Menu
A la une / Témoignage

Ma préparation à la grossesse

On entend souvent parler de la fameuse préparation à l’accouchement, mais pour moi, il y a aussi une préparation à la grossesse !

J’estime que la grossesse est un moment à part dans une vie, comme une parenthèse. Et avec mon côté je-veux-tout-contrôler, j’ai besoin de me préparer au mieux à la période des essais et surtout le moment où mon ventre se transformera en couveuse.

Bien entendu cette « préparation » est purement personnelle !

Côté médical

Pour moi, il n’est pas envisageable de commencer une grossesse sans passer par la case médecin ou gynécologue. Pour ma première grossesse, le médecin avait vérifié que j’étais à jour de mes vaccins, j’avais fait une prise de sang pour contrôler mes carences en fer et il m’avait prescrit le fameux acide folique. Ensuite j’ai pu sereinement arrêter ma pilule à la fin de la plaquette.

Cette fois-ci, c’est mon gynécologue qui a pris les choses en main : vérification de la solidité de la cicatrice de la césarienne, retrait du DIU, prescription de l’acide folique, prise de sang pour CMV et toxoplasmose. On a longuement évoqué l’accouchement à préparer ensemble ce qui m’a vraiment apaisée !

Cette « procédure » fait doucement rigoler mes proches qui me trouvent légèrement hypocondriaque. A ma décharge j’ai beaucoup de mal à me lancer dans un projet sans avoir toutes les cartes en main pour le démarrer sereinement. Alors oui un bébé ou une grossesse ne sont pas similaires à un projet professionnel ! Mais je me sens complètement apaisée et prête lorsque que je démarre ma grossesse sur des bonnes bases médicales.

On appelle tout ça un examen pré-conceptionnel dans le jargon médical ! Mais sache que tout le monde n’est pas au courant. Histoire vraie de la secrétaire médicale de mon médecin traitant quand j’avais demandé un rendez-vous pour cet examen et qui m’a fait répéter plusieurs fois ne sachant pas pourquoi je souhaitais voir un médecin avant de tomber enceinte.

Je sais bien que tout cela n’est pas gage de tomber enceinte rapidement ou n’occulte pas les risques de fausse couche, néanmoins, si quelque chose devait arriver, je me sentirais plus rassurée d’avoir consulté le corps médical au préalable.

Côté physique

Mon corps, mon meilleur ennemi. Il nous a fallu du temps (et une première grossesse) pour faire équipe lui et moi. On est passés par des phases pas marrantes comme les troubles alimentaires. J’ai essayé de l’embellir avec des piercing (que j’ai retirés depuis), je l’ai fait souffrir avec des tatouages (que j’ai retirés depuis) et il m’a donné de l’urticaire et des vergetures…

Bref, entre mon corps et moi ça a été difficile. Même si j’ai réussi à faire la paix avec lui grâce à la grossesse, j’essaie de le préparer à la  suivante.

Je reprends des bonnes habitudes laissées parfois au bord de la route : plus d’alcool, meilleure alimentation et un peu de marche ou de natation. Une grossesse saine dans un corps sain! Il serait bien sûr préférable que ces habitudes subsistent après l’accouchement…

Je dois me préparer aux changements physiques que va subir mon corps pendant cette nouvelle grossesse. Outre la prise de poids que je vais contrôler avec beaucoup plus de sérieux que pour ma première, je vais tenter d’être plus à l’écoute de mon corps et surtout de lui faire confiance.

Côté psychologique

Là c’est une autre histoire! Passées les montagnes russes de la décision (j’y vais, j’y vais pas!), j’ai esssayé de me projeter enceinte.

J’imaginais les situations quotidiennes avec un ventre plus ou moins gros : emmener ma fille à la crèche avec mon bidon, me prélasser dans mon canapé en touchant mon bidon…

J’ai même parfois parlé à mon ventre en lui disant que j’étais prête et qu’il pouvait accueillir un nouveau petit œuf. Je sais que les grossesses ne se ressemblent pas et je dois me préparer à des sensations totalement différente que pour la première fois. Mon gynécologue m’a expliqué que j’aurais un ventre beaucoup plus prononcé que pour ma première grossesse et que j’aurais peut-être l’impression de sentir le bébé plus bas. Il m’a dit que je serais bien plus sereine car j’aurais moins le temps de me poser des questions avec l’aînée à gérer !

Je me sens complètement prête dans ma tête pour cette nouvelle grossesse mais il reste un énorme point noir qui me fait terriblement angoisser : l’accouchement. Je commence déjà à me renseigner sur des sages-femmes qui pourraient me faire une préparation un peu personnalisée à cause de la césarienne programmée.

Là encore, la question de confiance en soi est importante. Je vais devoir lâcher prise et me faire confiance !

grossesse

crédit photo : Pexels

Voilà mon petit processus de préparation à la grossesse. Mon mari me soutient pleinement dans toutes ces démarches et m’est un précieux allié pour entamer une nouvelle aventure de la manière la plus sereine possible.

 

Et toi ? T’es-tu préparée à ta grossesse ? As-tu fais des examens médicaux ? Dis-nous tout !

 

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !