Menu
A la une / Récit d'accouchement

Mon accouchement au dénouement imprévisible

Alors le titre est un peu exagéré je te l’accorde. Imprévisible oui et non, je n’ai pas non plus accouché d’un petit ours mais bien d’un bébé humain de sexe masculin comme c’était prévu. Mais le début ne me laissait pas présager ce qui allait se passer ce 29 mai 2017…

Les premières contractions

Suite à mon alitement j’ai eu le droit de me lever pour le week end prolongé de l’Ascension (étant donné que mes parents venaient nous voir). Je me suis donc levée à 36 sa + 3 avec quand même comme consigne de ne pas trop forcer pour essayer d’atteindre les 37sa au minimum.

Monsieur Génial avait ce week end là l’enterrement de vie de garçon du parrain de Petit Habitant. Il est donc parti du vendredi soir au dimanche midi et vu mon terme j’étais bien contente que mes parents soient là « au cas où ».

Dans la nuit du samedi au dimanche j’ai commencé à avoir des contractions de pré-travail qui m’ont réveillées toutes les heures (jusqu’à m’empêcher de dormir a partir de 4h du matin…). Ce n’était pas douloureux mais je les sentais bien.

Tout au long de la matinée elles ont continué en devenant de plus en plus régulière. Mon col étant déjà ouvert à deux depuis plusieurs semaines et sur conseil de ma sage femme (« c’est un deuxième enfant ça peut aller plus vite ») je n’ai pas trop tardé pour parler d’aller à la maternité.

Le départ à la maternité

Vers 15h je décide de faire un peu plus attention à mes contractions et me rend compte qu’elles sont toutes les cinq minutes. Je vais donc prendre une douche voir si ça s’arrête pendant que Monsieur Génial s’occupe de Petit Habitant et cherche chez qui on va bien pouvoir le déposer si je dois aller à la maternité.

En sortant de la douche les contractions sont toujours là. Monsieur Génial va déposer Petit Habitant chez sa nounou (je vous ai déjà dit que notre nounou était extraordinaire?) et on va à la maternité.

On arrive vers 17h30 la bas et je suis mise tout de suite sous monitoring. Les contractions sont effectivement régulières mais le col n’a pas vraiment bougé…

Ça semble partir comme pour l’accouchement de Petit Habitant. On m’envoie marcher 1h/1h30.

Crédit : pixabay.com (Creative commons)

Quand le travail se met vraiment en route

Après avoir fait au moins mille allers-retours dans le hall de la maternité je reviens à 19h30 pour un nouveau monitoring.

L’examen est encourageant le col a bien bougé même si je suis à peine à 3cm. On me dit même que j’ai le droit de demander la péridurale si je veux. Mais je ne veux pas. Je ne veux pas me retrouver presque dix heures sous péridurale comme pour la dernière fois.

Les contractions sont douloureuses mais ça va, donc je refuse gentiment la péridurale et demande plutôt un ballon.

22h on m’examine de nouveau et on me dit que le col n’a pas bougé donc si je veux aller marcher encore ça serait bien. Mais d’un coup les contractions changent et je sens que ça pousse très fort vers le bas. Je suis incapable de marcher je demande à être réexaminée parce que ça a forcément du bouger, ce n’est pas possible autrement!

La sage femme de nuit m’examine et me dit que non ça n’a pas bougé du tout en 2h… et que je devrais accepter la péridurale.

Elle me demande pourquoi je refuse cette péridurale. (A savoir je suis actuellement en salle de pré-travail tant que je n’accepte pas la péridurale et si je l’accepte je change de service. Elle préférerai donc me voir l’accepter ça lui ferait quelqu’un en moins à gérer…).

Il est 23h, Monsieur Génial me rappel que je tenais vraiment à essayer sans péridurale et qu’on pourrait peut être en réfléchir au calme tous les deux (sans l’autre qui fait « pression » pour que j’accepte).

Mais au bout de 30/45 minutes de contractions vraiment fortes toutes les trois minutes je cède en disant que je ne tiendrais pas 7 a 9h comme ça. (1 cm par heure puis 2h environ pour laisser descendre).

J’appelle et je demande la péridurale. Là miraculeusement, au moment de m’examiner avant de partir en salle de naissance, mon col à pris plus d’un centimètre en 30 minutes… (oui j’aurai du réagir mais je ne réfléchissais plus bien à ce moment là).

J’arrive en salle de naissance à minuit comme pour Petit Habitant.

En Salle de Naissance

En voyant l’heure je repense à mon ancien accouchement. Le déroulement n’a pas été top et j’ai l’impression que ça s’achemine dans la même direction.

J’arrive seule en salle de naissance, Monsieur Génial n’a pas le droit de rentrer avant qu’on m’ai posé la péridurale, le moral n’est pas au top mais je me réconforte en me disant que s’il fait comme son frère j’aurai Petit Excité au plus tard a 9h30 dans mes bras.

Les contractions deviennent de plus en plus difficiles à gérer. Je gémis de douleur à quatre pattes quand la sage femme m’annonce qu’il y a trois péridurales à poser avant moi. Pas de problème je peux attendre mais elle « m’harnache » et sors.

Je me retrouve sur le dos avec le monitoring, le bracelet pour prendre la tension sur un bras, la perfusion sur l’autre bras, seule.

Je ne peux plus bouger pour gérer mes contractions.

Et à ce moment là je perds la notion du temps. Je me concentre sur les contractions qui sont de plus en plus fortes. Toutes les trois minutes vu qu’elles sont pile poil en même temps que cet idiot de brassard me prend la tension.

La sage femme revient dans la pièce. Il est une heure du matin passé (je ne me suis même pas rendu compte qu’une heure était passée).

L’anesthésiste est là il me pose la péridurale. L’équipe réalise que je suis seule depuis plus d’une heure et me demande si quelqu’un m’accompagne. Ils vont enfin chercher Monsieur Génial (qui s’était endormi dans la salle d’attente…).

Vers 1h15 il arrive enfin dans la salle de naissance mais à ce moment là je n’en peux plus je hurle comme un cochon qu’on égorge à chaque contraction.

Il se décompose en me voyant comme ça et la sage-femme le rassure et lui explique que les contractions sont très très fortes et très rapprochées d’après ce qu’elle lit sur le monitoring. Que l’anesthésiste va bientôt injecter la première dose d’anesthésiant puis reviendra 10 minutes après pour réinjecter plusieurs doses d’un coup pour « rattraper la douleur » donc que je vais bientôt être soulagée.

Avant de partir elle m’examine : je suis à six large. Il est 1h30.

Quatre hurlements de douleurs (quatre contractions quoi), une poche des eaux percée, et 10 minutes plus tard je les vois revenir dans la salle.

Je lui préviens que la poche des eaux s’est percée et lui demande de rassurer Monsieur Génial qui panique parce que le cœur de Petit Excité à ralenti énormément au moment de la rupture de la poche des eaux.

Elle lui explique que c’est normal et que tout va bien pendant qu’elle change les draps du lit (merci la poche des eaux) et que l’anesthésiste m’injecte coup sur coup trois doses d’anesthésiant.

Tu te demandes ce que je fais pendant ce temps? Moi je hurle. La première injection de péridurale n’a eu aucun effet, les contractions sont toujours aussi douloureuses, j’ai le bras ruiné par le brassard de prise de tension qui serre ultra fort vu que je bouge à chaque fois qu’il essaie de prendre ma tension (pendant une contraction je te rappelle. J’ai gardé une trace sur le bras pendant une semaine…).

1h40: La sage-femme décide de rester un peu avec nous voir si le produit fait effet et surtout arrête cet idiot de brassard. Elle me tient la main et ça me fait beaucoup de bien de lui broyer la main à chaque contraction.

Pendant ce temps là Monsieur Génial commence à paniquer parce que le rythme cardiaque de Petit Excité diminue à chaque contraction. Au bout de 5 minutes environ avec nous (je compte plus en temps à ce moment là mais en contractions donc d’après mes calculs ça faisait environ cinq minutes) je commence tout doucement à sentir le produit qui fait effet.

La sage-femme décide alors de m’examiner avant de faire de tour des autres chambres. Et là, surprise, je suis à dilatation complète. Elle me dit qu’on s’installe très vite parce qu’elle voit la tête (pas besoin d’attendre qu’il descende…)

La naissance

Tout s’active, on m’installe et on me demande de pousser à la prochaine contraction.

Je pousse sur deux contractions et il est là, Maxence mon amour est né à 1h58. Ma deuxième merveille est là.

Petit excité porte bien son nom et nous a fait une grosse surprise. Un accouchement (presque) sans péridurale qui m’a pris de court moi qui pensait partir pour un deuxième accouchement « long ».

Il est en parfaite santé et reste en peau à peau avec moi tout de suite. Après deux heures en observation (ou on est resté tous les deux tout le temps ça m’a changé de mon premier accouchement) je peux enfin remonter en chambre.

Je retrouve le brancardier qui m’avait descendu en salle de naissance et il rigole sur la rapidité de mon accouchement et son étonnement quand il a vu mon nom sur le panneau indiquant qu’il devait déjà me monter en chambre.

Crédit : Photo personnelle

Le 29 Mai 2017, notre famille est enfin au complet. Monsieur aura attendu pile 37 sa pour nous montrer sa bouille (copie conforme de celle de son grand frère…) et m’aura permis de vivre un accouchement presque parfait.

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !