Menu
A la une / Conseils

Option « indifférence » activée

Depuis que je suis maman, mon petit cerveau s’est enrichi d’une nouvelle option : l’indifférence. D’habitude, je réagis toujours à tout. J’aime bien argumenter sur tout et n’importe quoi, et je pensais que lorsque je serais maman, cette caractéristique me serait très utile. Oui, mais non. Parfois, il est préférable de rester indifférente, pour ta santé mentale et la santé physique des personnes en face qui te font des réflexions.

Petit florilège des situations 100% vécues où j’aurais mieux fait de rester passive.

Réagir face aux critiques sur l'éducation

Crédits photo (creative commons) : Rolands Lakis

Situation 1 : le laisser-aller

Imagine. Après un accouchement difficile et un bébé sous perfusion, tu sors de la maternité neuf jours plus tard, avec un joli baby blues dans tes bagages. Et tu dois retourner à l’hôpital la semaine suivante, car ton bébé ne prend pas suffisamment de poids. Tu appelles donc ta famille pour les informer de l’hospitalisation de ton bébé, en larmes (le baby blues est encore là, hein !). Ta belle-mère te dit que si vous êtes retournés à l’hôpital, c’est parce que tu n’as pas écouté ses conseils. Ta mère te dit que ton lait n’est pas bon.

Ma réaction : j’ai encore plus pleuré. À tel point que je me noyais presque. Si si, je te jure.

Pourquoi ça a foiré : parce que tu passes pour la maman démissionnaire, au bord du gouffre. Personne n’a envie de voir une maman comme ça. Alors au lieu de t’apporter du soutien (je ne parle pas de mon mari, qui a été fantastique), on remue le couteau dans la plaie en te disant que ce n’est pas en pleurant que tu vas arranger les choses.

Situation 2 : la nerveuse

Tu es à une soirée professionnelle. Une dame que tu ne connais pas vient t’aborder car elle entend la discussion que tu as avec tes collègues sur l’évolution de ton enfant. Elle en déduit donc que si tu es ici, c’est que tu as repris le travail. Quoi ? À 100% ?? Aux 6 mois de ton enfant ?? *regard méprisant*

Ma réaction : je l’ai cordialement envoyée se faire… hum… aller balader. À grands renforts de : « On n’a pas élevé les vaches ensemble, alors vos remarques sur la gestion de ma vie, vous pouvez vous les mettre où je pense. »

Pourquoi ça a foiré : parce que tu passes pour l’excitée de service et que tu ne fais que confirmer les dires de cette personne (tension = fatigue = tu aurais mieux fait de rester chez toi à t’occuper de ton bébé).

Situation 3 : l’humour

Tu retrouves les trois futures nouvelles mamans qui ont fait les cours de préparation à l’accouchement avec toi. Bien sûr, vous vous racontez vos accouchements, vous discutez allaitement et biberons, et vient la question des voyages en voiture. Tu annonces que ton siège-auto est sur la banquette arrière. Alors que les autres ont toutes le cosy côté passager. Tu ne pensais pas mal faire jusqu’à ce que trois paires d’yeux te regardent comme si tu étais la pire mère au monde.

Ma réaction : « Ben ouais, comme ça quand elle pleure, elle est loin derrière : je monte le son de la radio et je ne l’entends plus. J’avais bien commencé par la mettre dans le coffre, mais elle cognait dans les virages. » (WARNING : humour noir !)

Pourquoi ça a foiré : parce qu’on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. Voilà.

Situation 4 : le disque rayé

Remontons un peu le temps. Tu es enceinte, pendant un repas de famille. Tu refuses poliment les verres de champagne, blanc ou kir. Face à l’insistance de tes proches, tu refuses encore (poliment, j’ai dit !), mais leur comportement commence à te gonfler. Tu tentes de détourner l’attention sur l’entrée qui, manque de chance, est composée de charcuterie. On te propose du poisson cru. Ou un verre de rouge. Et encore une tranche de saucisson.

Ma réaction : prendre mon mal en patience et expliquer pour la énième fois que je ne toucherais pas une tranche de rosette ou une goutte d’alcool.

Pourquoi ça a foiré : tu tiens vraiment à entendre à nouveau les célèbres  : « La toxopla-quoi ? De mon temps, on ne se prenait pas la tête comme ça ! » ou « Moi j’ai toujours bu pendant ma grossesse, c’est pas un verre de rouge de temps en temps qui va poser des problèmes, hein ! » ? Surtout que tu as l’impression d’enquiquiner tout le monde avec tes désidératas de femme enceinte. C’est qu’ils te feraient presque culpabiliser, n’empêche…

Finalement, quelle que soit ta manière de réagir, il y aura toujours des bornés ou des personnes qui ne penseront pas comme toi ! Ce n’est pas par méchanceté, mais par maladresse ou manque d’empathie.

Je ne pense pas que l’indifférence soit forcément une solution dans tous les cas. Mais pour ma part, il y a des moments où j’en ai ras-le-bol d’expliquer pourquoi je n’utilise pas de babyphone ou pourquoi ma fille a une tétine. Parfois, je n’ai pas (plus) la force de me lancer dans des argumentaires à base de statistiques. Alors lorsqu’on me fait une remarque, je réponds juste un « Ah. » blasé.

Et toi ? Y a-t-il des situations où tu as l’impression d’avoir sur-réagi ? Es-tu aussi une adepte de l’indifférence face aux critiques plus ou moins directes ? Dis-nous !

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !