Menu
A la une / Vie de maman

J’allaite, deuxième round ! Bilan des 3 premiers mois.

Lors de mon premier allaitement, je n’étais pas venue te raconter comment ça s’était passé. Il faut dire que ça avait été très rapide. Moins de 3 semaines … J’étais mal conseillée, mal tout court, mon mari chéri n’était pas avec moi la semaine, mon chaton mignon faisait moins de 3kg et peinait à prendre du poids … Bref le combo parfait pour avoir la tête dans le guidon et foirer son allaitement.

Ce coup-ci, j’avais déjà ma première expérience + celle de toutes les autres mamans que j’ai croisé en 3 ans. L’expérience empirique est vraiment une des choses les plus précieuses du monde animal. On a cette faculté d’apprendre des autres. Alors j’ai ouvert bien grand mes oreilles, j’ai écouté les conseils, les astuces, j’ai lu aussi sur le sujet, et je me suis sentie prête à relever de nouveau le défi de l’allaitement.

Crédit photo : Le berceau des Lucioles

A la maternité

A la maternité j’ai pu mettre ma petite chouquette directement au sein. La tétée d’accueil s’est très bien passée.

Les premières 24h, elle a beaucoup dormi. J’avais les seins très congestionnés mais pas encore de montée de lait.

Rapidement j’ai eu très mal aux mamelons. J’ai fait vérifier ses freins de langue et de lèvres, aucun problème. J’ai regardé des vidéos de mise au sein. J’ai envoyé des photos de la position de sa bouche à mes copines allaitantes, pas de problème non plus. Maintenant avec le recul, j’en suis sûre, elle avait juste la bouche un peu petite et donc ne prenait pas suffisamment d’aréole dans sa bouche, du coup ça m’irritait le mamelon.

Pour ne pas démarrer sur des crevasses qui m’auraient découragées, j’ai choisi de protéger mes seins avec des embouts en silicone. Les premiers que j’avais acheté étaient bien trop gros pour la bouche de ma chouquette, ça n’a donc pas été un franc succès. J’ai donc continué à donner le sein sans embouts mais en serrant les dents.

De retour à la maison

De retour à la maison, une autre amie (c’est vraiment génial d’être bien entourée !) m’a prêté une paire d’embout plus petits. C’était parfait ! Chouquette a pu bien téter et moi j’ai pu arrêter de faire la grimace. Enfin, c’est ce que je croyais …

Mon pauvre sein gauche était toujours affreusement douloureux. Et la montée de lait n’a pas aidé. J’avais qu’une envie, me balader les seins à l’air mais ils fuyaient à tout va, j’étais donc obligée de porter un soutien gorge avec des coussinets pour ne pas finir trempée.

J’ai fini par trouver le problème un peu par hasard. Il a fallu que j’aille à la pharmacie prendre des nouveaux embouts mais ils n’avaient plus du S, j’ai donc pris du M. Et il s’est avéré que le M m’allait vraiment mieux sur le gauche. Je ne suis donc pas symétrique des mamelons 😀

Mes seins ont commencé à faire moins mal et les tétées devenaient plus agréables que calvaire (oui parce que quand tu verses des larmes de douleurs, c’est un peu le calvaire hein …).

Vers 2 mois et demi, j’ai tenté de donner le sein sans les embouts et après quelques tâtonnement, elle a vite compris comment faire. A partir de là, tout a été beaucoup plus facile, surtout pour les sorties !! Mon seul « problème » était mon chaton mignon pot de colle !!!!!! A chaque tétée, je suis sûre qu’il va venir squatter mes jambes ou faire des grooooos câlins (trop gros) à la tête de sa sœur. C’est mignon hein, mais avec les hormones, j’étais un peu en mode louve et c’était très dur pour moi de l’avoir là tout près de mon bébé allaité. Une sensation vraiment étrange.

Crédit photo : personnel

Mes nouveaux meilleurs amis

  • les soutiens gorge

Déjà pendant la grossesse je n’arrivais plus à supporter les soutiens gorge mais alors là, avec la montée de lait… L’horreur !! D’ailleurs je ne savais même plus quelle taille je faisais puisque je ne mettais plus rien depuis 6 mois. Je suis donc allée refaire un petit stock en magasin et j’avais des critères bien précis.

Pas d’armatures, of course !! Pas de trou pour le mamelon, je trouve que c’est toujours très mal coupé et placé, et donc une horreur quand bébé est pressé de choper ton sein. Pas de coque parce que c’est pas pratique non plus pour dégainer. Et pas trop englobant parce que bon on est en été, j’ai pas envie de porter des cols roulés.

  • les coussinets d’allaitement

T’ais-je déjà mentionner que je FUYAIS A MORT ? Bon ben voilà, maintenant tu sais et tu vois ! Les coussinets étaient indispensables. Et malgré mon amour pour le 0 déchet, je n’ai jamais supporté les lavables … Les fibres de coton se collaient à mon sein déjà endolori et c’était très désagréable alors qu’avec les jetables aucun problème.

Crédit photo : personnel

  • le coussin d’allaitement

Ou n’importe quel gros coussin pour caler mes bras et mon dos durant les longues session d’allaitement. Sans ça, bonjour les tendinites !

  • les langes, beaucoup de langes

Ben oui je fuis mais ma chouquette aussi donc il fallait bien de quoi éponger tout ça. Mais aussi un plus grand pour allaiter un peu plus discrètement dans les lieux publics, surtout aux débuts où chouquette ne prenait pas forcément le sein du premier coup.

  • les hauts échancrés et les chemises

Dans l’idée de dégainer vite pour que bébé ne se transforme pas en kraken et pour être à l’aise tout simplement parce que tu n’auras pas forcément envie de soulever ton tshirt sur ton ventre encore tout plissé/mou/chelou de l’après grossesse. J’ai donc fait du tri dans ma penderie entre ce que je pouvais mettre et ce que je mettrai l’été prochain seulement. J’ai aussi racheté quelques pièces (pas forcément estampillées allaitement, voire pas du tout) en traquant les décolletés et matières adéquates pour sortir un sein en toute discrétion.

  • de quoi hydrater

Les crèmes et huiles hydratantes neutres : beurre de karité, huile de coco ou lanoline pour moi. A laisser poser sur les mamelons mis à rude épreuve avec du cellophane > magique !

Crédit photo : personnel

Et voilà ! J’ai réussi à passer le 1er cap que je m’étais fixée, à savoir atteindre les 3 mois d’allaitement exclusif. Prochain cap : survivre au fameux pic de croissance des 3 mois et aller jusqu’aux 6 mois de la chouquette.

En attendant je suis réellement heureuse de ce début d’aventure. C’est tellement pratique en balade de ne pas avoir à gérer le stock de lait !

Et toi tu t’étais fixée des étapes pour l’allaitement ? Tu as trouvé ça dur ou plutôt facile ?

A propos de l’auteur

Je suis l'heureuse maman trentenaire de 2 beaux enfants. Chaton mignon né avec un peu d'avance en 2013 et Petite chouquette née en 2017. Je me suis mariée avec M. Biologie en 2014 et on a acheté une maison avec des menus travaux en 2015. J'ai la joie d'exercer un métier passion à mon compte depuis 2012. Nos vies ne sont pas de tout repos, mais je me sens bien dans cette petite famille de fous. Pour le reste, je te laisse en apprendre plus dans les articles !