Menu
A la une / Témoignage

Ma vision de l’éducation bienveillante

Comme on se dit tout, sache que cet article est une réécriture d’un premier article écrit sous l’énervement. J’ai eu une overdose d’un coup même si je la sentais monter petit à petit depuis quelques temps.

Alors, peut être que ce sont les hormones qui parlent, mais en ce moment, et je le crie haut et fort, je ne peux plus voir un livre sur l’éducation bienveillante en peinture. Filliozat me sort par les yeux. Bref ça m’énerve.

Du coup j’ai pris quelques semaines pour prendre sur moi et essayer de réécrire cet article et de te faire passer mon avis de façon calme et réfléchis.

De l’importance d’être mesurée dans nos propos

J’ai bien compris que l’attaque frontale sur un sujet si polémique et si délicat n’était pas la bonne approche. Surtout que ce qui m’énerve le plus en fait ce sont les extrémistes de l’éducation bienveillante.

Comme pour tout il est mieux de faire attention à qui on s’adresse et comment l’information peut être reçue.

Et ce qui a déclenché l’écriture de cet article est une situation que j’ai croisé sur internet. Un appel à l’aide d’une maman en détresse qui sous couverture d’application des grands « préceptes » de l’éducation positive et bienveillante a récupéré en réponse une réflexion culpabilisante au possible.

Cet appel à l’aide ou on en profite pour te mettre la tête sous l’eau parce qu’on estime faire mieux que toi après avoir lu tous les livres de Filliozat je n’en peux plus!

Et ce jour là ça m’avais vraiment fait dégoupiller. Je ne voulais pas que cette maman déjà au plus mal puisse se dire que le problème venait de sa façon de communiquer avec son bébé. Elle venait nous faire part de sa souffrance et ce n’était pas le moment de venir en rajouter une couche.

Credits : pixabay.com (Creative commons)

A la discussion impossible

A ce moment là j’ai essayé de contrôler le petit Hulk en moi et de lancer une discussion pour essayer de tempérer le propos culpabilisant avant que cette maman n’en conclue que c’était la pire mère au monde.

Sur le moment les arguments avancées étaient globalement ceux là:

  • Si, les enfants, même à 14 mois, peuvent faire des caprices (tu peux donner un autre nom comme gestion de la frustration) vu que c’était la question de base de la maman (oui je prends l’exemple de mon petit loulou d’amour qui a tréééés bien compris comment essayer de nous « amadouer »)
  • Non, cette maman en détresse n’a pas besoin de lire X ou Y livres mais juste de prendre confiance en elle
  • Oui, nos bébés nous testent ce n’est pas la relation avec son bébé ou sa façon de communiquer le problème

Sauf que le problème avec les extrêmes c’est que les discussions sont rarement possible…

Donc je me suis vu répondre  que non il est prouvé qu’avant 4 ans un enfant n’est pas assez intelligent pour faire un caprice car il n’a pas un cerveau assez mature pour manipuler. Que je le saurai si je daignais me renseigner un peu sur la construction du cerveau de l’enfant.

Donc voilà j’en ai pris pour mon grade et on a même sous entendu que moi aussi j’étais une mauvaise mère qui ne se renseignait pas un minimum sur le développement de mon fils….

Un plaisir quoi…

Bon alors qu’on soit clair face à cette attaque je (= mon caractère provocateur et un peu belliqueux) n’ai pas pu trouver d’autres choses à dire que :

  • Soit mon fils est extrêmement intelligent pour son âge (à moi la retraite anticipée avec l’argent que je vais pouvoir me faire grâce à son intelligence hors normes)
  • Soit on nous raconte quand même des conneries énormes dans ce genre de livres…

Les dérives de l’éducation bienveillante

Alors attention je ne dis pas que tout est à jeter, bien au contraire même!

Le plus gros problème que je vois derrière tout ça est la marchandisation de principes de base et logique et l’extrémisme de certains! (Peut être que ma maman est une super héroïne de l’éducation sans le savoir, mais, les 3/4 des principes de l’éducation bienveillante elle me les transmet depuis des années sans avoir besoin de livres – purée je vais lui faire écrire des livres on va devenir riches)

Si vous voulez c’est un peu comme Dolto a l’époque de nos parents. J’ai hâte de savoir qui sera la prochaine quand nos enfants seront parents.

Mais honnêtement si une méthode miracle existait on aurait tous des enfants qui font leur nuit, mangent sans problème, obéissent, sont calmes et j’en passe…

Et puis un livre c’est soumis à interprétation on ne le sait que trop (Bonjour la Bible, le Coran, la Torah…) et comme tout ce qu’on peut interpréter, à l’extrême ça peut devenir nuisible.

C’est déjà assez éprouvant d’être parents. On a l’entourage qui donne son avis. Les amis qui renvoient une image de perfection et nous font sentir complètement nuls.

Du coup forcément ça me crispe…

Mon avis rien qu’à moi

Bon vous avez du lire entre les lignes j’ai du mal avec certains préceptes de cette « éducation » visant à ne pas crier, ne jamais s’énerver et ne pas mettre de limite à son enfant en estimant qu’il va de lui même comprendre les limites.

Déjà on n’est pas parfait, et quand notre bébé nous pousse à bout, oui, on a le droit de crier quand on est épuisé. Ça ne fait pas de nous des mauvais parents. On n’est pas infaillible. Je ne suis pas sûr en plus que pour la construction de l’enfant c’est bien de donner l’impression qu’on est parfait (enfin bon la on rentre dans la psychologie de la construction de l’enfant ce n’est pas le propos)

Alors oui quand notre bébé hurle, hurler pour qu’il arrête ce n’est pas forcément d’une grande utilité on est bien d’accord.

Mais je ne pense pas être une mauvais mère quand il me fait super peur et que je hurle contre lui après le coup au cœur qu’il vient de me faire, en manquant de s’écraser tête la première sur le carrelage, parce qu’il fait une bêtise interdite (pour la énième fois).

Et non je ne négocie pas avec lui quand il se met à hurler parce que je lui interdit de faire quelque chose de dangereux. Je lui explique pourquoi il n’a pas le droit mais je ne négocie pas la fourchette contre le couteau (par exemple).

Personnellement j’ai été élevé avec l’idée qu’un enfant se construisait de façon épanouie en fonction du cadre qu’on lui imposait. (Soit en respectant ce cadre soit en le prenant à contre pied). Et on peut, pour moi, mettre un cadre a un enfant en restant dans la bienveillance.

Alors je vous laisse vous renseigner sur les conséquences que vivent les suédois en ce moment avec ces enfants élevés sans limite qui arrivent dans le monde adulte en réalisant que les limites existent et finissent dépressifs ou inadaptés.

Credits : kaboompics.com (Creative commons)

J’ai essayé de condenser tout ça en un article mais il y a tellement a dire sur l’éducation que ça n’a pas été facile. Pour résumer mon propos il existe une infinité d’enfants et une infinité de parents. Chaque relation parent-enfant est unique et on fait tous du mieux qu’on peut.

Alors oui bien sûr nous dire « moi je pense que mon bébé ne fait pas de caprice juste qu’il apprend a gérer sa frustration comme il peut » je l’entends et trouve que c’est une phrase sensé. Mais ça ne doit pas être asséné comme une vérité général culpabilisante (quand la situation est déjà compliquée je trouve ça délétère).

Tout comme je redis bien que ma vision de l’éducation c’est la mienne rien qu’à moi. Elle est surement loin d’être parfaite mais elle me convient, elle nous convient à Monsieur Génial, Petit Habitant et moi.

Et tu as surement compris ce qui me gène le plus dans tout ça? C’est que pour moi l’éducation bienveillante/ positive c’est juste l’éducation que mes parents m’ont donné. Ça n’a rien de miraculeux. C’est juste une éducation qui respecte les enfants.

Et je suis presque triste qu’on doive écrire des livres pour rappeler que nos enfants, ce qu’on a de plus cher au monde, on doit les respecter.

(Bon et puis un enfant reste un enfant, ce n’est pas un adulte miniature il a besoin qu’on le guide dans la vie et pas qu’on le laisse en roue libre. Mais encore une fois ce n’est que mon avis)

 

Et toi que penses tu de l’éducation bienveillante? Tu prends et tu jettes comme moi? Tu trouves que c’est pour la plupart du bon sens? Tu n’aurais pas survécu sans les livres de la grande prêtresse? Viens me raconter.

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !