Menu
A la une / Vie de maman

Quand c’est le papa qui prend un congé parental

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aborder un sujet intimement lié à la reprise du travail de la maman : le congé parental, mais du côté papa ! Ayant été arrêtée très tôt dans ma grossesse, il me semblait malvenu vis-à-vis de mon employeur de retarder ma reprise, d’autant plus que je travaille dans un domaine où la masse de travail est intense à certaines périodes de l’année. Il était donc préférable que je revienne travailler à la fin de mon congé maternité officiel.

Néanmoins, il était inconcevable pour nous de confier Petit Prince à quelqu’un d’autre qu’un de ses parents avant ses 6 mois. Notre solution : négocier avec nos employeurs respectifs pour que Petit Prince soit gardé par Maman ou Papa jusqu’à ses 6 mois.

Une décision de couple

Quand je suis tombée enceinte, j’ai préparé assez tôt mon retour. Voulant être arrangeante avec mon entreprise, je suis revenue tout de suite après la fin de mon congé maternité. Grossière erreur, car le corps n’est pas encore totalement prêt, de mon point de vue. C’est tôt, trop tôt, et bébé est encore très petit.

J’ai demandé à mon mari s’il serait envisageable pour lui de prendre un congé parental de quelques semaines, afin que je puisse revenir travailler lors des périodes de rush dans mon entreprise, pour ensuite retourner garder Petit Prince jusqu’à ses 6 mois lors des périodes de travail creuses.

Il a été assez dubitatif au début : ni pour, ni contre. Il ne l’a pas mal pris pour autant. Je crois qu’il était juste surpris. Mais l’idée a fait son petit bout de chemin, et c’est avec enthousiasme qu’il a accepté cette solution quelques semaines après notre première discussion.

Petite parenthèse administrative : aucun employeur ne peut refuser un congé parental, à condition que la demande ait été faite un mois avant la fin du congé maternité. Pour ma part, j’ai liquidé mes congés pour garder un peu plus Petit Prince, mais mon mari, lui, a eu besoin de poser un vrai congé parental.

Le congé parental pris par le père

Crédits photo (creative commons) : Jon DeJong

Le regard des autres

Cette décision a néanmoins été très mal perçue.

Pas spécialement par son employeur, qui ne pouvait rien dire, d’autant plus que Monsieur Étoile travaille dans un service où on peut facilement le remplacer.

Mais j’ai eu droit à des reproches de ma belle-famille : « Mais tu as pensé à sa carrière ? » « Ce n’est pas à l’homme de garder l’enfant ! » « À notre époque, ça ne se faisait pas ! » J’ai eu l’impression d’être une épouse égoïste, qui ne pensait qu’à sa propre carrière.

Dans notre cercle d’amis et dans notre travail, les gens ont été pour la plupart surpris, mais en même temps amusés d’envisager mon mari en papa au foyer !

Dommage que les mentalités aient encore du mal à évoluer sur ce sujet. Pour ma part, je ne vois que du positif à une telle situation : ça permet de créer un peu plus de lien entre le papa et son bébé, et surtout, ça permet de donner au papa plus confiance en lui, confiance qui lui manque souvent, persuadé qu’il est que les mamans savent « mieux faire les choses ».

Comment s’est passé ce congé parental ?

J’ai recueilli les impressions de Monsieur Étoile, qui s’est prêté au jeu et a mis en avant des points que je n’avais pas envisagés. Son impression générale est que ces deux mois avec Petit Prince se sont bien passés.

Voici les avantages qu’il recense :

  • C’est mieux pour bébé de rester le plus longtemps possible avec un de ses parents.
  • Il a pris confiance en lui.
  • Il a aussi créé un lien réel et plus fort avec son fils.
  • Ce congé lui a permis d’éviter une très grosse période de travail dans son entreprise (oui, c’est bête, mais ça compte !).
  • Dernier point, à corréler avec l’avantage cité précédemment : le papa n’a pas de congé maternité ! Ces deux mois avec bébé ont été certes intenses, mais ils lui ont aussi permis de « récupérer » d’une certaine manière.

Concernant les inconvénients, ils se rapprochent de ceux qu’une maman en congé maternité peut noter :

  • On n’a pas de vrai rythme de vie (ou comment être encore en pyjama à 13h…).
  • Les journées passent à une vitesse folle.
  • On peut se sentir parfois « coupé du monde ».

Pour ma part, j’aimerais aussi mettre en avant les points suivants :

  • Mon mari sympathisait avec les commerçants du quartier, car pour eux, c’était atypique de voir un papa avec son tout-petit ! Même si le regard familial n’a pas été tendre, force est de constater que la bienveillance des gens extérieurs à notre famille (corps médical, commerçants, etc.) était réelle.
  • J’ai trouvé mon mari aussi plus zen et serein, et je lui accorde à présent une confiance totale pour s’occuper de notre fils, alors qu’il était mal à l’aise durant les premières semaines de vie de bébé.
  • Du côté de Petit Prince, celui-ci était bien et serein avec son père. Mon mari l’a ouvert à d’autres horizons et lui a apporté des choses différentes par rapport à ce que je pouvais lui apporter.

Cette période s’est tellement bien passée que nous envisageons que le papa arrête de travailler quelques mois… Pour d’une part, garder bébé, et d’autre part, envisager une reconversion professionnelle et/ou la recherche d’un nouvel emploi pour lui.

Et toi ? Comment s’est passée la fin de ton congé maternité ? Ton mari a-t-il pris un congé parental ? Comment s’est-il passé ? Viens nous raconter !

Pssst ! Décidément, on te gâte cette semaine ! Reviens sur le blog à 11h, pour avoir une petite surprise 😀

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !