au fur et à mesure, c’est devenu presque viscéral. Ma petite tête s’est mise à carburer à 100 à l’heure, à peser le pour et le contre ! STOP ! Je n’en ai même pas encore parlé au principal intéressé ! Mon mari est moins impulsif que moi, il va me raisonner et me dire que ce n’est pas le moment…

Sauf que pas du tout ! Il veut des enfants rapprochés ! Mais son discours et quand même plus mesuré que le mien : attendons encore un peu, profitons des moments avec PetitePerle qui est encore petite. Bon… d’accord. Je vais ronger mon frein et attendre que les mois passent. Madame Envie devra patienter, cette fois-ci.

Mais elle est tenace et têtue, Madame Envie. J’y pense et y repense, fais un état des lieux de ma vie actuelle en me projetant avec un petit bébé en plus de PetitePerle. Et je me mets à paniquer !

Madame Envie Vs Madame Angoisse

C’est alors que Madame Angoisse s’invite au banquet.

Tu dois te demander pourquoi je panique. J’ai déjà vécu une grossesse et un accouchement, alors je suis rodée, non ? Eh bien justement, c’est ça qui me fait peur. Pour moi, grossesse = nausées² + (fatigue x 2) + (dodo difficile x 4). Je n’ai clairement pas envie d’une nouvelle grossesse, j’ai peur de la fatigue et des nuits difficiles.

Et dans le même temps, je repense tendrement aux high-kicks coups de pied dans le ventre, aux émotions des échographies et des consultations chez mon gynéco. J’ai très envie de revivre ça à nouveau…

Mais Madame Angoisse rôde : elle me rappelle l’anxiété permanente que j’avais pendant ma grossesse (est-ce que bébé ne bouge pas moins que d’habitude ? Est-ce que je mange suffisamment pour deux ? – « Vous voyez, Monsieur le gynéco, c’est en se posant des questions existentielles comme celles-ci qu’on en vient à prendre vingt-et-un kilos… »).

L’accouchement me fait très peur, maintenant. Je ne suis pas rassurée à l’idée de me faire ouvrir comme un lapin à nouveau. Je n’ai pas envie de vivre encore la frustration de ne pas voir mon bébé à la naissance, de ne pas faire de peau à peau. Madame Angoisse fait plutôt bien son boulot, du coup.

Je serais comblée avec un petit bébé à m’occuper. Mais comment je vais y arriver avec PetitePerle ? Sera-t-elle jalouse ? Serai-je trop fatiguée ?

Je me pose tellement de questions ! Je suis nostalgique de l’insouciance de ma première envie de bébé avec mon mari, en mode : « Maintenant qu’on est mariés, on fait un enfant ? – Ok, ça me va ! »

Quand la raison s’en mêle

Madame Raison, celle qui détruit tes envies comme un château de cartes. Celle à qui tu fais confiance. Celle qui va te faire regretter de ne pas l’avoir écoutée (elle te chuchote : « Je te l’avais bien dit ! »). Ou celle à qui tu fais un gros f**k car Monsieur Instinct et Madame Folie sont avec toi.

J’ai choisi de l’écouter (pour le moment). Elle m’a rappelé que mon gynéco avait émis de grosses réserves quant à la possibilité de mener une grossesse à terme dans les deux ans suivant mon accouchement. + 1 pour cet argument.

Et puis, on vient d’acheter un appartement, et il n’a que deux chambres ! Il faudrait aménager le rez-de-chaussée en chambre pour pouvoir laisser la nôtre au futur bébé. Impossible financièrement pour le moment.

Et je viens d’avoir un nouveau travail. J’ai une période de stagiérisation dans mon nouveau grade pendant un an. Ce serait idiot de rallonger cette période avec un congé maternité.

De toute façon, PetitePerle n’est pas encore assez autonome. Attendons encore un peu.

Madame Raison me propose des arguments plutôt convaincants. Du moins pour le moment. Je sais que je ne pourrai pas laisser Madame Envie sur la touche bien longtemps.

Je me demande si, pour une fois, je dois arrêter de précipiter les choses. Je ne veux pas agir comme une enfant capricieuse qui veut sa poupée. Mais j’ai encore ce désir de porter la vie à nouveau, de découvrir mon bébé pour la première fois et de serrer ce tout petit corps fragile contre moi.

En vrai, j’ai peur qu’à attendre le « bon moment », Madame Envie fasse ses valises…

Et toi ? Ça joue à Vice-versa, dans ta tête ? Tu arrives à faire patienter ton envie d’enfant ? Comment t’y prends-tu ? Raconte !

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !