Menu
A la une / Sélection culture

Confinés – mon histoire pour parler du confinement aux enfants

Bonjour, bonjour, me revoici par ici…

Oui, je sais, mon fils est à peine né dans mes chroniques et j’ai déserté mais ma vie a été quelque peu intense dernièrement, je reviens t’en parler bientôt (j’espère).

Si je réapparais aujourd’hui, c’est pour te parler de confinement – quelle originalité me diras-tu…

Un livre pour enfants sur le confinement ?

Comme tout le monde, mon quotidien est bien chamboulé par tout cela. Et celui de mes enfants aussi.

Si mon fils de 8 mois n’a pas l’air de se poser beaucoup de questions, ma fille de 2,5 ans, elle, a besoin d’explications. Et clairement, elle a besoin d’en parler souvent « crèche fermée. Personnes malades. Rester maison » redemande-t-elle régulièrement…

D’habitude, quand un sujet l’intéresse ou la perturbe, je trouve des livres sur la question pour pouvoir avoir des supports pour en parler et rassurer.

Mais un livre sur une situation aussi inédite, forcément, il n’y a pas.

J’ai donc décidé de l’écrire !

Quelle histoire écrire ?

Bon, en vrai, il y a déjà (j’ai cherché) de chouettes ressources pour parler du coronavirus aux enfants (comme là). Mais c’est beaucoup pour les enfants assez grands et ça se focalise sur le virus.

Je voulais écrire sur la vie quotidienne du confinement pour ma part.

Crédit photo : photo personnelle de mon salon en semaine 1.

Que dire du confinement aux enfants ? Quand les adultes se déchirent dans les discussions (entre le positivisme, les reproches, la mise en lumière d’une fracture), de quelle réalité voulais-je parler aux petits ?

J’ai décidé de mettre l’accent sur ce qui était important pour moi dans les histoires pour enfants, surtout pour les sujets difficiles :

  • Une aide pour mettre des mots sur les émotions… et clairement, ce n’est facile pour personne dans les familles de se retrouver à la maison, sans sortir, avec le (télé)travail en plus. Pouvoir dire ce que l’on ressent, c’est important
  • Une belle place à l’appropriation et l’imaginaire, là où finalement, on peut tous s’échapper un peu

Je voudrais aussi ajouter une précision (déformation professionnelle de spécialiste du français précoce) j’ai ajouté à tout cela un français précis, pas « d’enfant », parce que ça me tient vraiment à cœur de ne pas simplifier la langue pour les enfants. Ma petite astuce quand on lit une histoire avec des mots complexes pour l’enfant est d’expliquer ou de donner un synonyme seulement si besoin pour la compréhension de l’histoire ou si l’enfant le demande mais sans s’attarder sur chaque mot. Les enfants acceptent facilement de ne pas tout comprendre s’ils ont l’idée générale et souvent, ils aiment en fait découvrir par eux-mêmes par déduction ce que tel mot inconnu veut dire.

Par contre, je vous invite à commenter la situation, les images, parler de l’histoire si vous sentez vos enfants réceptifs. Le but de ma démarche est de proposer un support pour en parler avec ses enfants, discuter du pourquoi, du comment, de ce qu’ils ressentent, de ce que nous ressentons et de ce qu’on peut faire pour le vivre au mieux…

Après la première lecture avec ma fille, elle n’a rien dit… Mais je l’ai retrouvé 30 minutes plus tard dans sa « tour »! (D’ailleurs, vous pouvez partager sur les RS vos propres #aventuresdeconfinés – ça me ferait plaisir de les voir !)

Un récit illustré

Une histoire pour enfants, c’est bien… mais sans dessin, c’est un peu triste !

Je ne sais pas dessiner. Mais je connais des gens de talent.

J’ai donc demandé à Juliana Joly – illustration, qui a fait le dessin du faire-part de mon fils (à l’aquarelle, magnifique, je reviens te le montrer bientôt), si le projet l’intéressait.

Elle a lu ma première version de l’histoire, m’a dit qu’elle trouvait ça chouette et a proposé de faire des dessins relativement simples pour qu’on puisse avoir le produit final rapidement (c’est maintenant qu’on a besoin de cette histoire pas dans trois mois).

Et VOILÀ LE RÉSULTAT (clique sur l’image pour ouvrir le pdf) :

Clique également par ici pour télécharger l’histoire dans différentes langues :

Une histoire à la disposition de tous

Je t’offre donc mon histoire. Je me dis que ça peut t’aider.

Il suffit de la télécharger pour la lire sur une liseuse, un téléphone ou un ordinateur. Tu peux aussi l’imprimer – sur papier ou en format livre, c’est l’option que j’ai choisi pour que ma fille puisse le manipuler.

Si tu veux l’imprimer en haute qualité, tu peux m’écrire à claire.schepers@gmail.com et je me ferai un plaisir de te l’envoyer non compressé (format disponible ici).

La présentation est un peu artisanale mais je n’ai pas beaucoup de temps actuellement pour me mettre sérieusement à la mise en page et je voulais que ce soit disponible rapidement (encore une fois, on espère que ce n’est pas dans trois mois qu’on en aura besoin).

N’hésitez pas à partager avec d’autres parents et à me dire ce que tu en penses aussi.

Et bon courage à tous pour le confinement !

Ensemble, on peut le faire, prenez soin de vous !

A propos de l’auteur

Maman d'une petite fille merveilleuse née en novembre 2017 et d'un petit garçon fantastique né en juillet 2019, j'habite aux Pays-Bas avec mon amoureux, j'ai été prof de FLE et directrice d'une école de langue que j'avais co-créée... Aujourd'hui, j'explore de nouveaux horizons et si tu veux continuer à me lire, ça se passe sur www.claire-schepers.com