Menu
A la une / Vie de maman

Je suis née pour être maman

6h40. Gustave se réveille. Des fois on a de la chance, il fait une grasse matinée jusqu’à 7h30 et on peut se payer le luxe de se préparer entre adulte et donc rapidement. Mais aujourd’hui non. Je vais avoir un grand bébé (15 mois) collé en permanence à mes basques.

7h40. Arrivée d’Alphonse et Ernestine. Je suis déjà à la bourre : je suis censée partir à 7h45. Mais mes deux grands ne veulent que maman pour préparer leur biberon, les habiller… je cède. Je suis maintenant franchement en retard.

17h45. Je récupère Gustave et Ernestine à la crèche. Gustave hurle dès que je le pose par terre. Pourtant, il le faut bien pour mettre les chaussures d’Ernestine. Cette dernière hurle également. Elle ne veut pas enlever ses chaussons. Je me fâche et les lui enlève de force. Elle hurle de plus belle. Elle voulait enlever ses chaussons toute seule. Je ferme les yeux et respire. La soirée ne fait que commencer.

18h. Nous retrouvons Alphonse. Il essaye de faire un bisou à Ernestine. Elle hurle. Un câlin à Gustave, il hurle. Lui, ça le fait rire, alors il insiste. Et puis il fait le geste de trop. Un peu trop brusque. Ou ses cadets sont un peu trop lestes. Il se cogne. Ou il tombe. Alors lui aussi pleure à chaudes larmes. Il est vexé. C’est dur de comprendre ses limites, surtout quand elles sont différentes de celles des copains.

18h30. Un bon bain chaud pour calmer tout le monde. Mais les 3 ensemble ne font pas toujours bon ménage. Qui a mis de l’eau dans les yeux de Gustave ?!

18h45. J’ai 3 gnomes tout nus (dont un qui est loin d’être propre) très récalcitrants à l’idée de se mettre en pyjama. La chasse commence.

19h. 20 minutes de tablette pour Alphonse et Ernestine. Je souffle. ça m’embête de transformer ça en habitude, mais Caillou ne peut pas leur faire beaucoup de mal, et il me fait beaucoup de bien à moi. Je peux faire la vaisselle du matin, lancer la lessive et préparer le repas. Je ne vais pas m’en priver !

19h15. Papa à la rescousse ! Que je suis heureuse de voir mon mari rentrer !

19h30. A table ! « Je suis trop fatigué pour manger moi » Non, mon chéri, ce n’est pas parce que le menu ne te plaît pas que tu es tout d’un coup épuisé. « Je veux manger avec mes doudous » Non plus. « Je peux manger que du reblochon et du chocolat ??? » Au moins, Gustave mange bien. Ah non. Ce soir, lui est vraiment trop fatigué et c’est très compliqué.

20h. Gustave au dodo. Plus que 2 !

20h05. Brossage des dents, petit pipi, grosse histoire.

20h30. Dodo ! Alphonse se couche sans faire trop d’histoire. Ernestine saute partout. On la prend 30 minutes avec nous dans le salon pour que son frère puisse s’endormir tranquillement.

21h. En fait Alphonse n’est pas si fatigué que ça. Il ne dort toujours pas ! Mais Ernestine se couche quand même. 21h à 3 ans, c’est bien assez tard.

21h10. « Je veux de l’eau !!!!!!!!!!!! »

23h. Ernestine ne dort toujours pas. « Encore de l’eau ! » « Maman, je veux un câlin ! » Toutes les excuses sont bonnes. Je rêve de 20 minutes pour moi pour lire tranquillement, ou juste prendre le temps de discuter de façon posée avec mon mari.

Avoue, mon quotidien te fait rêver non ?!

Crédit photo : pxhere

Je t’accorde que j’ai un peu forci le trait. Des journées aussi noires, il y en a peu. Mais les journées grises sont légion. Parfois, je me demande ce qui nous a pris de nous lancer dans cette grande aventure de la parentalité. Trois fois en plus. C’est vrai que s’ils n’étaient pas là, il y a plein de choses que j’aurais faites et ferais encore.

Mais surtout s’il n’était pas là, je crois que je serais très malheureuse et chercherais un sens à ma vie. Alors que là, avec mes trois monstres, il n’y a pas un jour que je passe sans sentir mon cœur se remplir d’amour. Alors oui, j’ai des cernes et du bide, les we à l’improviste font partie d’une autre dimension et les grasses mat’ n’existent plus. Mais je ne regrette rien.

J’adore sentir leurs petites mains dans les miennes. J’adore voir leur bouche esquisser des sourires espiègles. J’adore leurs petits mots si tendres et si naïfs. J’adore les sentir se blottir tout contre moi quand je les retrouve le soir. Et je m’émerveille chaque jour de leurs progrès, leur cheminement qui leur permettent de devenir les adultes qui seront demain.

Alors, élever des enfants, c’est comment ? Epuisant ? Souvent. Frustrant ? Parfois. Ils nous poussent à nous dépasser. Ils nous forcent à nous requestionner en permanence. Mais pour autant, je n’ai pas l’impression que ce soit difficile. Je me sens à ma place, en paix avec moi-même. Et j’ai le sentiment que je suis née pour être leur maman.

Crédit photo : pxhere

 

Et toi ? Comment vis-tu ton rôle de maman ?

A propos de l’auteur

Je suis maman d'un "grand" garçon (6 ans) qui a combattu un cancer à l'aube de ses 4 ans, d'une petite fille (4 ans) et d'un petit garçon (2 ans). Grande lectrice, amatrice de cinéma adorant voyager, j'ai mis beaucoup de choses entre parenthèses pour me consacrer à mes petits monstres !