Menu
A la une / Témoignage

Fille ou garçon ?

Cette question, je me la suis posée comme beaucoup de futurs parents je pense. Il y a les futures mamans qui sont déçues du sexe de leur futur enfant, celles qui ont eu droit à des remarques parce que leurs 2 enfants sont du même sexe, celles qui voulaient une fille, celles qui ont peur d’avoir un garçon

Je veux une fille

Depuis toujours, les rares fois où j’imaginais avoir un bébé c’était forcément une fille. Je cherchais des prénoms de fille et jamais de garçon, je m’imaginais câliner une petite fille. Quand on s’est lancé dans les essais bébés, je n’envisageais pas d’avoir un garçon. Sans doute parce que je me suis beaucoup occupé de ma sœur quand elle était petite (nous avons 7 ans d’écart) et qu’inconsciemment c’était un « terrain connu » (pour tout te dire, Schtroumpfette est la première enfant face à qui je me suis retrouvée à 28 ans !)

Et non seulement je ne m’imaginais pas avoir un garçon mais je voulais vraiment une fille. Je sais que beaucoup de femmes ont leur préférence (ou pas), pour moi elle était claire. M. Chéridamour, bien qu’ayant déjà une fille, avouait également une très nette préférence pour un petite fille. Il faut dire que Schtroumpfette est tellement facile à vivre que nous avions envie de revivre la même chose. Pour l’un comme pour l’autre, cela nous semblait plus simple d’élever une fille, ça bouge moins et c’est plus sage (je te rassure de suite : j’ai depuis changé d’avis sur tout ça !). Je n’arrivais pas à m’imaginer jouer avec un garçon.

Quand nous avons commencé la PMA les choses ont bien entendu évolué. Avoir un enfant serait déjà une chance fabuleuse. Néanmoins et malgré tout, j’avais toujours cette petite préférence qui subsistait. Je ne l’avouais pas car cela me semblait être un caprice alors que les choses allaient être compliquées ne serait-ce que pour avoir un enfant. J’avais d’ailleurs décidé de me ranger à l’avis de M. Chéridamour de ne découvrir le sexe de l’enfant qu’au moment de l’accouchement pour qu’il n’y ait aucune déception ou regret, juste la magie de la découverte du sexe du bébé et la rencontre avec lui.

Crédits photo (creative commons) : Bess-Hamiti

Et maintenant ?

L’une des questions que les travailleurs sociaux nous ont posée au cours de l’agrément, c’est de savoir si nous avions une préférence pour une fille ou un garçon. Sache qu’avouer vouloir plutôt l’un ou l’autre sans justification autre que « je préfère » est assez mal vu et qu’il vaut mieux éviter que ce soit noté dans la notice. Pas interdit cependant mais cela compliquera certainement les choses pour la suite (et elles sont déjà assez compliquées en soi). Il faut argumenter, justifier, expliquer ce choix. Il y a évidemment des cas où c’est considéré comme plus « recevable » : l’exemple le plus parlant est celui d’une famille n’ayant que des garçons souhaitant adopter une fille.

Pour nous il n’y avait pas de préférence. Tu peux en douter au vu de ce que j’ai écrit plus haut mais c’est effectivement le cas. En fait j’irai même plus loin : je suis convaincue que c’est un garçon qui viendra compléter notre famille. C’est irrationnel je sais. Tout aussi irrationnel que penser que j’aurais eu une fille si j’étais tombée enceinte. En tout cas je me suis petit à petit fait à cette idée et elle est loin de me déplaire.

Pourquoi ce changement ? Tout d’abord, je suis devenue tata d’un garçon. Si j’ai eu du mal à trouver mes marques avec lui cela m’a fait réaliser qu’il était simple de s’en occuper. Les activités que l’on fait ensemble ne sont guère différentes de celles que je faisais avec Schtroumpfette et tout aussi motivantes. Ensuite, j’ai pu voir le lien privilégié de certaines mamans avec leur petit bout alors que la relation avec une fille peut-être conflictuelle. Le filleul de mon chéri par exemple a été très câlin avec sa maman jusque tard. Et voir ma belle-maman chouchoutée et choyée par ses grands fils est très émouvant.

Cela peut sembler idiot mais je pense également que c’est une manière de réellement faire le deuil d’un enfant biologique. L’enfant dont j’ai rêvé était une fille. Ma crainte est de projeter sur l’enfant qui va arriver mes désirs sans tenir compte de ce qu’il est vraiment. Peut-être aurais-je moins tendance à le faire si nous avons un petit gars ?

Tu dois te dire que je me prends bien la tête pour pas grand chose et c’est sans doute vrai. Ce qui est sûr c’est que garçon ou fille, cela m’importe réellement peu maintenant. Nous aimerons tout aussi fort l’un que l’autre. C’est ça le plus important bien au-delà de la question du sexe.

Par contre il y en a une qui a vraiment une préférence : Schtroumpfette ayant déjà des petits frères, elle rêve d’avoir enfin une petite sœur !

Et toi, as-tu une préférence ? Quels sont tes sentiments et tes envies vis à vis de cela ?

A propos de l’auteur

Coucou ! Moi c'est Mme Espoir. J'ai 37 ans, mon mari et moi sommes ensemble depuis 9 ans et je suis l'heureuse belle-maman d'une Schtroumpfette de 12 ans. Après des années de galère en PMA, mon mari et moi avons décidé de nous lancer dans l'adoption. La route est encore longue avant de devenir maman !