Menu
A la une / Vie de maman

Quand je fais le bilan : la maternité


Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Tous tes magazines féminins préférés te le diront : l’accouchement,  c’est un tsunami ! Et on te le dira moins, mais la grossesse, c’est un peu la tornade qui le précède… Après ces deux gros gros chamboulements, forcément, le « pays » n’est plus tout à fait le même.

Voici ce que la maternité a changé chez moi…

Dans mon corps

Mon poids

Avant, j’étais en surpoids. Pas méga complexée, assez fière de quelques atouts (coucou décolleté généreux et jolies jambes !), mais globalement, j’ai toujours trouvé que j’avais un corps de maman. Hanches larges, bras douillets, poitrine abondante, ventre flasque (oui, bon, c’est mon stéréotype de la maman, laisse-moi tranquille !).

Pendant la grossesse, je me suis sentie libérée pendant neuf mois. Au-delà du fait qu’elle a été super facile, j’ai ADORÉ me voir m’arrondir doucement. Je me suis vraiment aimée intégralement. Pour la première fois, je pense.

Après la naissance de la Lueur, sur les neuf petits kilos récupérés lors de la grossesse, il ne m’en restait plus que trois à perdre. Je les ai toujours. Mais je remettais mes vêtements « d’avant » dans les quinze jours après ma sortie de maternité.

WP_20151202_001

Crédits photo : Photo personnelle

Ma peau et mes cheveux

Avant, j’avais une peau « mixte ». Je ne mettais jamais rien sur mon visage : pas de crème de jour, de nuit, de fond de teint… rien. Et sur le corps, rien non plus, jamais. Mes cheveux avaient une légère tendance aux pellicules, et ma peau faisait quelques plaques rouges à l’arrivée des beaux jours, qui passaient assez vite.

Pendant la grossesse, mes cheveux sont devenus encore plus simples à gérer que d’habitude : ils étaient épais, brillants, bouclés, jamais gras, et mes pellicules ont totalement disparu. OUAAAAIS !! Par contre, niveau peau… Mes mains sont vite devenues très sèches. Je me suis mise à user de baume à lèvres et de crème hydratante de façon quotidienne. Puis, j’ai mis du beurre de karité sur mon ventre, qui commençait à joyeusement se fendiller. Sans oublier le corps gras sur les tétons, pour préparer l’allaitement. Bref, je passais des plombes à me tartouiller matin et soir dans la salle de bain…

Maintenant, je suis une femme « code-barres » : de magnifiques vergetures roses strient mon ventre à la verticale. Mon mari m’appelle « Zèbre » ou « Tigre » selon son humeur. Mais j’en suis tellement fière, de ces cicatrices de « guerre » ! Elles seront toujours là pour me rappeler quels merveilleux moments j’ai vécus pendant neuf mois et mon accouchement. Je continue tout de même à crémer, dans l’espoir qu’elles s’estompent un peu, les coquines…

WP_20151023_006

Crédits photo : Photo personnelle

Divers

Et puis, j’ai aussi découvert plein de trucs moins sympas : les aigreurs d’estomac (disparues dans l’heure qui a suivi l’accouchement), les hémorroïdes (apparues après), et les pertes de colostrum… Tout ça, on est contente quand ça s’arrête !

Avantage tout à fait notable : entre les traitements FIV, la grossesse et l’allaitement, ça fait plus d’un an que je n’ai pas eu mes règles !! Quel soulagement, quelle sensation de liberté ! (Bon, ma libido est partie avec… mais on ne peut pas tout avoir, hein !)

Dans ma tête

Ah, d’accord, donc c’est ça, l’instinct maternel…

Je ne pense pas être trop « louve ». Mon bébé passe de bras en bras sans problèmes, je le « prête » facilement. Nous sommes zen, elle l’est aussi. Elle pleure très peu, ce qui doit nous aider à l’être (bien que je ne sache pas encore si c’est la cause ou la conséquence de notre zénitude).

Mais dès que les larmes font leur apparition, ça me retourne ! Je bondis, la berce, l’embrasse, chante, lui chuchote combien on l’aime fort fort fort. Je parle tout le temps à cette microscopique personne, qui me répond à peine et qui ne comprend probablement pas la moitié de ce que je lui dis.

Et puis, évidemment, je me sens accomplie. Pour moi, être maman, c’était un projet de vie ! Dès mes 12 ans, quand on me demandait : « Comment tu te vois dans dix ans ? », je me voyais avec des enfants. Bon, il aura fallu en attendre quinze, mais l’objectif est atteint et la route était belle.

Aujourd’hui, je me sens pleinement femme, et adulte. J’ai charge d’âme ! J’ai un but, celui de tout faire pour que la chair de ma chair s’épanouisse, vive heureuse. Une priorité. Mes enfants d’abord.

Dans ma vie

Socialement, il se passe quelque chose.

L’incertain « Mademoiselle », quand j’ai ma Lueur dans les bras, plus l’ombre d’une hésitation : il devient « Madame » !  Je ne suis plus juste « Chaperon Rouge », ou « la fille de », ou « la femme de Monsieur Loup », je suis aussi « la maman d’Ellana ». C’est surprenant à entendre, et en même temps, c’est tellement doux !

J’ai un nouveau bouclier.

Quand la Lueur a eu 1 mois, je suis partie à Paris avec elle en écharpe, pour la présenter à nos collègues. Dans le train, deux jeunes sont entrés, m’ont vue seule dans le wagon, ont dit : « Attends, y’a une daronne, là ! » et sont repartis. Ils cherchaient un coin pour fumer. Avant, ils n’en auraient rien eu à faire, qu’une nana que l’odeur de la clope indispose complètement soit là. Ils auraient fait leur vie. Mais là, ce n’était plus une minette qui était là, c’était une maman. Et accessoirement, un bébé. Et j’ai eu la paix !

J’ai un nouveau prétexte pour parler.

Que ce soit dans les bras, dans une poussette ou dans l’écharpe, un bébé, c’est un incroyable aimant à rencontres. Moi, j’expérimente surtout l’écharpe. Ma fille est une vraie curieuse : maintenant qu’elle est bien éveillée, elle tourne la tête dans tous les sens et ouvre de grands yeux quand on se promène.

  • « Oh la la, c’est pas bien vieux ! »
  • « Quel âge il a ? » (Oui, à ce stade, on ne voit pas spécialement que la Lueur est une fille. Surtout qu’on n’est pas très rose-rose chez nous…)
  • « Ooouh les grands yeux ! »
  • « Dites, c’est un bébé curieux que vous avez là ! »
  • « Elle a l’air bien au chaud, contre vous ! »
  • etc.

C’est assez sympa, en fait. Sauf quand on est pressée !

J’assume mes retards, et tant pis si ça dérange !

Oui, j’arrive régulièrement débraillée et humide après une tétée tardive, ou à la bourre parce que mon bébé a fait une sieste plus longue que prévu, ou a eu une régurgitation qui nous a obligés à la changer au dernier moment, ou a eu faim subitement au moment où on partait… MA FILLE D’ABORD ! (Non mais oh !)

gregellana

Crédits photo : Photo personnelle

Bref, un bébé, c’est beaucoup de changements… mais aussi des tonnes de bonheur et de bons moments ! Alors, je ne sais pas toi, mais nous, ce qu’on en dit… c’est vivement le suivant !

Et toi ? Quels changements as-tu remarqués depuis que tu es devenue maman ? Comment vis-tu tout ça ? Tu as aussi envie/hâte d’avoir un autre bébé ? Viens nous raconter !

A propos de l’auteur

Bretonne de cœur, Normande de racines, Parisienne d'adoption. Mariée à Monsieur Loup, mon prince Charmant, depuis juin 2012, et maman d'une petite Lueur depuis décembre 2015. Dessinatrice, fan de Disney, gamine dans l'âme, je suis une éternelle positive... et c'est pas toujours facile ! Tu peux désormais me retrouver sur www.bribesdevies.fr, et me suivre sur instagram @chaperonrouge_et_cie