Menu
A la une / Vie de maman

C’est la fin du chapitre de Freesia

Mon cœur se serre. Je ne trouve pas les mots. Cette chronique m’est très compliquée à écrire. Depuis quelques jours, tout a été chamboulé, le couperet est tombé, inattendu : les blogs seront fermés au 31 mai.

Pourquoi ça me chamboule ?

Parce que ça fait longtemps qu’ils font partie de ma vie. Pour tout te dire, j’ai même un tatouage de freesias sur les côtes et la poitrine … De ma première visite sur Mademoiselle Dentelle en 2012, suite à un post partagé sur Facebook, à aujourd’hui, où je t’écris mes adieux, de nombreuses choses se sont passées…

Ça fait huit ans que les blogs font partie de mon quotidien, je les suis, je m’enthousiasme, m’insurge ou me questionne en même temps que les chroniqueuses. Je n’étais pourtant même pas fiancée au départ, j’aimais juste lire la plume de certaines, décomplexées, libres.

Puis, Madame Dentelle est arrivée et j’ai adoré. On y parlait de tout et cette fois, certains articles me parlaient à moi, personnellement. Puis, ils se sont scindés en deux : Sous Notre Toit et Dans Ma Tribu. Là encore, j’étais au rendez-vous, même sans avoir d’enfant ou être fiancée, toujours. Au Canada, c’était mon rituel matinal : j’ouvrais l’ordinateur pour la journée en lisant les 4 articles des blogs. Ah, j’en ai appris des choses !

En 2015, j’ai passé le cap, j’ai envoyé des témoignages sur SNT. Puis, je suis tombée enceinte et j’ai fait partie de la première fournée officielle de chroniqueuses en décembre 2015 (coucou Albertine, ma « copine de chambrée »).

Depuis 5 ans, j’ai écrits des dizaines et des dizaines d’articles par ici. J’ai commencé avec mon bébé surprise, ses implications. J’ai parlé de sérénité, d’impatience, de notre choix de ne pas savoir. J’ai couvé, j’ai accouché, j’ai allaité, j’ai endormi, j’ai occupé.

Je t’ai partagé mes doutes, mes espoirs, mes coups de gueule sur la violence envers les enfants ou les stéréotypes de genre. Je t’ai parlé déco, cuisine ou voyage. Je me suis livrée dans mes moments d’épuisements, de mon manque de sommeil et du raz-le-bol maternel. Je t’ai parlé dépression et sexualité. Je t’ai parlé amour, joie et sérénité. J’ai partagé mon budget et mes fêtes, qu’elles soient prénatales ou chrétiennes.

Je t’ai fait rire aussi, beaucoup je crois, que ce soit avec ma liste de cadeaux qui plaisent à tous les coups, ma rééducation du périnée grâce au pole-dance, de mes annonces de grossesse, du bordel dans mon salon ou de mon bébé gigot (article qui a quand même explosé mes stats il y a 3 ans!).

Je t’ai parlé lecture, de nombreuses fois. Je t’ai fait part de pas mal d’activités pour occuper les enfants. Je t’ai parlé Noël. Je t’ai parlé de ce que je crois, de ce que j’aime, ou pas.

Et tu as toujours été là.

Toujours.

C’est un déchirement de savoir que c’est la fin, qu’une décennie est passée. Que plus jamais je ne me connecterai à ce blog, que plus jamais je ne soumettrai un article ni ne répondrai à un de tes commentaires.

J’avais pourtant tant à raconter encore. Je voulais te parler d’allaitement long, de sevrage naturel, de mes dizaines de chroniques de littérature jeunesse, te donner des exemples de menus DME, parler de l’école, parler de mes interrogations sur la maternité, te faire des tutos pour occuper tes enfants ou t’expliquer les malformations rénales de Cookie, que j’avais juste ébauchées il y a de ça plus de trois ans. J’avais tant à partager encore. Et je sais que vous auriez été là. Encore. Toujours.

Deux petites photos de famille pour terminer mes chroniques sur le sujet … Vous ne pouvez pas savoir tout ce que vous avez pu m’apporter…

Alors merci.

Merci à Anne pour cette opportunité, pour la création de ces sites. Pour les sacrifices que tu as fait toutes ces années pour les garder en vie. Pour la vie que tu as insufflé dedans, pour ce monde de bisounours qui m’a tant apporté.

Merci à Gwen, notre merveilleuse rédactrice en chef, qui a toujours été patiente, bienveillante et transparente. Merci d’avoir répondu à des heures pas possibles, d’avoir fait milles changements, d’avoir gardé le cap quand tout était si difficile.

Merci à Camille, même si tu ne fais plus partie de l’équipe, je sais qu’une partie de toi restera par là, parce qu’en me recrutant, tu m’as permis de m’épanouir en tant que femme, que mère et qu’amie. Merci pour les milliers de messages que j’avais pu t’envoyer, mes doutes, mes questions …

Merci aux chroniqueuses qui sont devenues bien plus que de simples « collègues ». Je suis heureuse d’avoir partagé nos joies, nos peines, nos coups de gueule (parfois infondés), nos week-ends, nos anniversaires, nos équipes d’escape game, nos secret santa et autres paquets surprises, gratuits, juste pour faire plaisir. Merci aux chroniqueuses pour ces merveilleux moments. Je vous aime. Toutes. Énormément. Votre diversité est l’une des plus belles rencontres de ma vie. Notre groupe m’a comblé au fil des années. Ma porte vous sera toujours ouverte.

Merci aux premières chroniqueuses qui étaient là quand Albertine et moi avons débarqué (Mélimélanie, Madame D, Chaperon Rouge, Urbanie, Louna, Die Franzoesin, Mme Indécise, Lucette, Etoile et Madame Arwen). Vous nous avez accueillies comme des sœurs, vous nous avez laissé le temps d’être timides et réservées. Nous avons pu compté sur vous et ça signifiait tout pour moi.

Merci aux dizaines de chroniqueuses qui ont suivi le mouvement. Chacune d’entre vous a apporté sa pierre à l’édifice et qu’est-ce qu’il était beau notre édifice.

En écrivant cela, je pleure. Les larmes coulent car, peut-être qu’on ne s’en rendait pas compte vu de l’extérieur, mais les blogs ont été bien plus qu’un simple passe-temps. Ils m’ont véritablement aidé.

Et je vous remercie. Vous, lectrices. De votre bienveillance, de votre présence, à chaque article, de vos commentaires tous plus réfléchis les uns que les autres. J’ai eu l’occasion de bavarder avec quelques unes d’entre vous au cours des années. Ces échanges ont toujours été intéressants et garderont une place près de mon cœur pour toujours. Certaines se sont inquiétés, d’autres m’ont conseillés là où d’autres me remontaient le moral à grand renfort de blagues (parfois très nulles, il faut l’avouer, mais qu’est-ce que ça faisait du bien !). J’ai adoré vous lire, chaque jour. J’adorais savoir quelles remarques suscitaient un de mes articles car vous aviez raison, une bonne partie du temps.

Vous avez été géniales. Vraiment. Toutes autant que vous êtes.

Ne soyez pas tristes, ce chapitre se termine mais d’autres suivront.

Ce ne sera pas pareil, c’est sûr … Je fais d’ailleurs partie des chroniqueuses qui continuent l’aventure sur Bribes de Vies. Je m’occupe de la partie réseaux sociaux, avec la gestion d’Instagram. Cette idée me plaît, on continue, on lâche rien, on s’investit. Ce ne sera pas pareil bien sûr mais j’espère vous y retrouver parce que vous me manquerez.

Je continuerai d’être Freesia. Toujours. C’est « encré » en moi.

Prenez soin de vous.

Votre Freesia, tendrement vôtre.

Crédit photo : toutes photos personnelles

A propos de l’auteur

26 ans, mariée depuis quelques mois, en couple depuis six ans et maman d'un bébé chat et d'un bébé (plus si bébé) Cookie né en avril 2016, je suis prof de français pour migrants, optimiste, bordélique, passionnée de voyages, de contes, de cuisine et de tout ce que essayer de faire avec mes dix doigts, je fatigue (légèrement) mon entourage. Mais c'est souvent pour la bonne cause ! Pour me contacter : Instagram : @djawene Email : freesiabdv@gmail.com