Menu
A la une / Témoignage

La fertilité et moi

Sur la blogosphère on parle souvent de problème de fertilité.

Fertilité absente ou bien trop présente. On en parle souvent pour le côté négatif.

Moi même j’en ai déjà parlé en disant que je ne voulais plus que ma fertilité fasse partie de ma vie.

Radical non?

Alors non je ne viens pas t’annoncer que je reviens sur ma décision. Je pense toujours que notre vie à quatre est parfaite. J’ai rarement été si heureuse dans ma vie (et au cas ou l’idée saugrenue d’un troisième m’effleurait l’esprit mes deux tornades me rappellent pourquoi c’est la pire idée du siècle).

Non c’est plus que depuis quelques temps je me pose beaucoup de questions sur la fertilité.

Une phrase anodine en entretien d’embauche

Pendant que j’étais enceinte de Petit Excité, suite à de gros soucis dans mon travail, j’ai passée des entretiens d’embauche pour ne pas avoir à retourner dans mon poste actuel une fois le congés maternité terminé.

Je me suis donc pointé avec mon ventre de femme enceinte de huit mois à des entretiens (et j’en ai fait juste après la naissance donc je prenais les rendez-vous en mentionnant que je devais voir avec mon assistante maternelle pour garder mon bébé tout neuf).

Durant les entretiens la question des enfants arrivait forcément étant donné ma situation particulière.

Et il y a eu cet entretien. Quatre jours avant que j’accouche. La recruteuse me demande si tout se passe bien et si c’est le premier. On commence à en discuter (on attendait pour le deuxième entretien) et je lui dis tout naturellement : « Je veux pouvoir profiter de mon diplôme et avoir une « carrière » qui me convienne donc je me suis dépêchée de faire mes enfants ».

Elle m’a regardée avec un sourire en demi-teinte et m’a répondu « C’est surtout que vous avez pu le faire ».

Cette phrase ça fait plus de 9 mois que je l’ai entendu et pourtant elle résonne encore en mois.

J’ai pu.

Crédit Photo: Morgan888 (Creative Commons)

L’entourage

Alors oui il y a pleins de raisons pour lesquelles les gens n’ont pas deux enfants avant leurs 30 ans.

Par choix, ou non.

Effectivement on a été rapide avec Monsieur Génial et 18 mois entre les deux c’est court on le sait.

Mais au final malgré mon accident de parcours on n’a pas vraiment eu de soucis et nos deux enfants ont été conçu sans trop de problèmes (oui ok mes grossesses ne sont pas terribles mais bon ce n’est pas non plus la fin du monde c’est juste 8 mois à passer).

Et j’ai de plus en plus l’impression d’être l’exception à la règle.

Je croise de plus en plus de couples qui ont du mal à avoir des enfants (voir qui n’ont pas pu du tout et ont abandonné).

Alors je pourrais très bien laisser couler. Ne pas m’intéresser. Ne pas essayer de soutenir ces couples.

Mais je n’y arrive pas.

Pendant huit mois mon ventre a hurlé « bébé » après ma GEU.

Ce cri du ventre diffusait dans tout mon corps.

Ça m’empêchait de réfléchir, de dormir, d’avancer.

Et quand je parle a ces couples qui ne confient qu’un petit bout de leur parcours cette voix se remet à crier.

Pas pour moi mais pour eux.

Se sentir inutile

Et ça me met tellement en colère.

Je croise tellement de gens qui feraient des parents merveilleux et qui ont de l’amour à revendre.

Pourquoi moi j’y ai eu le droit et pas eux?

Comment je peux les aider?

J’ai réfléchi sérieusement à donner des ovocytes mais ça met Monsieur Génial très mal à l’aise et je ne veux pas le faire sans son accord. Peut être que quand nos enfants seront plus grands, il sera moins réticent (il a peur que nos fils puissent tomber sur la moitié de leur patrimoine génétique et en tomber amoureux. Peut être qu’avec un écart plus important j’arriverai à le rassurer la dessus).

Alors j’ai décidé.

Pour le moment avec les enfants je n’ai pas le temps, mais dès qu’ils seront un peu plus autonomes (dans maximum cinq ans), je m’engagerai dans une association.

Je n’ai finalement pas grand chose à offrir à par mon soutient.

Alors pour le moment je soutiens mon entourage en essayant de les aider avec le peu d’infos que j’ai et dès que j’aurai le temps pour faire plus je proposerai mon aide aux associations que j’ai déjà repéré. En attendant de pouvoir peut être un jour faire plus.

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !