Menu
A la une / Témoignage

Mon séjour à la maternité juste… horrible ? Mais avec un bébé super !

Il y a peu, je te racontais mon joli accouchement. Il a certes été très long, mais j’avais avec moi une équipe super, un mari génial et un bébé super warrior qui n’a jamais montré de signes de fatigue pendant les vingt-quatre heures de travail ! Par contre, je t’avoue que le séjour à la maternité n’a pas été mon plus beau souvenir. Allez, je te raconte !

Le calvaire des deux premiers jours

Le premier jour

J’ai accouché le matin, et j’arrive dans ma chambre vers 13h. Je te laisse imaginer mon état de fatigue. Bébé aussi est très fatigué et marqué par l’accouchement. Sa petite tête a souffert : il ne supportera pas les bonnets avant plusieurs semaines… Mais au moins, nous avons une grande chambre individuelle !

Après que j’ai fait un petit somme, des sages-femmes viennent me réveiller et me regardent d’un air goguenard. Je t’avoue que je n’ai pas du tout apprécié. Certes, elles doivent vérifier que je me remets bien de l’accouchement, mais je n’ai pas aimé leur comportement. Dans la foulée, une puéricultrice vient me voir pour les premiers soins de bébé.

Bref, tout le monde me tombe dessus en même temps. En plus, vive l’intimité : ça rentre, ça sort, on ouvre la porte de la salle de bain alors que je me douche. Génial (rire jaune) ! Finalement, je rembarre tout le monde, car je suis exténuée… Je pense que ça n’a pas été très apprécié, d’ailleurs.

En fin de journée, j’appelle les puéricultrices, me sentant moins fatiguée. Elles arrivent deux heures plus tard. Je n’ai jamais changé une couche de ma vie (eh oui, c’est vrai !), et je n’ai pas encore mis mon bébé au sein depuis la tétée de bienvenue. Eh bien, elles me laissent juste me débrouiller, en me regardant et en rigolant.

Après cette journée éprouvante, je tiens néanmoins à garder mon bébé à tout prix, alors qu’elles veulent que je leur laisse à la nursery. Et sincèrement, ça s’est très bien passé, malgré quelques soucis pour l’allaitement.

Séjour à la maternité horrible

Crédits photo (creative commons) : Big D2112

Le deuxième jour

Ce sont toujours les mêmes équipes (les équipes de garde ce weekend-là)… Toujours aussi désagréables…

J’ai du mal à mettre mon petit bout au sein, et quand je demande de l’aide, soit je me fais rembarrer, soit l’auxiliaire arrive, prend la tête de mon fils et la « balance » sur mon sein (je n’exagère pas !). S’il ne tète pas, l’auxiliaire le stimule en lui pinçant les pieds. Mon petit bébé a vraiment été très fatigué par l’accouchement, vu qu’il est resté bloqué dans mon bassin pas mal de temps. Je trouve ce comportement juste inhumain.

De plus, mon bébé a un début d’ictère. Elles mettront plus de quatre heures à ramener la « machine lampe à UV » dans ma chambre et à débuter le traitement…

Le soir, la nursery prend mon bébé trois heures pour que je dorme un peu, car Monsieur enlève son bandeau de protection des yeux de temps en temps. Ça peut être dangereux et abîmer ses yeux s’il regarde trop longtemps la lampe. Il vaut mieux qu’il soit surveillé. On me le ramènera au milieu de la nuit un peu bizarre, avec les yeux grands ouverts et tout brillants. Étrange ? Je me pose des questions, me demande s’il a réellement été surveillé…

Les seules choses réconfortantes pendant ces deux jours ont été la présence de mon mari, la visite de mes parents, apprendre à donner le bain à mon fils (plus globalement m’occuper de lui), et le fait que je me remette très très vite de l’accouchement. Je suis réellement tombée sur des équipes inhumaines, alors que j’étais dans un très grand hôpital parisien !

La fin et le bilan de ce séjour à la maternité

Après ce weekend éprouvant, les nouvelles équipes sont beaucoup mieux : on me donne des conseils pour l’allaitement, les personnes sont douces et toquent bien avant de rentrer dans la chambre, et surtout : on me soigne. Oui, post-accouchement, j’ai eu des soucis peu glamours. Rien de grave, mais personne ne m’avait donné de médicaments… jusqu’à présent.

Cerise sur le gâteau, bébé a bien réagi au traitement pour son ictère et je sors un jour plus tôt que prévu.

Voilà ce qu’il me reste de ces quelques jours après l’accouchement : globalement, un très mauvais souvenir. En particulier, j’ai eu très peu d’aide pour l’allaitement, ce qui a peut-être joué sur ma montée de lait, qui a été tardive et jamais suffisante. J’ai trouvé certaines équipes peu humaines et très débordées ! J’avais l’impression que c’était mieux considéré de donner le biberon à son bébé. Au moins, les auxiliaires étaient tranquilles et n’avaient pas besoin d’aider une maman en galère pour l’allaitement…

J’étais dans un hôpital de niveau 3, et je crois que quand tu as accouché sans problèmes, tu es un peu livrée à toi-même. Dommage… Je comprends mieux pourquoi certaines mamans peuvent faire des dépressions post-partum avec ce type de comportement. Bref, je ne souhaite à personne d’avoir un séjour comme le mien en maternité. Franchement, ça refroidit !

J’ai eu la chance d’avoir des gestes intuitifs avec bébé (et d’être du genre à ne pas me laisser aller), mais bon, quand même… Quand on choisit de travailler en maternité, j’imagine qu’on fait ça par vocation, et que l’empathie est naturelle, non ? Si on n’est même pas capable d’être avenant et à l’écoute dans un endroit pareil, c’est vraiment dommage…

Je garde quand même en mémoire la présence indéfectible de mon mari, et surtout l’attachement avec mon bébé. Nous avons échangé notre premier vrai regard le lendemain de l’accouchement (il fallait qu’on se remette tous les deux de notre état de fatigue), et nous avons très vite trouvé nos repères.

Bref, je n’avais qu’une hâte : rentrer. Je te raconte les premiers jours à la maison très vite !

Et toi ? Comment as-tu vécu ton séjour à la maternité ? As-tu l’impression d’avoir été suffisamment soutenue par le personnel soignant ? Ou était-il aussi froid et brutal ? Viens nous raconter…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !