Menu
A la une / Récit de grossesse

La grossesse, une question de poids !

Je vais commencer par te situer le contexte. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu quelques petits complexes liés à ma silhouette (mais qui n’en a pas, me diras tu). Je trouve mes cuisses et fesses bien trop imposantes, ma poitrine ridiculement petite et mon ventre n’a jamais été de ceux que tu peux exhiber fièrement sur la plage. Pourtant, si je regarde certaines photos de mon adolescence, je me trouve affreusement maigre.

Les années ayant passé, les soucis s’étant ajoutés à l’équation, j’ai assez fortement grossi. Et puis un jour, sans m’en rendre vraiment compte, j’ai atteint un joli +10 kg tout rond à mon poids de forme (celui dans le lequel, je me trouve pas trop mal). L’année de mon mariage, j’ai fait énormément d’efforts afin de me sentir à l’aise lorsque que je me verrais en photos. Mais ces bonnes résolutions sont parties en fumée une fois le mariage passé. Sans vouloir me justifier, j’avais quelques raisons d’être déprimée entre un boulot qui ne plaisait plus et un licenciement au dessus de la tête.

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

Finalement, j’ai changé de boulot au début de l’année dernière et je me suis dis que cela finirait pas aller mieux au niveau du poids. Et bien non, ce n’est pas miraculeux, si je ne fais pas d’efforts, rien ne change (tu le crois ça ?). J’ai donc décidé de retourner voir la diététicienne qui m’avait bien aidé lors de la préparation de mon mariage. J’y allais pleine de bonne volonté et ultra motivée.

Quand la grossesse s’en mêle

Oui mais voilà, au premier rendez-vous, j’étais déjà enceinte. Et quand tu démarres à +10 kg de ce que tu aimerais, ton suivi mensuel de grossesse tourne à la torture psychologique. La pesée mensuelle ou juste le fait de devoir dire mon poids, me pose un petit problème. Et ce n’est pas comme si c’était rare. A chaque fois que l’on me demande mon poids, j’ai un moment de gêne et de panique.

Comme je te le disais, mon ventre n’a jamais fait pâlir d’envie qui que ce soit. Et comme ma poitrine est inexistante, on peut dire qu’il ressort forcément. Aussi, quand mon ventre a commencé à s’arrondir, je n’ai vu que ça ! Bizarrement, ma poitrine n’a pas suivi la même courbe de croissance, elle !

Au final, je me sens ÉNORME ! Mon bidou, certes adorable, me file des complexes quand je vois mes copines enceintes avec des échéances plus ou moins proches de la mienne. Et pourtant grâce au suivi de ma diététicienne et à celui de la maternité, je sais que le premier trimestre a été négatif en terme de poids (le rééquilibrage alimentaire cela a eu du bon) et à l’heure actuelle, j’affiche une prise de poids tout à fait modérée.

Quand tu deviens complètement irrationnelle

Au début de mon deuxième trimestre, ma diététicienne m’a annoncé que j’étais censée prendre entre 3 et 5 kg sur les trois prochains mois, j’ai fait le calcul dans ma tête et j’ai pris peur ! Je serais dans la dizaine supérieure, à un poids que je ne pensais jamais atteindre et qui clairement, ne me fait pas envie. J’ai beaucoup de mal à accepter les remarques sur mon ventre (non, il n’y en a pas deux, j’en suis sûre) et j’ai autant de difficultés à accepter les compliments.

Du coup, je me pèse toutes les semaines et je peux te l’avouer, je suis soulagée de constater que mon poids ne suit pas une courbe exponentielle. Pire, je suis fière d’être félicitée à la maternité pour ma prise de poids raisonnable.

J’ai vraiment peur pour l’après grossesse, au moment où il faudra les perdre. Je ne sais pas si j’en serais capable et si j’arriverai à me faire à cette nouvelle image de moi-même. Car j’ai bien conscience que mon corps ne sera plus jamais le même.

Je sais bien que cela peut paraître un peu futile comme chronique. Je suis loin d’être en surpoids, mais psychologiquement, je ne m’étais pas suffisamment préparée.

Quand la culpabilité s’ajoute à l’équation

À tout cela, s’est rajouté une certaine culpabilité lors de l’échographie du deuxième trimestre. Mon bébé est vraiment dans le bas des courbes. Je n’arrive pas à m’enlever de la tête que ce problème avec mon image, en est sans doute la raison principale. J’espère que cela va m’aider à mieux accepter cette nouvelle silhouette et à l’apprivoiser. Ceci dit, il me reste encore quelques mois pour m’y faire ! Après, j’aurais sans doute d’autres choses plus essentielles à gérer.

Je vais quand même te rassurer, je ne m’affame pas. Je mange globalement ce que je veux et craque de temps en temps pour des petits plaisirs sucrés. Et puis, j’ai aussi la chance d’avoir un mari prévenant qui me dit régulièrement qu’il me trouve belle. Quand je me sens vraiment mal, il me suffit de toucher mon gros bidon et de sentir mon bébé pour retrouver le sourire. Au final, cela vaut bien la peine de prendre quelques kilos.

Crédits photo : Photo personnelle

Et toi ? Tu appréhendes également ta prise de poids ? Est-ce que tu t’étais préparé aux changement physiques de la grossesse ? Peut être que tu es totalement épanouie par ta grossesse, viens me raconter !

A propos de l’auteur

Je suis une jeune femme trentenaire, mariée qui vit à Paris par nécessité professionnelle. Depuis juin 2017, je suis la maman comblée d'une adorable petite fille. Je suis quelqu'un de dynamique (mais pas pour le sport). J'aime les séries télé surtout américaines (même les plus débiles), la lecture, les mangas, la musique sous toutes ses formes (et là encore même les plus débiles !) et les jeux de société.