Menu
A la une / Vie de maman

Ma fille ne porte pas de vêtements neufs (ou presque)

Charlotte vient d’atteindre l’âge de un an, et pour la première fois, je lui ai acheté quelques vêtements neufs. Bien entendu, ne va pas t’imaginer que nous vivons nus au fond des bois, mais  que nous avons opté pour une autre manière d’habiller notre enfant, en achetant des vêtements d’occasion, ou en récupérant des vêtements.

Crédit photo : photo personnelle 

Pourquoi choisir des vêtements d’occasion?

D’abord parce que notre fille est la treizième petit-enfant d’un côté de la famille, et la cinquième de l’autre. Autant te dire qu’elle ne manque pas de cousins et cousines ! A priori, il n’y aura plus d’autres petits enfants (sauf si nous en produisons nous mêmes), et donc…nos frères et sœurs nous ont proposé de nous léguer les affaires restantes de leur chérubins ! Evidemment, certains des dits enfants aujourd’hui presque 15 ou 17 ans, mais certains sont encore petits, et par conséquent, nous avons récupéré des vêtements encore très récents.

Par ailleurs, un enfant, et tu t’en es rendue compte, ça grandit très très vite ! Parfois même, dès la naissance, l’enfant fait une taille qu’on n’aurait pas soupçonnée (coucou les bébés gigots ou les bébés crevettes !). De fait, à un an, Charlotte porte aujourd’hui essentiellement du 18 mois, mais parfois aussi du 24 mois. Frustration intense quand on s’aperçoit que ce petit ensemble tunique + pantalon siiii mignon ne sied plus au bel enfant ! Parfois, les enfants changent deux fois de taille en à peine un mois…alors mettre une « fortune » dans des vêtements qui ne serviront que peu souvent, cela ne me paraissait pas nécessaire.

Enfin, je crois que je suis peu à peu entrée dans une démarche écologique (en plus d’être économique). Si des vêtements qui peuvent parfaitement convenir à mon enfant existent déjà sur cette terre, est-il réellement nécessaire d’en fabriquer des neufs ? pourquoi ces vêtements en bon état devraient ils rejoindre nos montagnes de déchets?

En pratique…

Dès la naissance de mademoiselle, sa penderie et sa commode étaient remplies de vêtements d’occasions. Soient donnés par nos proches, soient rachetés auprès de copinautes, ou dans des dépôts ventes. Je privilégie les dépôts-ventes plutôt que les magasins d’insertion (type Emmaüs) car je considère que ces magasins sont définitivement plus utiles à des personnes en difficulté, alors que je peux me permettre de donner un peu plus d’argent pour ce genre d’achat.

Sont alors apparus les premiers vêtements neufs. Et là tu te dis « Kouwa? mais qu’est ce qu’elle nous raconte depuis le début? ». Mais oui, Charlotte a eu des vêtements neufs : des cadeaux de naissance ! Et comme les gens ont le sens pratique, nous avons eu des vêtements neufs de la taille 3 mois à la taille 18 mois ! Nous avons aussi reçu une carte cadeau à valoir dans une grande enseigne, que je viens tout juste d’utiliser, pendant les soldes hivernales.

Au fur et à mesure que nos proches vident leurs greniers, et que Charlotte grandit, nous récupérons les affaires ! Alors, c’est vrai, les cartons qui s’entassent, ce n’est pas toujours esthétique. Nous arrivons quand même à trouver le moyen de ranger et stocker en attendant que Charlotte rentre dans ces vêtements.

J’ai aussi l’ambition d’en coudre et d’en tricoter moi-même, et je peux également compter sur mes proches pour en fabriquer, comme ma mère, ma belle-mère, ma belle-soeur….de grandes couturières et/ou tricoteuses averties !

Crédit photo : photo personnelle. Pull réalisé par ma maman !

Et après?

Oui, après, qu’est ce qu’on en fait des vêtements qui deviennent trop petits pour notre fille? Eh bien pour l’instant, nous ne les ré-injectons pas dans l’économie circulaire. Nous les gardons, dans des cartons, stockés pour le moment chez mes beaux-parents (qui ont une grande maison, et nous un petit appartement), dans la perspective d’avoir un jour un deuxième enfant (et puis peut-être un troisième…mais ne nous emballons pas !).

Bien entendu, quand nous n’en aurons plus l’utilité, ou si ces vêtements sont trop marqués « fille » si nous avons un garçon par exemple, et s’ils sont toujours en bon état, nous les donnerons ou les revendrons à qui en voudra. D’autres bébés pourront ainsi en profiter !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)