Menu
A la une / Témoignage

Fais comme ci, fais comme ça…

Cet article est un peu particulier. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’il ait une suite, étant donné le sujet qu’il traite. Alors de quoi vais-je donc parler ?? Eh bien, cet article va faire un petit état des lieux de la pression sociale que tu vas ressentir pendant ta grossesse. (Si tu parviens à y échapper, je t’envie !)

Pourquoi une suite ? Parce que malheureusement, la pression sociale ne commence pas le jour où tu apprends ta grossesse et ne s’arrête pas miraculeusement une fois bébé né. Mais si elle dure toute notre vie, pourquoi faire un article dessus ?

De la pression généralisée et anonyme aux conseils ciblés

Pour moi, la grande différence se situe là : avant d’être enceinte, on est abreuvée de conseils plus ou moins constructifs, plus ou moins applicables, lancés à la cantonade.

Mais si, tu en as forcément entendu ! « Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! » (on te conseille d’en manger trois par jour) ou « Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour ! » (Personnellement, étant intolérante au lactose, ça fait longtemps que j’ai pris mes distances avec ce genre de discours.)

Tu as aussi droit aux émissions qui t’expliquent ce qui est à la mode ou non, et te disent à quoi tu dois ressembler (« Ma chéwie, l’imprimé léopard, c’est top tendance !! »).

Même les séries télévisées te renvoient une image parfois délirante des standards auxquels tu dois correspondre. Je rigolais récemment avec des amies sur le fait que dans nos chères séries adorées, il n’y avait pas (ou très peu – moi, je n’en ai pas encore trouvé) de femmes qui prennent soin à la fois de leur carrière et de leurs enfants (à ce moment-là, je regardais Desperate Housewife, où allier carrière et enfants bien élevés n’est apparemment pas une option…).

Oui, mais tous ces « conseils », au final, on peut choisir de ne pas les suivre, vu qu’ils ne sont pas spécifiquement formulés pour nous.

Mais quand on est enceinte, ça change. Tu n’as plus à subir uniquement des conseils généraux, mais aussi des « recommandations » spécifiques, liées à ton état, qu’il te faut suivre sous peine de regards désapprobateurs…

Folle

Crédits photo (creative commons) : Joe Jukes

Tu ne grossiras pas trop (mais assez quand même)

Ah, l’épreuve mensuelle de la balance pour suivre l’évolution de notre poids !

Le corps médical a inventé un truc magique pendant la grossesse : « le gain de poids moyen par mois ». En gros, toutes les femmes doivent pouvoir prendre le même nombre de kilos au même stade de la grossesse, indépendamment de la façon dont réagit leur corps.

Bon, ok, je suis médisante. Ils ont quand même divisé les femmes en trois catégories, pour la prise de poids recommandée :

  • en sous-poids ou limite : entre 12 et 25 kilos,
  • avec un poids « normal » avant la grossesse : entre 9 et 12 kilos,
  • en surpoids : entre 6 et 9 kilos.

Du coup, tout au long de la grossesse, les médecins vérifient qu’on correspond bien à la prise de poids de notre catégorie, et on a droit à de petites leçons de morale si on s’éloigne trop de la « norme ».

C’est comme ça qu’à 4 mois de grossesse, je me suis fait disputer parce que je n’avais pas assez pris de poids au goût des médecins ! Ils me disaient que je pouvais prendre vingt-cinq kilos et que ce ne serait pas plus mal. (Moi qui lutte depuis dix ans pour gagner ne serait-ce qu’un kilo sans succès, je me suis étouffée quand on m’a annoncé que ce serait bien que je prenne 30% de mon poids de base, en cinq mois…)

Et ça encore, ce n’est que le point de vue médical. Après, il y a les autres, ceux qui vont trouver que ton ventre ne grossit pas assez ou trop. Et les charmantes réactions qui vont avec, de « Tu es sûre d’être enceinte ? » quand ton ventre tarde un peu à se montrer, à « Mais tu es énorme ! Tu es sûre qu’il n’y en a qu’un là-dedans ?! » quand tu dis qu’il te reste encore trois, quatre ou cinq mois avant d’accoucher.

Le mieux, c’est de laisser dire. Chaque corps réagit différemment, et tant que bébé va bien, on se fiche des avis des uns et des autres !

Spéciale dédicace à mon mari et à sa célèbre phrase : « Mais il a dégonflé, ton ventre, depuis hier ! ». Non mon amour, c’est juste que tu t’habitues à me voir m’arrondir. Un ventre, ça ne diminue pas comme ça !

Tu mangeras sain et aseptisé…

… mais « À mon époque, on mangeait ce qu’on voulait et nos enfants allaient très bien ! »

Ah bah oui, ce serait trop facile si tout le monde tenait le même discours. Donc d’un côté, tu vas avoir les gens qui vont te conspuer si tu manges une tranche de saucisson ou que tu craques sur le foie gras ou le saumon fumé à Noël. Et de l’autre, tu vas avoir ceux qui vont être à la limite du désagréable si tu refuses de manger un bout de fromage au lait cru qu’ils sont allés spécialement chercher pour le plateau de fromages du dimanche midi.

Même les médecins peuvent te donner des conseils contradictoires sur ce que tu as le droit de manger ou non. L’un va te dire que la viande saignante, même congelée auparavant, est interdite, quand l’autre va te dire, au contraire, que la congélation, c’est top pour pouvoir consommer de la viande saignante en fin de grossesse, quand tu as besoin de fer.

De mon côté, pendant un temps, je voulais laver tous mes légumes au vinaigre blanc, mais j’ai abdiqué : je me contente de les laver à grande eau trois fois de suite, pour être sûre d’avoir retiré toute trace de terre et de pesticides.

Donc en fait, mon conseil dans ces cas-là, ce serait de faire comme tu le sens, et comme tu te sens en sécurité (et ton bébé aussi !), parce que tu ne pourras pas suivre des recommandations contradictoires en même temps et qu’il te faudra faire des choix. L’important, c’est de ne pas culpabiliser.

Tu te ménageras

Ah bah oui, ma brave dame, c’est que maintenant, tu n’es plus toute seule. Ton corps est devenu une couveuse et il faut faire attention au petit habitant que tu as sous le nombril.

Les recommandations peuvent aller de « Il ne faut plus rien faire le premier trimestre, au risque que le bébé se décroche ! » (prendre les escaliers, quelle folie !), à « La grossesse n’est pas une maladie, vous pouvez vivre normalement tant que vous ne vous mettez pas aux sports de combat… »

Non, la grossesse n’est pas une maladie, mais tout le monde a quand même son avis sur ce que tu peux faire ou non. Surtout si ton état général n’est pas au top (je sais de quoi je parle, vu que la grossesse a un peu gagné par K.O. pour ma part). Il faut quand même faire attention, se reposer et ne pas se lancer dans des déplacements de meubles ou l’escalade de l’Everest.

Pour être honnête, c’est la recommandation que je trouve la plus agréable à suivre. Voir les gens proposer de porter tes courses lourdes ou de te ramener chez toi en voiture (quand tu viens de déposer ta voiture au garage), c’est top !

Alors oui, ça peut être agaçant de se sentir diminuée et couvée, mais je pense qu’il faut juste prendre son mal en patience et se dire que ça nous manquera quand ce sera fini !

Tu écouteras les expériences personnelles de chacun

Avec le sourire et sans t’énerver, si tu y arrives.

Tu as déjà dû voir en filigrane, tout au long de mon article, que les avis de tes proches (ou de la voisine) sont omniprésents durant la grossesse. Même les nullipares ont leur mot à dire (parce que leur amie, leur voisine, la télé… bref, elles ont vu ou entendu telle chose ou telle autre). Tout le monde a son avis. Sur tout. Tout le temps.

Le prénom que tu as choisi est peut-être trop original. À moins que ce ne soit celui de la brute qui a traumatisé ta meilleure amie ou celui du premier amour de ton grand frère. Du coup, on te dira que ce prénom n’est pas une bonne idée.

Ou que ça ne va pas te tuer de rester dans la voiture de quelqu’un qui fume, parce que telle personne a fumé pendant sa grossesse et que son bébé va bien.

Ou que telle habitude que tu as n’est pas compatible avec la grossesse, parce que la rumeur dit que ça nuit au bébé (peu importe que tu aies vérifié auprès de tes médecins que ça ne risquait rien).

Quoi, tu as gardé ton chat alors que tu n’es pas immunisée contre la toxoplasmose ?! Sacrilège !!

En bref, tout le monde va te conseiller sur la façon dont tu dois gérer ta grossesse. De façon plus ou moins insistante, dans des termes plus ou moins agréables. C’est énervant, c’est agaçant, c’est horripilant, mais c’est comme ça.

Vu que tout le monde se permet de nous contredire dans nos décisions, on se sent bonne à rien, diminuée dans notre rôle de femme, pas assez compétente pour prendre les bonnes décisions concernant notre grossesse et notre bébé.

Mais en fait, ce n’est pas ça. Il faut accepter que tout le monde ait son avis et le donne (juste pour parler, ou parce qu’on s’inquiète sincèrement pour toi), essayer de prendre du recul… et se faire confiance, c’est le plus important.

Et toi, est-ce qu’on t’a donné beaucoup de conseils durant ta grossesse ? Quels sont ceux qui t’ont le plus agacée ? Comment les as-tu gérés ? Viens nous raconter !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !