Menu
A la une / Vie de maman

Les visites s’enchaînent à la maternité

Après ma césarienne, j’ai passé cinq jours à la maternité.

Le premier jour a été celui de l’accouchement. Je suis retournée dans ma chambre vers 15h. J’y ai retrouvé mon mari fraîchement papa et Petite Fleur, qui dormait dans son lit.

Nous avons passé plusieurs heures à l’admirer, à se dire qu’on s’aimait et à envoyer des SMS annonçant la bonne nouvelle (Facebook n’est pas ma tasse de thé en ce qui concerne la vie privée et l’intime). J’ai appelé mes parents et mes grands-mères, qui étaient tous heureux d’apprendre la grande nouvelle, mais aussi légèrement surpris par le prénom peu commun de notre fille. M’en fiche, c’est le plus beau prénom du monde, na !

Mon mari est rentré dormir vers 23h, et je me suis retrouvée seule avec ma merveille. Les premières tétées se sont plutôt bien passées, mais j’ai laissé (avec beaucoup d’appréhension) le bébé aux sages-femmes pour la nuit. Car oui, à cause de ma césarienne toute fraîche, je n’arrivais pas à la prendre dans les bras sans aide. Elle a donc été surveillée et nourrie par d’autres que moi cette nuit-là.

Séjour à la maternité fatigant

Crédits photo (creative commons) : Jeff Eaton

On m’a rapporté Petite Fleur à 7h, après la pesée. Et est arrivé le moment fatidique : celui de me mettre debout !! Je ne te cache pas que ça a été très difficile, chaque mouvement me faisant très mal. Je ne pouvais pas marcher sans m’appuyer au mur ou à un meuble. La sage-femme m’a fait une toilette complète, sur une chaise dans la salle de bain.

La journée s’est ensuite bien passée, entre découverte du bébé, tétées, déplacements difficiles aux toilettes et coups de téléphone. J’ai gardé mon bébé pour la nuit. Elle se réveillait toutes les trois heures pour la tétée, et la prendre dans les bras était une véritable torture. Ça me tirait dans le ventre à chaque mouvement.

Le lendemain, j’ai pris une douche seule. J’ai tenu debout plusieurs minutes !! En sortant, je n’ai pas osé regarder ma cicatrice : j’avais peur de voir une véritable boucherie, style The Walking Dead… Pourtant, lorsque la sage-femme est venue m’inspecter, elle m’a assuré que ma cicatrice était très belle. Mon mari, qui était là, a confirmé. Ils voulaient me faire plaisir ou ils étaient sérieux ? Je ne savais pas trop… (J’ai vérifié après coup, et il s’est avéré qu’en effet, ma cicatrice était très belle.)

Cette deuxième journée a été la pire ! Je recevais des calmants trois fois par jour, mais en fin de matinée, la douleur est devenue très intense. J’avais tellement mal que je ne pouvais plus bouger ! J’étais assise sur mon lit, immobile, retenant mes larmes. Ma fille pleurait dans son lit, mais je ne pouvais rien faire pour elle.

Dans un effort qui m’a semblé surhumain, j’ai réussi à atteindre le bouton d’appel et j’ai demandé un calmant ! Ouf, j’étais sauvée. Après ça, la douleur a été supportable, jusqu’à ce qu’elle disparaisse, au bout de quatre jours.

Les visites se sont enchaînées tout au long de mon séjour. Même si j’étais très contente de voir ces gens, ça me fatiguait beaucoup. Petite Fleur aussi était fatiguée : elle a passé une journée à dormir, six heures de suite, à 3 jours de vie !!

Les aller-retour incessants du personnel étaient aussi très fatigants. J’ai compté, il y avait onze passages par jour (!) :

  • une visite le matin pour la pesée,
  • le retour de bébé après la pesée,
  • une visite le matin pour vérifier ma cicatrice et mon ventre (ça faisait maaaaal !!),
  • une visite le soir pour vérifier ma cicatrice et me faire ma piqûre,
  • le dépôt des trois repas,
  • le retrait des trois repas,
  • le passage de la femme de ménage…

Et tout ça sans les visites exceptionnelles :

  • la visite du pédiatre pour la naissance (ce pédiatre a été immonde !! Il m’a à peine dit bonjour, il parlait de ses vacances avec la sage-femme qui l’accompagnait, ne m’expliquait rien de ce qu’il faisait à mon bébé, et quand il est reparti, il m’a donné les horaires de ses consultations. Sûrement pour que je puisse contribuer à ses prochaines vacances…),
  • la visite de l’auxiliaire de puériculture pour apprendre à changer une couche, prendre soin du cordon et prendre soin du nez de Petite Fleur (elle a détesté ça, et c’est toujours le cas !),
  • la visite de l’auxiliaire de puériculture pour apprendre à donner le bain,
  • la visite de la sage-femme pour discuter de l’allaitement,
  • la visite de la sage-femme pour discuter de la contraception,
  • la visite de la sage-femme pour ma sortie,
  • la visite du pédiatre pour la sortie de bébé (ce pédiatre-là était beaucoup plus humain : il m’expliquait tous les examens qu’il faisait subir à ma fille et m’a demandé si j’avais des questions – quelle question !! Bien sûr que j’avais des questions !!).

Au final, mon séjour à la maternité s’est plutôt bien passé. La douleur de la césarienne a été épouvantable le lendemain, mais elle s’est dissipée petit à petit. J’ai découvert ma fille tous les jours un peu plus. Et le personnel était très gentil (en dehors de cet horrible pédiatre).

Est venu le moment de partir, de rentrer chez nous. D’un côté, j’étais très contente de retrouver ma tranquillité. Mais de l’autre, j’avais très peur de me retrouver seule sans tous ces gens pour m’épauler au cas où. Paradoxal, non ?

Heureusement, une sage-femme est venue me rendre visite le surlendemain. J’ai pu lui poser toutes les questions qui me passaient par la tête et me rendre compte que je n’étais pas si mauvaise que ça dans mon nouveau rôle de maman…

Je suis bien consciente de ne pas avoir beaucoup parlé de bébé dans cet article, mais promis, dans le prochain, je te raconterai comment tous les trois, nous avons appris à vivre ensemble et les progrès incessants que fait notre petite merveille.

Et toi ? Comment s’est passé ton séjour à la maternité ? Tu as eu l’impression de voir beaucoup (trop) de monde aussi ? Les suites de couches t’ont fait beaucoup souffrir ? Raconte…

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.