Menu
A la une / Vie de maman

La rentrée en maternelle de Princesse


Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Ça y est.

Définitivement, Princesse n’est plus un bébé.

Elle est rentrée à l’école.

Elle est partie pour une vingtaine d’années d’école. (Je la vois au moins médecin ou avocat ! C’est pas mal, ça.)

Tu te souviens, je t’avais expliqué qu’une des raisons qui m’avaient poussée à faire déclencher mon accouchement était cette rentrée scolaire. Car si elle était née quelques jours plus tard, l’école aurait été pour l’année prochaine. C’est maintenant qu’on va voir si je n’ai pas fait une grosse bêtise.

Mais avant, je te donne le contexte « social » de Princesse.

Son mode de garde de la naissance à la maternelle

Je l’ai gardée à la maison avec moi de sa naissance à ses 9 mois. Puis en septembre 2014, Princesse est rentrée en crèche familiale.

FullSizeRender

Crédits photo : Photo personnelle

Premier jour de crèche

Une crèche familiale, qu’est-ce que c’est ?

C’est une crèche gérée par la mairie. L’enfant est « attribué » à une assistante maternelle jusqu’à sa scolarité (ou jusqu’à ce qu’on le retire de la crèche). L’inconvénient par rapport à une assistante maternelle que tu trouves toi-même, c’est que tu n’as pas le choix de la personne. C’est la mairie, en fonction des disponibilités, qui choisit. On a eu énormément de chance, car nous sommes tombés sur une perle.

Cette assmat, Tata Mimi, a gardé Princesse chez elle pendant un an environ, avec une autre petite fille qui avait cinq mois de plus et un petit garçon qui avait un an de plus. Oui, elles gardent seulement trois enfants : comme ça, quand une assmat est en congé ou malade, les enfants peuvent être gardés par une autre. C’est arrivé plusieurs fois quand Tata Mimi était en congé. Ce fonctionnement est très pratique pour nous les parents. Quant aux enfants, dans la mesure du possible, la mairie essaie de les laisser ensemble ou de les placer chez des assmats qu’ils connaissent.

L’année des 2 ans de Princesse, nous avons commencé le jardin d’éveil. Mis en place par la mairie, le jardin accueille les enfants la dernière année avant la maternelle dans un lieu type crèche en petit comité (une dizaine d’enfants) deux demi-journées par semaine pour faire des activités. Ce système est très intéressant, car il permet aux enfants d’apprendre à vivre en communauté et prépare doucement à la maternelle.

Notre contrat s’est terminé fin juillet 2016. J’ai eu du mal à ne pas pleurer en disant au revoir à Tata Mimi et à son mari. Pareil de leur côté. Nous espérons les revoir à l’occasion et regrettons sincèrement de déménager et de ne pas pouvoir lui confier notre deuxième bébé lorsque celui-ci arrivera.

Pour le mois d’août, nous sommes partis en vacances en famille deux semaines, puis mon mari a pris une semaine pour garder Princesse à la maison. Mais après ces vacances, la rentrée scolaire n’était que dans une semaine et demi, et nous devions bien reprendre le travail…

Le centre de loisirs

Nous avons donc inscrit Princesse au centre de loisirs pour la fin des vacances. Puisque de toute façon, elle devrait y aller tous les soirs et les mercredis après-midi, autant qu’elle découvre les lieux et les animateurs de suite.

Mais elle avait beau avoir fait une visite et passé une après-midi là-bas au mois de juin, le choc a été rude. Nous lui en avions beaucoup parlé en amont, mais les premiers jours ont tout de même été difficiles… Sûrement autant pour nous que pour elle.

Est-ce que les trois semaines de vacances avec nous n’ont pas été de trop ? Est-ce qu’elle n’était finalement pas trop jeune ? Est-ce que les animateurs étaient réellement compétents pour s’occuper d’enfants si jeunes ? (Je ne remets pas le travail des animateurs en question, mais plutôt le système. Après tout, j’ai moi-même un BAFA et j’ai aussi travaillé dans des centres de loisirs avec des tout-petits, et maintenant que je suis passée de l’autre coté de la barrière, que je suis mère, je comprends mieux le stress des parents…)

Princesse est passée d’un cadre avec beaucoup d’assistantes maternelles autour d’elle pour répondre à ses besoins individuels à une équipe d’animateurs avec beaucoup (trop) d’enfants déboussolés à gérer. Alors oui, Princesse était propre depuis quelques semaines, mais je n’avais pas imaginé qu’ils l’enverraient seule aux toilettes…

J’ai eu beaucoup de mal à faire face à ce changement. À voir Princesse hurler tous les matins car elle ne voulait pas que je la laisse. À accepter que dans la journée, on ne lui mettrait pas de crème solaire, on ne l’accompagnerait pas aux toilettes, que je ne saurais pas à la fin de la journée si elle avait bien mangé ou bien dormi… À récupérer Princesse le soir qui pleurait en courant dans mes bras… À la voir si fatiguée et énervée le soir…

Je savais que ça s’améliorerait avec le temps, mais ça a tout de même été un choc.

La rentrée

De la même manière, au mois de juin dernier, Princesse avait passé une matinée à l’école pour découvrir les lieux. Depuis, elle n’arrêtait pas de demander à y aller.

J’avais acheté une jolie petite tenue pour l’occasion. (D’ailleurs, j’en profite pour te donner un conseil : marque chaque vêtement de ton enfant. J’ai retrouvé le gilet de Princesse par hasard sur un meuble en partant du centre de loisirs un soir.)

IMG_9563

Crédits photo : Photo personnelle

Premier jour d’école

Finalement, comme on s’y attendait, ça a été très dur. Elle a beaucoup pleuré et refusé de quitter nos bras. J’ai eu de grosses difficultés à ne pas pleurer devant elle. Au bout d’une demi-heure, la maîtresse a commencé à mettre gentiment les parents dehors. De toute façon, ça ne s’arrangerait pas tant que nous serions là. Je me suis fait consoler par une autre maman dans le couloir. Il faut dire que c’était vraiment dur.

Le deuxième jour a été pire. Cette fois, ce n’étaient pas cinq ou six enfants dans la classe qui pleuraient, mais quasi la totalité. Du coup, ça a aussi été dur. D’autant plus que cette fois, la maîtresse ne nous a pas fait rentrer dans la classe. Elle prenait elle-même les enfants (voire nous les arrachait des bras). Je sais pourtant qu’elle avait complètement raison.

Le lundi a été moins pénible à vivre. Princesse n’a pas pleuré. Je voyais qu’elle en était à deux doigts, mais elle s’est retenue.

Finalement, en quelques jours, elle a arrêté de pleurer le matin. Mais quand je la récupérais le soir, elle me racontait qu’elle pleurait un peu à l’école.

Au cours du mois de septembre, j’ai réussi à alpaguer un animateur pour lui demander s’il savait comment ça se passait pour Princesse. Comme ils sont souvent à l’école pour les recréations et les repas, il a pu me faire de petits comptes-rendus réguliers sur le comportement de Princesse. Et c’était très rassurant.

Il y a eu une phase de rechute en octobre. En effet, pas de bol, Princesse a été malade (un beau rhume avec de la fièvre), donc elle a passé quelques jours avec sa grand-mère. Comment te dire ? Après, elle n’avait plus du tout envie de retourner à l’école…

Plus tard, nous avons aussi eu droit à l’appel en urgence : « Oui, bonjour Madame, il y a un enfant avec un vélo qui vient de rouler sur la main de votre fille. Le doigt est tout bleu et tout gonflé, il faudrait que vous veniez la chercher pour faire une radio. » Bon, plus de peur que de mal : le doigt a dégonflé et repris une couleur normale en quelques heures.

Mais depuis, elle n’est plus trop partante pour aller à l’école. Mon mari me dit qu’elle pleure très souvent le matin (et son petit cœur de papa en souffre beaucoup).

Un premier bilan

Au moment de la rédaction de cet article, nous sommes les vacances de la Toussaint (qu’elle passe d’ailleurs au centre de loisirs). Ça fait donc deux bons mois que Princesse va à l’école.

D’après les infos que j’ai réussi à obtenir, Princesse a un peu de mal à jouer avec les autres. Elle est encore très solitaire et demandeuse de l’attention des adultes. Je la récupère régulièrement le soir dans les bras d’un animateur.

Le midi, elle ne mange pas beaucoup, mais elle goûte à tout. C’est limite mieux qu’à la maison où à l’inverse, elle ne goûte rien et se limiterait (si elle le pouvait) à une assiette de pâtes le soir, mais en grosse quantité. Elle dort bien à la sieste, même si je pense que ce n’est pas suffisant vu les siestes de trois heures qu’elle nous fait les weekends.

La propreté, c’est toujours un peu compliqué. Il lui arrive souvent de mouiller sa culotte et son pantalon, car elle ne les baisse pas assez ou elle s’assied mal sur les toilettes. Et je ne parle pas du fait qu’elle s’essuie mal. Si pour le pipi, pour l’instant, ça n’entraîne pas d’infection ni de problème, c’est une autre histoire pour le caca (oui, je parle en langage enfant !). Hier encore, je l’ai récupérée hurlante, et le temps de rentrer à la maison, le caca (très très) mal essuyé l’avait déjà irritée presque au sang…

Bon, je te referai un bilan dans quelques mois.

Un point positif dans ce bilan mitigé ?

À part ça, nous avons aussi inscrit Princesse à la bébé-gym. Mais nous avons choisi un cours où nous pouvions être présents. Je crois que nous n’aurions pas supporté de la laisser encore.

Elle commence doucement à apprécier. Le cours est le samedi matin, de 10 à 11h. Il commence par trente minutes d’échauffement dans un dojo. Bon, pour ça, souvent, Princesse n’est pas très motivée… Par contre, pendant la demi-heure suivante, c’est un parcours de motricité sur les agrès de la salle de gym et là, elle s’éclate. On a un peu de mal à lui faire respecter les consignes, mais bon, ça viendra avec le temps.

IMG_9601

Crédits photo : Photo personnelle

Premier cours de bébé-gym

Oh, et pour conclure, au milieu de tous ces changements, nous avons annoncé à Princesse qu’elle allait être grande sœur ! Un début d’année très chargé, donc ! Je reviens vite te raconter son évolution.

Et toi ? Tu as déjà vécu ta première rentrée des classes côté maman ? Comment ça s’est passé ? Pour toi ? Pour ton enfant ? Raconte !

A propos de l’auteur

Madame D depuis septembre 2015, je suis la maman (comblé) de Princesse, 5 ans et de PetitLion 1 an et demi (à peu près). Absente par ici depuis quelques temps, je reviens te raconter cette seconde grossesse et notre nouvelle vie à 4 (oui je te raconte ma vie quoi !)